AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Road to Salvation a fermé ses portes.


Partagez | .
 

 03. All drinking from the same stream. + (samuel)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Profil
DISPONIBILITES : disponible
CREDITS : + blue lagoon.
NOMBRE DE MESSAGES : 36

ÂGE : + 20 ans.
LOGEMENT : + madison street.
OCCUPATION : + glandeuse.
HUMEUR : + se fait chier.
ETAT PHYSIQUE : + quelques cicatrices mais présentement suffisamment loin du plongeon pour que personne ne s'inquiète.
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: C'n'est pas mon problème.
Autres comptes:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: 03. All drinking from the same stream. + (samuel) Ven 22 Aoû - 14:44


    ⊹ one more beer.


T’en as pas marre de te réveiller la nuit ? T’en as pas marre d’écouter de la musique bien trop fort ? T’en as pas marre de déambuler dans le noir ? Des fois si, des fois toutes ces habitudes c’est comme tirer encore et encore sur une corde déjà trop tendue, c’est la couper brin après brin jusqu’à-ce qu’elle se casse, c’est user la vie et ne boire plus que la lie et avoir envie de jeter la bouteille contre un mur pour ne plus avoir ce goût amer dans la bouche. Des fois non, cette succession de nuits pourrait être une vie entière que cela ne te dérangerait pas, tu te lèverais crépuscule après crépuscule sans rechigner, sans être ennuyée le moins du monde, comme le font ceux qui chaque matin s’en vont vaquer à je ne sais quelles affaires qui les occupent en ouvrant les bras pour ce nouveau jour. Et ce soir heureusement, pas de vin trop aigre, tu ouvres toi aussi les bras à cette nouvelle nuit, non pas transportée par la joie mais tout du moins accueillante. Tu te lèves alors que ta famille te couche, ça t’évite de les voir c’est déjà ça, tu ne liras pas le reproche dans leurs yeux. Tu te promènes dans la cuisine vide en sous-vêtements, un bol de céréales à la main, regardant la lumière des lampadaires dans la rue où passent encore quelques voitures de temps à autre. Ce n’est pas que la circulation te passionne, loin de là, au saut du lit tu es simplement un peu comme une vache qui regarde passer les trains. Une fois à peu près réveillée tu mets le rat dans sa cage, enfiles des vêtements bien trop indécents pour ta famille et une couche de maquillage bien trop épaisse à leur goût puis tu pars sans même fermer à clé derrière toi. Si quelqu’un rentre et tue ta famille, ce sera ta faute mais on verra à ce moment là. Pour l’instant la seule chose à laquelle tu penses c’est où tu vas aller.

Finalement le compas dans ta tête te guide jusqu’au bar du village, tenu par un homme apathique, ce qui fait qu’il se fout de votre vie mais également qu’il se fout de l’âge de la personne à qui il vend de l’alcool. Un homme donc assez désagréable mais qui a des avantages indéniables. Tu entres dans l’endroit comme une fleur, mains dans la poche, presque sifflotant. Il y a déjà un certain nombre de personnes dans l’endroit, en même temps le bar n’est presque jamais vide, est-ce que je dois rappeler le taux d’alcoolisme dans les villes d’une taille inférieure à cinq mille habitants ? Je ne pense pas, l’état des lieux parle de lui-même. Tu adresses un sourire à une ou deux personnes à qui tu as déjà parlé et te diriges vers le comptoir de l’endroit. « Salut Calvin ! » Il y a une once d’enthousiasme dans cette salutation, ce qui est sans doute bien plus que lui offrent quatre-vingt dix pour cent de ces clients. Cependant, ce cher Calvin n’a pas grand chose à faire de l’enthousiasme de sa clientèle tant qu’elle consomme, ce qui se comprend d’un point de vue commercial. « Tu prends quoi ? » Droit au but, n’est-ce pas ? Tu fais une légère moue et commandes un Bloody Mary. Par ici les cocktails ne sont pas délicieux, il est plus spécialisé dans la bière, sauf que tu aimes bien alors le goût ne te dérange pas trop, tu en prends un parce qu’il les charge et ensuite tu prendras une bière puis tu resteras ou tu iras traîner dans la rue. Il te sert, tu mets quelques billets sur la table et attends patiemment qu’il te rende la monnaie. Alors tu t’accoudes au comptoir et regardes autour de toi, cherchant des personnes qui te donnent envie d’engager une conversation. Il n’y a pas grand monde à vrai dire.

Ah si, là dans un coin, assis à une table, un brun plutôt pas mal que tu as déjà vu en ville. Tu ne connais pas son prénom mais tu es à peu près sûre de connaître son nom de famille et pour cause : Donnelly. On ne parle que d’eux en ville depuis qu’ils sont arrivés. Tu as déjà vu un certain nombre de fois le plus jeune, un blondinet qui te regarde bizarrement lorsqu’il te voit. Celui-ci a l’air seul et même s’il attend quelqu’un, la chaise en face de lui est pour l’instant libre alors ça suffit à ta curiosité. Tu prends ton verre en main et la liberté de t’asseoir à la place vacante. Tu sers un sourire au brun. « Hey t’es un des Donnelly non ? » ‘‘un des Donnelly’’, la chose la plus adorable à dire à quelqu’un qu’on ne connaît pas. Non pas que ce soit péjoratif en soi mais ça ne reste pas extrêmement agréable dans la formulation. Tu tends la main pour serrer la sienne. « Moi c’est Alexis, Alexis Spelling. » Tu dirais bien ‘‘enchantée’’ mais ça, ça dépendra de la réaction du gus.

_________________
- sad faces -
So, didn't you find love or salvation in what they do, a heart is built of gold, the heavens they are too, it's in the hand you hold. how long can we ignore, we give a little more, and then we break our truth. I don't feel like I'm falling, I'm up against the sky, let's grab the heart of the world and turn into the light.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
CREDITS : image@moi
NOMBRE DE MESSAGES : 101
ÂGE : 26
LOGEMENT : East jefferson street (13)
OCCUPATION : Barman
HUMEUR : Paumé!
ETAT PHYSIQUE : Marqué au niveau de la pommette par le poing de son frère ce gros connard !
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: C'n'est pas mon problème.
Autres comptes: H.Carter Wuornos
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 03. All drinking from the same stream. + (samuel) Lun 25 Aoû - 16:08



All drinking from the same stream

Ca m’était retombé sur le coin de la gueule d’un coup.
Lorsque Jude avait passé la porte, j’étais resté comme un con assis sur l’accoudoir du canapé, les yeux fixés sur l’entrée de cette baraque pourrie. J’avais fini par reprendre le cours de ma journée, essayant d’occulter les nouvelles plus que dérangeante qu’elle avait amenées avec elle et si ça n’avait pas fonctionné aussi rapidement que je l’aurais souhaité. C’est le retour de mes frères que j’avais pour une fois salué, j’avais tout d’un coup autre chose sur lequel porter mes pensées.

24H. C’est le temps de répit que j’avais réussi à m’accorder mais ce soir toutes ces réflexions refoulées étaient revenues me hanter encore plus fortement, je m’enfermais dans un silence de mort pour ne pas laisser paraître au reste de ma fratrie le questionnement qui me rongeait les tripes et quand finalement je ne put plus me contenir, je me contenta de simplement balancer que j’avais des trucs à faire et j’avais mis les voiles. L’envie de prendre la bagnole et de me barrer à Cleveland m’avait traversé l’esprit je dois bien le reconnaître mais Cleveland était à présent synonyme de gros merdier, il valait mieux pour moi que je m’en tienne éloigné, tout du moins aussi longtemps qu’il le faudrait pour trouver le fric que je devais à ces gros connards attardés, pour le reste….et bien le reste m’attendait sagement à Grayson et il faudrait bientôt que je m’en occupe, prendre mes responsabilités ne m’avait jamais été parus plus difficile qu’aujourd’hui.

Finalement c’était dans le bouge du coin que j’avais terminé ma route, le bar même qu’Aidan et moi avions cherché le premier soir de notre arrivée sans vraiment le trouver, c’était presque risible à présent que nous avions commencé à prendre nos marques dans la région, la ville tenait en trois rues aussi ne pas trouver un endroit comme celui-ci tenait presque du miracle. Lorsque j’étais entré à l’intérieur de l’établissement le peu de gens qui s’y trouvaient s’était presque arrêté de parler pour me fixer d’un air réprobateur, la désagréable sensation d’avoir mis les pieds dans un endroit qui ne m’attendait pas me souleva un peu l’estomac mais je n’en avais pas vraiment grand-chose à faire tant qu’on me servait à boire après tout.

Je rejoignis le bar et le vieil homme qui s’y trouvait me lança un regard froid avant de pousser un soupir clairement soulé. « Je vous sers quoi ? ». Je prend sur moi, affiche un sourire clairement forcé et lui demande un whisky, je sors un billet de ma poche, et le dépose nonchalamment sur le bois sombre du comptoir. « Gardez la monnaie. » Je ne demande pas mon reste et me saisis du verre qu’il me dépose devant la tronche avant d’aller me poser dans un coin tranquille du bar, aucune envie de faire la conversation à qui que ce soit et de toute façon vue la tronche qu’ils tirent tous, je doute fortement que quiconque ne tente de venir me raconter les derniers potins du coin, potin dont ma famille est probablement le centre en ce moment.

1…2…3 verres plus tard, la porte laisse échapper un grincement désagréable mais contrairement à la population qui se trouve déjà dans le bar, c’est un tout autre genre qui vient de faire son entrée. Une nana plutôt agréable à regarder vient de rejoindre l’équipe de bras cassé qui compose l’endroit, autant dire que ça change. Elle paraît relativement jeune et ma première pensée est qu’elle vient chercher son père ou son frère ou peu importe à dire vrai, qu’est-ce que j’en ai à foutre après tout, je suis ni son père, ni son frère, j’ai déjà bien à faire avec les miens non ?

Je relâche l’intérêt que j’ai pu lui porter quelques secondes plus tôt et reporte mon attention sur le verre qui se balance entre mes doigts, sur mon gamin qui n’est pas encore né et sur le fric que je vais devoir trouver d’une façon ou d’une autre. La merde dans toute son entièreté. Je ne la vois pas vraiment arrivé et ce n’est finalement que le son de sa voix qui me fait relever la tête.

« Hey t’es un des Donnelly non ? »
Je la regarde sans rien dire, est-ce que c’est vraiment une question, je ne crois pas, j’ai pas envie de causer de toute façon surtout pas avec une ado sortie de nulle part. Cependant elle n’a pas vraiment l’air de s’en formaliser puisqu’elle est déjà assise en face de moi et qu’elle me tend la main.
« Moi c’est Alexis, Alexis Spelling. »
J’hésite un instant à la laisser planter comme ça mais je me dis que vu le succès qu’on a dans le coin, ce serait peut-être pas plus mal d’éviter de leur donner des raisons supplémentaires de nous cracher à la gueule toute les cinq minutes, je pose donc mon verre et glisse ma main dans la sienne.

« Samuel. Samuel Donnelly. »
Je reprends mon verre et en avale une gorgée pendant qu’elle m’observe sans vergogne.« Je peux faire quelque chose pour toi peut être Alexis Spelling ? » Autant être clair payer un verre, discuter de deux-trois trucs sans intérêt ok, mais vient pas me demander la lune ma jolie, tu risquerais d’être déçu.

« T ‘es pas un peu jeune pour picoler dans un trou pareil  à cette heure-ci ? T’as pas école demain ? » Je glousse comme un con, c’est certainement pas le truc le plus sympa à dire, ni même la meilleure façon de débuter une conversation mais quelque chose me dit que la gamine a assez de culot pour ne pas se laisser faire, après tout elle est assise en face de moi, un parfait inconnu,  à une heure plus que discutable de la nuit. Je suis passé par là je crois bien, je m’en souviens plus trop là tout de suite je dois dire.


made by LUMOS MAXIMA
Revenir en haut Aller en bas
 

03. All drinking from the same stream. + (samuel)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Road to Salvation :: GRAYSON :: Adam Street :: drugstore/bar-