AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Road to Salvation a fermé ses portes.


Partagez | .
 

 02. Revelation after christmas |Ft. Bob

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Profil
DISPONIBILITES : overbooké
CREDITS : signa : me / avatar : draumrkopa
NOMBRE DE MESSAGES : 282

ÂGE : 18
LOGEMENT : Maison du lac
OCCUPATION : Etudiante en médecine
HUMEUR : En colère
ETAT PHYSIQUE : Rien à signaler, je suis en forme.
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: C'est notre faute...
Autres comptes: Eleanor A. McKenzi
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: 02. Revelation after christmas |Ft. Bob Mer 9 Avr - 12:19

Revelation after christmas

Après la journée de dingue que j'avais passé hier dans le parc, pour Noël. Oui, parce qu'à Grayson, Noël c'est un peu, la fête des voisins. Genre il y a toujours des trucs de prévus par notre brave maire et tous le voisinage s'y rend. Pas que pour Noël d'ailleurs, mais c'est surement à cette période de l'année qui à le moins de monde. Parce qu'il fait froid et que les gens préfère passer Noël en famille. Pour ma part, cette année j'avais décidé de m'y rendre à cette fête, enfin si on peut appeler ça une fête. Puis sa m'aura permis de faire des rencontres et de sortir de mes révisions quotidiennes, à Noël tout de même, je n'allais pas réviser ! Par contre, chose surprenante, le shérif, soit mon paternel, n'était pas présent. Il était déjà couché quand je suis rentrée hier soir. Et chose encore plus étonnante, sa sentait bon le parfum dans la maison. Pas que mon père ne se lave pas, ni ne se parfume, mais c'est pas un parfum que je connais. Mais crevée comme j'étais, je n'y avais pas porté plus attention que ça, j'avais supposé que je rêvais et j'étais montée me coucher.

C'est seulement à l'heure du repas que j'avais daigné me lever pour me doucher, et m'habiller. J'avais pris le temps de bien sécher mes longs cheveux châtains, qui à cause de la saison était plus bruns que châtains. Puis je m'étais soigneusement maquillée les yeux avec tout mon attirail noir. Et j'avais enfilé mon jean préféré. Le plus usé, moulant et délavé de mon placard. Et j’arborais un sweat, j'étais habillée en mode décontracté, comme le lendemain de Noël quoi.

Je descendais les marches de l'escalier, mon portable à la main à la recherche d'une barre de réseau. Toujours rien. Et puis merde. Mon père était déjà à la cuisine, je lui fis un signe militaire en guise de salut. J'avais envie d'un œuf sur le plat et rien d'autre, sauf que ce n'est pas ce qu'avait préparé mon paternel pour le déjeuner. Je fronçais les sourcils. Et au lieu de me servir une assiette de petit pois, j'attrapais une poêle, un œuf que je cassais dedans avant, une fois cuit, de le laisser glisser dans une assiette. Je m'installais en face de mon père. Attendant une réprimande sur mon comportement.

« Bah alors, tu te coiffe plus le matin ? » Lui demandais-je amusée par l'allure qu'avaient ses cheveux. Je coupais un bout de blanc d’œuf, pour le manger. J'avais pour habitude de manger le blanc avant le jaune. Parce que je gardais le meilleur pour la fin. J'haussais un sourcil, la bouche à moitié pleine je demandais : « Et tu étais où hier ? J'tai pas vu au parc. »

Je poursuivais mon repas tout en attendant une réponse de mon paternel, qui semblait ne pas avoir beaucoup dormi, il avait une mine fatigué et je me demandais ce qu'il avait bien pu faire d'autre que venir participer aux festivités avec sa fille chérie.
lumos maxima

_________________


Dernière édition par Summer A. Hickok le Lun 28 Avr - 17:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Profil
Secrets
Contact



MessageSujet: Re: 02. Revelation after christmas |Ft. Bob Dim 13 Avr - 20:13

L'empereur, sa femme et le petit prince ...

Les lendemains de Noël avaient bien changés. Il fut une époque où ils étaient heureux. Où je revois Summer jouer avec les jouets que je lui avait offert la veille. Où il n’y avait pas de problèmes, pas de cachotteries, que j’étais au courant de qui était son amoureux de la semaine et où elle ne connaissait pas encore notre petit secret de famille. Et maintenant, c’était tout le contraire. On ne se voyait plus autant qu’avant. On n’était plus aussi proches. Je lui cachais ma relation depuis quatre ans. J’étais vraiment le père de l’année … Même si je pensais que tout ne reposait pas sur moi et qu’on était tous deux fautifs, on avait besoin des lendemains de Noël pour se retrouver.
Sauf qu’on a dormi toute la matinée ou presque. Surtout elle, mais c’est pas comme si ça changeait de d’habitude. Et puis … y’en avait marre des habitudes.
Elle se pointa vers midi, alors que je mangeais – ne l’ayant pas vraiment attendue. Elle commença par un salut militaire –allez savoir pourquoi-, se servit des œufs au lieu de ce que j’avais cuisiné. Et elle enchaîna par une petite réflexion. Heureusement, après la soirée d’hier, j’étais de bonne humeur.
- T’as squatté la salle de bains toute la matinée, je te signale. Mais quand même, on avait deux salles de bains, ce qui rendait les choses incroyablement plus simples. Donc avant qu’elle ne me fasse une réflexion complètement débile, j’enchaînais : Depuis quand tu te soucies de mes cheveux ? Et puis, elle pouvait parler, avec son noir autour des yeux, son heure passée dans la salle de bains … tout ça pour traîner toute la journée au fin fond de son lit …

Mais parfois, je n’attendais que la petite lueur dans son esprit de fille, qui lui fasse tout comprendre. Parfois, elle me désespérait. J’aurais pu laisser les couverts d’hier en plein milieu de la table, au moins, ça aurait peut-être fait tilt. Quoiqu’elle serait capable de penser que j’ai invité Joan à prendre un bout, ou que j’ai accueilli le maire avec un gâteau. Je pris une autre bouchée de mon assiette, alors qu’elle jouait avec son blanc d’œuf. Toujours. Et la salve de questions continua. Bah, après tout, à la fin de la journée, si on continue comme ça, on aura peut-être rattrapé le temps perdu. Je jouais aussi avec les restes de mon assiette, ne voyant pas comment aborder le sujet avec elle … ou m’enliser encore un peu plus dans mes mensonges. Je décidais par lui dire la vérité, à elle d’associer un et un. Et puis, je n’avais pas de raisons de ne pas lui répondre.
- J’étais au poste un moment … un rapport pour deux jeunes. Après, j’suis revenu à la maison. Et j’ai cette tête de déterré alors que j’ai rien fait hier après-midi ? Oui voilà. C’est exactement ça. Je ne pus m’empêcher de sourire légèrement, et je me mordis la lèvre à la place. Non non, dans mes pensées, je ne me fiche pas du tout de ma fille. C’était bien, au fait ? J’ai pas eu de retour de Will, je suppose que ça s’est bien passé ?
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : overbooké
CREDITS : signa : me / avatar : draumrkopa
NOMBRE DE MESSAGES : 282

ÂGE : 18
LOGEMENT : Maison du lac
OCCUPATION : Etudiante en médecine
HUMEUR : En colère
ETAT PHYSIQUE : Rien à signaler, je suis en forme.
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: C'est notre faute...
Autres comptes: Eleanor A. McKenzi
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 02. Revelation after christmas |Ft. Bob Lun 28 Avr - 13:53

Revelation after christmas

« T’as squatté la salle de bains toute la matinée, je te signale. » J'haussais les épaules et je finissais ma bouchée de blanc d'œuf pour en entamer une autre. « Depuis quand tu te soucies de mes cheveux ? » Je levais les yeux vers mon paternel, le fixant, observant ses cheveux, j'eu un rire étouffé manquant de m'étouffer moi même. Je décidais de ne rien répondre, de peur de le vexer.

Je continuais de grignoter le contour du jaune d'œuf. Je me servais un verre d'eau, sans même demander à mon père s'il en voulait ou pas. Je bus une gorgée, avant de me remettre à manger. Je savourais le jaune de l'œuf, encore chaud et je me levais pour m'en refaire cuire un. Il allait péter un câble. Je me tournais vers lui, l'observant manger. L'œuf ne mit pas longtemps à cuire, je vins me réinstaller en face de mon paternel, lorsqu'il prit la parole : « J’étais au poste un moment … un rapport pour deux jeunes. Après, j’suis revenu à la maison. » Mais bien sûr, t'as vu ta gueule papa ? On croirait que tu as couru un marathon. Me retiens-je de lui balancer à la figure. « C’était bien, au fait ? J’ai pas eu de retour de Will, je suppose que ça s’est bien passé ? » Je lève un sourcil, entament mon nouvel œuf. « Ouai.. J'ai fait la rencontre des Donnelly. » Dis-je sans plus de détails.

Je jouais avec ma nourriture, piquant le blanc de l'œuf, à droite à gauche. Quelque chose clochait. Et je savais pourquoi. Mon père n'avait pas rien fait de sa journée, et sa m'étonnerait qu'il est passé sa soirée et sa nuit, seul. Je me mordillais l'intérieur de la joue. Il me cachait quelque chose, j'avais deviné depuis longtemps de quoi il s'agissait. Hier, Elizabeth n'était pas au parc, mon père non plus. Elle lui tourne autour comme un vautour, je suis persuadée qu'elle a le béguin pour mon père, c'est une belle femme, mon père ne doit pas en être insensible, ils ont surement tiré un coup plusieurs fois. Je le sais, j'en suis sûre. J'ai toujours fait celle qui ne savait rien. J'ai joué la petite fille innocente et naïve mais maintenant, il est temps de lui faire mettre les pieds dans le plat. « Elizabeth n'était pas au parc. Tu ne sais pas où elle était par hasard ? » Demandais-je, le plus simplement du monde. Je levais mes prunelles sur mon père, restant sérieuse. « C'pas que j'avais spécialement envie de la voir, mais j'aurais eu un œil dessus, pour être sûre qu'elle n'était pas en train de te faire du charme.. Oups. » J'avais dis ça tout haut.

Je me redressais sur ma chaise, en face de mon paternel, qui me paraissait bizarre tout d'un coup. J'allais enfin lui faire avouer qu'il couchait avec depuis des mois. Bon, en même temps c'est un mec, il a besoin de se vider de temps à autre, c'est compréhensible et je comprends aussi qu'il ne souhaite pas parler de ça à sa fille.
lumos maxima

_________________
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Profil
Secrets
Contact



MessageSujet: Re: 02. Revelation after christmas |Ft. Bob Sam 17 Mai - 18:25

Hard time.

Je ne savais pas ce que Summer avait ce matin, pourquoi elle était aussi insistante, pourquoi elle me regardait avec cet air suspicieux. C’était pourtant une opportunité unique, une perche tendue, et je n’y arrivais toujours pas. Elle m’emmerdait bien, cette gosse. Avec ses remarques piquantes d’ado et sa candeur naturelle, qui me faisait tellement penser à sa mère. Et pourtant, ce n’était pas cette femme qui avait mon cœur aujourd’hui.
Je continuais mon repas, je retardais l’attente d’une échéance fatidique, une attente qui avait probablement assez duré. La réponse n’était pas simple, mon dilemme n’avait rien d’horrible, au contraire. Mais quand même.
Et à la question, est-ce que ça s’est bien passé, elle me répond, j’ai rencontré les Donnelly. J’ai failli en recracher tout mon repas.
- Eh bien, fallait bien que ça arrive. La ville est … petite, j’imagine. Et c’est tout ? Après tout, techniquement, ce n’était pas si grave que ça. Mais ça prouvait qu’ils étaient toujours en ville … et qu’ils prenaient part à nos festivités. Qu’ils s’impliquaient à Grayson.
Je ne sais pas pourquoi, mais quelque chose la tracassait. Cette façon dont elle s’énervait avec son œuf, son regard absent et sa manière de se mordre l’intérieur de la bouche. Quelque chose ne tournait pas rond.
Le sujet dévia (très, trop) rapidement sur Elizabeth, la grande absente. Evidemment. Son absence à elle, plus le fait que je n’y était pas non plus, on rajoute un paquet de rumeurs qui n’attendent qu’à surgir et ma fille, la fille d’un flic s’il vous plaît, et on obtient une situation gênante. Au pied du mur. - Trop tard. Le cri du cœur. Attends, quoi ? Qu’est-ce que, quoi ? Mon portable sonna au même instant … sauvé par le gong. L’excuse formidable pour la laisser réagir, pour moi de changer de sujet de conversation. Je décrochais vivement, sachant qui était l’émetteur au son de la sonnerie.
- Hey, Joan, un problème ? Oui, et pas qu’un petit. Un petit malin s’était introduit chez les Donnelly et avait mis la maison à sac. Pendant la soirée. Je raccrochais sèchement, et bizarrement, je sentais que cette journée n’allait pas s’améliorer avec le temps. Summer. Bon, toi qui a bien étudié qui était là ou pas, sois utile.
- Bon, Sherlock, deux choses : je sais, j’aurais dû t’en parler avant. Mais oui, Elizabeth était avec moi hier. Et … Je levais un doigt, lui intimant de se taire, car je savais qu’elle était prête à renchérir : as-tu remarqué que quelqu’un d’autre manquait ? Ou quelqu’un qui est parti trop vite, ou arrivé en retard ? C’est vraiment important. Je n’aurais pas su dire si cette dernière phrase parlait de l’incident des Donnelly ou du fait que c’était sérieux entre Elizabeth et moi. Enfin, les deux étaient important, de toute manière. Parce que, gosh, qui a oublié de m'inviter à cette petite party chez les Donnelly en leur absence ?


Dernière édition par Hippolyte "Bob" Hickok le Dim 18 Mai - 17:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : overbooké
CREDITS : signa : me / avatar : draumrkopa
NOMBRE DE MESSAGES : 282

ÂGE : 18
LOGEMENT : Maison du lac
OCCUPATION : Etudiante en médecine
HUMEUR : En colère
ETAT PHYSIQUE : Rien à signaler, je suis en forme.
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: C'est notre faute...
Autres comptes: Eleanor A. McKenzi
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 02. Revelation after christmas |Ft. Bob Dim 18 Mai - 9:39

Revelation after christmas

J'étais déjà prête à revenir à l'attaque, pour obtenir une réponse mais son téléphone sonna.

« Trop tard.» Lâcha-t-il en attrapant son portable. Je soufflais en levant les yeux au ciel et en faisant glisser mon assiette le long de la table, énervée. «D'puis quand y'a du réseau dans c'te baraque ?!» Dis-je en pestant.

Je ne faisais guère attention à sa conversation téléphonique, parce que j'en avais clairement rien à foutre, mais vraiment r-i-e-n à foutre ! Je voulais des réponses et maintenant. Désormais j'étais sûr qu'il me cachait quelque chose, son soulagement n'avait pas été assez bien dissimulé quand son téléphone avait sonné.  

« Bon, Sherlock, deux choses : je sais, j’aurais dû t’en parler avant. Mais oui, Elizabeth était avec moi hier. Et …»  Il levait son index m'intimant le silence et il poursuivit : «As-tu remarqué que quelqu’un d’autre manquait ? Ou quelqu’un qui est parti trop vite, ou arrivé en retard ? C’est vraiment important.» J'haussais les épaules. «J'en sais rien moi. Ou peut-être que si. Mais j'te dirais rien tant que tu aura pas répondu à ma question : Qu'est ce que Pryde faisait à la maison ?» Mes yeux brillaient de malice, mais je gardais mon air sérieux, je savais comment m'y prendre.

Je me levais de ma chaise et j'attrapais les clés de voiture de mon paternel sur le bar. Je revenais sur mes pas, prenant soin d'agiter les clés au dessus du nez de mon shérif de père, prenant garde à ce qui ne me les pique pas. Et je les enfonçais dans ma poche avant de me rassoir en face de lui. «Voilà. Comme ça tu n'ira nul part. » Je me penchais sur la table et je tendais le bras avec vitesse pour me saisir de son téléphone, qu'il manqua de récupérer. «Et tu n'aura personne à appeler et personne ne t'appelera. » Ajoutais-je avant de renchérir : «C'est pas la peine de t'énerver, tu n'as qu'à répondre à ma question et tu récupérera tous ça. Sinon, j'te jure que je fouille dans ton téléphone, et tu sais que j'en suis capable, et je découvrirais les choses moi même.. » J'avais les deux mains posées sur la table, le buste légèrement avancé pour pouvoir lorgner mon paternel. J'observais son téléphone, comme s'il cachait mille et un secrets.

«Trop tard.» Dis-je toujours du même ton sérieux. Je faisais mine de déverrouiller le téléphone et de fouiller. Je levais mes prunelles vers mon père. «Si tu couche juste avec, j'vois pas pourquoi tu m'en parle pas.» Dis-je dans un haussement de sourcils. «Alors c'est quoi le problème ?»
lumos maxima

_________________
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Profil
Secrets
Contact



MessageSujet: Re: 02. Revelation after christmas |Ft. Bob Dim 18 Mai - 17:35

Clarté.

J’avais parlé trop vite, et je ne savais pas si Summer avait véritablement compris ce que je venais de lui dire. Sa remarque sur le réseau de la maison quand mon portable sonna avait pourtant une réponse toute simple : depuis quand avait-on du réseau ici ? Bah, depuis toujours … par intermittences. Néanmoins, ce que m’appris Joan chassa sa remarque de mes pensées …
J’avais maintenant affaire à deux dossiers particulièrement délicats. Petit a), ma fille, petit b), tous ceux qui détestent les étrangers dans Grayson. Je devais m’être levé du pied gauche, ce matin, ou être sous l’emprise d’un démon, au choix. Et au vu du petit manège que ma très ingénieuse fille voulut me faire subir –sérieusement ? Faire subir un interrogatoire à son shérif de père ?- me fit penser que le démon dans l’histoire, n’était même pas majeure … Elle me subtilisa mes clés, puis mon portable. Ok, le portable, c’était pas du jeu. Mais elle voulait que je réponde à sa question … à laquelle j’avais déjà répondu. Quand elle répliqua de la même manière que je l’avais faite, alors qu’elle semblait occupée à fouiller mes messages, je ne pus m’empêcher de rire doucement …
- Tu sais, quand j’ai dis trop tard …je voulais dire, c’est trop tard, elle m’a déjà fait du charme. Bon, ça te dis quelque chose, ça ?
Je ne me souvenais pas de la dernière fois qu’on a eu une conversation aussi intéressante. C’était … bien. Seulement, ce n’était toujours pas ce qu’on pouvait appeler : une conversation d’adultes. Pas si elle me confisquait mes clés et tout le reste. Elle pensait vraiment que je serai parti au milieu de la conversation si passionnante que nous avions, quand, enfin, je pouvais le lui dire ? Confisquer mes clés … ouais. C’était définitivement la preuve de sa maturité …- Euh, tu sais, je comptais pas partir … Mais bon, autant aller directement au but de cette conversation.
- On est ensemble … depuis quatre ans … Tu veux vraiment les détails ? Je guettais sa réaction autant qu’elle guettait les miennes. Certes, j’aurais pu commencer par lui dire, que c’était pour elle, pour ne pas lui imposer cette relation que je ne le lui avais pas dévoilé … mais d’un autre côté, lui couper l’herbe sous le pied, et lui dire une bonne fois pour toutes ce que je lui cachais … me permettais d’éviter de retarder encore sa réaction. De toute manière, quoi qu’elle dise, j’aurai raison, donc bon.
C’est bon, Sherlock ? ironisais-je quand une (première) salve de répliques se terminait. Tu te rappelles si quelqu’un d’autre était absent ? Mais je craignais, une fois encore, que la réponse à ma question ne soit pas très … appropriée. C’est ça, d’avoir une fille ado …
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : overbooké
CREDITS : signa : me / avatar : draumrkopa
NOMBRE DE MESSAGES : 282

ÂGE : 18
LOGEMENT : Maison du lac
OCCUPATION : Etudiante en médecine
HUMEUR : En colère
ETAT PHYSIQUE : Rien à signaler, je suis en forme.
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: C'est notre faute...
Autres comptes: Eleanor A. McKenzi
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 02. Revelation after christmas |Ft. Bob Dim 25 Mai - 9:14

Revelation after christmas



« On est ensemble … depuis quatre ans … Tu veux vraiment les détails ?»  Whaaaaaaaaaaaat ?! Quatre ans ? Il se fou de ma gueule là ?! Ça fait quatre ans qu'il me cache ça ? Alors que c'est moi qui devrait être la première mise au courant ! C'est une blague ?!

Je ne l'écoute même plus, bien trop énervée pour prononcer le moindre mot et porter de l'importance à ce qu'il me raconte. Des détails ? Non mais je rêve ! J'ai pas besoin de détail, mon père se tape une trainée qui à quatorze ans de moins que lui, qui pourrait même pas être ma mère et qui pourrait être ma sœur. Et il m'annonce ça comme ça, normal comme si c'était simple pour moi de l'accepter. J'ai encore été trop stupide, je savais qu'il se passait quelque chose, j'avais bien remarqué qu'elle lui tournée autour la Pryde, et que mon paternel ne lui portait pas plus d'intention que ça, comme s'il cherchait à l'éviter en ma présence, j'aurais dû deviner tous ça plus tôt !

Je fait glisser le téléphone de mon père sur la table, jusqu'à lui et je lui jette ses clés. Les mâchoires serrées. «Tu comptais m'en parler quand ? Quand elle serait enceinte ? » Dis-je froidement, le regard noir. Je me retenais de lui balancer des méchancetés au visage, parce que de une, c'est mon père quand même et de deux, je préfère garder ma colère pour sa pétasse.

Ma colère était grande, parce que même si j'avais de petits soupçons, je m'attendais pas à ce qu'il m'annonce ça de cette manière et surtout pas que ça faisait quatre ans qu'ils étaient ensemble. J'avais l'impression qu'il me l'imposait aujourd'hui et que je n'avais pas mon mot à dire, comme si elle allait prendre la place de maman, qu'elle allait vivre chez nous et faire oublier, à mon père, maman. Je ne la voyais que comme la méchante de l'histoire. Comme la méchante reine dans Blanche-Neige. C'est une façon assez enfantine, peut-être même égoïste de voir la chose, mais je m'en fiche. C'est le moment de faire payer ces quatre ans de secret, autant à mon père qu'à Elizabeth.

«Tu me rappelle quel âge elle a. T'es inconscient ou quoi ?! moi j'la veux pas à la maison, c'est clair ? J'veux pas de ta trai.. Elizabeth à la maison. Baise avec si tu veux, mais j'veux pas la voir. Elle remplacera pas maman. » Je serrais les poings, me levant de ma chaise pour dominer mon père. «Maman devait rester la seule et l'unique femme que tu aimerais jusqu'à la fin de tes jours. S'il n'y avait pas eu ce putain d'accident, elle serait encore là et tu m'imposerai pas Pryde ! Parce que.. parce qu'elle n'a rien à voir avec nous, elle ne fera jamais parti de la famille, tu m'entends ?! Jamais ! » Je me retenais d'hurler.

Je me sentais mal, j'avais mal au cœur, la tête me tournait, j'avais besoin d'air et un grand besoin, très graaaand besoin de me défouler. Les larmes m'étaient montées aux yeux, comme à chaque fois que je parlais de maman.
lumos maxima

_________________
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Profil
Secrets
Contact



MessageSujet: Re: 02. Revelation after christmas |Ft. Bob Jeu 29 Mai - 17:08

Jeu, set et match.

Je voulais parler d’Elizabeth, mais je savais, encore plus qu’avec les Donnelly, qu’elle n’était pas prête à m’écouter. Elle ne m’écoutait déjà pas beaucoup en règle générale, alors là, après une telle révélation … Je me forçais à ne rien dire. Je pourrais, certes, tout lui expliquer. Mais ce n’était vraiment pas le bon moment. J’essayais de faire revenir la conversation sur la fête de la veille, mais je savais qu’elle n’en avait que faire. Elle était passée dans sa phase : je pose des questions, et si tu essayes d’y répondre, je t’éclate la gueule. Ce qui signifiait que je n’avais plus qu’à attendre. Elle faisait vraiment trop peur.
Si je comprenais bien, elle s’en fichait que je couche avec. Le point qui la dérangeait, outre le fait de ne pas le lui avoir dit plus tôt, c’était visiblement … Mary. La colère grondait en Summer, je l’avais déjà entendue. Pas souvent, certes, mais je la connaissais. Sa voix s’était faite légèrement plus … brisée, quand elle évoqua sa mère.
Je n’avais pas besoin de me lever pour faire face à ma fille. Je n’avais pas à m’expliquer : je n’étais pas en tort. Loin de là. Coupable d’aimer ? En voilà une bien drôle …
- Et je l’aimerai toujours ! Mais elle est PARTIE ! Elle se retenait d’hurler. Pas moi.

Tu vois, la vie, c’est simple.
On nait. On aime. On perd ceux que l’on aime. On meurt.
Et on recommence.
Encore et encore, jusqu’à ce qu’on perde tout, pour de bon. La mort de Mary m’avait tué, d’une certaine manière. Et ma fille m’avait aidé, à naître de nouveau. Je ne savais pas si je pouvais supporter la voir comme ça. Qu’est-ce qu’elle voulait, au juste ? Que je reste là, à aimer un fantôme qui ne reviendra jamais ? Mary avait été ma femme, on s’était connus très tôt, et je l’aimerais toujours. Mais elle était morte, et je savais qu’elle aurait voulu que je perde moins de temps après sa mort, qu’elle voulait me voir heureux, encore. Aimer, encore.
Et ça déplaisait à Summer. Ma fille. Dommage.
En lui révélant ma relation, je ne voulais rien lui imposer. Je ne voulais pas lui imposer Elizabeth, loin de là. Je voulais qu’elle soit au courant, pour nous. Qu’elle comprenne. Je ne voulais pas qu’elle croie que j’allais tout lui imposer. Ce n’est pas comme si elle allait poser ses valises cinq minutes plus tard dans cette maison !
Mais pour Summer, c'était la même chose. Je lui avais pris le reste de ses souvenirs. A nous de nous en faire de nouveaux.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : overbooké
CREDITS : signa : me / avatar : draumrkopa
NOMBRE DE MESSAGES : 282

ÂGE : 18
LOGEMENT : Maison du lac
OCCUPATION : Etudiante en médecine
HUMEUR : En colère
ETAT PHYSIQUE : Rien à signaler, je suis en forme.
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: C'est notre faute...
Autres comptes: Eleanor A. McKenzi
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 02. Revelation after christmas |Ft. Bob Jeu 29 Mai - 17:50

Revelation after christmas

J'étais mal, mon coeur se serrait, ma gorge se nouait, je me retenais de fondre en larmes. Je gardais cependant mes yeux rivés dans ceux de mon père, mon regard était noir, je me demandais à quoi il songeait, il ne répondait pas, on aurait dit qu'il ne respirait plus, on aurait dit qu'il était figé.. Ou que le temps c'était arrêté, mais non.. Parce qu'il se mit à hurler: « Et je l’aimerai toujours ! Mais elle est PARTIE ! » Fort, très fort. Tellement fort que j'en eu peur et que je le dévisageais. Il me faisait peur et il venait de me mettre devant la terrible vérité que je n'aimais pas évoqué. Maman était partie. Maman était morte. Enterrée. Morte. Enterrée. Ce qui voulait dire, que mon père avait perdue la femme qu'il aimait, la mère de sa fille unique, je n'étais pas la seule à vivre dans la douleur, mais aujourd'hui et cela depuis quatre ans, il ne pense plus à maman, ou très peu, parce qu'il aime Elizabeth et ça, c'est le pire, parce que moi la douleur je la vis toujours et je la vivrais toujours. On peut remplacer une femme, une épouse, mais on ne peut pas remplacer une mère, une maman, on ne pourra jamais remplacer ma maman.

Ma tête tournait, mes jambes tremblaient, ma vue se brouillait parce que les larmes remplissait mes yeux bleus, les noyant peu à peu jusqu'à ce qu'ils coulent et que les larmes roulent sur mes joues. Je serrais les poings, très fort, tellement que j'en avais mal aux paumes et aux phalanges, j'avais envie de vomir, mais surtout d'hurler, d'hurler très fort jusqu’à m'en écorcher la voix.

Les larmes roulaient vite, très vite sur mes joues pâles. Pourtant je regardais toujours mon père droit dans les yeux, la colère se lisant sur mes traits et dans mes prunelles. Je serrais les dents, au point qu'elles en grincèrent.

«Elle.. » Je ne parvenais pas à parler, de crainte de m'emporter. «Elle n'aurait pas dût mourir seule.. J'aurais dût mourir avec elle, comme ça je n'aurais jamais vécu ça, je n'aurais jamais vécu ce que tu m'impose.. Je.. » Ma voix était brisée, je craignais qu'il ne m'est pas entendu. J'avais fermé les yeux, laissant mes larmes couler. Puis je bousculais ma chaise qui se renversa par terre dans un bruit sourd, je frappais la table de mes poings, tellement fort que j'en eu très mal, une douleur que je ne montrais pas. Je rouvrais les yeux, et ne pût m'empêcher d'hurler dans un sanglot : «Et pourquoi a-t-elle prit sa voiture, cette route ce jour là ?! HEIN ? POURQUOI ? » J'hurlais après mon père, des questions que je m'étais toujours posé mais auxquelles je n'avais jamais obtenu de réponse, je lui reprochait ce pour quoi il n'avait rien à voir. J'hurlais encore, exprimant ma colère :
«Elizabeth Pryde ne sera jamais la bienvenue dans cette maison, tu m'entends ?! JAMAIS ! Et je compte bien lui pourrir la vie à cette catin ! Tu m'ENTENDS ?! »

Déterminée comme jamais, je me dirigeais vers la porte d'entrée, ne regardant même pas mon père en partant. «JOYEUX NOËL !» Criais-je en claquant la porte.

«J'te déteste papa, j'te déteste.» Marmonnais-je dans le froid de cette fin de journée d'hiver, en prenant la direction du centre, pour me rendre à l'épicerie, j'aurais deux mots à lui dire à cette trainée de Pryde.

lumos maxima

_________________
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Profil
Secrets
Contact



MessageSujet: Re: 02. Revelation after christmas |Ft. Bob Dim 1 Juin - 12:37

Subtilité, bonjour.

Je n’aimais pas les mots que je lui ai dit, je n’aimais pas plus ceux qu’elle avait prononcé. C’est un cercle vicieux qui fait du mal à tout le monde. Je la vis blanchir sous mes yeux, et je savais que je ne pouvais rien dire. Car là, devant moi, à ce moment-là, elle me haïssait. Elle me haïssait probablement autant qu’elle aimait son bon vieux père, mais là, j’étais devenu l’ennemi public numéro un. Ses yeux étaient humides, et pour autant, je pouvais à peine la regarder. Je me faisais assez honte, à l’avoir mené dans un état pareil. Elle se forçait à parler, comme pour elle-même, comme pour éclaircir ses idées sombres. Mais je comprenais à peine ce qu’elle disait, étouffée dans ses sanglots.
Et puis, les cris. Je les attendais depuis longtemps ceux-là, je fus à peine surpris. Mais à sa question, oui. Je pensais qu’elle ne voulait pas savoir pourquoi elle était sur la route, ce soir-là, du nouvel an 2000. Mais apparemment, je m’étais trompé. Elle devait se poser la question depuis un certain temps déjà, mais parfois, j’oubliais. J’oubliais ce qu’elle avait vécu, j’oubliais qu’elle en faisait des cauchemars, j’oubliais qu’elle avait le droit de savoir. Je la tenais éloignée de cet accident alors que moi-même, j’ai détesté ne pas pouvoir enquêter. On m’a tenu à l’écart. Je la tenais à l’écart.
Il y a certaines choses que l’on acquière, et que l’on comprend, qu’avec le temps. Elle déversa un flot haineux et emplit de colère à l’attention d’Elizabeth, me souhaita un joyeux Noël, chose que j’avais complètement oublié, et claqua la porte.
Et donc, j’étais supposé faire quoi ? J’avais à peine esquissé un geste pour la retenir. Elle ne se rendait pas compte … elle ne se rendait pas compte comment elle ressemblait de plus en plus à sa mère. Je me sentais étrangement seul à ce moment-là.
Je m’écroulais sur la table, repoussant dans le même mouvement mon assiette. Je prenais appui sur mes coudes, ma tête était trop lourde à porter, elle était pleine de colère, contre Summer, contre moi-même. Le pire, c’est qu’on m’attendait au poste. Je ne pouvais pas aller chercher Summer, où qu’elle soit allée – elle avait une grande tendance à disparaître de cette maison aussi souvent que possible, mais comme elle revenait, je ne me faisais pas de soucis pour elle. Mais j’avais ce foutu appel du poste concernant une urgence Donnellienne. Alors, après un long moment couché sur ma table, je relevais la tête de mes mains, débarrassais la table et partis au poste.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Profil
Secrets
Contact



MessageSujet: Re: 02. Revelation after christmas |Ft. Bob

Revenir en haut Aller en bas
 

02. Revelation after christmas |Ft. Bob

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Road to Salvation :: GRAYSON :: Les alentours :: Maison du lac-