AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Road to Salvation a fermé ses portes.


Partagez | .
 

 01. So glade you were here [Nath & Summer]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Profil
CREDITS : Billie
NOMBRE DE MESSAGES : 189
ÂGE : 32
LOGEMENT : Madison Street (9)
OCCUPATION : Gérant du Teller & Redd's garage
HUMEUR : fabuleusement bonne
ETAT PHYSIQUE : En pleine forme
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: Je l'assume sans honte.
Autres comptes: Aidan, Dorian, Hunter, Tyler
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: 01. So glade you were here [Nath & Summer] Dim 11 Mai - 14:59

« Vous plaisantez ? »
« Non, il s’est effondré devant le stand de votre frère. Un problème d'hypoglycémie je crois.»
« Dieu du ciel… Il va mieux ? » fait mine de s’inquiéter Lucinda, portant ses mains à la petite croix en argent qu’elle porte autour de son cou fin.
« Oui, oui. Clyde s’est occupé de lui et la petite Hickok était là également. Il était entre les meilleures mains possibles » souligne Lloyd Beckett d’un ton pompeux.
Nathaniel lui répond par un sourire, puisque c’est certainement ce que ce fils de pute attend de sa part. Il déteste ce type. Il déteste les vautours dans son genre, les lâches qui changent de discours selon leur interlocuteur pour s’attirer les faveurs du plus grand nombre. C’est ce qu’il fait, mais il le fait avec beaucoup plus de subtilité… Lloyd se croit supérieur à la plupart de ses voisins et, Nath – qui pour sa part est effectivement loin au-dessus de la masse de moutons abrutis qu’ils sont – n’attend qu’une bonne opportunité pour le faire redescendre de son piédestal.
« Effectivement. Il a eu de la chance, dans son malheur » concède son épouse qui joue son rôle de femme inquiète pour son prochain à la perfection, ce qu’il sait qu’elle n’est pas. Surtout pas vis-à-vis d’un Donnelly.
« Tout est bien qui finit bien, donc. »
« Oui ! C’aurait été dommage que notre belle fête se trouver gâchée par un tel incident. »
« Terriblement dommage oui. D’ailleurs, si vous voulez bien nous excuser, je commence moi-même à me sentir défaillir, il me faudrait avaler un bon chocolat chaud ! »
« Nathaniel ! Ne plaisante pas avec ces choses » le réprimande Lucinda, en lui assénant une petite tape sur le bras.
Il y porte sa main, grimaçant et souriant en même temps pendant que Lloyd se permet de laisser échapper un petit éclat de rire et un clin d’œil entendu. Ah les femmes, semble-t-il dire.  Pauvre merdeux.
« Je ne vais pas vous retenir plus longtemps. Ma moitié doit me chercher partout pour que je prenne le relai avec les enfants. Je ne vais pas pouvoir jouer à cache-cache et fuir mes responsabilités plus longtemps de toute manière, j’en ai peur ! Ca a été un plaisir ! »
« Encore un Joyeux Noël, Lloyd. Saluez votre femme et vos enfants de notre part » le salut Nathaniel tandis que l’homme s’éloigne déjà.

Il rattrape le bras de Lucinda et l’entraine avec lui en direction d’un des stands de distribution de boissons chaudes. Ils sont cependant sans cesse arrêtés par leurs voisins qui souhaitent échanger quelques mots…et évidemment se renseigner sur le malaise du Donnelly. Ce petit con est sur toutes les lèvres et est devenu sans le vouloir le sujet numéro un à aborder. Toute cette attention agace prodigieusement le garagiste.
En réalité, ce qui l’irrite surtout prodigieusement, c’est de ne pas avoir assisté en personne à la scène et d’avoir été mis au courant de l’événement par cet imbécile prétentieux de Lloyd. S’il avait été sur place, il aurait enfin pu trouver une manière de s’introduire auprès des Donnelly sous un meilleur jour. Il n’aurait plus simplement été le type qui avait bossé sur la voiture de leurs parents avant qu’ils disparaissent, mais également celui qui avait porté assistance au plus jeune des quatre frères…

« Summer est ici. Doit-on aller la saluer et la remercier pour son geste héroïque ? » lui glisse tout à coup son épouse en tirant sur son bras, lui désignant la fille du shérif d’un geste sec du menton.
Nath acquiesce et ils se rapprochent d’un même pas de la jeune femme. Nath fait alors apparaître un sourire mielleux sur son visage. Lucinda ne sourit que rarement et elle s’en garde bien.
« Voilà donc l’héroïne du jour ! » lance-t-il simplement en arrivant à sa hauteur.


_________________
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : overbooké
CREDITS : signa : me / avatar : draumrkopa
NOMBRE DE MESSAGES : 282

ÂGE : 18
LOGEMENT : Maison du lac
OCCUPATION : Etudiante en médecine
HUMEUR : En colère
ETAT PHYSIQUE : Rien à signaler, je suis en forme.
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: C'est notre faute...
Autres comptes: Eleanor A. McKenzi
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 01. So glade you were here [Nath & Summer] Dim 11 Mai - 16:07

So glade you were here


« Voilà donc l’héroïne du jour ! » Je levais les yeux vers les deux silhouettes qui se dessinaient devant moi. Nathaniel et sa charmante épouse, Lucinda. Quand je dis charmante, c'est pour rire hein. Mais bon, vous aviez pigé. « Oh mais qui vois-je ? Mes voisins adorés. » Rétorquais-je, un sourire faux sur les lèvres.

Il faisait surement allusion au malaise d'Aidan de tout à l'heure, vu comme tout se dit et se répète dans le coin, il était évident qu'il était déjà au courant. Je tirais sur ma veste, mes prunelles toujours braqués sur celle de Nathaniel. J'ignorais depuis toujours son épouse, jamais avenante, ni souriante. Ou alors si, mais seulement quand elle se moque de quelqu'un, de quelque chose ou bien qu'elle fait semblant, comme son tendre époux d'ailleurs. Que ce soit Nath ou bien sa femme, je ne peux pas les sentir ou les voir en peinture. Je ne peux tous simplement pas les blairer. Mon paternel m'a toujours demandé d'être méfiante avec tous le monde, mais encore plus avec eux, on ne sait jamais ce qu'ils pensent quand ils nous regardent.

Quand j'étais plus jeune, Nathaniel Redd m'a toujours fait penser au mec à la tronçonneuse dans les films d'horreurs, assoiffé de sang et de vengeance, buttant et décapitant tous ceux qu'ils croisent. Lucinda, quant à elle, m'a toujours fait penser à une sorcière, pourtant elle n'a rien d'une sorcière, du moins physiquement, même pas une verrue. Enfin, n'empêche que, quand on à huit ans et qu'on s'imagine un tueur marié à une sorcière, et bien c'est assez flippant quand même.

« Qu'est ce que vous faites encore là ? Vous n'avez donc pas un garage à tenir, Monsieur Redd ? » Demandais-je froidement.

Les habitants de Grayson, commençait déjà à quitter les lieux, surement pour aller fêter Noël ailleurs, c'est ce que je m'apprêtais moi même à faire, ayant laissé Aidan et les autres à leurs occupations, j'avais d'autres projets en tête. Mais j'avais comme un mauvais pressentiment, enfin.. mauvais est bien un grand mot, mais j'avais comme le sentiment qu'ils n'avaient pas envie de partir et qu'ils étaient là juste pour m'embêter et non pour me souhaiter un joyeux noël. Je voulais passer, pour me diriger vers le centre de Grayson, et quitter le parc, mais le couple Redd me barrait la route.

« Vous permettez ? J'ai autre chose à faire. » Leur dis-je sur un ton sec. Je braquais mes prunelles bleues dans celles de Lucinda, un peu comme pour la défier.


lumos maxima

_________________
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
CREDITS : Billie
NOMBRE DE MESSAGES : 189
ÂGE : 32
LOGEMENT : Madison Street (9)
OCCUPATION : Gérant du Teller & Redd's garage
HUMEUR : fabuleusement bonne
ETAT PHYSIQUE : En pleine forme
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: Je l'assume sans honte.
Autres comptes: Aidan, Dorian, Hunter, Tyler
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 01. So glade you were here [Nath & Summer] Dim 11 Mai - 16:45

« Qu'est ce que vous faites encore là ? Vous n'avez donc pas un garage à tenir, Monsieur Redd ? »
« Allons, c’est Noël pour tout le monde, Summer. Je sais bien qu’il est d’usage de dire qu’il n’y a pas de repos pour les braves, mais tout de même ! » réplique Nathaniel, sans se dépeindre de son sourire avenant.
Il n’a aucun mal à soutenir son regard, la défiant silencieusement.
Si elle veut jouer, le garagiste est tout à fait prêt à lui servir d’adversaire et à s’y mettre à fond. Et quand viendra le moment pour elle de perdre la face et quelques plumes, il ne faudra pas qu’elle vienne s’en plaindre. On récolte ce que l’on sème et la famille du shérif a la main plutôt leste… Ce qui convient  bien entendu tout à fait à Nathaniel Redd.

« Vous permettez ? J'ai autre chose à faire. »
Mais ni lui ni son épouse ne sont décidés à bouger d’un iota, au contraire. La jeune femme aurait mieux fait de se taire, de prendre son mal en patience en attendant qu’ils se lassent et la libère. Au lieu de cela, elle leur a nettement fait comprendre que leur présence l’ennuie prodigieusement ce qui, pour le couple, équivaut à leur offrir une invitation à la torturer…
« Est-ce là une manière de parler à ses voisins ? Je sais bien que ton père a des manières de rustres et que ta chère mère n’a pas eu beaucoup de temps pour t’inculquer les bonnes manières, mais ce n’est pas une raison » la cingle Lucinda en laissant apparaître un sourire mauvais sur ses lèvres finement ciselées.  
« Allons, chérie… C’est tout à fait indélicat d’évoquer la mère de Summer de cette manière. Surtout en ce jour de fête familiale… Mais puisqu’on évoque le sujet de ta petite famille : je n’ai pas eu le plaisir de croiser ton père cet après-midi. J’aurai pensé qu’avec l’arrivée d’une certaine famille à Grayson et les tensions qu’elle amène avec elle, il serait venu s’assurer que l’ordre règne au parc » lance Nath, les sourcils froncés dans une expression faussement intriguée.  « Ce n’est pas très professionnel de sa part. mais je suppose qu’il a une excellente raison d’être absent ! Il n’est pas souffrant au moins j’espère… »
« Il est sans doute trop occupé à rechercher son âme au fond d’une de ses bouteilles… »

Nath laisse échapper un petit rire grinçant. C’est dans ces moments-là qu’il se souvient pourquoi il a choisit d’épouser Lucinda et reste aujourd’hui encore à ses côtés, malgré ses défauts. Elle est une salope. Sa petite salope… Son alter égo !
« J’ai renoncé à prier pour lui mais je continue à prier pour le salue de ton âme, Summer. Les enfants ne devraient pas avoir à payer le prix des péchés de leurs pères. »  


_________________
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : overbooké
CREDITS : signa : me / avatar : draumrkopa
NOMBRE DE MESSAGES : 282

ÂGE : 18
LOGEMENT : Maison du lac
OCCUPATION : Etudiante en médecine
HUMEUR : En colère
ETAT PHYSIQUE : Rien à signaler, je suis en forme.
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: C'est notre faute...
Autres comptes: Eleanor A. McKenzi
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 01. So glade you were here [Nath & Summer] Dim 11 Mai - 17:43

So glade you were here


J'aurais dû me douter que le couple ne me laisserai pas tranquille, j'aurais dû la fermer et attendre que le temps passe, et je n'aurais pas eu le droit à tous ce qui va suivre.

« Est-ce là une manière de parler à ses voisins ? Je sais bien que ton père a des manières de rustres et que ta chère mère n’a pas eu beaucoup de temps pour t’inculquer les bonnes manières, mais ce n’est pas une raison » Dit Lucinda en laissant apparaître un sourire mauvais sur ses fines lèvres de sorcière. Comment osait-elle parler de ma mère, ainsi ? Comme si maman y était pour quelque chose dans cette accident. Si elle n'était pas mon ainée et que je ne lui devais pas un minimum de respect, je lui aurais déjà enfoncé mon poing dans le nez.  « Allons, chérie… C’est tout à fait indélicat d’évoquer la mère de Summer de cette manière. Surtout en ce jour de fête familiale… Mais puisqu’on évoque le sujet de ta petite famille : je n’ai pas eu le plaisir de croiser ton père cet après-midi. J’aurai pensé qu’avec l’arrivée d’une certaine famille à Grayson et les tensions qu’elle amène avec elle, il serait venu s’assurer que l’ordre règne au parc » Poursuivis le garagiste.  « Ce n’est pas très professionnel de sa part. mais je suppose qu’il a une excellente raison d’être absent ! Il n’est pas souffrant au moins j’espère… » Il n'eût pas le temps d'ajouter autre chose que son épouse s'en chargea: « Il est sans doute trop occupé à rechercher son âme au fond d’une de ses bouteilles… »

Tout deux arboraient un sourire plutôt macaviélique, heureux du malheur des autres, quant à moi, je m'étais mise à sourire, laissant la tornade en moi, tourbilloner. Tous ce qu'ils attendaient c'est de me voir rétorquer. Ce que je ferais, mais pas de la manière dont ils aimeraient. Ils s'attendent à me voir en colère, peut-être même à ce que je pleure, je ne leur donnerais rien de tous ça, ils seraient beaucoup trop fiers d'eux. Nathaniel laisse un rire s'échapper du fond de sa gorge, je plante mes prunelles bleues dans ses yeux, un sourire sur les lèvres. Tandis que son épouse poursuit: « J’ai renoncé à prier pour lui mais je continue à prier pour le salue de ton âme, Summer. Les enfants ne devraient pas avoir à payer le prix des péchés de leurs pères. »  J'ignore entièrement cette nouvelle remarque cinglante, bien trop occupée à serrer les dents et à affronter le regard de Monsieur Redd.

Un sourire aux lèvres, comme pour servir de réponse à toutes leurs paroles, mes yeux lançant presque des éclairs, je rompt la ligne imaginaire qui se trouvait entre le couple et moi même. Ils se sentent fort, puisqu'ils sont deux. Je les ai peut-être craint, plus jeune, mais plus aujourd'hui. Ces gens, ne m'effraie pas. Je les provoque, en faisant un pas supplémentaire vers eux. Me souciant peu, si nous sommes observés ou pas. Je me retrouve nez à nez avec eux. Un rire m'échappe, et je me met à applaudir.

« Bravo. Vous vous étiez entrainés ? Je veux dire, c'était un discours préparé, n'est-ce pas ? Non, parce que franchement vous m'épatez! » Dis-je dans un rire, puis toujours le même sourire de poupée aux lèvres, je baissais mes prunelles sur Lucinda, étant plus petite que son mari. « Est-ce là, une manière de parler à ses voisins ? » Rétorquais-je, sans rire cette fois, en imitant au mieux la voix de Madame Redd, tout en rapprochant mon visage du sien, avant de le reculer un peu pour de nouveau fixer Nathaniel.

« Mon père est surement dans son bureau, à l'heure qu'il est, allez donc lui dire vous même ce que vous pensez de son travail. Mais au moins, lui il travaille, le jour de Noël. » Je doutais, en effet, que mon père soit encore dans son bureau, mais après tout, qu'est-ce qu'il en sait ?



lumos maxima

_________________
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
CREDITS : Billie
NOMBRE DE MESSAGES : 189
ÂGE : 32
LOGEMENT : Madison Street (9)
OCCUPATION : Gérant du Teller & Redd's garage
HUMEUR : fabuleusement bonne
ETAT PHYSIQUE : En pleine forme
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: Je l'assume sans honte.
Autres comptes: Aidan, Dorian, Hunter, Tyler
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 01. So glade you were here [Nath & Summer] Dim 11 Mai - 20:00

« Bravo. Vous vous étiez entrainés ? Je veux dire, c'était un discours préparé, n'est-ce pas ? Non, parce que franchement vous m'épatez!» fanfaronne la gamine.
Nathaniel  ne peut s’empêcher de laisser échapper une exclamation divertie. Il doit avouer qu’elle le surprend un peu à réagir de manière si posée. Evidemment, elle tente de les atteindre, de les tourner en ridicule, mais ça ne marche pas. Ils en ont vu trop et elle n’est qu’une débutante. Une débutante avec du cran, mais à son âge, c’est normal d’être bravache, non ? Summer n’a donc pas tellement de mérite de ce point de vue là.  
« Est-ce là, une manière de parler à ses voisins ? » ajoute-t-elle ensuite, s’adressant à Lucinda et reprenant son ton. L’effet est garanti !  
« Ouuh, elle essaye de te moucher mon amour » minaude le garagiste en se tournant lui aussi pour observer la silhouette de sa rousse d’épouse.
Mais sentant le regard de leur cadette peser sur lui, il lui redonne son attention pour avoir droit lui aussi à sa petite pique. Il ne doute pas qu’elle va tenter de l’ébranler également. Un coup chacun, c’est de bonne guerre !
« Mon père est surement dans son bureau, à l'heure qu'il est, allez donc lui dire vous même ce que vous pensez de son travail. Mais au moins, lui il travaille, le jour de Noël. »  
« Oh c’est tout à son honneur » rétorque Nathaniel avec sérénité, affichant toujours ce même petit air réjoui que précédemment.
Tout cet échange lui plait beaucoup et il ne regrette pas une seule seconde de s’être approché de la fille du shérif. Elle est en train de  rendre son après-midi morne enfin excitant ! Joyeux Noël !
« Comme on a coutume de le dire : mieux vaut tard que jamais ! Et nous sommes tous d’accord pour dire qu’il était plus que temps que ce bon vieux Bobby s’y mette avec un peu de sérieux… En plus si jamais les choses venaient à mal tourner ici, il aurait une excuse toute trouvée pour justifier son incompétence : Je n’était pas là, je n’ai rien vu, rien entendu, ce n’est pas ma faute, mesdames et messieurs » lance Nath d’un ton guilleret.
« Mais de quoi s’inquièterait-il de toute manière, avec une fille aussi altruiste pour prendre la relève et venir au secours des jeunes damoiseaux en détresse... » ajoute Lucinda d’un ton qui n’avait rien d’aimable ou d’admiratif. « C'est une véritable chance que tu te sois trouvée là, n'est-ce pas ? »
« Tu as été jusqu’au bouche à bouche ou ça n’a pas été nécessaire ? » la questionne Nathaniel en prenant un air très concerné, ses sourcils se fronçant au-dessus de ses yeux plein de malice.
« Je suis certaine qu’elle l’a fait. Sa grand-mère était une trainée et ces choses là restent dans le sang… La pauvre enfant a été souillée, j’en ai peur. J’ai tenté de dissuader Mary de s’encanailler avec Hippolyte mais elle ne voulait rien entendre ! Je suppose qu’elle aussi avait du sang de babylonienne… » cracha Lucinda avec mesquinerie, son regard de glace jaugeant Summer avec tout le mépris dont elle était capable.    

_________________
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : overbooké
CREDITS : signa : me / avatar : draumrkopa
NOMBRE DE MESSAGES : 282

ÂGE : 18
LOGEMENT : Maison du lac
OCCUPATION : Etudiante en médecine
HUMEUR : En colère
ETAT PHYSIQUE : Rien à signaler, je suis en forme.
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: C'est notre faute...
Autres comptes: Eleanor A. McKenzi
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 01. So glade you were here [Nath & Summer] Sam 17 Mai - 16:13

So glade you were here


Et il était là, à parler de mon paternel. Mais qu'est-ce que j'en ai à faire de ce que lui et les autres pensent ? C'est mon père, peut-être, mais c'est pas mon problème et puis de toute façon qui me dit que c'est vrai ? Je sais bien que Nathaniel et mon père ne se sont jamais entendu ni apprécier et ce n'est pas demain que ça va changer, alors que le garagiste ne fasse pas d'éloge au sujet de mon shérif de père, ce n'est pas une surprise. Mon père est d'ailleurs celui qui m'a prié de me méfier du garagiste et de sa femme, tous deux sont véritablement mesquins, il m'a toujours demandé d'en rester éloigné, aujourd'hui je comprends pourquoi, même si je les ai déjà croisé à maintes reprises, je ne leur ai jamais vraiment adressé la parole, mais croyez moi, il vaut mieux ne jamais leur adresser la parole, surtout quand c'est eux qui en connaissent le plus sur vous, ils ont de quoi vous attaquer.

« Mais de quoi s’inquièterait-il de toute manière, avec une fille aussi altruiste pour prendre la relève et venir au secours des jeunes damoiseaux en détresse... » ajouta l'épouse de Nathaniel, d'un ton qui n'avait rien, mais alors rien du tout d'aimable.  « C'est une véritable chance que tu te sois trouvée là, n'est-ce pas ? »  Je plantais mes prunelles azur dans les siennes, je n'allais surement pas me laisser démonter par ce qu'eux deux pourraient me dire. Je me contentais toujours de sourire, faussement évidemment, mais de manière à les énerver encore un peu, voir jusqu'où ils seraient capable d'aller. Je tiendrais bon, quoi qu'ils disent.

« Tu as été jusqu’au bouche à bouche ou ça n’a pas été nécessaire ?» Lança Nathaniel, mais je n'eu pas le temps de répondre quoi que ce soit que la sorcière me gratifia d'une nouvelle remarque cinglante : « Je suis certaine qu’elle l’a fait. Sa grand-mère était une trainée et ces choses là restent dans le sang… La pauvre enfant a été souillée, j’en ai peur. J’ai tenté de dissuader Mary de s’encanailler avec Hippolyte mais elle ne voulait rien entendre ! Je suppose qu’elle aussi avait du sang de babylonienne… » Elle crachait presque.

Mon regard ne l'a quitté pas un seul instant. Comment pouvait-elle dire ça de ma mère ? Je ne lui permettais pas, mais comment rétorquer sans m'emporter ? J'allais devoir faire preuve de répartie et de calme si je ne voulais pas leur laisser le dernier mot. Aujourd'hui, ce n'est pas le couple Redd qui gagnerait, c'était hors de question !

« Le bouche à bouche ni la réanimation n'a été nécessaire, le jeune homme ne souffrait juste que d'un petit malaise passager, rien de grave. Mais c'est gentil de votre part de vous inquiéter de son état de santé.» Dis-je d'un ton sérieux, je ne rentrerais pas dans leur jeu ridicule, j'allais la jouer plus maligne. « Mais c'est étonnant, permettez-moi de m'assurer que vous vous portez bien...» Ajoutais-je faisant mine d'ausculter le garagiste et sa femme. « Depuis quand vous inquiétez-vous de l'état de santé de vos voisins ?»

J'allais continuer ainsi, gardant toute ma haine en moi. J'étais bien décidé à leur prouver que je ne suis pas qu'une petite gamine au courant de leur secret, non je suis bien plus que cela. Je suis une Hickok, pas  n'importe laquelle, la dernière de la lignée à ma connaissance, et ils vont voir de quel bois j'me chauffe ces deux merdeux. On ne choisit pas sa famille, mais la famille c'est important. Et ce caractère bien trempé je le dois bien à quelqu'un, alors autant m'en servir pour défendre maman.

« Quand à cette rumeur sur ma grand-mère et ma mère, je ne peux vous dissimuler ma surprise Lucinda, il me semblait pourtant avoir entendu la même chose à votre propos.» Dis-je toujours sur le même ton sérieux, que j'accentuais même en fronçant les sourcils.  « Vous êtes certaine qu'il ne s'agissait pas de vous ?» Ajoutais-je, en levant mes prunelles sur son mari.  « Me tromperais-je Nathaniel ?» Mes yeux brillaient de malice, mais je me gardais bien de sourire voulant garder mon sérieux, même s'il ne s'agissait que de la moquerie et de la méchanceté en réalité.


lumos maxima

_________________
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
CREDITS : Billie
NOMBRE DE MESSAGES : 189
ÂGE : 32
LOGEMENT : Madison Street (9)
OCCUPATION : Gérant du Teller & Redd's garage
HUMEUR : fabuleusement bonne
ETAT PHYSIQUE : En pleine forme
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: Je l'assume sans honte.
Autres comptes: Aidan, Dorian, Hunter, Tyler
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 01. So glade you were here [Nath & Summer] Dim 18 Mai - 15:51

« Le bouche à bouche ni la réanimation n'a été nécessaire, le jeune homme ne souffrait juste que d'un petit malaise passager, rien de grave. Mais c'est gentil de votre part de vous inquiéter de son état de santé. Mais c'est étonnant, permettez-moi de m'assurer que vous vous portez bien...» fait-elle mine de s'inquiéter en s'approchant pour scruter leurs visages. « Depuis quand vous inquiétez-vous de l'état de santé de vos voisins ?» 
« Depuis bien avant ta naissance, jeune fille » réplique Nathaniel en lui présentant son meilleur profile, souriant de toutes ses dents. « Et l'état de santé des Donnelly me préoccupe particulièrement si tu veux tout savoir. Ça devrait être ton cas... Mais pas dans le sens où tu l'entends. »
Autrement dit : notre but n'est pas de les bichonner, mais de les faire déguerpir au plus tôt.

« Quand à cette rumeur sur ma grand-mère et ma mère, je ne peux vous dissimuler ma surprise Lucinda, il me semblait pourtant avoir entendu la même chose à votre propos. Vous êtes certaine qu'il ne s'agissait pas de vous ? » 
Lucinda laisse simplement échapper une exclamation dédaigneuse, son petit nez retroussé comme si elle était indisposée par une odeur désagréable. C'est le cas en un sens. La présence de Summer la dérange autant qu'elle peut réjouir Nathaniel. Cet échange est en somme tout à fait appréciable, même si un peu de retenu aurait sans doute dû être de mise... Ils sont après tout au beau milieu du parc de Grayson et les trois-quart des habitants sont encore présents sur les lieux. Ceci dit, personne ne semble réellement leur accorder d'attention. Si c'était le cas, le garagiste aurait immédiatement changé d'attitude bien entendu. Il joue à ce petit jeu depuis longtemps et la machine est rodée. Mais ils sont tranquilles pour le moment et c'est Noël alors lui et son épouse peuvent bien se permettre une petite folie, non ? 

« Me tromperais-je Nathaniel ? » le relance leur interlocutrice, armée de son plus perfide sourire, une lueur malicieuse dans le regard.  
« Ma chère, chèèère Summer ! Je crois que tu surestimes légèrement tes capacités à nous atteindre mon épouse et moi ! Ça n'a rien de bien étonnant ceci dit, tu es encore jeune et trop confiante. Pourtant la vie t'a fait le cadeau précieux de quelques claques qui auraient dû tu rendre un peu plus...maligne, dirais-je. Mais tu es également fille unique, ça ne joue pas en ta faveur. Tu as été trop cajolée, tes soi-disant exploits ont été trop vite et largement récompensés... Ça t'a rendue fainéante et trop sûre de toi. » crache le trentenaire en faisant disparaître toute trace de sourire. 

Il fixe la fille du shérif sans un mot sachant qu'elle est en train d'essayer de se convaincre que lui-même et Lucinda ne l'atteignent pas avec leurs remarques à propos de sa mère. Mais ils savent tous les trois que c'est faux. Summer ne leur a peut-être pas sauté au visage pour le leur lacérer en hurlant comme une démente, mais les mots de Lucinda ont fait mouche, c'est certain.
« Autre chose à ajouter, Miss Hickok ? Tu veux peut-être évoquer l'accident de mes parents ? Ou le fait que nous n'ayons pas encore conçu d'enfant ? »

_________________
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : overbooké
CREDITS : signa : me / avatar : draumrkopa
NOMBRE DE MESSAGES : 282

ÂGE : 18
LOGEMENT : Maison du lac
OCCUPATION : Etudiante en médecine
HUMEUR : En colère
ETAT PHYSIQUE : Rien à signaler, je suis en forme.
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: C'est notre faute...
Autres comptes: Eleanor A. McKenzi
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 01. So glade you were here [Nath & Summer] Lun 19 Mai - 19:38

So glade you were here


« Ma chère, chèèère Summer ! Je crois que tu surestimes légèrement tes capacités à nous atteindre mon épouse et moi ! Ça n'a rien de bien étonnant ceci dit, tu es encore jeune et trop confiante. Pourtant la vie t'a fait le cadeau précieux de quelques claques qui auraient dû tu rendre un peu plus...maligne, dirais-je. Mais tu es également fille unique, ça ne joue pas en ta faveur. Tu as été trop cajolée, tes soi-disant exploits ont été trop vite et largement récompensés... Ça t'a rendue fainéante et trop sûre de toi.» Crachait-il à mon visage.

Même s'il prétendait que je ne les atteignais pas, d'ailleurs je voulais bien les croire, ces gens là n'ont pas de cœur, alors bon. Je croyais tout de même que leur tenir tête encore quelques minutes finiraient par les agacer et les lasser. Parce que même si mon cher voisin Nathaniel semble apprécier notre discussion, il laisse enfin tomber son masque et me montre son vrai visage en me répondant de cette manière, pas que sa remarque soit plus cinglante que les autres, car à vrai dire celle-ci ne m'atteins pas d'un poil, mais parce qu'il me parle d'une manière différente, fini toute cette politesse, qui n'en est pas soit dit en passant, dans la voix. Il a dût remarquer que le voisinage ne nous prêtait aucune intention et donc fini les bonnes manières.

Il ne semble pas attendre de réponse, en revanche son épouse semble prête à me cingler d'une nouvelle remarque assassine si j'ose ouvrir la bouche. J'aimerai répondre que leurs remarques ne me font ni chaud ni froid, mais c'est entièrement faux, tous le monde sait qu'il ne faut pas dire du mal de ma mère, sinon je mords.. Le garagiste et son épouse le savent tout autant que moi. Seulement, je ne faiblirais pas devant eux et s'il faut que je reste une heure voir des heures ! A leur tenir tête sans faillir, je le ferai, j'ai trop de fierté pour m'abaisser devant ces affreux jojos.

« Autre chose à ajouter, Miss Hickok ? Tu veux peut-être évoquer l'accident de mes parents ? Ou le fait que nous n'ayons pas encore conçu d'enfant ?» J'haussais un sourcil, croisant mes bras sur ma poitrine. A vrai dire, j'aurais dû y penser moi même, mais j'ai été bien trop occupé à répondre à leurs insultes. Qu'est ce qui m'en empêche maintenant ? Rien. absolument rien.

« C'est une excellente idée Monsieur Redd ! » Dis-je tout sourire. « Alors dites moi tout, chers amis. Pourquoi vous n'avez pas d'enfants, il serait tant de s'y mettre non ? Oh un problème de stérilité peut-être ? Ce serait bien dommage. » Me moquais-je, n'ayant aucune idée des véritables raisons. « Quoi que à vous deux, j'sais pas trop à quoi ressemblerait le mioche.. Mais bon. » Méchanceté gratuite, bonjour !

« Vous savez, je me doute que tous ce que je peux vous dire ne vous atteint guère, vous avez bien trop d'expérience, pour reprendre vos mots. Et je dois admettre que vous avez raison, vous êtes incroyablement doués à ce jeu là. Quoi que je vous dise, vous me souriez de toute manière, c'est amusant. Je dois vous admettre également, que contrairement à vous, tous ce que pouvez me cracher au visage, m'atteint. J'ai même envie de vous crever les yeux.. vous voyez ? » Ajoutais-je, un sourire ravissant au bout des lèvres, le regard toujours brillant. « Sauf que je me contiens. J'ai donc beaucoup plus de mérite que vous. Je ne suis peut-être qu'une gamine, mais pour une gamine, je trouve, sans vouloir me jeter des fleurs, que je me débrouille pas si mal face à deux trentenaires si expérimentés, comme ils le prétendent. »

Je lorgnais Lucinda et Nathaniel tour à tour, bien décidée à leur faire comprendre que : « Cette fois vous gagnerez pas. Continuez donc à me balancer des vacheries au visage, je n'en ai que faire. et j'ai d'excellents professeurs face à moi pour apprendre à garder mon masque. » Rétorquais-je en affichant un sourire satisfait, gardant la tête bien haute.


lumos maxima

_________________
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
CREDITS : Billie
NOMBRE DE MESSAGES : 189
ÂGE : 32
LOGEMENT : Madison Street (9)
OCCUPATION : Gérant du Teller & Redd's garage
HUMEUR : fabuleusement bonne
ETAT PHYSIQUE : En pleine forme
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: Je l'assume sans honte.
Autres comptes: Aidan, Dorian, Hunter, Tyler
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 01. So glade you were here [Nath & Summer] Dim 25 Mai - 10:28

Et la voilà qui saisit sa perche et rajoute encore un peu de piment à leur échange haut en couleurs ! Lucinda grince des dents. Contrairement à lui, elle est réellement affectée par l’absence d’un nourrisson braillard à cajoler… Ca ne manque pas à Nathaniel. Il sait qu’il faudra qu’il s’y mette s’il veut que sa branche des Redd perdure, mais il repousse perpétuellement sa paternité. Au début, les « nous avons tout le temps du monde devant nous ! » pouvaient fonctionner mais à présent, plus tellement. Il se contente alors d’utiliser plus ou moins le même argument que Summer à l’instant : le mioche qui sortira de tes entrailles et de mes bourses ne pourra être qu’un monstre, mon amour… C’est ce que tu veux ?
Manque de chance, c’est exactement ce que Lucinda souhaitait. Elle souhaitait se faire dévorer les nibards par la créature qu’ils engendreraient, plus que n’importe quoi au monde. Nath était certain qu’elle finirait par le piéger pour obtenir ce qu’elle souhaitait… Mais ce jour n’était pas encore arrivé,  que l’Etranger soit loué !

Summer abandonne finalement l’idée d’utiliser les bâtons qu’il lui a tendu pour les battre. Trop facile, il n’y a aucun intérêt et elle vient de le réaliser. Nathaniel l’écoute donc discourir, sans se dépeindre du sourire qu’elle commente d’ailleurs. Pas bête la guêpe !
« Je dois vous admettre également, que contrairement à vous, tous ce que pouvez me cracher au visage, m'atteint. J'ai même envie de vous crever les yeux... vous voyez ? Sauf que je me contiens. J'ai donc beaucoup plus de mérite que vous. Je ne suis peut-être qu'une gamine, mais pour une gamine, je trouve, sans vouloir me jeter des fleurs, que je me débrouille pas si mal face à deux trentenaires si expérimentés, comme ils le prétendent. »
Il fait balancer sa tête, l’air de peser le pour et le contre, feignant de ne pas être tout à fait convaincu par sa dernière remarque. Ne pas perdre n’est pas gagner. Pas pour lui et pas pour son père non plus. Il se souvient d’une fois où Clyde était rentré tout fier d’avoir décroché une médaille à son tournois d’il ne sait même plus quoi. Une médaille de participation, pas de victoire. Son père l’avait utilisé pour le cogner, histoire de lui faire comprendre qu’il n’y a aucune raison de se gausser d’être un loser. Les prix de consolation, c’est pour les faibles. L’important n’est pas de participer mais de gagner et s’il faut écraser quelques orteils au passage : alors allons-y gaiment !
Il n’était pas qu’un con fini son père… Paix à son âme.

« Cette fois vous gagnerez pas. Continuez donc à me balancer des vacheries au visage, je n'en ai que faire. Et j'ai d'excellents professeurs face à moi pour apprendre à garder mon masque. »
« Amen à cela, recrue Hickok ! » minaude Nathaniel en levant une main où n’apparaissent que trois doigts. Parole de scout ! « Je me ferai un plaisir de te former à encaisser les pires tourments et à t’apprendre à les utiliser comme étendard. Ou masque, si ce terme te paraît plus approprié. »
Il sait que ce n'est pas là qu'elle voulait en venir mais s'en moque bien.
« Ceci dit il faut se méfier des masques que l’on porte. Ils ont la fâcheuse tend... »
« Inutile de poursuivre, ma douce, tout le monde connaît cette chanson là. Sur ce, chère Summer, nous allons te laisser. Il se fait tard et j’ai bien l’intention de baiser ma femme jusqu’à l’engrosser ce soir. A notre âge, ça demande beaucoup de préparation, tu comprends ? »
« Nath ! » le sermonne Lucinda en lui assénant une tape sur le bras.
« Allons, inutile de jouer les prudes, Summer en a entendu d’autre. Elle fornique avec le petit Salvatores depuis un bail maintenant ! » sourit-ilà son épouse, avant de redonner son attention à la fille du shérif. « Joyeux Noël, Summer. Et n’oublie pas de saluer ton père pour nous… »  
Et sur ces mots, bras dessus/bras dessous, il s’éloigne avec Lucinda, sans plus de cérémonie.


_________________
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : overbooké
CREDITS : signa : me / avatar : draumrkopa
NOMBRE DE MESSAGES : 282

ÂGE : 18
LOGEMENT : Maison du lac
OCCUPATION : Etudiante en médecine
HUMEUR : En colère
ETAT PHYSIQUE : Rien à signaler, je suis en forme.
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: C'est notre faute...
Autres comptes: Eleanor A. McKenzi
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 01. So glade you were here [Nath & Summer] Jeu 29 Mai - 14:42

So glade you were here


Après avoir fanfaronner deux petites minutes avec son épouse, il conclus : « Inutile de poursuivre, ma douce, tout le monde connaît cette chanson là. Sur ce, chère Summer, nous allons te laisser. Il se fait tard et j’ai bien l’intention de baiser ma femme jusqu’à l’engrosser ce soir. A notre âge, ça demande beaucoup de préparation, tu comprends ?» J'étouffe un rire, en haussant les sourcils pour garder mon sérieux. Ce n'est pas quelques mots cru qui vont me démonter. Après que son épouse ait fait mine de le sermonner, il lui adresse, dans un sourire : « Allons, inutile de jouer les prudes, Summer en a entendu d’autre. Elle fornique avec le petit Salvatores depuis un bail maintenant ! »

Je croisais les bras sur ma poitrine, les yeux plissés, concentrée sur Nathaniel, me doutant qu'il ne me laisserait pas le dernier mot. Que le village soit au courant que je couche avec James, ça m'est complétement égal, c'est surement remonté aux oreilles de mon père et je m'en fou aussi, de toute façon je ne peux rien lui cacher alors autant qu'il soit mit au courant de mon activité sexuelle.

« Joyeux Noël, Summer. Et n’oublie pas de saluer ton père pour nous… » Me dit-il avant de tourner les talons et de s'en aller au bras de son épouse.

Je décroise les bras et détends peu à peu mes muscles. Je les regarde s'éloigner en serrant les dents. « C'est ça. Va baiser ta pute sale chien. » Marmonnais-je.

Il était temps pour moi de partir également. Le parc se vidait peu à peu, et j'avais autre chose à faire. Je n'avais pas vu James aujourd'hui, je me demandais ce qu'il faisait, car d'ordinaire dès qu'il y a moyen qu'il s'échappe de chez lui pour ne pas croiser son père, c'est ce qu'il fait. Je l’appellerai sans doute tout à l'heure, en attendant je dois aller au bureau de mon père, a cette heure ci, il n'y a sans doute plus personne et j'ai besoin de me changer les idées après cette entrevue avec le couple Redd.

C'est d'un pas déterminé que je quittais, alors, le West jefferson street.

lumos maxima

_________________
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Profil
Secrets
Contact



MessageSujet: Re: 01. So glade you were here [Nath & Summer]

Revenir en haut Aller en bas
 

01. So glade you were here [Nath & Summer]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Road to Salvation :: GRAYSON :: West Jefferson Street :: PIQUE-NIQUE-