AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Road to Salvation a fermé ses portes.


Partagez | .
 

 02. Soirée dancefloor † 11:05 PM

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Profil
NOMBRE DE MESSAGES : 231
Secrets
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: 02. Soirée dancefloor † 11:05 PM Sam 14 Juin - 20:54


MINI EVENT : JOUR DE L’AN

Trimble : nightclub


Rejoignez-nous pour une soirée exceptionnelle sur le dancefloor, avec DJ POWERRED aux platines ! Au programme : concours de tee-shirts mouillés, distribution de goodies, stripteases et autres réjouissances.
Entrée : 45$ (comprenant une conso), 3$ pour le vestiaire  
Ca va sérieusement groover alors n'attendez plus et venez entamer l'année 2014 de la meilleure façon qui soit !  
 
 

PARTICIPANTS •
- Alexander Gray (barman)
- Aël MacNamara (client PNJ)
- Bonnie Hall (danseuse)
- Eleanor McKenzi (danseuse)
- Samuel Donnelly (client - 2e partie de soirée)
- Tyler Lawson (client)

PAS D'ORDRE DE PASSAGE (POUR PLUS DE COHÉRENCE, UTILISEZ LE flood rp) ; PAS DE LIMITE DE LIGNES

LE DÉCOMPTE SERA ANNONCÉ PAR L'ADMINISTRATEUR

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : overbooké
CREDITS : cha
NOMBRE DE MESSAGES : 286
ÂGE : 21
LOGEMENT : Trimble
OCCUPATION : cuistot au Leo's Deli
HUMEUR : excellente
ETAT PHYSIQUE : Tatouages - torse (inscription "Life goes on", sous le téton gauche "mom") ; épaule droite (crâne entouré de fleurs)
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: C'n'est pas mon problème.
Autres comptes: Dorian Spelling, Hunter Pendleton, Nathaniel Redd
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 02. Soirée dancefloor † 11:05 PM Sam 14 Juin - 21:21

Happy New Year !


Seems to me now
That the dreams we had before
Are all dead, nothing more
Than confetti on the floor
It's the end of a decade
In another ten years time
Who can say what we'll find
What lies waiting down the line ?

C'est le moment de faire le bilan, de comparer le nombre de merdes qui nous sont tombées sur le coin du museau, aux moments de bonheur qu’on a pu éprouver. Pour Tyler, c’est simple : tous les bons moments effacent les mauvais ce soir. Il voit la vie en rose, pendu au bras tatoué de son grand taciturne d’irlandais. Il a fallut qu’il supplie pour qu’il accepte de se pointer à une nouvelle soirée où se trouveraient Alexander et Bonnie, ses acolytes chics de choc ! Au final bien sûr, le cuisinier du Leo’s a trouvé le moyen de retourner un peu la situation en faisant comprendre à son petit ami qu’il allait lui-même devoir faire de gros efforts pour ne pas mourir de jalousie pendant que Bonnie danserait autour de sa barre de fer pour aguicher tous les mecs du coin…
Mais au final, il a suffit de quelques baisers et d’une petite pipe pour qu’Aël se laisse tenter et accepte de l’accompagner à ce qui sera, Tyler l’espère vivement, la meilleure soirée de 2013 pour lui. Il le mérite de toute manière ! Parce que de la merde, il en a quand même reçu pas mal dans la tronche…
Ce n’est pas le moment d’y penser cependant, c’est le moment de trémousser son popotin sur la piste de danse, en même temps que tous les connards qui ont fait le déplacement et accepté de payer la modique somme de 45$ pour passer les portes. Certains n’ont pas pu rentrer, mais Ty connaît du monde alors il n’a eu aucun souci. Ce soir, il est en mode VIP, s’il vous plait !

Le jeune homme pousse un cri d’exaltation en apercevant Alexander derrière son bar et attrape la main d’Aël pour l’entrainer à sa suite de ce côté-ci. Bonnie doit être en loge pour se préparer à retourner danser. Le nightclub a ouvert ses portes vers onze heures et elle a certainement dû faire un passage ou deux, à moins que le proprio la réserve pour le décompte… Le clou du spectacle ! Ce serait digne de Bonnie ça au moins !
Ty se fraye un chemin parmi la foule (en sueur) en mouvement et n’hésite pas à bousculer les gêneurs pour parvenir à atteindre le bar sur lequel il s’accoude. Aël se place derrière lui, comme pour le protéger, ses deux mains appuyées de chaque côté de sa silhouette frêle.  C’est trop mignon !
« Alex ! » hèle-t-il son ami qui finit par le remarquer et lui fait signe qu’il va arriver.
Ty prend donc son mal en patience et en attendant, il se retourne pour s’adosser au bar recouvert de néon, caressant le torse de son petit ami d’une main en lui souriant.
« Soit gentil et tu auras une récompense. »
« Je ne suis pas un chien » réplique simplement Aël, avant de venir embrasser ses lèvres, sans décrocher le moindre sourire.
Tyler glousse et lui rend son baiser avant de se retourner pour constater qu’Alex les a rejoint.
« Salut ! AAAAH ! T’as mis la chemise qu’on a achetée ensemble ! » s’extase-t-il en renonçant à se pencher au-dessus du comptoir pour voler un baiser à son ami. Il n’a pas envie de se faire rembarrer et de gâcher lui-même sa bonne humeur aussi bêtement…

_________________
this is how to be a heartbreaker.
   


Dernière édition par Tyler A. Lawson le Sam 14 Juin - 22:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : disponible
CREDITS : Blinizz sucré
NOMBRE DE MESSAGES : 381
ÂGE : 24 ans
LOGEMENT : Trimble
OCCUPATION : BARMAN/SERVEUR - DEALER
HUMEUR : Excédé.
ETAT PHYSIQUE : Plus ou moins en forme, moins de crise de manque - peut-être parce que je me drogue un peu plus -.
Secrets
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 02. Soirée dancefloor † 11:05 PM Sam 14 Juin - 22:17

Je boutonne la chemise que Tyler et Bonnie m'ont choisit lors de notre journée où tout était permit pour les Reines en titre. Ce soir c'est le nouvel an qui clôturera cette année de merde que nous avons passé. Enfin, cette fin d'année surtout. Ayant le droit à un jour de congé pour Noël, j'étais de permanence ce soir au bar... Le soir où j'allais rencontré tous les plus gros connard de ce village, beurré jusqu'à la moëlle, mais surtout, j'allais certainement y voir Bonnie. Nous avions passé Noël ensemble, alors ça m'étonnerait que le patron ne lui accorde le nouvel an en plus. Depuis le 26 Décembre, plus aucune nouvelle. Pas un coup de fil. Pas une visite. Rien, que dal, comme si elle n'avait jamais existé. Et je ne saurais pas dire si je suis complètement furax ou totalement blessé. Tout ce que je sais, c'est que je l'ai de travers et que de la voir ce soir risque de tout faire, sauf de me faire garder mon calme. Je suis tenté de prendre une pillule d'ectasy ou un rail... Le sachet caché au fond de mon tiroir semble m'envoyer des signaux jusque dans la salle de bain. Je me passe de l'eau sur le visage. La lutte contre l'addiction est mortel et m'achève les jours où je tiens. Cernes, visage blafard, mains tremblantes, sueurs, et j'en passe des plus agréables.... Pas ce soir. Un effort, pas ce soir. Un dernier regard dans le miroir pour y voir mon regard de dépraver me donne la lueur nécessaire pour me tirer au plus vite de la baraque, ignorant les appels incessants de la coke.

23h15

Les basses résonnent au creux des côtes et j'enchaîne les verres que je serres sans un mot, m'efforçant d'accorder un sourire à chaque client. C'est le nouvel an et qui dit nouvel an : Dit effort pour rameuter un maximum de client. Il faut leur faire passer la soirée de leur rêve où pour un soir, tous les corps transpirant oublieront leur problème. Et c'est bien le dernier de mes soucis et j'irais les envoyer ce faire foutre si le patron n'avait pas promis une belle prime à la fin de la nuit si Harper, Mat' et moi assurions au bar. Si un petit paquet de fric m'attends à la clef, j'peux bien servir mon plus beau sourire à tout ces connards... même si je ne me prive pas de quelques crachas dans le verre des plus cons.

Un coup d’œil vers la piste de danse, pas de chevelure rousse. Pas de Bonnie. Je sais qu'elle est là, je l'ai entre-aperçu. Je sais également qu'elle aura pour consigne d'effectuer des streap-tease comme toutes les danseuses ce soir... Quand le patron à annoncer le programme avant que le bar n'ouvre et évoquer ce petit détail, j'ai sentis une vague de chaleur grimper. J'ai tout d'abord mit ça sur le compte du manque. Ca ne pouvait être que ça. Qu'est-ce que j'en ai à foutre si Bonnie doit se foutre à poil devant tous ces chiens, hein ?

« Alex ! »

Je tourne la tête : Tyler. Je lui esquisse un sourire et lui fait signe d'attendre. Je termine mon cocktail, le serre à la jolie brune au comptoir avant de me diriger vers Queen Daisy... flanquer de sa plante verte. C'est comme ça que je vois cet enculé d'Aël maintenant : Une plante verte. Il parle pas,  ne bouge pas, à se demander si ce connard respire. Et l'idée qu'il puisse voir Bonnie se déshabiller tout à l'heure me donne déjà l'envie de le laisser pour mort une bonne fois pour toute. Mais c'est le copain de Tyler, alors respectons je vous pris.

« Salut ! AAAAH ! T’as mis la chemise qu’on a achetée ensemble ! »

Je baisse les yeux vers ma chemise par automatisme et lui accorde un large sourire avant de lâcher :

« Oui, j'ai voulu me faire beau exprès pour tes jolies yeux mon grand fou ! »

Regard furtif à Aël sans que Ty' ne s'en aperçoive. T'as vu connard ? Moi aussi, j'peux être une pute. Parce que ce que t'as fais à ton copain, c'est moche, très moche. Et même si c'est une princesse qui me fait chier 90% du temps, bah j'l'aime bien. Je prends le morceau de tissu que j'ai placé sur mon épaule pour essuyer le comptoir face à moi, guettant de temps à autre la piste de danse.

« Alors, j'te serre quoi ? Je t'offre la deuxième conso rien que pour toi ! Parce que c'est jour de fête. »

Ma bonne humeur est factice, mais rien à branler. Je sais que tôt ou tard, le manque va se manifester, surtout sous le coup de toutes les commandes, du bruit, de la fatigue, de l'agacement mais là aussi, rien à branler.

« Si tu cherche Bonnie, elle est dans sa loge... tu sais genre comme les stars quoi. Elle devrait pas tarder à passer. »

Nouveau coup d'oeil à Aël... Est-ce que lui crever les yeux fait partie de ma prime ?
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : overbooké
CREDITS : cha
NOMBRE DE MESSAGES : 286
ÂGE : 21
LOGEMENT : Trimble
OCCUPATION : cuistot au Leo's Deli
HUMEUR : excellente
ETAT PHYSIQUE : Tatouages - torse (inscription "Life goes on", sous le téton gauche "mom") ; épaule droite (crâne entouré de fleurs)
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: C'n'est pas mon problème.
Autres comptes: Dorian Spelling, Hunter Pendleton, Nathaniel Redd
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 02. Soirée dancefloor † 11:05 PM Sam 14 Juin - 22:32

Happy New Year !

Seems to me now that the dreams we had before are all dead, nothing more than confetti on the floor.
It's the end of a decade in another ten years time : Who can say what we'll find, what lies waiting down the line ?

« Alors, j'te serre quoi ? Je t'offre la deuxième conso rien que pour toi ! Parce que c'est jour de fête. »
« Aaaw ! Tu sais trop parler aux hommes toi ! Tu serais pas barman dans la vie ? » minaude Tyler, obligé de crier pour se faire entendre, ce qui gâche un peu le côté sexy de sa voix. Mais tant pis ! Tout le monde ici sait qu’il est sexy, il n’a pas besoin de s’en soucier. « On va prendre… Un mojito et… un Blue Lagon ! J’te dis pas qui prend quoi, comme ça tu éviteras de cracher dans le verre de mon amoureux » ajoute Ty dans un clin d’œil.
Il est cuistot, il sait ce qui se passe quand le client a le dos tourné… Et hors de question qu’Alexander et Aël échange leur salive ! Il doit déjà vivre avec l’idée que la queue de son bellâtre est entrée dans la chatte de sa rouquine favorite, c’est suffisant !

« Si tu cherche Bonnie, elle est dans sa loge... tu sais genre comme les stars quoi. Elle devrait pas tarder à passer. »
« J’la cherchais pas spécialement » répond-t-il en haussant une épaule pendant qu’Alexander se met au travail, réalisant qu’il est plus irrité qu’il ne le voudrait après son amie.
Dès qu’il sait que Bonnie et Aël vont être réunis quelque part, c’est plus fort que lui, ça le contrarie… Et puis ce soir, elle va être à moitié à poil devant lui… Peut-être qu’il aurait dû aller à cette stupide soirée déguisée à Gower avec son bel irlandais en fin de compte.  Non mieux, ils se seraient déguisés en Adam et Eve et auraient finalement décidé de ne pas bouger et de simplement baiser comme des sauvages toute la nuit durant chez Aël… Fêter le passage à la nouvelle année avec la queue d’Aêl en lui… Boh y avait encore moyen d’en arriver à ce plan cela dit !
« Avec Aël on a parié que tu casserais au moins trois doigts et déboiterait une mâchoire ce soir. Enfin moi j’ai parié, parce que lui il comprend pas trop le concept » explique-t-il en désignant son petit ami qui se contente de les fixer l’un après l’autre.    


_________________
this is how to be a heartbreaker.
   
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : disponible
CREDITS : Blinizz sucré
NOMBRE DE MESSAGES : 381
ÂGE : 24 ans
LOGEMENT : Trimble
OCCUPATION : BARMAN/SERVEUR - DEALER
HUMEUR : Excédé.
ETAT PHYSIQUE : Plus ou moins en forme, moins de crise de manque - peut-être parce que je me drogue un peu plus -.
Secrets
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 02. Soirée dancefloor † 11:05 PM Sam 14 Juin - 23:04

Je prépare le Mojito et le Blue Lagon de Tyler et de sa plante verte et je suis presque déçue que ce petit con ait découvert mes intentions de cracher dans le verre d'Aël. Oui parce que ça serait dommage de ne pas le faire. Je pourrais le faire dans les deux mais ça ne serait pas top pour Tyler qui n'a rien demandé, surtout que c'est le même genre que la princesse aux petits pois. Si je crache dans son verre, il serait capable de le détecté à la première gorgée et de vomir sur le bar que je viens de lustrer. Pendant la préparation, je me surprends à me demander si Carter viendra à la soirée, c'est con mais je serais content de la voir. Rencontrer un visage familier qui ne passera pas la soirée à m'éviter et à faire comme si j'étais qu'un pauvre connard parmi tant d'autre.

Fais chier, à croire que j'ai besoin d'attention. La blague de l'année, heureusement qu'elle se termine d'ici trois-quart d'heure.

J'informe Tyler que Bonnie est sûrement dans sa loge. « J’la cherchais pas spécialement » J'hausse un sourcil et hausse à mon tour les épaules en terminant les cocktails. Je sais pas pourquoi il a l'air contrarié quand je parle de sa presque meilleure amie... Les histoires de gonzesses, j'y comprendrais jamais rien.

« Avec Aël on a parié que tu casserais au moins trois doigts et déboiterait une mâchoire ce soir. Enfin moi j’ai parié, parce que lui il comprend pas trop le concept »

J'ai envie de lâcher que de toute manière, c'est le genre de mec qui ne doit pas comprendre le concept de la marelle alors autant ne pas trop lui en demander mais là encore, je me retiens. Inutile de pourrir la soirée de qui que ce soit. Concernant les paris, c'est vrai que ça n'est pas impossible à ce que je perde patience et que je me retrouve éjecté dehors en même temps que celui que j'aurai cogné. Mais il me suffit d'imaginer le chèque bien fourni du patron pour réussir à me tempérer un minimum.

« Désolé, mais c'est pas pour ce soir que tu verras mon beau torse transpirant en pleine action. »

j'avais plutôt envie de répondre que je sais déjà quelle mâchoire je vais déboîter pour m'en faire un cendrier mais encore une fois, je ferme ma gueule. Je soupire de manière imperceptible. Je vais passer la soirée à me faire un ulcère à ravaler tout ce que j'ai envie de leur claquer à la tronche.

« Voilà pour Messieurs. Oublie pas le pourboire généreux que tu vas me déposer parce que t'es quelqu'un de super sympa et qui m'adore. »

Petit clin d'oeil en direction de Tyler. Alexander se lâche ce soir, Alexander fait des efforts concrets.

Alexander à surtout envie d'un putain de rail de coke et est complètement sur les nerfs. Parce que je suis en manque et parce qu'à chaque fois que l'idée que Bonnie va surgir d'une seconde à l'autre débarque, je sens une tension dérangeante au creux du ventre. De voir qu'elle ne prend plus la peine de décrocher lors de mes appels m'a littéralement laissé un goût amer. Le jour où nous avions fait cette virée en ville avec Tyler, je l'ai sentis. J'ai sentis ce putain de coup venir. Pourtant, tout portait à croire que je m'étais complètement planté, surtout lorsque nous nous sommes retrouvés seuls dans l'appartement et que nous sommes devenus effervescence. Puis il y a eu Noël où là encore, j'ai cru que je n'étais qu'un pauvre con à croire que des conneries … Jusqu'au 26 où elle a disparue, comme la fumée des clopes que je consume sans modération.

« Tu vas passer toute ta soirée ici alors ? Ou tu compte finir le nouvel an ailleurs ? »
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : overbooké
CREDITS : cha
NOMBRE DE MESSAGES : 286
ÂGE : 21
LOGEMENT : Trimble
OCCUPATION : cuistot au Leo's Deli
HUMEUR : excellente
ETAT PHYSIQUE : Tatouages - torse (inscription "Life goes on", sous le téton gauche "mom") ; épaule droite (crâne entouré de fleurs)
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: C'n'est pas mon problème.
Autres comptes: Dorian Spelling, Hunter Pendleton, Nathaniel Redd
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 02. Soirée dancefloor † 11:05 PM Dim 15 Juin - 8:16

Happy New Year !

Seems to me now that the dreams we had before are all dead, nothing more than confetti on the floor.
It's the end of a decade in another ten years time : Who can say what we'll find, what lies waiting down the line ?

« Désolé, mais c'est pas pour ce soir que tu verras mon beau torse transpirant en pleine action. »
« Hey mais qu’est-ce que qui t’prends ? T’as mangé un pédé ou quoi ? J’vais finir par croire que tu m’dragues Alex, fais gaffe ! » glousse le jeune homme depuis l’autre côté du comptoir.  
Est-ce que ce serait si absurde que ça en fin de compte ? Qu’il le drague en voulant sincèrement s’insérer dans son pantalon, oui, évidemment : mais qu’il el drague dans le seul et unique but de faire royalement chier son petit ami… les chances sont déjà beaucoup plus importantes. Aël se manifeste d’ailleurs, en passant un bras autour de ses hanches, rapprochant subtilement son bassin de son dos.  C’est fou comme ils s’emboitent bien…
Tyler se tourne vers lui, le temps de déposer un baiser à la commissure de ses lèvres et de capter le regard presque animal que l’irlandais lance au barman. Il est à moi, semble-t-il dire, et ça fait exploser le petit cœur fragile de Tyler en millier de papillons colorés.

« Voilà pour Messieurs. Oublie pas le pourboire généreux que tu vas me déposer parce que t'es quelqu'un de super sympa et qui m'adore. »
« Va bien mouler ta gaufre ! Pourquoi tu crois que j’suis venu dans un bar où j’connais du monde ? J’veux rien avoir à débourser ! » réplique-t-il en lui tirant la langue, avant d’attraper son Blue Lagon et de tendre son Mojito à Aël qui n’a toujours pas lâché Alexander du regard… Ca commence à devenir un peu gênant…
Tyler décide donc de lui accorder un petit moment privilégié et l’embrasse en le maintenant pour la nuque pour intensifier leur baiser.
« A notre dernier rencart de 2013 » lui lance-t-il ensuite en se penchant vers son oreille, avant de faire tinter son verre contre le sien et d’en avaler une lampée. Pas mal du tout !
« Fais goûter l’tien ! »
« Non. »
« Pourquoi non ? »
« Tu as droit à un verre. »
« Mais c’est pareil ! Tu boiras une gorgée du mien comme ça, ça équilibrera. »
« Non » tranche Aël d’un ton qui ne laisse pas place à davantage de négociation.
« T’es chiant. »
« T’es diabétique. »
Tyler roule des yeux. Il déteste quand le Docteur Macnamara fait surface et lui prodigue ses bons conseils.
« Je suis aussi un garçon de vingt-et-un ans qui a envie de s’amuser un peu et de pas être traité comme un cancéreux en phase terminal ! »
« C’est toujours non. Et ne t’avises pas de le resservir dans mon dos » ajoute-t-il à l’adresse d’Ethan qui a fait semblant de ne pas les entendre jusque là. Brave garçon.
« C’est bon, il fera attention ! Commence pas à jouer ma mère ! C’est glauque comme jeu de rôle » tente de plaisanter Tyler en sirotant à nouveau son cocktail d’un bleu électrique.

Et puis ils passent enfin à autre chose.
« Tu vas passer toute ta soirée ici alors ? Ou tu comptes finir le nouvel an ailleurs ? »
« Boh, j’sais pas encore ! Y a une bonne ambiance pour le moment, c’est cool ! J’m’attendais à voir que des vieux pervers mais ça va en fait ! Pourquoi ? Tu veux qu'on tienne compagnie ? »
A nouveau, Aël se manifeste discrètement dans son dos pour lui faire comprendre qu’il est hors de question qu’ils squattent le bar toute la soirée et qu’il soit obligé de se coltiner Alexander. Tyler fait comme si de rien était et attend la réponse de son ami.


_________________
this is how to be a heartbreaker.
   
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : disponible
CREDITS : Blinizz sucré
NOMBRE DE MESSAGES : 381
ÂGE : 24 ans
LOGEMENT : Trimble
OCCUPATION : BARMAN/SERVEUR - DEALER
HUMEUR : Excédé.
ETAT PHYSIQUE : Plus ou moins en forme, moins de crise de manque - peut-être parce que je me drogue un peu plus -.
Secrets
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 02. Soirée dancefloor † 11:05 PM Mar 17 Juin - 20:17

Plante verte parle dans le vide puisque je m'en contre fou de ce qu'il me dit, je fais juste ce pour quoi je suis payé, tout simplement. Et puis, Tyler à l'air de passer du bon temps. Pour une fois que j'fou pas tout en l'air faut en profiter hein, n'est-ce pas ? J'me disais être content à ce que Carter ne vienne, mais c'était avant de me souvenir de notre violente dispute la dernière fois. Cette fameuse baston devant le Drugstore. Elle et Bonnie. J'ai pas pu m'empêcher de défendre la rouquine, parce que même si depuis quelques jours j'étais devenu une ombre, elle restait quelque part au fond de ma grande carcasse, ma petite lumière, ce putain de phare que tu cherche désespérément quand tu t'es paumé dans ton crâne. Je suis certain que Carter avait ses raisons de la haïr autant mais c'était viscérale. Elle pouvait penser ce qu'elle veut, seulement il y a un certain degrés que je ne peux pas entendre sans prendre la défense de Bonnie, qu'elle soit chiante, mauvaise et con sur les bords ou pas. Elles sont d'un compliqué... Mais je ne peux pas cacher qu'au fond, j'aurai payé cher pour voir ça en live. Si je n'en étais pas venu à la dispute avec Carter, j'aurai presque pu apprécier l'image de Bonnie et de la brune entrain de se battre en pleine rue... Comme deux sauvages. Des ahuris, deux jeunes femmes empruntes de folie et surtout super excitante.

« Boh, j’sais pas encore ! Y a une bonne ambiance pour le moment, c’est cool ! J’m’attendais à voir que des vieux pervers mais ça va en fait ! Pourquoi ? Tu veux qu'on tienne compagnie ? 
Il y en a des vieux pervers... toi par exemple. 


Je laisse échapper un petit rire avant de passer un dernier coup de torchon sur le comptoir et de servir la commande du jeune homme juste à côté d'eux qui se trouve être partiellement éméché. Voir complètement, mais ce n'est qu'un détail.

« Et c'est gentil, t'es une bonne Princesse mais j'ai du boulot MOI. J'suis pas là pour minauder et m'enquiller des verres pleins de bave  à la Alexander. »

A peine ais-je achevé ma phrase que la musique se coupe et tout le monde lève la tête, instantanément, comme si la musique venait du ciel, tel un signe de dieu. Les spots ralentissent et la voix du DJ s'élève, tambourinant dans notre crâne :

« Et maintenant Mesdames et Messieurs, avant que tout le monde ne s'embrasse pour la nouvelle année... Finissons 2013 en beauté, sensualité et surtout tout en chaleur avec la terrible et sexy Ophélia... »

Son nom de scène évoqué, je sens mon estomac se serrer. Tyler réagit instantanément, agite les mains telle une grande folle parce que c'est sa rousse préférée qui entre en scène et en tant qu'artiste collègue, il faut se serrer les coudes et encourager l'autre dans ses performances. Je m'arrête un instant dans mon service, imitant cette masse de monde tourner la tête vers la scène enfumée, nous plongeant dans une ambiance suave. Une jambe se présente, puis une autre, les sifflements de plaisir se font et tous ces porcs de consanguins se rincent déjà l’œil à la seconde même où ils aperçoivent ses chevilles.

Une semaine que je ne l'ai pas vu, pas la moindre nouvelle ou signe de vie. Ni coup de téléphone, ni texto taper à l'arrache avec ses doigts engourdis. Rien. Un néant. Et je la retrouve là, sur scène, prête à se déshabiller pour d'autres regards, le mien ayant déjà été oublier pour des raisons qui m'échappent encore, faisant affluer en moi un flot de contradiction.

Le sublime s'étend dans les volutes de fumée et c'est son cœur que l'on arrache dans un silence presque religieux
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : disponible
CREDITS : Bazz
NOMBRE DE MESSAGES : 437
ÂGE : 22
LOGEMENT : Entre chez l'oncle à Grayson même et Ethan à Trimble
OCCUPATION : Danseuse / dealeuse
HUMEUR : Ta mère.
ETAT PHYSIQUE : Plutôt fatiguée par les récents évènements, style avortement, bagarre tout ça.

29/12/13 : bagarre avec Carter > visage tuméfié, côte cassée, main droite fracturé. Bleus et autres blessures au visage. Rambo quoi.
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: C'n'est pas mon problème.
Autres comptes: Une Bonnie suffit.
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 02. Soirée dancefloor † 11:05 PM Ven 20 Juin - 21:50

“ Blue velvet “ ø happy new year


« Et là le mec me dit : comment ça, c’est quoi ton problème, t’es mariée ? C’est pas grave, allez, j’suis gentil…
- Haaaa, non mais ces mecs, ils se croient tout permis j’te jure. »

Bonnie repose son verre de vin en riant mais la douleur que cela lui inflige la stoppe dans son expression. La brune qui lui fait face, assise sur le canapé près de la coiffeuse devant laquelle la junkie se tient. Du bout des doigts, elle attrape la fermeture éclaire qui se tient sur ses côtes droites et la remonte pour fermer le tissu de velours bleu destiné à cacher les seules parcelles de peau qui le doivent, pour ce soir.

« Bonnie-chérie, tu sais que tu devrais voir un médecin.
- Non.
- Sérieusement, j’veux bien t’aider pour le fond de teint mais si tu me promets de prendre rendez-v…
- Ecoute, y’a pas besoin. Mets le fond de teint… et ressers moi un verre, pétasse ! »

Mélina sourit puis attrape le fond de teint après les avoir resservies. Bonnie passe dans peu de temps, et son amie l’aide à cacher définitivement les bleus qui lui parcourent la peau. Heureusement pour elle, sa garde à vue s’est faite à Grayson et bizarrement pour une fois, ça ne l’a pas dérangée de passer la nuit là-bas.
Bonnie ne s’est toujours pas refaite de ce putain de vingt-neuf décembre. Trop de choses d’un coup, depuis, la rousse tourne au Prozac deux fois plus comme pour oublier toutes les galères. Bataille avec Carter, mort de papa et celle d’Evan. Trop de fatalités en une journée. Prendre les anti-dépresseurs en dose astronomique lui permet de ne pas craquer. Son premier souhait étant de retourner chercher Alex et de lui demander une simple pression du bras contre le sien pour que tu s’échappe exactement comme lorsqu’ils ont à nouveau coucher ensemble. Le regard dans le vide, les rougis mais bien maquillés, Bonnie se dit qu’elle aurait du, en plus, prendre son nouvel an. Impossible, qu’il a dit le Stew. Mais depuis quand Bonnie écoute les ordres ? Elle se le demande souvent ces derniers temps. Elle voudrait pouvoir oublier et pour ça : Mélina est une bonne opportunité. Et puis, ce soir, c’est son solo ! C’est comme ça qu’elle entrevoit la soirée, mais au fond, ça ne lui fait plus rien. Au fond c’est noir, vide, son cœur cristal est rangé sous des couches et couches de surmenage. La rousse lance un regard à la collègue qui lui applique tranquillement du fond de teint aux endroits qu’elle ne peut atteindre toute seule. Celle-ci comprend, attrape le sac de la rousse et alors que cette dernière avale plusieurs cachets d’affilées, on toque à la porte. Elle sait que c’est son patron, car il est bientôt l’heure.

« Tu passes dans moins d’une demie heure la rouquine, prépares toi, si t’es en retard.. »
« Si t’es en retard.. nianiania… »

La junkie le singe avec humour et pouffe de rire avec Mélina. Une demi-heure. Exactement ce qu’il lui faut pour que les médicaments agissent et qu’elle ne sente plus la douleur lancinante.

Ø

« Et maintenant Mesdames et Messieurs, avant que tout le monde ne s'embrasse pour la nouvelle année... Finissons 2013 en beauté, sensualité et surtout tout en chaleur avec la terrible et sexy Ophelia... »

Ophelia se présente sur la scène, suave, sensuelle, comme à son habitude. Elle voit flou mais eux la voit très clairement derrière son nuage de fumée. Elle ne voit pas qui est là, elle sait juste qu’Alexander et ça lui suffit. Tyler sera surement là mais, tant qu’elle ne s’approche pas du bord de la scène, Ophelia ne le voit pas. Pourtant il est grand, et déjà présent, parce que sa copine est debout sur la scène. La rousse ferme les yeux, et entame son numéro. Cette fois, dans ses gestes lascifs et surtout, dans ses yeux, Jane perçoit ce qu’elle ne devrait pas percevoir et elle danse comme si Alexander et elle se retrouvaient dans un lit.
Ses sourires aguichent, ses mains glissent, les pans de tissus se retrouvent au sol ou alors dans les mains avides de certains se meuvent en rythme avec la musique. Bonnie y voit plus clair, c’est étonnant car elle plane et cela se ressent aussi dans ses gestes dansés : ils sont plus lents, plus évocateurs : elle vit carrément le moment présent, fais tomber ses cheveux dénoués sur ses épaules pour qu’ils descendent en cascade et un instant elle pourrait presque oublier qu’elle se trouve dans un nightclub pourri de Trimble.

La musique s’éteint, elle s’arrête, puis un autre son embraie et alors deux de ses collègues apparaissent : c’est la suite, et le début de son service, le début des paiements également. Elle continue de valser avec elle-même, et sa barre métallisée. Une main habile glisse un billet dans l’élastique de son sous-vêtement, et lorsqu’elle baisse les yeux sur le client, c’est sur sa princesse qu’elle tombe. En dépit des règlements de la maison, Bonnie « Ophelia » lui adresse un clin d’œil amusé et lui souffle un baiser avant de repartir dans sa valse et se redresser en ramenant son corps à la barre. Son regard passe rapidement sur les autres têtes brunes et elle croit apercevoir Aël. Elle n’en a que faire, dans sa tête anesthésiée par les médicaments passe juste un « Oh, ils sont tous les deux » puis elle oublie à la manière d’un poisson rouge.
Elle ne pense même pas à l’éventualité qu’un fight puisse se déclarer entre Aël et Alex, ni même que Bonnie en sous-vêtements sous les yeux de l’irlandais puisse ennuyer Tyler. C’est son job, c’est comme ça. S’il ne le voulait pas, il ne fallait pas l’emmener. C’est ce qu’elle penserait si elle était clairement lucide mais c’est la partie superficielle de Bonnie qui dirige les opérations. Elle travaille ( et accessoirement fuit ), point barre. Elle n’a pas envie d’une couche de reproches en plus, et ce commentaire s’adresse à « ses deux hommes », qui sont présents dans la pièce. L’un est enjoué, l’autre se fond dans les masses obscures du bar. C’est très bien comme ça.

Le temps passe et Bonnie sent l’heure de sa pause approcher. Quand celle-ci sonne, une blonde qu’elle déteste reprend son travail et la rousse ne manque pas de lui lancer un œil méchant mais discret. Les histoires de karma la ramèneront bientôt à la réalité quand ses muscles, à froid, la feront souffrir de nouveau.

« Ça va, Bonnie ?
- T’inquiètes Mel, file avant que Stew sorte la cravache. »

Bonnie adresse un sourire complaisant à sa consœur et rejoint sa « loge » ( elle adore tellement ce petit mot bisyllabique mais ça n’a rien d’une loge mis à part la misérable coiffeuse et le canapé qu’elle arrive toujours à récupérer pour elle, quand elle est présente ) avec peu d’entrain. Les muscles noués, elle est arrêtée par ledit Stew qui lui attrape le bras avant qu’elle ne rentre dans sa loge.

« Ophelia, ton blond a voulu rentrer par la porte de service. Je l’ai pressé de partir, fais attention que ça ne recommen…
- T’as bien fais Stew. J’te remercie. »

Ceci dit, la rousse plante le gérant stupéfait et rentre dans la pièce pour se changer.


code par ARCHITECTURE


_________________

   
“it's better to burn out than to fade away“#Neilyoung
APACHE.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : overbooké
CREDITS : cha
NOMBRE DE MESSAGES : 286
ÂGE : 21
LOGEMENT : Trimble
OCCUPATION : cuistot au Leo's Deli
HUMEUR : excellente
ETAT PHYSIQUE : Tatouages - torse (inscription "Life goes on", sous le téton gauche "mom") ; épaule droite (crâne entouré de fleurs)
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: C'n'est pas mon problème.
Autres comptes: Dorian Spelling, Hunter Pendleton, Nathaniel Redd
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 02. Soirée dancefloor † 11:05 PM Dim 22 Juin - 15:06

Happy New Year !

Seems to me now that the dreams we had before are all dead, nothing more than confetti on the floor.
It's the end of a decade in another ten years time : Who can say what we'll find, what lies waiting down the line ?

Tyler s'apprête à lui faire remarquer que son boulot est loin d'être le plus chiant du monde, mais la voix qui s'élève ne lui en laisse pas l'occasion. Il tend l'oreille et, lorsqu'il comprend que sa Bonnie-chérie va faire sa grande entrée, il piaille et attrape la main d'Aël pour l'entraîner à sa suite vers la scène où sa rousse sulfureuse va se produire. Il a revu quelques mouvements avec elle et veut voir commet elle va s'en sortir. Bien, comme toujours sans doute. A moins qu'elle ne leur fasse un remake de Moulin Rouge et ne s'effondre au milieu de son show... Avec toutes les saloperies qu'elle avale,ça n'étonnerait pas tellement le cuisinier. Mais inutile d'envisager le pire scénario : tout va rouler c'est sûr !
Mais comme deux précautions valent mieux qu'une, Ty se tourne vers son petit ami, tenant toujours sa main dans la sienne, leurs doigts entremêlés.
« Tu regardes pas ! »
« Tyler, je ne vais pas... »
« Je veux pas que tu la mates ! Tournes-toi ou baisse les yeux ou... Je supporterai pas que tu la mates ! »
Il n'avait pas prévu son coup à l'avance, n'avait aucune idée que ça le dérangerait à ce point d'imaginer le regard glacé de son copain glisser sur les formes de Bonnie et la réchauffer. Il l'a touchée. Elle la touché aussi. Aël s'est justifié en disant que ça n'était que du sexe pour du sexe et qu'il préférait l'avoir comme amie, mais ça ne lui suffit pas. Pas quand elle s'apprête à danser de manière suggestive en se déshabillant sous les projecteurs. Elle ne doit pas lui piquer la vedette. Il est le seul a avoir la permission d'apparaître à l'irlandais de cette manière. Il doit rester son seul fantasme. Il doit évacuer toute tentation, éliminer la concurrence. Parce qu'il sait qu'il n'a pas grand chose à offrir à qui que ce soit en vérité...
L'irlandais semble percevoir sa détresse et alors que la fumée s'est propagée dans la salle et que les applaudissements redoublent d'intensité, il l'embrasse doucement et fait mine d'observer quelque chose par dessus son épaule. Tyler l'aime plus que jamais a cette seconde. Et la peur de le voir lui échapper se fait pis virulente encore en même temps.
Il rate l'intrigue de Bonnie, trop occupé qu'il est à observer le profile parfait dans son imperfection du garçon dont il est raide dingue.

Il se concentre sur la scène en voyant quelque chose voler du coin de l'œil. L'effeuillage de sa rivale et meilleure amie a commencé. Tyler serait violence pour relâcher la main d'Aël et porter des doigts à sa bouche pour laisser échapper un long sifflement perçant.
Il observe les mouvements, encourage sa rousse comme il peut et glousse plaisir. A aucun moment il ne se met à la place d'Alexander qui doit se sentir affreusement mal et qu'il a abandonné à son bar dès les premières notes du morceau d'Ophelia.
Quand elle termine, il frappe dans ses mains à s'en faire mal et sourit comme un bien heureux.
« C'était bien ? »
« C'était trop cool ! Elle plane » glisse Ty à son petit ami, sans mentionner que ce détail le contrarie un peu. Ça lui donne un petit côté encore plus aérien et hors d'atteinte, c'est bon pour le business mais moins pour Bonnie. Mais Bonnie fais sa vie et il n'a pas à interférer. Si ? « File-moi un billet ! » Ajoute-t-il tout à coup en tendant la main vers Aël, agitant impatiemment ses doigts fins.
L'irlandais obtempère et lui glisse un billet de 20$ que Ty s'empresse d'aller fourrer dans la culotte de sa rouquine lorsqu'elle est à portée de mains. Bonnie ne paraît pas le reconnaître de suite mais. Dès que c'est chose faite, elle lui envoie un baiser et il roucoule de plaisir avant de la siffler à nouveau.
Je vais rechercher nos verres, l'informe Aël qui commence peut-être à trouver le temps long, vu qu'il n'a pas droit de profiter du spectacle.  
Tyler acquiesce et reste près de la scène, se promettant qu'il va essayer de faire des efforts pendant le reste de la soirée. Il doit bien ça au médecin légiste qui s'est parfaitement conduit jusque là...

Le morceau touche à sa fin quand Aël parvient enfin à le retrouver. Tyler avale une longue gorgée de son Blue Lagoon. Il se désintéresse provisoirement de la scène pour accorder un peu d'attention à son cavalier qui passe une main autour de ses hanches et l'attire contre lui. Ils échangent un baiser et sont interrompu par un grand type qui les bouscule. Il suffit d'un coup d'œil à l'expression écœurée de son visage pour comprendre qu'il la fait exprès. Ty laisse ça glisser et s'accroche au bas du teeshirt de l'irlandais pour le retenir, au cas où. Le type finit par s'éloigner et le cuisinier tente de chasser cet incident loin d'être isolé de sa mémoire.
Il échange suroît des retards avec son petit ami. Ils n'ont pas trop envies de s'époumoner pour se comprendre et apprécient simplement la présence de l'autre.
Les danseuses finissent par s'éclipser et le DJ prévient les clients qu'il va très bientôt être minuit.
« Je vais saluer ma princesse ! Tu nous trouves une place quelque part ? Pas de bêtise pendant mon absence hein ?»
Aël acquiesce avec un sérieux qui amuse l'indien et puis il s'éloigne.

Évidemment, avant d'aller se perdre du côté des loges, il passe par le bar et réclame son second cocktail à Alex qui a l'air de sale humeur et en oublie les menaces d'Aël. C'est méchant mais ça arrange vachement bien Tyler qui ne s'attarde pas, au cas où son ami se reconnecterait tout à coup à la réalité.
Sa tequila en main, il se fraye un chemin jusqu'aux loges et demande au vigile s'il peur prévenir Bonnie qu'il et là et veut la voir.
Il n'a pas à attendre bien longtemps pour avoir accès à sa rouquine, drapée dans un peignoir en soir.
Il pousse un cri de victoire et attrape sa main pour sautiller comme un gosse avant de déposer un bécot sur ses lèvres, prenant garde de ne pas renverser son verre sur elle.
« T'étais trop belle ma princesse ! Ils te dévoraient tous des yeux ! Je suis jaloux maintenant ! »


_________________
this is how to be a heartbreaker.
   
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : disponible
CREDITS : Bazz
NOMBRE DE MESSAGES : 437
ÂGE : 22
LOGEMENT : Entre chez l'oncle à Grayson même et Ethan à Trimble
OCCUPATION : Danseuse / dealeuse
HUMEUR : Ta mère.
ETAT PHYSIQUE : Plutôt fatiguée par les récents évènements, style avortement, bagarre tout ça.

29/12/13 : bagarre avec Carter > visage tuméfié, côte cassée, main droite fracturé. Bleus et autres blessures au visage. Rambo quoi.
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: C'n'est pas mon problème.
Autres comptes: Une Bonnie suffit.
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 02. Soirée dancefloor † 11:05 PM Jeu 26 Juin - 19:36

“ Blue velvet “ ø Happy new year


Bonnie attrape un peignoir en soie quelle s'est achetée deux ans de ça mais qui n'a, heureusement pour elle, pratiquement aucun défaut. Elle y fait attention, très clairement, et c'est l'un des seuls vêtements qu'elle aurait pleuré s'il était passé sous les mains destructrices d'Alex et Tyler.

Affublée de ses derniers sous-vêtements de velours bleu, la rousse entame son processus habituel d'étirement. Sa nuit n'est pas tout à fait finie en réalité, mais elle a besoin de ça pour dénouer ses muscles et autant dire que ses médicaments l'aident grandement. Consommation gratuite, et de ce qu'elle veut, tranquillité dans une mini-pièce qui lui appartient presque : Bonnie a vu mieux comme établissement et souvent pire alors, sur ce point elle reste tranquille et apprécie la solitude de l'instant, planant entre deux trois nuages de rosé ; jusqu'à ce que le  vigile toc trois fois, à une seconde d'intervalle chaque fois, et très distinctement à sa porte ( un code qu'ils ont instaurés tous les deux, Alexander quant à lui se contentant de deux petits tocs pressés suivis de deux autres mais, la plupart du temps, entre sans frapper ).

« Ophélia ?
- Je t'ai déjà dis de m'appeler Bonnie mon chou. Stew veut déjà que je remonte ?
- Nop, ya un mec qui te demande.»

L'espace d'un instant, la rousse est persuadée qu'il s'agit de Jay alors celle-ci pose clairement la question au vigile.

« Non c'est un basané »

Bonnie lâche un soupir et s'envole à nouveau au pays des nuages dans un sourire. Elle se redresse d'un coup, ce qui lui arrache un gémissement sec. Elle se rattrape à la coiffeuse, attend que la douleur passe puis emporte son verre de vin et lâche un dernier commentaire à l'attention du vigile gentil, mais pas futé.

« il est indien, retiens-ça, et sois gentil avec lui. »

La rousse s'avance donc dans l'étroit passage jusque Tyler. En vérité il n'y a que quelques mètres mais ce grand con cache toute la lumière et lui fait paraître plus long. Ou bien ce sont les médicaments, peut-être, elle s'en contrefout, se contente juste de sourire tranquillement alors que son ami s'époumone déjà alors qu'elle arrive à sa hauteur.

« T'étais trop belle ma princesse ! Ils te dévoraient tous des yeux ! Je suis jaloux maintenant ! »

La rousse n'a pas le temps de faire un seul geste qu'il dépose un baiser de bonjour sur ses lèvres encore maquillées et la junkie, qui plane gentiment, esquisse un sourire satisfait.

« Tu m'as été d'une grande aide mon chou, cette choré est trop cool. »

Elle le gratifie d'un baiser sur la joue puis sirote un peu son vin. La rousse le regarde de haut en bas comme si elle se rendait compte pour la première fois de sa grande taille puis, un flash.

« oh et merci pour les vingt dollars. Mama t'as donné  de l'argent de poche pour le passer aux danseuses ? » le taquine-t-elle, avec un petit sourire malicieux posé au coin des lèvres. Deux sentiments contradictoires s'entrechoquent dans son cerveau alors qu'elle n'en a même pas réellement conscience. « Tu veux entrer dans ma «loge» ? » dit-elle en mimant des guillemets puis ajoute toujours sur un ton qui lui parait enjoué mais qui tiens en fait plus d'un couplet mélancolique de Lana del Rey : « T'es venu tout seul ? Alexander est là non ? »

code par ARCHITECTURE


_________________

   
“it's better to burn out than to fade away“#Neilyoung
APACHE.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : overbooké
CREDITS : cha
NOMBRE DE MESSAGES : 286
ÂGE : 21
LOGEMENT : Trimble
OCCUPATION : cuistot au Leo's Deli
HUMEUR : excellente
ETAT PHYSIQUE : Tatouages - torse (inscription "Life goes on", sous le téton gauche "mom") ; épaule droite (crâne entouré de fleurs)
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: C'n'est pas mon problème.
Autres comptes: Dorian Spelling, Hunter Pendleton, Nathaniel Redd
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 02. Soirée dancefloor † 11:05 PM Ven 27 Juin - 19:49

Happy New Year !

Seems to me now that the dreams we had before are all dead, nothing more than confetti on the floor.
It's the end of a decade in another ten years time : Who can say what we'll find, what lies waiting down the line ?

Evidemment que cette choré était cool. Qu’est-ce qu’il faisait qui ne soit pas totalement génial de toute manière, se plut-il à penser, continuant de sourire à sa jolie rouquine.
« Oh et merci pour les vingt dollars. Mama t'as donné  de l'argent de poche pour le passer aux danseuses ? »
« Nah, c’était pas les siens ! J’gaspille pas l’argent qu’elle me file. Enfin j’dis pas que te filer un billet dans la culotte revient à gaspiller mais… Tu m’suis poupée ? » lance Tyler en filant un petit coup dans l’épaule de la rouquine. Malgré la faiblesse du coup cependant, Bonnie paraît déséquilibrée et il la rattrape en gloussant, un peu moqueur. « Espèce de poupée d’chiffon. »

« Tu veux entrer dans ma «loge» ? T'es venu tout seul ? Alexander est là non ? »  
Si la première partie lui plait beaucoup, la seconde l’interpelle un peu. Evidemment qu’Alex est ici, il bosse sur place et elle doit le savoir vu qu’ils vivent ensemble aux dernières nouvelles ! Ou alors elle ne savait pas bien à quelle heure il devait prendre son service ou…ou bien elle plane totalement. Bah, c’est pas son problème ! Il doit se concentrer un peu sur lui. C’est sa résolution pour cette année.
Il doit penser à lui et à sa relation naissante avec son bel irlandais taciturne. Et puis il sent bien que sa manière de s’immiscer dans leurs affaires de cœur les agacent un peu l’un comme l’autre. Alors Ty va leur faire une fleur et arrêter pendant un petit moment. De toute manière, ils sont têtus et ne voudront jamais reconnaître qu’ils sont fait pour se marier. Se marier mais ne pas avoir d’enfants…ces trucs là sont trop relous et ils ne auraient pas s’en occuper, ce que Bonnie paraît avoir très bien compris puisqu’elle s’est débarrassée du dernier gamins qu’ils ont conçus ensemble. Du moins, Tyler s’est persuadé que la chose grouillant dans le ventre de sa copine était la propriété non désirée d’Alexander…
Bref ! Loge et vin rouge ! Pourquoi est-ce qu’il pense à ça ?
« Ouais, ouais, il est au bar. J’retournerai voir comment il s’en tire d’ici un petit quart d’heure. J’l’ai laissé en compagnie d’Aël alors vaut mieux garder un œil sur eux… Enfin il est pas vraiment en sa compagnie mais ils sont dans la même pièce quoi ! Mais bref on s’en fout ! Montre-moi ta loge de princesse ! »
Et là-dessus, il passe son bras autour de ses épaules et se laisse guider.

Bon ça n’a rien de bien grandiose. Une coiffeuse encombrée et un canapé élimé qui a du voir défiler les plus beaux culs de la région.
« Ah j’comprends mieux l’utilité du vin ! » la taquine-t-il avant de siroter son propre cocktail, en abandonnant son amie pour aller se laisser tomber sur le sofa. Pas trop mal ! Il croise ses jambes, agite son pied distraitement dans l’air et appuie son bras sur le dossier.
« Alors, quoi d’neuf mon Ophélia ? »


_________________
this is how to be a heartbreaker.
   
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
NOMBRE DE MESSAGES : 231
Secrets
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 02. Soirée dancefloor † 11:05 PM Mar 1 Juil - 18:06


MINI EVENT : JOUR DE L’AN

Trimble : nightclub


La soirée bat son plein, les clients sont pratiquement tous imbibés et les tenues de plus en plus légères... C'est qu'il fait chaud ce soir, comme n'arrête pas de le répéter le DJ.
Le décompte sera lancé dans cinq petites minutes.
Bonnie va devoir se séparer de son plus grand fan, Tyler, et le renvoyer dans la salle pour continuer d'exciter les pervers logés au premier rang, face aux barres.
En parlant de bar, Alexander est toujours scotché derrière le sien, répondant aux commandes de moins en moins claires des usagers. Aël n'est heureusement pas revenu lui imposer sa présence. C'est toujours ça de gagner...
Quant à Jay, le petit ami jaloux fraichement rembarré par la sécurité, il vient de passer les portes et scanne la foule à la recherche de sa rouquine. Mais c'est Eleanor qui vient à sa rencontre et tente de s'attirer ses faveurs.  
 

PAS D'ORDRE DE PASSAGE (POUR PLUS DE COHÉRENCE, UTILISEZ LE flood rp) ; PAS DE LIMITE DE LIGNES

LE DÉCOMPTE SERA ANNONCÉ PAR L'ADMINISTRATEUR

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : disponible
CREDITS : Bazz
NOMBRE DE MESSAGES : 437
ÂGE : 22
LOGEMENT : Entre chez l'oncle à Grayson même et Ethan à Trimble
OCCUPATION : Danseuse / dealeuse
HUMEUR : Ta mère.
ETAT PHYSIQUE : Plutôt fatiguée par les récents évènements, style avortement, bagarre tout ça.

29/12/13 : bagarre avec Carter > visage tuméfié, côte cassée, main droite fracturé. Bleus et autres blessures au visage. Rambo quoi.
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: C'n'est pas mon problème.
Autres comptes: Une Bonnie suffit.
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 02. Soirée dancefloor † 11:05 PM Lun 7 Juil - 20:40

“ Blue velvet “ ø Happy new year


« Ouais, ouais, il est au bar. J’retournerai voir comment il s’en tire d’ici un petit quart d’heure. J’l’ai laissé en compagnie d’Aël alors vaut mieux garder un œil sur eux… Enfin il est pas vraiment en sa compagnie mais ils sont dans la même pièce quoi ! Mais bref on s’en fout ! Montre-moi ta loge de princesse ! »

Très bien, donc Alexander est là. Et Aël aussi mais ça, Bonnie en a, à vrai dire, rien à faire. Au-delà de leurs parties de jambes en l'air, Bonnie appréciait l'irlandais pour sa capacité à ne plus ou moins pas s'énerver, elle avait un bon feeling le concernant mais la rousse apprend encore que le monde sait tourner le dos. Ça lui importe peu qu'il ne donne plus, ne prenne plus ou qu'ils ne s'échangent plus de nouvelles. Le principe lui déplait, comme ça lui déplait de savoir que Tyler ait pu être jaloux. Pour en finir, elle sait pertinemment qu'Alex ne lui tournera pas le dos, Tyler non plus surement ( sauf pour Mother Monster ), mais c'est malgré tout toujours le même vers qui elle revient. C'est pour cela que ça l'ennuie qu'Alex travaille ce soir : il y aura bien un moment où leurs regards se croiseront et alors Bonnie sentira tous les reproches d'Alexander cuir sa peau de porcelaine.
Bon, en attendant on y est pas, Bonnie est au pays des cachets dorés et avec Tyler sa princesse préférée.

« Ah j’comprends mieux l’utilité du vin ! »

Bonnie regarde autour d'elle et se rappelle que loin des paillettes de Moulin Rouge, sa loge ressemble plutôt à un grand placard aménagé. Ça pourrait être chouette si Stew refaisait la peinture, ou changeait les meubles. Au lieu de traiter correctement son gagne-pain ce type préfère faire des prêts a la banque et rouler avec des grosses voitures. Ce que Bonnie lui reproche malgré son amour incontestable des quatre-roues. Elle hausse les épaules pour indiquer à son camarade que ça l'ennuie peu puis réplique.

« Oh bah j'ai vu pire, je me sens presque comme Cendrillon. »

Sourire tranquille, la rousse hyperactive ne l'est plus et alors que son indien se laisse tomber dans le canapé, Bonnie préfère contrôle son geste et s'asseoir face à la coiffeuse tout en prenant soin de ne pas découvrir les parcelles endommagées de sa peau. Le fond de teint fait un beau boulot, fort heureusement, mais pas sous les lumières cruelles de son coin maquillage.

« Alors, quoi d’neuf mon Ophélia ? »

La rousse attrape son verre de vin et le sirote tranquillement. Elle n'en propose pas à Tyler car elle ne sait pas ce qu'il a bu ce soir et ne veut pas être responsable d'une de ses crises. Il se servira lui-même s'il le désire autrement, il a l'habitude avec elle, autrement..

«... Je peux demander au vigile de t'amener un light, tu veux ? »

Leur conversation se poursuit. Bonnie répond toujours avec douceur, son air lunaire lui donne l'impression d'être dans un monde moins dur que celui dans lequel elle est née et cette illusion berce son coeur qui se calme. La tempête est en voie de disparaitre. Au bout d'un léger moment, le code tocage de porte du vigile retentit. C'est bientôt à elle, il a pour consigne de lui rappeler chaque demi-heure avant son show quelle doit danser. Tant mieux car Bonnie n'a pas toujours conscience du temps qui passe. Tyler file, elle se change avec des douleurs moindres qu'en début de soirée puis sort de sa loge, remaquillée dune autre manière et coiffée d'un chignon facile à défaire pour son deuxième show peinarde du nouvel an. C'était ses conditions pour travailler : deux solos.
Elle zieute derrière le rideau, le vigile à sa droite dos contre mur, le monde qui peuple la boite. Du beau monde, ah c'est sur. Son exaspération se change en stupeur lorsque son regard tombe Jay, qui a finit par pénétrer l'enceinte qui lui est formellement interdite. Sa respiration se coupe.

« Où est Stew ?
- Au bar, regarde ma belle.
- Merci. »

Evidemment. La rousse passe par derrière et finit par atteindre Stew qui sert un poivrot déjà bien éméché. Derrière lui se trouve Alex, elle le sait, le sent, pourrait presque respirer l'odeur de sa colère jusque-là. Mais peu importe, ce n'est pas ce qui l'inquiète,pour le moment, mais le blond qui a reconnu sa dulcinée et de dirige vers le bar.

« Stew. STEW !
- Ophélia mais, t'es pas en loge ? » Le barman a pour respect de ne jamais appeler ses filles par leurs noms en présence des clients. Question de sécurité. « T'en fais pas, je suis prête. En revanche, Il a passé la sécurité. Stew, je te parle. Vire-le s'il te plait. »

« Il est coriace ton mec bo...ophelia. Il est où. Fais gaffe, je vais perdre patience avec lui, va falloir que tu gères ça. Où est Marcus ? Je m'en charge ok ? Cool. Allez.»

Bonnie soupire. C’est pas comme si c’était pressé, hein ! Jay était deux doigts de l’atteindre mais un geste pas brusque mais sec l’emporte sur le côté et elle se retrouve loin du comptoir, dos au reste du monde, sans comprendre le pourquoi du comment. Pourtant elle sait quelle main l’a reculée d’un coup sec, parce qu’elle la reconnaitrait entre mille. Elle préfère donc suivre la trajectoire que cette main lui a indiquée et refile en direction de sa loge. Mais pas pour longtemps, c’est l’heure de remonter sur scène. Dans cinq minutes, elle passe la scène. Arrivée dans sa loge, elle enlève son peignoir et s’attèle à repasser du fond de teint sur sa peau tuméfiée.

Mais en cinq minutes, beaucoup de choses peuvent se passer.

code par ARCHITECTURE


_________________

   
“it's better to burn out than to fade away“#Neilyoung
APACHE.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : overbooké
CREDITS : cha
NOMBRE DE MESSAGES : 286
ÂGE : 21
LOGEMENT : Trimble
OCCUPATION : cuistot au Leo's Deli
HUMEUR : excellente
ETAT PHYSIQUE : Tatouages - torse (inscription "Life goes on", sous le téton gauche "mom") ; épaule droite (crâne entouré de fleurs)
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: C'n'est pas mon problème.
Autres comptes: Dorian Spelling, Hunter Pendleton, Nathaniel Redd
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 02. Soirée dancefloor † 11:05 PM Lun 7 Juil - 22:45

Happy New Year !

Seems to me now that the dreams we had before are all dead, nothing more than confetti on the floor.
It's the end of a decade in another ten years time : Who can say what we'll find, what lies waiting down the line ?

Il ne doit pas poser de question. Pas la moindre. Ça ne le regarde pas. Elle fait ce qu'elle veut de son corps, tout comme lui. Des marques, il en a eu des tas, des passages à tabac il en a subi autant et personne ne lui a jamais posé la moindre question. Les gens d'ici se mêlent de leurs affaires, c'est comme ça. Un mari a le droit de cogner sa femme, un gosse a le droit de conduire bien avant l'âge légal, tabasser des nègres ou des homos est quasiment recommandé et on ne pose pas de questions indiscrètes. A moins d'être un flic, et encore. Mais Tyler, qui a toujours été du genre curieux et se trouve être l'ami de Bonnie, a bien du mal à feindre de ne rien voir. Pourtant il doit tenir bon. Il se l'ait promis et il a promis à Aël. Bon en fait, il lui a jeté promis de ne pas chercher à obtenir des détails glauque sur la mort de Evan Davis, il n'a jamais été question de nier la présence de coups sur le visage surmaquillé de sa princesse.
Mais si elle avait voulu lui en parler elle l'aurait fait, non ? Pas de chichis entre eux ! Si elle n'a rien dit, alors il doit fermer sa gueule et faire semblant d'être aveugle et stupide. Parfois c'est ce qu'il faut faire quand on est amis, pas vrai ?
Mais si elle n'osait pas ? Si elle attendait qu'il en parle ? Si comme sa propre mère à une autre époque, Bonnie avait peur...? Quel genre d'ami est-ce qu'il devient s'il ne réagit pas ? Le genre totalement lâche. Le genre à gerber ! Il ne veut pas être de cette trempe.
En même temps...il en a vraiment marre des drames. Peut-être qu'elle s'est juste vautrée. Peut-être qu'elle l'a bien cherché aussi ! Bonnie n'est pas tout à fait facile à vivre et à supporter alors... Et pendant qu'il l'écoute parler de la pluie et du beau temps, il repense à la question qu'elle lui a posée à son arrivée. Elle ne savait pas s'il était là.
Après un temps qui lui semble interminable, Tyler décide de ne pas s'en mêler. Hors de question de s'immiscer entre ces deux là et leurs histoires tordues. Il a déjà largement donné ! ...Non ? Puis merde pourquoi se serait à lui de toujours tout régler ? Qu'on lui fiche la paix !

Heureusement, avant que sa conscience l'ait fait revenir sur sa décision, un type les interrompt. Bordel le temps file ce soir.
« Déchire tout ma beauté » sourit simplement l'indien avant de fuir, emportant le reste de la bouteille avec lui en souvenir, abandonnant son verre vide en échange. Et puis sa Sister Monster a l'air assez out comme ça !
Il se contente de quelques gorgée en douce avant de refiler le vin à la première personne qu'il croise. Il ne raffole pas de ça et si ale le chope, il passera un sale quart d'heure. Ty n'a aucune envie de se gâcher la soirée aussi bêtement et pour si peu.
Il ne tarde pas à retrouver son irlandais dans la foule et vient de blottir contre lui, enserrant sa taille de ses bras fins.
« Tu m'as manqué » bougonne-t-il comme si tout était entièrement de sa faute.
«Hein ? »
« Rien. Serre-moi » lui crie Tyler en retour, pour que sa voix couvre la musique.

Aël s'exécute bravement et ils restent dans cette position jusqu'à ce qu'un client les bouscule sans douceur en laissant échapper un "pédés" peu discret. Aël fait mine de le rattraper mais Tyler l'en dissuade. Il n'en aura jamais fini s'il commence à sauter sur tous les cons de ce genre.
« Je veux revoir Alex » décrète finalement le cadet.
« Pourquoi ? »  Lui rétorque le légiste à qui être idée déplaît visiblement.
« Un truc. »
Bon, il ne va pas vraiment de mêler des affaires du couple qui n'en est pas un il va juste...s'assurer d'un ou deux trucs. Rien de méchant. Il va faire son devoir d'ami, ok ? Son devoir de citoyen modèle.
Une fois devant le bar, il essaie d'attirer l'attention de son ami, mais alors que ce dernier s'approche enfin, la musique se met tout à coup en sourdine. Ça va être le coup d'envoi de 2014, à tous les coups...


_________________
this is how to be a heartbreaker.
   


Dernière édition par Tyler A. Lawson le Jeu 14 Aoû - 13:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : disponible
CREDITS : Blinizz sucré
NOMBRE DE MESSAGES : 381
ÂGE : 24 ans
LOGEMENT : Trimble
OCCUPATION : BARMAN/SERVEUR - DEALER
HUMEUR : Excédé.
ETAT PHYSIQUE : Plus ou moins en forme, moins de crise de manque - peut-être parce que je me drogue un peu plus -.
Secrets
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 02. Soirée dancefloor † 11:05 PM Mer 16 Juil - 18:09

Je continue de servir les verres même si ces pequenauds ne me calculent plus depuis longtemps puisque Ophélia entre sur scène. Je sens une dépressurisation au niveau du thorax et à la seconde même où j’ai vu ses jambes apparaître, j’ai détourné le regard. Je fuis tout ce qui peut la représenter, surtout en ce moment et même si je crève d’envie de la voir se dénuder, je ne le fais pas parce que je sens déjà une rage sourde vibrer au fond de mon estomac. Cette rage qui souvent, m’aveugle. La musique continue, les mecs sifflent, en redemandent encore et les plus bourrés balancent parfois des mots complètement dégueulasses et pornographiques. Je ne les écoute pas et essaie de m’immerger dans un ailleurs qui où Bonnie est encore chez moi, à m’faire chier et à se briser les poings en me frappant les épaules. Mais ce monde-là, n’existe plus.
 
Le show prend fin, elle se casse et moi je reste comme un gentil mouton derrière mon bar dégueulasse à servir les consommations de ces enflures. J’ai envie de leur cracher à la gueule, à tous. Je suis tendu au possible mais je ferme ma gueule et entreprend de nettoyer les tâches que ces gros dégueulasses laissent derrière eux. Je suis là à nettoyer leur merde comme un clébard pour un salaire de misère. La prime, c’est à peu près sûr qu’il va nous la foutre au cul le Stew et qu’il va nous la mettre à l’envers.
 
« T’as toujours autant une gueule de con mon pauvre vieux. »
 
Je lève les yeux, prêt à rentrer dans celui qui commence à m’effriter les nerfs…
 
« Putain, dîtes moi que j’rêve ! regard ahuris, je contourne le bar en quelques foulées
- Je sais que tu t’branle en pensant à moi depuis que t’es partie !
- Désolé, j’t’ai toujours dis que t’avais une trop petite queue pour moi. »
 
On éclate de rire et j’étreints brièvement ce grand con de Jim’. Je sais pas ce qu’il fou là, ni depuis quand il est à Trimble mais c’est bien la dernière personne que je m’attendais à voir débarquer dans ce trou du cul du monde. Je connais ce mec depuis près de 5 ans et tout ça, grâce au combat de rue où nous nous sommes mutuellement démontés la gueule. Je suis associable au possible mais ce mec-là était différent. Je dis pas que c’est comme un frère ou même comme Bonnie mais voilà, il était là, il est cool, c’est un mec de confiance et les soirées avec lui son plutôt cool. Nous avions souvent dealer ensemble à San Francisco … Putain, c’était le bon vieux temps.
 
« Qu’est-ce que tu viens foutre ici ?
- C’est plutôt à moi de te demander c’que tu fou là… J’ai mis 10 ans pour savoir où t’étais partie et 5 de plus pour venir jusqu’ici.
- Si tu m’avais prévenu je t’aurai envoyé un cheval, ça aurait été plus vite.
- Ouais désolé mais j’ai préféré venir à dos de chameau c’est plus confortable.
- GREY ! Putain tu fou quoi ! Tu crois que les verres vont s’remplir tout seul ?
- Ca va Stew, j’arrive…
- Sympa ton patron. T’es devenu une tapette en vrai
- Ferme ta grande gueule, trou du cul.
- Elle est pas là Queen B ? Ça fait longtemps que j’ai pas entendu sa grande gueule.
- Elle doit être dans l’coin j’crois.. T’es là pour quoi en fait ? J’me doute que si t’es venu jusqu’à ce trou de consanguins c’est pas pour me tenir la queue en faisant la causette… »
 
Faut gueuler pour se faire entendre et je crois que son regard s’angoisse et que les traits de son visages s’étirent dans un sourire plus que forcé.
 
« J’peux pas t’en parler ici. »
 
Je connais ce ton, je connais cet air par cœur.
 
« Dans quel merde tu t’es encore foutu Jim.
Pas ici Alex. Je dois faire deux trois trucs, t’as un numéro où j’peux te joindre ? »
 
Je chope une serviette et il me tend un stylo. Jim se tourne et je m’appuie sur son dos pour y noter mon numéro de portable avant de le lui tendre, le regard froid.
 
« M’regarde pas comme ça, vieux. J’t’appelle d’ici quelques jours, ok ?
Ouais. En attendant fait gaffe à ton p’tit cul de précieuse. »
 
Il m’offre pour seule réponse un clin d’œil avant de s’éclipser d’un pas précipité hors de la salle. Je retourne au comptoir avant que cet enfoiré de Stew ne vienne me choper par les couilles pour me faire bosser et c’est lorsque je lève les yeux que je le vois. Cet enculé de première. Il franchit les quelques mètres qui le sépare du comptoir d’un bas rapide, enragé. Au même instant, j’entends sa voix à elle qui résonne comme du cristal dans mon cerveau mort par la défonce de mes années de vie. Deux informations contradictoires s’entrechoquent et je reste stoïque, n’attendant qu’une chose : C’est qu’il s’approche d’un peu plus près pour le cueillir avec mes phalanges.  
 
« Il est coriace ton mec bo...ophelia. Il est où. Fais gaffe, je vais perdre patience avec lui, va falloir que tu gères ça. Où est Marcus ? Je m'en charge ok ? Cool. Allez.»
 
Ouais, son mec. Celui avec qui elle couche et passe les trois quarts de son temps. Celui pour qui j’ai complètement été évincé. Lorsqu’il fut suffisamment près, je pousse Bonnie d’un geste ferme vers sa loge avant que ce connard ne puisse lui effleurer ne serait-ce qu’un carré de peau.
 
« Bonnie ! Chérie attends ! » 

Sa manière de l'interpeller va me faire gerber.
Il tente de passer derrière le bar mais un regard de Stew suffit pour me faire comprendre qu’il me donne l’honneur de m’en débarrasser. Et je ne me ferais pas prier … A la seconde même où son pieds franchis l’ouverture entre le bar et le mur, ma main se plaque à son torse pour le repousser avec force. Il se trouve un peu surprit et je ne cache avoir ressenti une profonde satisfaction de le regarder me reconnaitre. Il se dresse de toute sa hauteur et j’en fais de même, les poings serrés.
 
« J’veux parler à Bonnie.
- ‘Connais pas d’Bonnie ici. Tu t’es trompé d’endroit.
- M’prends pour un con espèce d’enflure. J’veux lui parler.
- J’crois que t’as pas compris : On connait pas de Bonnie ici. Maintenant fou l’camp. »
 
Il s’approche, j’en fais de même pour me trouver à quelques centimètre de son visage.
 
« Je sais qui t’es et tu ferais mieux de pas t’approcher d’elle.
-          Ah ouais ? Et si tu repassais dans les jupes de ta mère le temps d’avoir un peu plus de couilles et de crédibilité avant de venir de tenter de me menacer ? T’as dix secondes pour dégager de ce foutu bar sinon j’m’occupe de ton cas et crois-moi que tu vas connaitre rapidement le coup de mes phalanges dans ta sale petite gueule.
-          Va t’faire foutre ! t’es qu’un enculé, j’vai.. »

Mon poing s’abat une première fois sur sa pommette avec une force que je ne contiens pas. Il vacille, Marcus débarque mais un geste de Stew lui suffit pour ne pas me venir en aide puisque déjà, j’attrape Jay’ par le col et le traine jusqu’à la sortie sous les regards de ceux qui sont encore lucide pour se rendre compte de quoi que ce soit.  J’ouvre la porte et le jette sur le bitume sans ménagement. Il grogne, se relève et titube un peu.
 
Je m’approche, plus menaçant que jamais.
 
« Maintenant tu vas arrêter tes conneries, enfoiré ok ? Tu vas fermer ta gentille petite gueule et lui foutre la paix.
- J’te jure que je vais te buter connard. T’entends ? J’vais te buter !! »
 
Je ne l’écoute pas et ferme la porte derrière moi sous le regard des deux gorilles qui gardent l’entrée.

 "Faites en sorte qu'il ne rentre pas."

Je rejoints Stew, mi-satisfait, mi-colère, m'interrogeant du regard.

"C'est bon, j'l'ai viré.
- Va prévenir Ophélia que c'est réglé... Et rappel a ta copine qu'elle laisse ses emmerdes chez elle."

Je ne dis rien, ne poussant qu'un soupire de lassitude. C'est bien la dernière chose dont j'avais besoin. Disons que le moment pour une confrontation, aussi brève soit-elle, n'était pas de mise. Je file mon torchon a Parker qui le réceptionne sans un mot avant de me diriger vers la loge de la tant désiré Ophélia. Je me plante devant comme un con, attendant quelques secondes. Ca va être simple, je vais faire court et tchao. Je frappe sur le bois dont la peinture s'effrite, le même signal que d'habitude et ouvre sans attendre.

Mon regard trouve aussitot son corps qui semble être destiné a être un point d'ancrage pour mon océan. Sauf, qu'elle a décidé de se tirer. De t'oublier. Ne l'oublie pas Alex.

"J'ai foutu ton gigolo dehors. Tu vas pouvoir remonter sur scène."

Une main sur la poignée, l'autre sur l'encadrement de la porte, j'emprunte un ton froid et distant, je m'adresse à elle comme à une collègue. En contradiction, mon cerveau me refait la scène du corps a corpq vécue à Noël... Mes mains dans ses cheveux, son odeur a respirer à n'en plus pouvoir. Putain, tu fais chier Bonnie.

"Tu peux être tranquille, il ne reviendra pas. Bon courage pour ton show."

Je claque la porte d'un geste sec et je reste planté là.

Et maintenant?

J'ai un.ouragan a la place du coeur et l'envie furieuse de tout foutre en l'air. Elle avait éclatée nos promesses de gosse. Je ne croyais en RIEN si ce n'est en Elle. Alors pourquoi putain.

J'ouvre aussi sec à nouveau et fait face a son corps qui n'a pas bougé une millimètre, a son visage blafard mais donc le sourire me fait toujours penser a celui d'une gamine paumée qui cherche encore les étoiles dans ce monde dévasté.

"Je t'avais demandé une seule promesse dans toute ma putain de vie... Alors pourquoi tu te tire, hein ?"

Je lâche la poignée, tremblant. La soupape va lâcher si je ne pars pas immédiatement. Elle est la seule personne avec qui je me permets mes rares faiblesses et je m'en morsq aussitôt les doigts.

"Pourquoi tu fou le camp, sans un mot? Comme si j'étais qu'un connard de plus."

Allez crache moi la vérité, celle qui me donnera l'ultime raison de me tirer de ce putain de trou paumé une bonne fois pour toute.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : disponible
CREDITS : Bazz
NOMBRE DE MESSAGES : 437
ÂGE : 22
LOGEMENT : Entre chez l'oncle à Grayson même et Ethan à Trimble
OCCUPATION : Danseuse / dealeuse
HUMEUR : Ta mère.
ETAT PHYSIQUE : Plutôt fatiguée par les récents évènements, style avortement, bagarre tout ça.

29/12/13 : bagarre avec Carter > visage tuméfié, côte cassée, main droite fracturé. Bleus et autres blessures au visage. Rambo quoi.
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: C'n'est pas mon problème.
Autres comptes: Une Bonnie suffit.
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 02. Soirée dancefloor † 11:05 PM Sam 26 Juil - 7:57

“ Blue velvet “ ø Happy new year


Quand je regarde au fond des mes yeux, y’a un grand trou. Comme quelque chose d’essentiel qui manque et leur couleur vire au rouge. Couleur du sang versé, des larmes coulées et du mal que j’ai fais. Parfois dans mes délires de junkies qui croit s’en sortir je perçois avec lucidité la peine qui vibre sous ma peau, quelques instants. La douleur et la force de celle-ci me massacre, à petit feu, et la rousse flamboyante pâlit pour tomber lentement à genoux. Parfois, dans d’autres délires de junkies qui ne se prive pas, je suis si loin, si éthérée que la plupart des mains humaines ne m’atteint plus, perchée au-dessus des nuages. Ne rien sentir, ne rien éprouver, est un privilège que je m’accorde. Un privilège qui ternit les yeux, mais je préfère en payer la couleur plutôt que de percevoir à nouveau la réalité.

Je suis inconsciente. Stupide et ma beauté perdra de sa valeur au fur et à mesure du temps.
J’pourrais peut-être m’en sortir si j’avais de la volonté mais celle de s’auto-détruire est si ancrée et est à la faible portée de ma main.

Là, devant ma coiffeuse, il me reste cinq petites minutes avant de remonter sur scène et je sens déjà que mes genoux n’ont pas appréciés le premier solo. Je sais pourquoi, mais refuse à nouveau d’affronter et me barre derrière un écran de cristal, incassable, pur. Je peux tout voir mais rien entendre. Ne pas sentir les coups de cette pétasse de consanguine.

J’essaie de voir ce qui se passe dans mon reflet mais peu de choses semblent dérider le personnage blafard qui ne s’agite plus. Un peignoir qui tombe, un verre de vin, la bouteille disparue dans les mains de Tyler. Tant mieux, sinon je n’aurais plus été en état de faire le show. Sans savoir pourquoi je m’accroche à ce boulot de merde, je continue.

Poudre rose, crayon, rapidement, j’essaie de redonner des couleurs à mes joues et mes yeux. Rien ne marche car mes mains tremblent et la visite de cet abruti m’a rendue dingue. Et il m’a touchée. Je baisse la tête, la relève, puis tente de sourire à mon reflet, mais tout ce que j’y vois ce sont des morceaux de mimique recollées à la va-vite et en zig-zag. Ce foutu sourire que je traine depuis des années alors, brisé par le poing magistral d’un père qui n’est plus.


« J'ai foutu ton gigolo dehors. Tu vas pouvoir remonter sur scène. Tu peux être tranquille, il ne reviendra pas. Bon courage pour ton show. »

Bonnie n’a pas entendu le signal, et alors qu’Alexander pénètre dans la petite pièce ( mais reste prudemment sur le pas de la porte comme si elle allait le dévorer ), la rousse perçoit son cœur virer à toute allure. Elle se retourne vivement n’a le temps que de recevoir la sècheresse de son ami puis il ferme la porte à toute vitesse, de nouveau. Tout va trop vite pour son esprit lent et surtout camé, il n’y a rien de plus qu’elle pourrait faire. Elle n’est pas dans un film et n’ira pas courir après lui, pour le retrouver et s’enfuir. Le silence qui suit son intervention est lourd, pesant, et prend sa place parmi les petits poids différents qui se trouvent sur ses épaules. Elle le croit parti, et alors son cœur se calme.

Mais Alexander aime faire des surprises c’est bien connu.

« Je t'avais demandé une seule promesse dans toute ma putain de vie... Alors pourquoi tu te tire, hein ? »

Une légère vague vient détruire toutes les fondations du maigre château de sable que j’ai à peine pu construire en son absence. Jay a voulu essayer d’y mettre sa patte mais je l’ai mordu à sang pour qu’il ne profane plus jamais l’amour et la vibrante passion que je poussais dans les murs. Tout ça pour rien, tout ça pour sa nouvelle princesse aux cheveux bruns, qui semble ériger des tours bien plus solides que les miennes. Je déglutis et ce sourire cassé de gamine reste là incapable de se défaire, comme si mon corps établissait la muraille que je n’ai su monter face à lui.

« Pourquoi tu fous le camp, sans un mot ? Comme si j'étais qu'un connard de plus. »

Sa respiration se coupe, ses lèvres tirées dans un sourire se rapprochent un peu plus, le seul réflexe qui la tire de l’immobilisme est celui de sa main qui redresse le peignoir.
Il ne doit pas voir.
Sa question la plonge dans un profond moment d’effroi, qui lui fait sentir chaque seconde comme des couperets. Sa tension est là, elle afflue dans la pièce et pourrait presque venir éplucher sa peau : tendu comme un arc, Alexander l’observe avec l’indécence de celui qui veut la vérité.
Mais la vérité sur quoi ?
Bonnie ne saurait presque pas de quoi il parle si elle-même ne sentait pas cruellement le manque de lui, constamment, même derrière sa barrière de cristal. La musique retentit pas loin d’elle et finit par arriver à ses oreilles qui avaient mit en sourdine tous les sons hors de la planète Bonnie-Alexander. Mais cette planète s’effrite comme le sable dans ses mains.
Il n’y a qu’une seule raison. Cours.

Bonnie se lève et tâche de n’afficher aucune grimace, attrape le flacon aussi rapidement que l’éclair d’anti-douleurs, relève le pan de son peignoir et s’approche d’Alexander. Il faut qu’elle s’en aille, elle doit aller travailler, et puis s’enfuir aussi avant de céder à ses bras. Elle ne doit pas éprouver la réalité, s’éloigner de toutes traces de lucidité et pourtant chaque pas qu’elle fait vers lui semble la rapprocher d’une vision claire et nette de ce qui se joue entre eux. Des murs dépouillés et de la lumière peu appréciable du couloir derrière lui.

C’est parce que j’en ai brisé une autre, Alex. Allez, dis lui. C’est parce que..
« C’est parce que… j’e… »
..J’en ai brisé une autre. Allons, pas si compliqué non ? Allez, Bonnie. Un peu. J’en ai brisé une autre..
« j’en ai brisé une autre, »
… Alex.
« Alex. Je dois y aller. »

Sa respiration est compliquée, elle est à quelques centimètres de lui, et sa seule envie est de se laisser aller contre lui, de s’enfouir dans ses bras comme son adversaire l’aurait fait elle aussi. Cette pensée lui donne la gerbe et elle s’en veut : elle n’a pas à ressentir cette jalousie envers la brune et pourtant la pointe acérée s’est bien plantée entre ses côtes.

Impassible, il se décale, et Bonnie passe rapidement pour ne pas toucher ce corps qui lui donne tant d’envies. Tu peux pas rester comme ça, force-moi à confronter ta peau et on va voir qui va gagner. Mais pourquoi ne pas se battre pour ce cœur qui lui semble si cher ? Bonnie tient à la force solitaire du sien, ne peut pas se permettre tant de sentiments envers celui qui se doit d’être son meilleur ami. Se devait. Cette pensée l’arrête net dans son geste, et alors qu’elle est à quelques secondes de commencer son show ( accessoirement le nouvel an et si elle rate ça, Stew ne risque pas d’être très content ), Bonnie se retourne vers Alexander, qu’elle ne voit qu’en « contre-jour », la lumière de sa coiffeuse dans le dos de son ami, il ne ressemble plus qu’à une masse d’ombres. Elle s’habitue à moitié à l’obscurité et les yeux blessés d’Alexander lui apparaissent alors.

Attends, tu fous quoi Bonnie ? Ah non ! Tout son esprit la pousse vers la scène, mais son corps est déjà tendu dans son geste. Bonnie s’approche vivement, cela ne dure que quelques secondes, et ses yeux se remplissent de larmes. Ses mains se posent sur les joues d’Alexander, le vigile apparaît par le rideau à quelques mètres derrière eux, elle garde la chaleur de son ami dans ses mains, la conserve dans son cœur.

« Je suis désolée. »

Bonnie se retourne et se dépêche de filer son peignoir au vigile pour monter sur scène en vitesse, alors que les secondes fatidiques du délai imposé se rapprochent à une vitesse alarmante de 0. Sur scène, elle sent son corps refroidir, de l’intérieur. Seule la petite flamme qu’elle a gardé suffit à la faire vivre et même si ses gestes ont la grâce et la légèreté habituelle, ils ont la force du désespoir. Bonnie n’est plus rien qu’une flamme privée d’oxygène : elle étouffe.

Ses yeux sont humides mais elle se concentre sur ce qui lui reste : rien. Tyler est toujours là, mesurant ses pas car créateur et juge de chorégraphies qu’ils ont créées ensemble. Son service commence par ce solo.
10, 9, 8,.. Bonnie défait le velours bleu de sa jupe et remercie les projecteurs faiblards mais suffisants, avec le fond de teint pour cacher ses bleus : sa peau l’est toute entière, bleue.
7, 6, 5, ses cheveux volent, son haut vire avec, ses gestes sont précis, lascifs, certains récupèrent ses fringues mais elle n’en a que faire : enivrée d’alcool et du moment dansé.
4, ses yeux se ferment, elle profite, adresse un baiser aguicheur à Tyler, le seul qui a les privilèges d’Ophélia la fille de l’est. Les autres sifflent, jaloux.
3, ses collègues se rapprochent de la scène, les roulements de tambour mal sonorisés sont perceptibles.
2, 1, elle étouffe. Les autres filles rentrent sur scène et accompagnent Bonnie. Faire semblant est la discipline dans laquelle elle excelle.

0.
Happy new year, bande de fous, de crevés, de chiens, d’enflures, de vieux pervers. Happy new year, Carter, crève et souffre en enfer. Rejoins tes abrutis de consanguins. Happy new Year, Alex, et rends moi mon cœur. Prête-le à Tyler qu’il le jette cordialement par-dessus la fenêtre de ma chevy.
Happy new year espèce d’hypocrite inutile, déchet, pute-à-moitié, femme de rien.

HRP:
 

code par ARCHITECTURE


_________________

   
“it's better to burn out than to fade away“#Neilyoung
APACHE.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : overbooké
CREDITS : cha
NOMBRE DE MESSAGES : 286
ÂGE : 21
LOGEMENT : Trimble
OCCUPATION : cuistot au Leo's Deli
HUMEUR : excellente
ETAT PHYSIQUE : Tatouages - torse (inscription "Life goes on", sous le téton gauche "mom") ; épaule droite (crâne entouré de fleurs)
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: C'n'est pas mon problème.
Autres comptes: Dorian Spelling, Hunter Pendleton, Nathaniel Redd
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 02. Soirée dancefloor † 11:05 PM Sam 16 Aoû - 13:03

Happy New Year !

Seems to me now that the dreams we had before are all dead, nothing more than confetti on the floor.
It's the end of a decade in another ten years time : Who can say what we'll find, what lies waiting down the line ?

« J’sais pas ce que tu prévoyais de faire mais laisse tomber et profitons de notre soirée » lui glisse Aël quand Bonnie s’est éloignée.
Ça ressemble plus à un ordre qu’à une requête en fait. Tyler tique, ses yeux roulent dans leurs orbites et il croise ses bras sur son torse menu en observant son petit ami d’un air réprobateur.
« Pourquoi je devrai faire ça ? »
« Parce que je te le demande » répond l’irlandais dans un haussement d’épaule, comme si c’était la meilleure des raisons. Mais Ty n’a absolument pas l’air convaincu et son interlocuteur finit par reprendre. « Tu prévois d’aller parler d’un truc qui va pas lui plaire à Alexander et il va s’énerver après toi. Tu vas être contrarié donc tu vas me parler de lui pendant de longues minutes et ça va m’énerver à mon tour. Finalement, tu vas réaliser que ce que tu veux faire, c’est te venger parce que tu voulais faire quelque chose de bien et qu’on t’a injustement brimé. Du coup, tu vas décider d’aller voir Bonnie et vu qu’elle… »
« C’est bon j’ai pigé ! » s’agace l’indien en lui donnant un coup dans l’épaule. « T’es chiant ! »
« J’ai juste raison, et ça t’ennuies. »
« Ouais, ouais, t’as raison, t’es le plus fort, t’es le plus beau et blablabla » s’exaspère Ty avant de se rapprocher à nouveau du bar pour s’y accouder. « J’allais même pas vraiment faire ça de toute façon… »
Aël arrive dans son dos et passe un bras autour de sa taille, avant de chercher à l’embrasser. Le plus jeune fait mine de résister un peu, par principe, mais finit par se laisser faire. Après quelques instants, alors que les danseurs se déchainent et savourent les premières minutes de 2014, il se décolle et jette un œil sur le décor, se maudissant de ne pas être capable de les imiter.

Aël a tort il est d’ores et déjà contrarié par toute cette histoire. Il est passé à côté de quelque chose. Non, pire : on lui a caché des trucs. Il déteste ça. Il est arrivé quelque chose à Bonnie et elle fait comme si de rien était. Est-ce qu’elle ne lui fait pas assez confiance pour ça ? Est-ce qu’elle se tait parce qu’il n’arrête pas de leur faire comprendre qu’il en a marre de leurs histoires ? C’est vrai qu’il en a un peu marre mais il ne veut pas qu’elle se mette à raisonner de cette manière…
Il a du mal à imaginer qu’Alexander ait pu faire mal à sa rouquine, mais en même temps... Est-ce qu’on peut faire confiance à un type qui se came ? Et puis Alex s’en est pris à lui deux ou trois fois de manière pratiquement gratuite et il a un très sale caractère alors… Est-ce que ce serait franchement si étonnant ?
« Arrête de ressasser tout ça. »
« Je ressasse pas » maugrée-t-il, son regard braqué sur la silhouette de Bonnie qui s’agite au milieu des clients. « C’est juste que… »
« Laisse les gérer. Tu as tes propres problèmes. Tu m’as moi… »
Tyler se tourne vers lui, un sourcil arqué dans une expression interrogatrice.
« T’es jaloux ? »
« De l’attention que tu leur portes ce soir ? Oui. »
Ses yeux s’écarquillent. Il ne s’attendait pas à une telle réponse et se sent un peu stupide maintenant. Il comptait profiter d’Aël et de cette soirée, à fond, se consacrer un peu à lui et à son petit-ami et pourtant, il lui a fallu moins d’une heure pour se laisser distraire.
« Excuse-moi… C’est juste que…ça m’inquiète. »
« Arrête de t’inquiéter. Ils sont grands, ils peuvent se débrouiller. »
« J’en suis pas si sûr… »
« Moi si. Tu me fais confiance ? »
« J’en sais rien… Enfin si. J’suppose que si… »
« Qu’est-ce que tu dirais de filer d’ici et de passer la soirée ensemble, chez moi ? »
Tyler est tenté d’accepter, il en a foutument envie…mais d’un autre côté, il a aussi réellement envie d’avoir le fin mot de cette histoire avec Bonnie. Elle a eu beau se tartiner de fond de teint, il n’est pas aveugle.
Son regard se remet une fois encore à chercher la silhouette familière de sa Bonnie qui se déhanche en rythme sur la musique qui emplit l’espace et raisonne dans sa poitrine. Il cherche ensuite Alexander, occupé à servir quelques verres, l’air morose.
« Alors ? »
« Je suppose qu’on pourrait faire ça, ouais » lui sourit Tyler, encore un peu mal à l’aise et tendu.
« Si t’en as pas envie, on peut aussi rester là et… »
« Non, non. On va y aller » lui sourit le jeune homme en cherchant à l’embrasser.
Mais le médecin légiste l’en empêche et plonge son regard azuré dans le sien pour le sonder. Tyler tente de fuir le contact et se force à sourire pour donner le change, et finalement, Aël capitule et dépose un baiser rapide sur ses lèvres.
« En route alors. Tu veux leur dire au revoir ? »
« Non, c’est bon » assure le jeune homme avant d’attraper la main de son petit ami pour l’entrainer au plus vite vers la sortie, avant de changer d’avis.

Il échangent un dernier baiser et se fraient un chemin jusqu’à la sortie du nightclub. Tyler se force à ne pas jeter un regard en arrière pour chercher à nouveau son amie, même si son estomac est noué et qu’il en meurt d’envie. Il faut qu’il tienne bon, pour Aël.  Et pour lui aussi. 2014, c’est SON année, et puis c’est tout !
Déterminé à s’en tenir à ce plan, il jette un œil sur le profil de son petit ami à ses côtés, et un sourire apparait sur son visage. Oublier Bonnie, Alex et leurs soucis ne devrait pas être trop compliqué avec un tel mec à ses côtés…
   


_________________
this is how to be a heartbreaker.
   
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Profil
Secrets
Contact



MessageSujet: Re: 02. Soirée dancefloor † 11:05 PM

Revenir en haut Aller en bas
 

02. Soirée dancefloor † 11:05 PM

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Road to Salvation :: VILLES ALENTOURS :: Trimble :: nightclub-