AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Road to Salvation a fermé ses portes.


Partagez | .
 

 02. The road is ours. feat Eric A. Wolffhart

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Profil
DISPONIBILITES : disponible
NOMBRE DE MESSAGES : 40
ÂGE : 27 ans
LOGEMENT : 13, Madison Street
OCCUPATION : journaliste indépendant sous couverture au Leo's
Secrets
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: 02. The road is ours. feat Eric A. Wolffhart Lun 9 Juin - 20:39


 ❝The road is ours❞
feat. Eric  A.Wolffhart



Highway to Hell, Highway to Hell ♪

Flashback


{ - Chéri, tu n'aurais pas vu ma valise par tous les hasards ? Je suis sur de l'avoir rangé dans le placard ? Ah et ma barre de pole dance? Hors de questions que je la laisse ici !

Je paniquais, m'énervais et courrais partout dans notre appartement pour calmer mon angoisse. Je suis un grand hyperactif et tout petit changement opère chez moi une poussée d'adrénaline. Je m'étais habillé en vitesse d'un jean noir moulant et d'une chemise blanche de style renaissance. Les bras étaient serrés par des bracelets de force en cuir et une lourde ceinture dessinait mes hanches. Certes j'étais pressé mais sexy. Mais surtout stressé.

Éric me regardait mi-figue, mi-raisin puis finit par m'attraper au passage, un bras autour de ma taille, l'autre renfermant le demi-cercle sur ma hanche. Je me collais à lui en respirant profondément et sentit le stress reculer au fur-et-à-mesure que ma libido se réveillait à son contact. Oui oui, je suis un giga méga obsédé et surtout en état de stress. Heureusement que je m'étais marié à plus pervers que moi.

- Tu sais que t’activer comme ça ne va rien changer, à part te fatiguer pour rien ?

Je souris et en me réfugiant un peu plus dans ses bras, j'inspirais son odeur musquée par bouffée comme je pourrais consumer une cigarette. Je l'attirais doucement dans notre chambre où il ne restait qu'un matelas qui allait nous être d'une grande aide...

- Aller, juste une petite heure puis on part. On doit y être pour le 3 janvier, on est que le deux. Je vais te détendre !

Hum... Après cette "détente" sportive, nous avions pris une douche puis on a bourré notre coffre, attaché ma moto dans la remorque et on était partis... Éric au volant de ma voiture... On laissait la sienne ici au cas où. Et c'était parti pour une longue route menant tout droit en enfer. }

Si je me souviens bien, on était parti la veille pour être sûr de ne pas être pris dans les embouteillages du nouvel an. Évidemment ça ne posait aucun soucis puisque monsieur ne voulait jamais fêter un seul petit événement de rien du tout car il détestait ce côté société de consommation.

Noël? On ne l'a fêté qu'une seule fois en quatre ans et c'était pour me faire plaisir. Bon si, le seul truc qu'on peut faire ce sont les anniversaires. D'ailleurs pour celui de l'année dernière, mon amoureux m'avait offert une moto. Oui, oui! Une moto! Je l'ai dans la remorque, là justement. Nos affaires n'arriveront que dans une semaine donc je suis content d'avoir insisté pour prendre la moto avec nous. Je vais pouvoir faire de longues balades plutôt que de rester cloîtré dans ce magnifique et tranquille village qu'est Grayson.

L’ironie ne me va pas ?

Bon okay, j'avoue... je déteste l'idée de déménager, de partir loin de nos amis pour le boulot! Je déteste l'idée d'aller vivre dans un coin paumé maudit et surtout... je hais le fait de n'avoir aucun poids dans nos décisions. J'ai l'impression que quoique je dise, c'est lui qui fera le choix. Bon je peux comprendre que ça soit important pour lui, qu'il a besoin de changement mais merde! J'aimais notre petite vie tranquille...

Bref, faut que je m'y fasse et respire à fond.

"Sur la route toute la sainte journée", c'est ça ? Bin je confirme, il faut plus de 17h de route entre New-York et le Missouri ! Youpi ! ... Faites moi descendre !

Ça fait quasiment 15heures qu'on est parti et je regarde le paysage en soufflant. Espérons qu'il décide de me parler un peu. C'est pas que je m'ennuie, hein ? Mais bon, je suis entrain de littéralement dévoré mon paquet de bonbons en espérant qu'ils puissent faire passer le temps plus vite.

-Éric, si tu es fatigué ou que tu veux te reposer, tu me le dis.

Je passais le doigt sur sa joue et lui fit un petit sourire. Celui qu'il adore voir sur mes lèvres.


@Eques sur Never-Utopia

_________________