AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Road to Salvation a fermé ses portes.


Partagez | .
 

 01. stand boissons chaudes † 03:45 PM [Aidan, Charlie, Clyde & Summer]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Profil
NOMBRE DE MESSAGES : 231
Secrets
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: 01. stand boissons chaudes † 03:45 PM [Aidan, Charlie, Clyde & Summer] Ven 11 Avr - 22:38

mini-event : Noël


casting Aidan Donnelly – Charlie Boyle – Clyde Redd – Summer Hickok  

synopsis
Clyde le sent : aujourd’hui, c’est le grand jour. Il va parler à Charlie et lui proposer de l’inviter à boire un café…le café qu’il va lui servir. C’est déjà un bon début, non ? Et d’ailleurs, c’est vers LUI qu’elle s’approche pour se faire servir, si ce n’est pas un signe évident que c’est le grand jour…
Mais c’était sans compter sur l’intervention d’Aidan qui a reconnu la petite caissière et l’aborde pendant qu’elle se fait servir. Et comme les ennuis n’arrivent jamais seuls, voilà que Summer s’en mêle et profite de l’évènement pour approcher le plus jeune des Donnelly…  

ordre de passage : Clyde, Charlie, Aidan, Summer

délai de réponse : 72h par personne avant que le tour ne soit sauté (si vous êtes certain de ne pas pouvoir répondre, merci de prévenir vos partenaires dans le flood rp)


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Profil
Secrets
Contact



MessageSujet: Re: 01. stand boissons chaudes † 03:45 PM [Aidan, Charlie, Clyde & Summer] Lun 14 Avr - 21:47

Expectation… Reality…

Tous les ans, c’est la même chose. Tous les ans, je me dis que je mangerai moins aux fêtes de fin d’année, et tous les ans je mange trop. Et tous les ans, je finis avec une indigestion. Et tous les ans, je prends deux à trois kilos. Et tous les ans je me dis que c’est la dernière fois. Et cette année, comme tous les ans, je ne fais pas exception à la règle, et j’ai trop mangé. La dinde était un peu trop cuite, mais pour faire plaisir à ma belle-sœur, je m’étais resservi encore et encore. C’était sans compter l’arrivée de la fameuse bûche. J’en pouvais plus, j’avais dormi comme un bébé. Les éternels cadeaux avaient été donnés et reçus, tout s’était passé pour le mieux. Et bien sûr, il y avait sur la table de nuit de ma chambre ce cadeau, que je n’oserai jamais offrir. Ce cadeau que je lui avais acheté. Pour elle. Pour Charlie. J’étais sûre que ce cadeau lui plairait, un collier magnifique, et si simple. Comme elle. Magnifique et simple. Je lui donnerai au goûter de Noël de la ville, oui c’était prévu comme ça. Je m’approcherai d’elle, je lui sourirai et je lui tendrai ce cadeau. Un petit sourire étonné ornerait son visage quand elle prendrait le paquet que j’avais passé une heure à emballer. Elle enlèverait délicatement le ruban dorée qui ornait le papier rouge, rougissant légèrement. Elle ouvrirait le paquet le plus joliment du monde, en décollant le ruban adhésif, sans déchirer le papier, parce qu’elle le garderait probablement chez elle, avec amour et attention. Et elle poserait ses yeux de biche sur l’écrin. Sa main doucement le caresserait, du dos de sa main. Elle me dirait surement que je suis fou, et que c’est bien trop, mais au fond d’elle, la joie l’inonderait. Et alors elle ouvrirait cet écrin et elle tomberait sur ce collier, spécialement choisi pour elle. Elle regarderait le pendentif vert émeraude, et se mettrait à rire, doucement. D’un geste de la main, je lui demanderait si je pouvais lui mettre, elle soulèverait ses cheveux de ses deux mains et me laisserait à un accès à son cou, pour que je l’orne de ce bijou. Lorsque ses cheveux retomberaient sur son dos, l’odeur de son shampoing, surement à la pomme envahirait mes narines, et je fermerais les yeux une demi-seconde. Et là, ornée de ce bijou, elle se tournerait vers moi, un grand sourire sur le visage, me remercierait et se mettrait sur la pointe des pieds, pour glisser ses lèvres sur les miennes. Ses lèvres, si douces, si belles, si roses, elle les poserait sur les miennes, légèrement gercées par le froid, et la chaleur envahirait mon cœur et mon corps. Elle presserait son corps dans mes bras et je refermerais mon emprise sur son dos, accueillant son odeur, sa chaleur et sa joie. Accueillant en moi son amour, embrassant ses cheveux, soupirant d’aise, et nous rentrerons ensemble, main dans la main, et …

Le réveil sonne. Imperturbable. Impitoyable. J’ouvre les yeux nerveusement, balayant d’un coup de cil cette image idyllique créée artificiellement par mon cerveau. Image si belle et si apaisante d’il y a un instant, qui ne me fait pas oublier que je suis seul dans mon lit trop grand. Et pourtant, je vérifie tout de même. Comme un idiot. En étendant le bras. Je m’attendais à y trouver quoi ? Ou qui ? … Ne soyons pas aveugle, on sait tous qui je m’attendais à y trouver, et on savait tous que je n’y trouverais que ma solitude. Et mes peurs. Mais elle, la seule que j’attendais, n’est pas là…

Et si… et si, c’était prémonitoire ? Et si cette image était appelée à se réaliser ?

Mes jambes réagissent avant moi, je me lève, sors du lit, et file me préparer à manger. La matinée passe à une vitesse folle, la douche, le choix des vêtements, le rasage de près. Tout doit être nickel. A chaque regard posé sur l’emballage rouge et doré qui se trouve dans ma chambre, je sens mon cœur qui s’emballe. Charlie sera là. Je le sens. Je le sais.

Et je sais aussi que je n’aurai jamais le courage de lui offrir ce cadeau. Quel idiot irait directement offrir à une fille un cadeau de cet acabit, alors même qu’il ne lui a jamais rien dit sur ce qu’il ressent ? Un puceau dirait mon frère. Et il aurait raison. Et je soupire malgré moi à cette pensée. Je suis vraiment un idiot, un bel idiot idéaliste et romantique ! Je resserre ma cravate, la noire, sur ma chemise gris pâle, et je repose le cadeau sur ma table de chevet. Affichant un sourire sans faille, un sourire propre et qui se veut crédible, j’emballe fermement mon dépit dans un coin de mon cœur et je me rends à ce fameux goûter, prêt à assurer mon rôle de distributeur de boissons pour toute l’après-midi, mon bonnet de père noël sur la tête.. Mon rôle de boy comme le pensent beaucoup de gens. Mais n’est-ce pas ce que je suis au fond, le bon gars qui veut toujours donner un coup de main et qui passe pour un con ?
Et là, je la vois, je l’aperçois. Ses yeux. Magnifiques. Sa tenue. Parfaite. Elle est parfaite. Elle s’approche de moi, et je regarde mon verre de café d’un œil. Il n’y a parfois pas besoin de grands cadeaux très chers. Un simple café fera l’affaire, et permettra d’engager la discussion. Oui, exactement. Je vais lui servir son café et lui souhaiter Joyeux Noël avec un grand sourire. Oui voilà ! Voilà ce que je vais faire. Et elle me sourira et on boira ensemble ! Ce sera le début d’une histoire. De notre histoire. Le collier attendra et un jour je lui raconterai, elle rigolera avec moi. Mais pour l’instant c’est ce café. Ce sera le café de notre vie. Le meilleur que j’aurai jamais bu, parce qu’il sera partagé avec elle. Je la regarde s’approcher de moi, s’approcher du stand. Elle vient pour moi, elle vient pour que je lui parle, pour que je lui offre ce verre. Il ne faut pas merder maintenant Clyde, il faut que tu lui offres un café, le meilleur de toute sa vie, il faut qu’elle s’en souvienne pour toujours, que ce goût légèrement sucré lui rappelle mon visage.

Et là, elle est face à moi, mais les mots me manquent. Je veux lui souhaiter joyeux noël, lui demander ce que je lui sers, mais la seule chose que je parviens à dire, c’est « Bon…bon…joye…noël ». Il est loin le shampoing à la pomme et le cadeau rouge et doré. Raclement de gorge. Sentiment de solitude absolu, de malaise. Respire Clyde, respire. Respire bon sang ! … Je l’aiime !

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : disponible
CREDITS : Tumblr, Never Utopia & myself
NOMBRE DE MESSAGES : 207
ÂGE : 24 ans
LOGEMENT : East Jefferson street (22)
OCCUPATION : Caissière à l'épicerie Pryde, Grayson
HUMEUR : Bonne
ETAT PHYSIQUE : Rien à signaler, juste un peu chaud en ce moment à cause des verres bus au Susan's Coffee pour le Nouvel An.
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: Je veux tout savoir !
Autres comptes:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 01. stand boissons chaudes † 03:45 PM [Aidan, Charlie, Clyde & Summer] Mer 16 Avr - 14:08



« Pique-nique de Noël »

feat Clyde J. Redd, Aidan S. Donnelly, Summer A. Hickok


T
u t’avances dans l’herbe du parc de Grayson où se déroule le pique-nique organisé pour Noël. Malheureusement, tu n’avais pas pu participer à la dernière fête ici même à l’occasion de Thanksgiving, obligée d’aller à Saint-Louis pour rendre visite à ton père. Bien que tu aimes lui faire plaisir, comme la plus part des enfants envers leurs parents, ne pas être allée à ce repas de Thanskgiving t’avais donné l’impression de manquer une sorte de réunion de famille…une autre famille, plus grande, dont tu as du mal à te passer. Alors aujourd’hui, pas question de se défiler, le pique-nique de Noël se déroulerait avec toi !  

A vue d’œil, une bonne partie des habitants de Grayson et même certains venant des villages alentours sont déjà attablés devant une tasse de café ou discutent debout près des stands de boissons chaudes. Tu te diriges vers le centre du parc lorsque Mme Pietsky s’approche de toi, t’obligeant à t’arrêter. Qu’est-ce que cette vieille folle peut bien vouloir ? On est pas à l’épicerie, il n’y a pas de nourriture pour chat à vendre ici.
« Charlie, tu n’aurais pas vu mon chat ? Je ne le trouve nulle part ! » Feignant la surprise, tu hausses les sourcils avant de répondre : « Non, Madame Pietsky, désolée ». Décidément, le cas de cette femme ne s’arrangeait pas.   « Tiens, c’est bizarre. D’habitude il ne s’aventure pas aussi loin…ça me fait penser que l’autre jour, … » . Tu plisses les lèvres, impatiente d’en finir avec cette vieille femme qui délire sur l’existence de son chat. Scrutant les alentours à la recherche d’un prétexte qui mettrait un terme à cette disscusion, un des stands de boissons chaudes répartis dans le parc apparait comme par miracle. Après avoir sorti comme excuse banale de devoir aller acheter un café, tu laisses Mme Pietsky à ses recherches
.
Avançant vers le stand de boissons chaudes le plus proche, tu réalises que c’est Clyde Redd au service. Le moins qu’on puisse dire est que cet homme t’intrigue beaucoup ! Contrairement aux autres villageois, vous vous rencontrez très peu et à chaque fois, il semble devoir partir à toute vitesse…Mais cet après-midi, Clyde étant obligé de rester au stand, il ne pourra pas fuir et peut-être que vous pourrez enfin faire connaissance ! Tu t’approches, sourire aux lèvres, et lui dis bonjour. Premier contact en douceur, calme, confiant. Ne surtout pas brusquer les choses.


« Bon…bon…joye…noël »

Clyde en face de toi a l’air perdu, submergé ou stressé. Tu ne sais pas très bien mais du moins, c’est l’impression qu’il te donne derrière la table du stand. Pourquoi se mettre dans un état pareil subitement ? L’attitude du médecin semblait plutôt calme encore quelques instants auparavant. Il bégaie mais tu penses tout de même avoir compris le message. Le pauvre, ça ne peut tout de même pas être ce pique-nique de Noël qui le stresse ainsi ! Touchée par son malaise évident, tu lui réponds :

« Joyeux Noël, Monsieur Redd ! J’espère que vous n’aurez pas à rester tout l’après-midi au stand pour pouvoir aussi profiter du pique-nique. J’aimerai un café, s’il-vous-plait ».  

Alors que Clyde est en train de préparer la boisson commandée, tu sens une main te presser le bras. Tournant la tête, tu vois Aidan se dresser à tes côtés. Arrivé à Grayson il y a quelques jours avec ses frères pour découvrir ce qui est arrivé à leurs parents tragiquement disparus, ils sont devenus, sans surprise, un évènement de taille pour le village. Naturellement, ton désir a tout de suite été de les aider à connaître la vérité sur leurs parents mais aussi de te rapprocher d’Aidan, lorsque tu as découvert que le courant semblait plutôt bien passer avec lui. Malgré votre différence d’âge, tu as bizarrement l’impression de rajeunir en sa présence et d’être sur la même longueur d’ondes. Naïf comme raisonnement ? Peut-être mais ça a le mérite d’être naturel, au moins.

« Salut Aidan ! Comment ça va ? »

Tu approches ton visage de celui du blondinet pour lui coller un bisou sur la joue, en signe de salutations. Oui, cela fait peu de temps qu’ils se connaissent mais il n’est jamais trop tôt pour montrer l’affection qu’on porte aux gens, n’est-ce pas ? L’instant d’après, Clyde tend en ta direction un gobelet de café fumant. L’odeur se répand dans ton nez, comme pour réchauffer ton corps à l’avance. Tu remercies chaleureusement l’homme avant de prendre la boisson. Le petit jeu du « qui suis-je ? » avec Clyde n’est que partie remise.  

« Ca me fait plaisir que tu sois venu cet après-midi, j’avais peur qu’une fête dans cet endroit où tu ne connais personne ne te donne pas envie. Est-ce que ta famille est là aussi ? » déclares-tu à l’attention d’Aidan.

Codage by TAC

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : disponible
CREDITS : chachoune
NOMBRE DE MESSAGES : 176
ÂGE : 18 ans
OCCUPATION : sans emploi
ETAT PHYSIQUE : Cernes prononcées sous les yeux ; son avant bras gauche est plâtré depuis plusieurs semaines (le plâtre est couvert de dessins et autres petites annotations)
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: Je veux tout savoir !
Autres comptes: Dorian A. Spelling, Hunter D. Pendleton, Nathaniel W. Redd & Tyler A. Lawson
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 01. stand boissons chaudes † 03:45 PM [Aidan, Charlie, Clyde & Summer] Mer 16 Avr - 19:25

Christmas

« 25 décembre 2013 »
Ca fait chier.
Ca fait franchement chier d’être là et de devoir sourire et avoir l’air respectable et enthousiaste et tout le tintouin devant de parfaits étrangers. Mais Aidan aimerait encore moins être enfermé dans la baraque qu’ils louent sur Jefferson Street aujourd’hui. Et il ne peut pas se plaindre de quoi que ce soit, puisque c’est lui qui a copieusement insisté pour qu’ils se rendent au parc cet après-midi. Ses frères prévoyaient de faire profil bas et de rester déprimer bien au chaud, en famille, mais le petit blond a fait des pieds et des mains pour qu’ils mettent tous le nez dehors et aillent à la rencontre du petit peuple de Grayson. Tout plutôt que de rester dans cette maudite maison flippante à regarder les papiers peints défraichis et à respirer cette sale odeur de moisi.
Mais ça fait quand même sacrément chier de se trouver au milieu de tous ces inconnus. Surtout un jour comme celui-ci…

Ses parents auraient  dû être là pour Noël. Ils auraient dû être tous réunis chez eux, à Cleveland. L’ambiance n’aurait pas forcément été au top, il y avait toujours un de ses frères pour dire un truc déplacé ou faire une connerie qui déclenchait l’apocalypse dans le salon… Mais ça aurait quand même mieux valut. Tout valait mieux que ce qu’ils avaient aujourd’hui. A savoir : plus grand chose.
Chaque habitant qu’il croise, le sourire aux lèvres, lui rappelle qu’il n’a pour sa part aucune raison d’être heureux. Aidan voit des gamins hilares tester leurs jeux fraichement débusqués sous le sapin, des amoureux qui se dévorent des yeux en se tenant par la main, des grands-parents qui arrivent encore à s’émerveiller face à la magie de Noël, et tout ça lui fait mal. Tout ça lui fait prendre conscience du vide dans son existence.
Il n’y aura plus jamais de Noël totalement réussi, il manquera toujours quelqu’un. Terminé les grandes réunions de famille organisées par sa mère. Tout va s’étioler. Exactement comme son esprit le fait depuis quelques temps. Chacun va poursuivre le cours de son existence dans son coin, c’est certain. Aahron aura son gamin, Isaac aura Joleen et la petite famille parfaite qu’ils vont se construire, Sam aura leur oncle et lui… Lui sera invité par les uns et les autres pendant un moment et puis ce sera terminé.
C’est déjà terminé.

Mais il préfère avoir ce genre de pensées au grand air. Pas question de passer un jour de plus coincé dans la vieille baraque de location à lutter contre le sommeil, à chialer sur son sort et à repenser à tout ce qui lui manque. Et puis qui sait, ça ne sera peut-être pas si terrible.
Le petit blond a rencontré quelques uns des habitants déjà et jusque là, ça s’est plutôt bien passé… S’il leur laisse une chance, peut-être qu’il pourrait être agréablement surpris et enfin passer une vraie bonne après-midi.

Le sourire lui revient d’ailleurs lorsqu’il aperçoit un visage familier près de l’un des stands. Charlie. La mignonne petite Charlie qui travaille à l’épicerie et lui a tapé dans l’œil. Pas certain que la réciproque soit vraie, mais elle est sympa, intéressante et elle parvient à le faire rire. C’est tout ce don il a besoin.
Aidan n’hésite donc pas trop longtemps avant de prévenir ses frères qu’il revient, pour aller rejoindre la jeune femme, profitant que le reste des habitants en soient encore aux grandes embrassades et boudent encore un peu la distribution.

« Salut Aidan ! Comment ça va ? »  
Il se contente d’un sourire et d’un haussement d’épaule. Elle doit bien se douter que ce n’est pas la grande forme… Et sans connaître son histoire, il suffit de voir sa tête de déterré pour s’en douter. Le jeune garçon se laisse embrasser, appréciant la spontanéité rafraichissante de son interlocutrice qu’il se félicite d’avoir approché. Aucune raison que l’après-midi tourne mal. Pas avec elle à ses côtés…  
« Ca me fait plaisir que tu sois venu cet après-midi, j’avais peur qu’une fête dans cet endroit où tu ne connais personne ne te donne pas envie. Est-ce que ta famille est là aussi ? »
« Ouais, ils sont… » commence-t-il, cherchant à repérer ses frangins dans la masse, mais c’est peine perdu. Il se retrouve donc vers la brunette en levant les bras pour signifier son ignorance « …quelque part par là ! J’aurai manqué ça pour rien au monde. Faut dire que t'as tellement insisté que j'ai eu peur que tu viennes nous chercher par la peau du cul... Puis les trucs gratis ça se refuse pas il paraît alors… Me v’là » conclu Aidan en fourrant rapidement ses mains à nouveau dans son blouson pour les protéger du froid. « Ca va toi ? Joyeux Noël au fait ! »
Et parce que c’est toujours plaisant d’entrer en contact avec une jolie fille, il fait l’effort de ressortir ses mains glacée pour écarter les bras et inciter Charlie à revenir l’étreindre un instant.
C’est la fête des grandes embrassades non ? Et s’il trouve du gui…      


© Chieuze


note:
 

_________________
a little boy named train

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : overbooké
CREDITS : signa : me / avatar : draumrkopa
NOMBRE DE MESSAGES : 282

ÂGE : 18
LOGEMENT : Maison du lac
OCCUPATION : Etudiante en médecine
HUMEUR : En colère
ETAT PHYSIQUE : Rien à signaler, je suis en forme.
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: C'est notre faute...
Autres comptes: Eleanor A. McKenzi
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 01. stand boissons chaudes † 03:45 PM [Aidan, Charlie, Clyde & Summer] Sam 19 Avr - 10:26

stand boissons chaudes

Pour beaucoup, Noël était un jour magique, notamment pour les jeunes enfants qui découvraient leur parquets au pied du sapin, croyant à l'histoire du Père Noël et des petits lutins. Une fois l'adolescence passée, ce temps est résolu depuis longtemps. Les cadeaux, ce n'est pas forcément à Noël, parce qu'on ne sait pas toujours ce que l'on veut et puis, on a autre chose à faire que trainer à quatre pattes sous le sapin à mon âge. Pour Noël, le maire de Grayson avait organisé une petite fête entre voisin dans le parc, où serait vendu des boissons chaudes. Juste ça. Le but étant de passer un bon moment avec nos amis. Seul problème: Mes amis ne vivaient pas à Grayson, enfin si, il y avait bien la fille ainée du maire mais nous nous étions perdu de vue, depuis le secret, pour la simple et bonne raison, que ne devant en parler à personne, autant que je coupe les ponts avec mes camarades pour être sûre et certaine de ne pas avoir la langue un peu trop pendue.

Pourtant, cette perspective de me retrouver seule, ne m'avait pas découragé à me rendre aux festivités, pour autant. J'avais entendu parler, il y a quelques mois, de l'arrivée des Donnelly au village, on m'avait informé, je ne sais plus pour quelle raison, que le plus jeune des frères avait mon âge et je serai bien contente de voir par moi-même de qui il s'agit. Ma curiosité m'ayant beaucoup aidé. Je me rendais donc à cette fichue fête. Vêtue assez chaudement tout de même, à cause du temps, mais pas moins classe pour autant. Une veste en cuir noire matelassée, un slim noir, des baskets basses de couleur bordeau aux pieds. Toujours maquillée de la même façon, uniquement les yeux, uniquement du noir.

J'étais donc partie en début d'après midi. Sans mon père, il s'était rendu au poste ce matin pour je ne sais quoi d'important et il ne m'avait même pas donné d'heure pour rentrer, en même temps, sa n'aurait servi à rien, car je n'aurais surement pas respecté l'horaire. Peu importe, me voilà enfin au parc, seule soit, mais enfin. C'est sûr que faire le chemin à pieds, n'est pas ce qu'il y a de plus rapide.

Je m'avançais vers le stand de boissons, où je devinais que le gérant du stand n'était autre que Clyde, le frère trop bizarre de Nathaniel, le mec trop flippant, enfin bref, autant dire que je ne lui porta pas plus d'intention, je reconnaissais Charlie, la caissière de l'épicerie Pryde.. D'ailleurs où est Elizabeth.. Je fis un tour sur moi même pour regarder les alentours, je plissais les yeux pour essayer de la reconnaitre parmi la foule, en vain. Elle est surement occupée ailleurs. Elizabeth, je ne l'a connais pas plus que ça, je sais juste qu'elle tourne autour de mon père mais je ne pense pas qu'il y est quelque chose entre eux, sinon mon paternel de shérif m'en aurait sans doute déjà informé, c'est pas le genre d'information que l'on cache à sa fille.

Après un dernier et rapide coup d'œil, je me retourne et me dirige vers le stand, mais j'arrête net de marcher quand au loin, je vois un jeune homme blond, se diriger au même endroit que moi. Sans même le connaitre, je sais déjà qu'il s'agit du plus jeune des Donnelly. Alors je reprend ma marche. Passant une main dans mes longs cheveux presque bruns aujourd'hui. Le blondinet est en pleine discussion avec la charmante caissière, je préfère ne pas les déranger pour l'instant et je commande con une boisson au type louche.

« Bonjour. Je voudrais un chocolat chaud, s'il vous plait. » Je lui adresse un petit sourire. Et en attendant mon chocolat, je tourne la tête en direction du grand blond. Il écarte les bras pour enlacer Charlie. Je lui fais un sourire et reporte mon attention sur le vétérinaire. « Merci. » J'attrape le gobelet, je souffle doucement dessus, avant d'en boire une toute petite gorgée.


lumos maxima

_________________


Dernière édition par Summer A. Hickok le Lun 28 Avr - 17:11, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Profil
Secrets
Contact



MessageSujet: Re: 01. stand boissons chaudes † 03:45 PM [Aidan, Charlie, Clyde & Summer] Mer 23 Avr - 7:29

Reality… Sad reality

Le temps s'éternise, je me sens stupide avec mon bonnet de Noël sur la tête, j'ai envie de l'enlever, là, tout de suite, maintenant, mais je panique à l'idée même de lever le bras. Ce serait m'exposer à sa vue. Elle risquerait de comprendre à la manière dont je bougerais mon bras, et si elle comprenait,... si elle comprenait alors je serai perdu, entièrement perdu... Qu'est-ce qu'il se passerait si jamais elle apprenait? Je préfère ne jamais savoir que de faire face à l'humiliation publique.

Mais elle me sourit, est-ce un signe? Oui, c'est un signe. Elle me sourit, entièrement, laissant légèrement entrevoir ses petites dents blanches entre ses lèvres. Je me surprends à les fixer, étrangement hypnotisant. Son bonjour me désespère complètement, j'ai l'impression d'étouffer. Elle m'a remarqué, elle m'a parlé, elle m'a souri, ce n'est pas rien tout ça. Ce n'est pas RIEN! C'est beaucoup déjà, c'est énormément. C'est trop pour moi. Je sens la sueur parvenir à mon front, l'air commence à me manquer, j'ai chaud. Très chaud. Le stress (pas autre chose, bande d'obsédés!). La peur. De quoi? D'elle? De moi? De l'inconnu? De tout cela à la fois? Je ne sais pas trop, mais j'ai peur. Peur de faire un faux-pas, peur de tout perdre en un instant, peur de trop m'avancer. Pourtant je sais que c'est ma chance. Là, maintenant, tout de suite.

« Joyeux Noël, Monsieur Redd ! J’espère que vous n’aurez pas à rester tout l’après-midi au stand pour pouvoir aussi profiter du pique-nique. J’aimerai un café, s’il-vous-plait ».

Vous avez déjà été face à la plus grande nouvelle de votre vie? Que vous venez de passer brillamment votre examen, que vous venez de décrocher votre diplôme? Que vous venez de passer le permis de conduire? Et bien, là, tout de suite, c'est encore plus fort, encore plus intense. C'est juste le paradis sur terre. Elle connait mon nom. Et la façon dont elle l'a prononcé, la façon dont elle m'a dit d'un air enjoué ce « Joyeux Noël, Monsieur Redd! » La façon dont elle m'a souri en me le disant. La façon dont elle... Ce nom, mon nom, dans sa bouche, il est si doux. Ce nom que je suis venu à détester par moment, le voici que je le trouve beau, enfin. Pour la première fois, dans sa bouche, j'ai l'impression qu'il me désigne. Ô bien sur je préférerais qu'elle m'appelle Clyde, par mon prénom, mais ne précipitons pas les choses, ça doit probablement être aussi dur pour elle que pour moi, n'est-ce pas? Aussi dur pour l'un que pour l'autre, oui, exactement. Enfin, je deviens Monsieur Redd. Enfin ce n'est plus mon père, ni mon frère qui sont désignés par ce nom. Non, cette fois c'est moi, et je me sens tellement... bien! C'est dingue ce qu'une simple voix peut faire changer la perception des choses énoncées. La sienne est si douce, que tout ce qu'elle dit semble magnifique. Et puis cette petite pensée gentille. Elle est si prévenante, si douce, si gentille.

Un café, je vais lui préparer un café. Il ne faut pas que je le rate ce café, il doit être parfait, juste parfait. Et quand je lui tendrai son café, je lui dirai, avec un grand sourire, qu'elle peut m'appeler Clyde. « Mais voyons appelez-moi Clyde, j'ai l'impression d'être mon père quand on m'appelle Monsieur Redd » Oui, je lui dirai ça, je vais lui dire ça. Bien sur que je vais lui dire, et alors, j'aurai l'occasion de l'entendre prononcer mon prénom. Mais en attendant, le café. Je me tourne, et commence à remplir un gobelet en carton de ce liquide brun. Un léger sourire apparaît sur mon visage quand je repense à cette histoire que j'avais lue, enfant. Tristan et Yseult, et ce fameux philtre d'amour. L'amour par la boisson. Le café qui coule dans le gobelet me ramène à la réalité quand le gobelet, trop plein, me déborde sur la main. Instinct de survie, ma main s'enlève de la source de chaleur et lâche le gobelet, qui s'écrase malencontreusement dix centimètres plus bas, sur la table. Mais la chance est avec moi ce matin, et rien (ou presque) ne se renverse. Juste quelques gouttes qui retombent sur la table, le reste est sauvé. J'en rigole presque, et pense partager ce rire avec Charlie, je me retourne vers elle, pour lui faire part de ce petit incident, qu'elle a surement vu d'ailleurs, et là...

J'ai l'impression d'assister à la scène au ralenti, de voir tout de très loin, comme un spectateur devant sa télé. Spectateur de ma propre vie, et de mon propre malheur. La petite tête blonde, directement identifiée comme celle d'un Donnelly, se penche vers Charlie, et lui fait la bise. Mon sourire se perd, tombe au sol, et se vient de se faire marcher dessus par un Donnylly. Et la situation m'apparaît telle qu'elle est réellement, moi avec mon bonnet stupide sur la tête, derrière ce stand stupide, devant servir les gens, avec mes espoirs et mes rêves plein la tête, et face à moi, de l'autre côté du stand, ce petit con qui en profite pour... pour quoi au juste? Et d'où est-ce qu'ils se connaissent? Mon cœur brûle et est réduit en miettes. Le discours de mon frangin sur les Donnelly me revient en mémoire, et encore une fois je comprends qu'il avait raison. J'entends ensuite les mots du blond, et ces paroles résonnent dans ma tête. Je le vois tendre les bras vers Charlie, je ne sais pas ce qu'il cherche, mais je comprends parfaitement où il veut en venir. Et je le déteste. A cet instant précis, je le déteste, pour tout ce qu'il est, pour tout ce qu'il fait, et je le déteste encore plus pour ce qu'il est en train de faire, là, face à moi. Il a le culot de faire ça devant moi! … Mais il ne sait pas... comment saurait-il? Comment pourrait-il savoir ce que je ressens pour Charlie?

« Bonjour. Je voudrais un chocolat chaud, s'il vous plait. » La voix d'une jeune femme me sort de mes pensées. J'en avais presque oublié le stand et ce pour quoi je suis là. Je me sens comme un larbin, derrière ce stand. N'est-ce pas ce que je suis? Sans un mot pour Summer, que j'ai reconnue en un clin d'oeil, je me tourne et lui prépare son chocolat. Et je refais couler un café pour Charlie, je ne peux pas lui servir celui qui a débordé tout de même... Et là, ça fait tilt dans mon esprit. Derrière le stand ils sont trois, et j'ai deux boissons de prêtes, plus une boisson ratée de prête... Deux + une, ça fait trois. Le sourire me revient, tandis que je sers le chocolat à Summer. « Attention c'est chaud. ». Puis je prends les deux gobelets de café et me tourne vers l'espère de pseudo couple qui me fait face, la rage qui bouillonne en moi, le sentiment de franchir la ligne des interdits, de faire la pire chose de ma vie. Je les interromps dans la future embrassade qui devait avoir lieue, me rappelant à leur souvenir. « Et voilà mademoiselle, attention c'est très chaud. Et pour vous monsieur, c'est un cadeau de bienvenue de la part de la ville » Et je lui tends le gobelet mal en point, avec du café qui a débordé de tous les côtés. Piètre vengeance, mais je tremble en lui tendant. Avec mes amitiés et mon plus beau sourire. Je te déteste Donnelly, tu entends! Je te déteste!





note:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : disponible
CREDITS : Tumblr, Never Utopia & myself
NOMBRE DE MESSAGES : 207
ÂGE : 24 ans
LOGEMENT : East Jefferson street (22)
OCCUPATION : Caissière à l'épicerie Pryde, Grayson
HUMEUR : Bonne
ETAT PHYSIQUE : Rien à signaler, juste un peu chaud en ce moment à cause des verres bus au Susan's Coffee pour le Nouvel An.
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: Je veux tout savoir !
Autres comptes:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 01. stand boissons chaudes † 03:45 PM [Aidan, Charlie, Clyde & Summer] Sam 26 Avr - 17:18



« Pique-nique de Noël »

feat Clyde J. Redd, Aidan S. Donnelly, Summer A. Hickok


«
Faut dire que t'as tellement insisté que j'ai eu peur que tu viennes nous chercher par la peau du cul... Puis les trucs gratis ça se refuse pas il paraît alors… Me v’là »

Tu souris à l’idée de venir chercher les Donnelly jusque chez eux. Evidemment que tu en aurais été capable, s’il l’avait fallu. La maison dans laquelle ils vivent depuis leur arrivée à Grayson a beau ressembler à la plus part des habitations du village, tu ne te serais pas sentie à l’aise à leur place entre ces murs sombres et glauques. Mais certainement qu’un villageois pur et dur de Grayson ne trouverait rien à redire...D’ailleurs ce même villageois jugerait sans doute ton attitude peu conventionnelle. Inviter une famille d’étrangers à une fête normalement réservée aux habitants de Grayson est plutôt rare ! Mais avec l’habitude, tu sais que personne ne va oser faire une remarque explicite en public.

« Ca va toi ? Joyeux Noël au fait ! »

« Oui, très bien. Merci ! Joyeux Noël à toi aussi…autant que possible »

Naturellement, la fête de Noël ne ressemble plus vraiment à une partie de plaisir quand les parents sont portés disparus. La peine que tu ressens pour la famille Donnelly se renforce un peu en parlant avec Aidan et te donne envie de les soutenir. Tu espères sincèrement que leurs parents ont pu trouver refuge à quelque part dans la forêt et que, perdus ou blessés, ils attendent de rencontrer quelqu’un pour leur venir en aide. Tu avances d’un pas en direction d’Aidan qui t’ouvre à présent ses bras. Quoi de mieux qu’un peu de chaleur contre le froid ?  

« Et voilà mademoiselle, attention c'est très chaud. Et pour vous monsieur, c'est un cadeau de bienvenue de la part de la ville »

La voix de Clyde t’arrête dans ton mouvement, attirant ton attention vers le stand. Pour un peu, tu avais presque oublié le café que tu venais juste de commander en arrivant. Contente d’avoir quelque chose de chaud à boire avec ce froid, tu tends une main pour prendre le gobelet que Clyde te tend. « Merci, monsieur Redd ». Tes yeux se posent sur Aidan puis sur la boisson qu’il a reçue. Du liquide brun a coulé sur une bonne partie du plastique, maculant sa couleur blanche initiale. Tu esquisses un petit sourire, partagée entre l’envie de rire et la gêne. Clyde n’a sûrement pas vu dans quel état se trouve cette boisson sinon il ne l’aurait pas donnée à un invité, n’est-ce pas ? Aidan va-t-il mal prendre l’intention de Clyde ? Tu ne le connais pas encore assez pour le savoir, aussi tu décides de proposer à Aidan une alternative qui permettrait de limiter les dégâts :

« Dis, on échange nos gobelets ? Y’ en a moins dans le tien et de toute manière, j'en voulais pas beaucoup »

En d’autres circonstances, tu aurais fait un commentaire ironique sur le service de Clyde en matière de boissons mais tu ne voulais pas lui faire de peine, dans le cas où il pourrait mal interpréter tes propos. Il semblait assez tendu comme ça.

Codage by TAC




note:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : disponible
CREDITS : chachoune
NOMBRE DE MESSAGES : 176
ÂGE : 18 ans
OCCUPATION : sans emploi
ETAT PHYSIQUE : Cernes prononcées sous les yeux ; son avant bras gauche est plâtré depuis plusieurs semaines (le plâtre est couvert de dessins et autres petites annotations)
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: Je veux tout savoir !
Autres comptes: Dorian A. Spelling, Hunter D. Pendleton, Nathaniel W. Redd & Tyler A. Lawson
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 01. stand boissons chaudes † 03:45 PM [Aidan, Charlie, Clyde & Summer] Dim 27 Avr - 11:47

Christmas

« 25 décembre 2013 »
Terminant son étreinte avec Charlie, Aidan rend son sourire à la jolie inconnue qui s’est ramenée pour lui passer devant puisqu’il ne passait pas commande. Il pourrait lui en tenir rigueur, d’autres que lui l’aurait certainement fait, mais il s’en fiche comme d’une guigne. Puis les jolies filles ont tous les droits et privilèges, pas vrai ? C’est tout du moins ce que la société actuelle tente de faire croire au monde entier.
« Oui, très bien. Merci ! Joyeux Noël à toi aussi…autant que possible »
Il se contente là encore de sourire, serrant les mâchoires pour ne pas se laisser comme à son habitude (une très mauvaise habitude à laquelle il ne peut rien) gagner par l’émotion et se mettre à chialer comme une gonzesse. C’est bizarre. Habituellement, les gens dépriment quand on est cruels avec eux, quand on les envoie chier, quand on les néglige… Pour lui c’est l’inverse : plus les gens semblent compatir et être gentils avec lui, plus il a envie de se laisser aller à chialer sur leur épaule. On dirait qu’ils le font exprès. On dirait qu’ils le savent et qu’ils veulent le voir craquer. Parce que c’est toujours cool d’assister au malheur des autres non ? On se sent mieux dans ses chaussures après ça…
Mais Charlie ne fait pas ça pour ça, il le sait. N’empêche qu’Aidan se sent débile, vide, triste et agacé aussi.

Heureusement, le serveur se manifeste à ce moment et attire l’attention de la brunette à ses côtés.
« Et voilà mademoiselle, attention c'est très chaud. Et pour vous monsieur, c'est un cadeau de bienvenue de la part de la ville »
Les yeux d’Aidan s’écarquillent sous la surprise. Ce genre de trucs ça n’arrive jamais à Cleveland. Personne ne vous fait de cadeau de bienvenue nul part. Ca le surprend et en même temps, ça le touche. C’est stupide… Pourquoi un truc pareil arrive à l’émouvoir ? Enfin il ne faut pas chercher la réponse très loin : il est épuisé et émotionnellement fragile en ce moment, c’est aussi bête que ça. On dirait une putain d’femme enceinte pleine d’hormones chelous. La honte…
Et telle une femme enceinte, il change tout à coup d’émotion en entendant Charlie remercier le type et en l’appelant Monsieur Redd.

Monsieur Redd. Il connaît ce nom. C’est celui du garagiste qui a bossé sur la voiture de leurs parents juste avant l’accident qui les a fait disparaitre. Il fait face au type qui  a possiblement causé la mort de ses deux parents… L’homme que lui et ses frères doivent absolument confronter depuis leur arrivée à Grayson, sans jamais être parvenu à trouver le courage de le faire.
Ils sont déjà passés un grand nombre de fois dans le garage, pour tenter de l’apercevoir, sans oser descendre de voiture pour aller le rencontrer pour de bon. Il est leur dernier arrêt à présent, le seul qu’il leur reste. Ils ont rencontré le shérif, sont passé à Gower pour parler à l’inspectrice en charge de l’enquête et son partenaire, ce sont adressés au Maire de Grayson et ont parlé avec pas mal de voisins apparemment présents lors des battues organisées, mais ils  n’ont jamais posé le regard sur Nathaniel Redd…

« Dis, on échange nos gobelets ? Y’ en a moins dans le tien et de toute manière, j'en voulais pas beaucoup »  
Aidan sursaute et son regard interloqué croise celui de Charlie. Il reste muet, son cœur battant à rpésent à tout rompre dans sa poitrine. Sa bouche est sèche, sa gorge nouée et un tintement désagréable emplit son crâne.
Quand il arrive enfin à prendre la parole, d’une voix à peine audible, c’est pour prononcer un simple : « Faut qu’j’m’asseye une minute. »
Charlie a dû noter que quelque chose clochait parce qu’elle dépose très vite son gobelet sur la table les séparant de Monsieur Redd, pour pouvoir attraper son bras et l’accompagner jusqu’au sol où il se laisse tomber. Elle lui retire le gobelet des mains et l’envoie rejoindre le sien pendant qu’il cherche à reprendre ses esprits, attendant que les points noirs venus danser devant ses yeux s’estompent.
La jolie fille qui a commandé un chocolat chaud apparaît également dans son champ de vision, s’accroupissant à ses côtés pour lui parler.  
     


© Chieuze

_________________
a little boy named train

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : overbooké
CREDITS : signa : me / avatar : draumrkopa
NOMBRE DE MESSAGES : 282

ÂGE : 18
LOGEMENT : Maison du lac
OCCUPATION : Etudiante en médecine
HUMEUR : En colère
ETAT PHYSIQUE : Rien à signaler, je suis en forme.
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: C'est notre faute...
Autres comptes: Eleanor A. McKenzi
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 01. stand boissons chaudes † 03:45 PM [Aidan, Charlie, Clyde & Summer] Dim 27 Avr - 16:55


stand boissons chaudes

Du coin de l'œil j'observais toujours la jeune femme et le jeune homme, quand Clyde m'eût tendu ma boisson, se fût lui que j'observais après l'avoir remercié. Il semblait perturbé par quelque chose, il jetait des regards étranges en direction des jeunes gens un peu plus loin. J'avais toujours été doué pour deviner les choses et être assez observatrice, pas toujours car certaines choses sont tellement bien cachées qu'on met du temps avant de deviner et de comprendre, mais dans le cas de Clyde, je pourrais en mettre ma main à couper qu'il avait le béguin pour l'employée de l'épicerie. Ou alors quelque chose qui y ressemblait fort. Je prenais le temps de l'observer et sa se voyait. Alors qu'il avait loupé un gobelet, le laissant tomber par terre, pour je ne sais quelle raison, il se chargea d'en préparer un autre, il prit son temps et il fût soigneux. On aurait pu croire qu'il était en pleine opération chirurgicale sur un rongeur.

Je me désintéressais de lui pour porter mon regard sur la foule, un peu plus loin. Je les observais, essayant de percevoir mon paternel à travers les bons gens de Grayson, mais toujours rien. Il avait sans doute toujours autant de boulot ou bien il était rentré à la maison, ou je ne sais quoi encore. Mon regard fût attiré par un mouvement sur ma gauche. « Et voilà mademoiselle, attention c'est très chaud. Et pour vous monsieur, c'est un cadeau de bienvenue de la part de la ville » Le trentenaire venait de servir des boissons à Charlie et le jeune Donnelly. Un cadeau de bienvenue disait-il. Je fronçais les sourcils, le gobelet semblait mal en point. Je levais les yeux vers Clyde, le suivant du regard et me tournant vers lui, une fois qu'il fût de nouveau derrière son stand de boisson. « Depuis quand la ville offre un gobelet à moitié vide et mal en point comme cadeau de bienvenue, Monsieur Redd ? » Soufflais-je froidement à son attention, sans le moindre sourire. Je n'appréciais pas son frère, alors je n'allais pas apprécier celui ci. Mes prunelles bleues restèrent planté dans les siennes, jusqu'à ce que je tourne la tête. « Dis, on échange nos gobelets ? Y’ en a moins dans le tien et de toute manière, j'en voulais pas beaucoup » Proposait Charlie au blondinet, après avoir remercié le vétérinaire, ayant sans doute remarqué l'état du gobelet. Je fronçais de nouveau les sourcils quand je perçu le visage, devenu limpide, du jeune blond. « Faut qu’j’m’asseye une minute. » J'agrippe mon chocolat chaud entre mes deux mains, je lance un regard plein de sous-entendu a Clyde, du genre : tu veux Boyle 2 minutes rien que pour toi, fonce je m'occupe du blond. Et je me dirige vers le jeune frère des Donnelly.

Je me pose des questions, pourquoi ce malaise soudain ? A-t-il vu, entendu quelque chose qui l'a perturbé ? J'essaye de me souvenir des précédentes paroles que Charlie aurait dites. Jusqu'à ce que je me rappelle, que comme moi le blondinet à perdu ses parents, je n'ai perdu que ma mère, mais je connais la douleur que l'on éprouve après un tel traumatisme. Je ne connais pas Aidan, pas directement, je ne le connais qu'à travers les discussions que j'ai pu entendre, je ne sais où, à son sujet et surtout au sujet des Donnelly. Un accident de voiture apparemment. Monsieur Redd, doit-être au courant puisqu'il est garagiste.. Soudain je pense savoir ce qui l'a troublé. Il a surement fait le lien, entre Monsieur Redd, ses parents, l'accident. Je ne sais pas comment j'aurais pu comprendre cela, mais c'est surement parce que j'ai vécu quasiment la même chose que lui, que je comprends son malaise.

Je m'accroupis d'abord à ses côtés avant de décréter intérieurement, que je serai surement mieux assise. Je ne me met pas trop près de lui, veillant à lui laisser sa "bulle" d'intimité, pour ne pas rentrer brusquement en contact avec lui. Je m'assois en tailleur et je bois une petite gorgée du liquide encore bouillant que contient mon gobelet, avant de me mettre à parler, pour une approche en douceur. « Hey, ça va ? Tu n'as pas mangé ce matin ? » Lui demandais-je, d'une voix calme et posée. Cherchant naïvement une réponse à son besoin de s'assoir. « Je suis Summer Hickok, la fille du shérif.. » Je baisse les yeux un peu honteuse, un misérable petit sourire sur les lèvres. « Il ne me fait pas une très bonne "pub" pas vrai ? » Tentais-je de plaisanter. « J'ai entendu dire qu'il ne vous a pas réservé un très chaleureux accueil à toi et tes frères. Il faut l'excuser, il n'est pas toujours de bon poils.. »

Autant essayer de rattraper le coup, espérant qu'il ne me rangera pas dans le même sac que mon abruti de paternel. Je décide de me taire, de lui laisser la parole s'il veut et de le laisser digérer les infos. Je pense qu'il n'a pas spécialement envie de causer, mais bon.. Autant tenter.
lumos maxima



_________________
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Profil
Secrets
Contact



MessageSujet: Re: 01. stand boissons chaudes † 03:45 PM [Aidan, Charlie, Clyde & Summer] Jeu 1 Mai - 20:53



Elle me regarde et me sourit. Je suis de nouveau le centre de ses pensées, je suis de nouveau là où je rêve d'être... face à son regard. Charlie, ma petite Charlie. Et elle me remercie, de sa si jolie voix, en employant encore une voix mon nom. Pas mon prénom, mais mon nom. Je sens une chaleur dans mon ventre, et ce n'est pas le café que j'ai bu tout à l'heure. C'est le bonheur. Et d'ici quelques secondes, ce petit con de Donnelly va prendre ce verre de café, et il verra ma vengeance. Il verra qu'on ne s'en prend pas à moi comme cela... Il verra que... Il verra! Oui voilà, il verra quand il prendra le verre, il comprendra. Il comprendra que j'aime Charlie et qu'il ne doit pas l'approcher.  Ma joie est de courte durée, la fille de Hickok me regarde et me glisse froidement : « Depuis quand la ville offre un gobelet à moitié vide et mal en point comme cadeau de bienvenue, Monsieur Redd ? ». Je la regarde, ne sachant plus où me mettre. Elle a vu. Elle a compris. Et je me sens complètement honteux, complètement ridicule. Complètement puéril. Je suis désolé. Désolé. Désolé. Désolé d'exister dirait mon frère. Oui, je suis désolé. De ce que je viens de faire. Mais je ne m'en veux pas tant que ça. J'en veux à Donnelly qui m'a poussé à faire ça.... Sauf que là... Là...

« Dis, on échange nos gobelets ? Y’ en a moins dans le tien et de toute manière, j'en voulais pas beaucoup »

Et elle lui tend son gobelet. Celui que j'ai préparé avec tout mon amour, cette boisson que j'ai préparée pour elle, elle l'échange contre le verre d'un autre, contre le verre d'un étranger, contre le verre d'un... Donnelly! Mais... pourquoi? Je sens mon cœur battre à tout rompre, je sens mon coeur battre à deux cent à l'heure, je sens mon cœur se briser, j'ai mal. Elle n'a donc pas remarqué les efforts que j'ai faits pour elle? Cela ne compte donc pas? Je lui donne un café parfait, et voilà le remerciement? Et l'autre blond qui me regarde avec ses grands yeux. Il pense quoi? Que je suis vraiment heureux de lui tendre ce verre? Que je suis vraiment gentil en offrant un café à un étranger? Regarde donc l'état du verre mon coco et tu comprendras! Regarde! Et il se permet de ne pas répondre tout de suite à Charlie? On ne fait pas attendre une dame. Surtout pas une comme Charlie. Je suis partagé entre la rage, la colère, la déception et l'envie de le secouer ce garçon. Puis il baragouine un truc que j'entends à peine, il faut dire que je refuse de l'entendre. « Faut qu’j’m’asseye une minute. » Mais je l'entends tout de même. Et surtout je le vois. Il s'assoit, tombe à moitié en réalité. Et Charlie qui l'aide à se mettre au sol. Manquait plus que ça! Ben voyons, il nous fait le coup du malaise! Allez lève toi, pas maintenant, pas aujourd'hui! Pas ici, s'il te plais! Et voilà il a toute l'attention pour lui et je ne suis plus rien à nouveau. Et ce stupide bonnet qui me fait me sentir ridicule. Je baisse le regard, et m'intéresse drôlement à mes pieds soudain. La miss Hickok me regarde à nouveau et me lance un regard lourd de sens... que je ne comprends pas. Jamais été très doué pour comprendre les jeux de regard, et le sien m'est inconnu. Elle file près du blond et je reste là un instant sans savoir quoi faire. Je n'ai qu'une chose en tête... il gâche tout. Gâche la journée. Gâche mon moment avec Charlie. D'une main rageuse, j'enlève mon bonnet de Père Noël que j'envoie au sol. J'en ai assez de tout cela. Je devine plus que je n'entends Summer parler avec le blond.

Je suis censé intervenir?



Je suis médecin...

Oui...

Mais pour les animaux à la base...



Pas que! Tu sais bien que c'est toi le doc ici aussi...

Oui je dois y aller...

Et Charlie me verra en pleine action! Mais oui! Je serai le héros de la journée! Le héros! Et elle me remerciera d'avoir agi en m'embrassant sur la joue! Oui voilà! Un sourire se dessine sur mon coeur et je passe de l'autre côté du stand et m'approche du blond. Que dirait mon frère s'il me voyait? On ne soigne pas l'ennemi... Oui je sais. Tant pis, c'est pour la bonne cause, pour Charlie. Première chose à faire, s'assurer que la victime soit à l'abri, et ensuite trouver la cause...

« Je suis médecin, ça va allé jeune homme, on s'occupe de vous. Restez assis, ne tentez pas de vous lever pour l'instant, d'accord? Vous avez mal quelque part? Vous respirez bien? Est-ce que vous avez mangé ce matin? Ça vous arrive souvent ce genre de malaise? Est-ce que vous avez des soucis en ce moment? »

Boum! Non, mais quel idiot, bien sur qu'il a des soucis! Je ne pouvais pas poser question plus stupide... Et je n'aurai pas du l'assaillir de questions comme ça, je ne risque que de le stresser plus qu'autre chose... Mais le regard de Charlie me trouble. Beaucoup. Trop.


Dernière édition par Clyde J. Redd le Dim 4 Mai - 14:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : disponible
CREDITS : Tumblr, Never Utopia & myself
NOMBRE DE MESSAGES : 207
ÂGE : 24 ans
LOGEMENT : East Jefferson street (22)
OCCUPATION : Caissière à l'épicerie Pryde, Grayson
HUMEUR : Bonne
ETAT PHYSIQUE : Rien à signaler, juste un peu chaud en ce moment à cause des verres bus au Susan's Coffee pour le Nouvel An.
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: Je veux tout savoir !
Autres comptes:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 01. stand boissons chaudes † 03:45 PM [Aidan, Charlie, Clyde & Summer] Dim 4 Mai - 13:57



« Pique-nique de Noël »

feat Clyde J. Redd, Aidan S. Donnelly, Summer A. Hickok


A
idan semble surpris, voire carrément choqué. Tu fronces les sourcils, étonnée à ton tour de sa réaction. Qu’est-ce qui y’a de bizarre dans le fait d’échanger des gobelets de cafés ? Vous n’avez pas encore bu dedans, où était le problème ? Tu n’as pas le temps d’obtenir une réponse car l’état du blondinet commence sérieusement à t’inquiéter. Au teint livide que vient de prendre son visage, il doit s’agir de quelque chose de plus important qu’une question de boissons chaudes.

« Aidan, ça va pas ? Qu’est-ce qui t’arrives ? »

Quand le jeune homme parvient à répondre, c’est pour dire qu’il a besoin de s’asseoir. Sa voix si faible te noue le ventre. Tu n’aurais pas pu l’entendre sans te trouver à ses côtés. Les cafés encore fumants se retrouvent sur le comptoir du stand en moins de deux secondes avant que tu n’aides Aidan à s’asseoir. Tu sens son corps tomber lourdement au sol. Aussitôt ton regard scrute la foule à la recherche d’aide d’autres villageois. Tu ignores ce qui a pu provoquer son comportement bizarre et la panique irradie tes muscles, augmentant le rythme du cœur, empêchant tout raisonnement logique d’aboutir à une solution.  

La situation reste très peu de temps ainsi jusqu’à ce que quelqu’un se détache du paysage pour s’approcher de vous. Quelqu’un qui vient aider Aidan ! C’est Summer, la fille du shérif de Grayson. Tu te rappelles maintenant qu’elle se trouvait non loin de vous au moment de commander les boissons chaudes. Aux dernières nouvelles, elle fait des études de médecine, tu vois donc d’un bon œil son arrivée dans la situation. Elle va sûrement trouver le problème, qui n’est peut-être même pas si grave, et vous pourrez ensuite tous rire de cette aventure aussi vite qu’elle est apparue.

En raison de ton peu d’expérience avec les médecins, tu ne sais pas comment devrait se dérouler une consultation classique. Si Summer s’assied à une certaine distance d’Aidan, tu préfères quand même rester debout près de lui au cas où aurait besoin de quelque chose, simplement. Tu observes l’étudiante commencer par lui poser des questions sur son alimentation puis se présenter…et poursuivre sur la relation des Donnelly avec le shérif. Tu fronces les sourcils, sentant que quelque chose ne te plaît pas avec l’attitude de cette fille. Qu’est-ce qu’elle cherche à faire ? C’est pas de ça dont elle devrait parler, non ? Tu t’attendais à voir Summer ausculter Aidan, le coucher par terre ou n’importe quoi d’autre mais pas juste « discuter ». Si c’était une technique pour détendre les gens, elle te paraissait vraiment bizarre.

« Mais qu’est-ce qu’il a Summer ? C’est grave ? » demandes-tu d'un ton moins patient que tu le pensais.

Soudain, Clyde accourt vers vous trois. Situés tout près du stand de boisson dont il s’occupe, aucun détail de la scène n’a dû lui échapper. En tant que médecin du village, il a pour habitude de venir en aide aux habitants si le besoin se présente. Tu n’es donc pas étonnée de le voir intervenir et remercies intérieurement la chance d’avoir fait en sorte qu’il se trouve dans les parages à cet instant.

« Je ne sais pas ce qu’il lui est arrivé, il est devenu pâle tout d’un coup. Vous avez déjà vu ça en tant que médecin, n’est-ce pas Monsieur Redd ? Il va s’en sortir ? »

Codage by TAC
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : disponible
CREDITS : chachoune
NOMBRE DE MESSAGES : 176
ÂGE : 18 ans
OCCUPATION : sans emploi
ETAT PHYSIQUE : Cernes prononcées sous les yeux ; son avant bras gauche est plâtré depuis plusieurs semaines (le plâtre est couvert de dessins et autres petites annotations)
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: Je veux tout savoir !
Autres comptes: Dorian A. Spelling, Hunter D. Pendleton, Nathaniel W. Redd & Tyler A. Lawson
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 01. stand boissons chaudes † 03:45 PM [Aidan, Charlie, Clyde & Summer] Dim 4 Mai - 14:40

Christmas

« 25 décembre 2013 »
Aidan aimerait sincèrement pouvoir répondre à ce que lui raconte de la fille, mais le fait est qu’il en est pour l’instant incapable. Il a déjà du mal à l’entendre parler au travers du tintement désagréable qu’émettent ses oreilles brûlantes alors ouvrir sa bouche et émettre des sons cohérents lui paraît être un effort encore plus insurmontable. Les sourcils légèrement froncés au-dessus de ses yeux clairs, il donne l’impression de l’écouter avec le plus grand sérieux, ce qui n’est pas le cas… Il s’y essaye pourtant avec acharnement et tente de garder pied, mais ça n’est pas brillant. Elle lui parle de l’été. Summer. Et puis du shérif. Il a du mal à comprendre.
Elle veut aller chercher le shérif ? Parce que si c’est ce qu’elle lui propose, Aidan n’est pas du tout d’accord. Il n’a pas envie de le croiser. Surtout pas maintenant… Il n’a pas envie qu’on aille chercher ses frangins non plus ceci dit. Il leur cause déjà bien assez de soucis comme ça et ne veut pas les inquiéter davantage.
Il se contente donc d’attendre que son mal passe en scrutant le visage plutôt harmonieux de la jeune femme à ses côtés qui lui sourit. Le blondinet aimerait répondre à son sourire par un autre, mais il peine à gérer ses muscles faciaux. Tout son corps lui paraît peser des tonnes, être entravé par il ne sait quoi…
« Il faut l'excuser, il n'est pas toujours de bon poils.. » est la première réplique qui lui parvient tout à fait clairement. Sauf qu’il n’a aucune idée de qui elle parle.
« Qui ? » parvient-il à formuler d’une voix si peu audible que la fille ne l’entend pas. Il faut dire aussi que Charlie vient de prendre la parole juste à ce moment et d’attirer son attention…
« Mais qu’est-ce qu’il a Summer ? C’est grave ? »
Voilà qu’elle cause encore de l’été… Et pendant qu’il se fait la réflexion que tous les habitants ont un souci de calendrier interne, l’illumination se fait dans son esprit. La fille s’appelle Summer.

Summer Hickok. Il sait qui elle est et comprend mieux pourquoi elle a causé du shérif. Ses frères et lui (mais surtout ses frères en fait), se sont un peu renseignés sur son compte et il sait qu’il a une fille qui porte ce prénom. Voilà pourquoi elle parlait de lui… Et l’histoire du caractère peu facile prend également tout son sens.
Mais ce n’est pas le moment de penser à ça. Il faut qu’Aidan rassure sa pauvre Charlie qui paraît inquiète à son sujet. Le voilà donc qui essaye à nouveau de sourire, sans y parvenir.
Il renonce donc à cette partie là et décide de prendre sur lui pour reprendre la parole et se faire entendre cette fois-ci. Mais pas facile quand on a du coton à la place de la langue et que votre mâchoire est toute engourdie et vous donne la sale impression qu’elle n’est plus à vous mais commandée par… une force mystique. Un truc de ce genre quoi !

Et encore une fois, un gros malin vient lui couper l’herbe sous le pied et l’empêche de se faire entendre. C’est Nathaniel Redd qui s’en mêle cette fois-ci et Aidan ne peut s’empêcher de se raidir en le voyant fondre sur lui.  
« Je suis médecin, ça va allé jeune homme, on s'o… »
Le reste passe un peu à la trappe. Médecin. Médecin ? C’est bien ce qu’il a dit ? Mais comment est-ce qu’il peut être médecin alors qu’il est garagiste ? Il fait plusieurs boulots ? Il sait que la dame de l’agence immobilière est aussi la postière du bled… Mais entre mécanicien et médecin il y a tout de même une sacrée marge ! On ne répare pas un moteur comme on répare une jambe fracturée…
Ou bien… Se peut-il qu’il se soit planté ? …Se peux-tu qu’il soit un parent de Nathaniel Redd seulement…
Evidemment que ça se peut ! Quel connard il fait, bordel. Se donner en spectacle pour QUE DALLE ! Putain, c’est tout à fait lui ça… Dramaqueen dans l’âme, toujours prêt à sauter à la conclusion sans être passée par les étapes intermédiaire. Chaque fois il se fait avoir… C’est pour ça qu’il n’est pas la tête pensante de leur fratrie. Il n’est que le foutu gardien des clés, celui qui fait le guet pendant que les autres s’amusent…

Aidan reprend quelques couleurs. Il rougit lamentablement se sentant complètement stupide, mortifié.
« Je ne sais pas ce qu’il lui est arrivé, il est devenu pâle tout d’un coup. Vous avez déjà vu ça en tant que médecin, n’est-ce pas Monsieur Redd ? Il va s’en sortir ? »
Charlie confirme ses soupçons et Aidan se fait violence pour parvenir à articuler.
« Ca va » parvient-il enfin à s’exprimer, papillonnant des paupières. Sa voix est encore faiblarde mais il revient à lui et les espèces d’insectes virevoltant dans son champ de vision commencent à s’estomper peu à peu. « C’est rien. Ca m’arrive souvent. »
Il lui semble avoir entendu cette question être posée à un moment.
« J’ai juste besoin… J’vais plutôt prendre un peu d’eau et de sucre je crois… Toute façon en vrai, j’bois pas de café » confesse-t-il en parvenant ENFIN à adresser un petit sourire contrit à l’homme qui lui fait face.
Et qui n’a absolument rien d’un monstre. Il se sent coupable pour ce qui vient de se passer, même si l’homme n’a aucune idée qu’il est la raison de son malaise. Hors de question qu’il l’apprenne évidemment.
Ce dernier bafouille quelque chose puis se relève pour aller lui chercher ce qu’il a demandé, laissant Aidan seul avec Summer et Charlie. Du moins c’est ce qu’il croit avoir compris.
« Summer c’est ça ? » demande-t-il à la fille qui se tient toujours à ses côtés. Essayant de faire oublier qu’il n’est qu’un raté, il tend une main qui lui paraît peser dix tonnes dans sa direction, sans cesser de sourire. « Aidan Donnelly. Enchanté. Et désolé. »
Elle serre brièvement sa main dans la sienne pendant qu’il reporte son attention sur Charlie, qui a toujours l’air un peu nerveuse et surveille du coin de l’œil ce que fabrique le médecin.
« Vraiment désolé. J'vais bien » lui assure le petit blond en espérant être convainquant.
   


© Chieuze

_________________
a little boy named train

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : overbooké
CREDITS : signa : me / avatar : draumrkopa
NOMBRE DE MESSAGES : 282

ÂGE : 18
LOGEMENT : Maison du lac
OCCUPATION : Etudiante en médecine
HUMEUR : En colère
ETAT PHYSIQUE : Rien à signaler, je suis en forme.
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: C'est notre faute...
Autres comptes: Eleanor A. McKenzi
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 01. stand boissons chaudes † 03:45 PM [Aidan, Charlie, Clyde & Summer] Dim 4 Mai - 18:26

stand boissons chaudes

Je comprenais à l'expression du visage du beau blond, qu'il n'était pas en mesure de me répondre, il semblait le vouloir pourtant, mais n'y parvenait surement pas, je voyais les muscles de son visage se tendre comme s'il essayait de prononcer quelque chose, peut-être avait-il dit quelque chose mais je ne l'avais pas entendu. Je comprenais son état, si mon intuition était la bonne, il venait de subir comme un choc à l'énonciation d'un nom et donc il fallait du temps à son cerveau et à lui même d'assimiler la chose et d'encaisser le truc. Pas de quoi s'inquiéter donc, ça peut arriver à tous le monde d'avoir un blocage. Ca m'est déjà arrivé à moi aussi.

Je lui laissais donc un peu de temps sans en rajouter, même pas certaine qu'il est tout compris à ce que je lui ai raconté. Mais déjà Charlie s'en inquiétait :  « Mais qu’est-ce qu’il a Summer ? C’est grave ? » Je levais mes yeux vers elle, tenant toujours mon gobelet entre mes mains. Je m'apprêtais à ouvrir la bouche pour parler quand Clyde, le vétérinaire déboula sur nous et se lança dans un questionnaire sans fin : « Je suis médecin, ça va allé jeune homme, on s'occupe de vous. Restez assis, ne tentez pas de vous lever pour l'instant, d'accord? Vous avez mal quelque part? Vous respirez bien? Est-ce que vous avez mangé ce matin? Ça vous arrive souvent ce genre de malaise? Est-ce que vous avez des soucis en ce moment? » Je levais les yeux au ciel et quand il eût terminé je le foudroyais du regard. Mais quel abruti ! Il ne sait donc pas qui il est, ou quoi ? Il fait ça pour épater Charlie c'est ça ? Il veut jouer celui qui sait tout où je ne sais quoi. Il est médecin, OK. Mais pour les animaux, oui il connait sans doute plus que moi mais c'est pas une raison, moi aussi je sais des choses.

« Ca va » Intervint le jeune Donnelly. Je braquais mes prunelles sur lui, un petit sourire sur les lèvres.  « C’est rien. Ca m’arrive souvent. » Tiens ! Qu'est ce que je disais, j'étais sûre et certaine que ce n'était que passager ! Et en plus, il dit que sa lui arrive souvent, pas de quoi en faire tout un plat alors ! Charlie s'est inquiétée pour rien et Clyde a déballé sa science un peu trop vite. « J’ai juste besoin… J’vais plutôt prendre un peu d’eau et de sucre je crois… Toute façon en vrai, j’bois pas de café » Je baissais les yeux sur mon chocolat, un sourire en coin se dessinant sur mes lèvres, amusée. Clyde semble marmonner quelque chose entre ses dents avant de s'exécuter. Je me retiens de rire et je garde mon sérieux. Toujours le sourire aux lèvres.

« Summer c’est ça ? » Me demande-t-il, il tend une main dans ma direction, sans cesser de sourire. « Aidan Donnelly. Enchanté. Et désolé. » Je serre sa main dans la mienne ne le quittant pas du regard « Oui, c'est ça, enchantée de même. Et il n'y a pas de mal. » Lui assurais-je. Le blondinet se tourne en direction de Charlie, qui semble toujours pas rassurée. « Vraiment désolé. J'vais bien » Je pose mes prunelles bleues sur Charlie et j'ajoute : « Déstresse Charlie. Ce n'est qu'un petit malaise passager, ça arrive à tous le monde ! Je suis en fac de médecine, tu le sais bien, si ça avait été sérieux je m'en serais aperçu et je serai intervenue. Et puis après un bon verre d'eau et un p'tit carré de sucre, Aidan retrouvera vite toutes ses couleurs. » Dis-je en adressant un sourire à Aidan.

Je regardais vers le stand où s'attelait Clyde. Il lui en fallait du temps pour un simple carré de sucre et un verre d'eau. Ou alors Est-ce moi qui trouve le temps long ? J'en doute. « Eh Charlie, pourquoi n'irais-tu pas voir comment s'en sors Clyde ? Il semble préoccupé depuis tout à l'heure.. » (Ou autrement dis : Va donc t'intéresser à un mec plus âgé, plutôt que plus jeune.) Dis-je avec un charmant et franc sourire, avant de boire une nouvelle gorgée bouillante du chocolat.

« Alors comme ça tu es arrivé en ville récemment ?» Demandais-je à Aidan. Je me mordis l'intérieur de la joue avant d'ajouter : « Tu sais à Grayson on parle beaucoup et on finit tous par être au courant de tout, je veux pas paraitre impolie et indiscrète surtout... » Je levais mes yeux bleus sur lui, un sourire un peu gêné sur les lèvres.
lumos maxima

_________________
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : disponible
CREDITS : Tumblr, Never Utopia & myself
NOMBRE DE MESSAGES : 207
ÂGE : 24 ans
LOGEMENT : East Jefferson street (22)
OCCUPATION : Caissière à l'épicerie Pryde, Grayson
HUMEUR : Bonne
ETAT PHYSIQUE : Rien à signaler, juste un peu chaud en ce moment à cause des verres bus au Susan's Coffee pour le Nouvel An.
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: Je veux tout savoir !
Autres comptes:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 01. stand boissons chaudes † 03:45 PM [Aidan, Charlie, Clyde & Summer] Dim 11 Mai - 20:02



« Pique-nique de Noël »

feat Clyde J. Redd, Aidan S. Donnelly, Summer A. Hickock


«
Vraiment désolé, j’vais bien »

Ses yeux clairs se posent sur toi. Malgré son état encore un peu faible, tu remarques qu’Aidan a repris des couleurs. « Bien » n’est encore pas le mot que tu utiliserais pour qualifier le jeune homme en ce moment mais ça ne servirait à rien de pinailler. La sensation de panique qui s’était emparée de tes jambes commence à s’atténuer, tu pousses alors un soupir de soulagement.

Tout est bien qui finit bien. Clyde n’a pas eu besoin d’intervenir d’avantage, ce qui est bon signe. Il s’empresse d’ailleurs de partir en direction du stand préparer un verre d’eau et du sucre pour remettre totalement Aidan sur pieds. Même si tu estimes ta réaction d’inquiétude normale, tu en viens à penser à ton tour que le blondinet n’a été victime que d’un « malaise passager » comme vient de le dire Summer en s’adressant à toi. Tu tournes le regard en sa direction, toujours un peu sceptique envers l’attitude de cette fille. Sans pouvoir en expliquer la raison, quelque chose te dérange chez elle. A 18 ans, on ne peut pas déjà tout connaître de la médecine, pas vrai ? Summer n’a pas l’air de penser comme ça, pourtant, ou alors elle a de bonnes raisons d’être si sûre d’elle, tu n’en sais rien…A moins que ce ne soit juste le sourire qu’elle vient d’adresser à Aidan pour conclure ses paroles qui te gêne ?

« Eh Charlie, pourquoi n'irais-tu pas voir comment s'en sort Clyde ? Il semble préoccupé depuis tout à l'heure… »

Tu suis le regard de Summer jusqu’au stand de boissons chaudes. L’histoire de Clyde et de l’eau avec du sucre te revient en tête. C’est vrai qu’il aurait déjà dû être de retour, sauf si des clients sont en train de lui tenir la jambe pour se faire servir au lieu de le laisser s’occuper d’Aidan. Tu jettes ensuite un œil à ce dernier qui ne semble pas sur le point de faire à nouveau un malaise. L’idée de laisser le jeune homme avec Summer ne t’enchante pas spécialement. Tu avais prévu de passer du temps rien qu’avec lui et pas avec la fille du shérif, même si en temps normal elle était sympathique.

« Ah tu as remarqué aussi ? Je me demande bien ce qui lui prend autant de temps. Je reviens. »

Tu adresses aux deux jeunes gens à tes côtés un sourire avant de partir. Finalement, cela ne te dérange pas tant que ça de suivre la proposition de la fille du shérif car c’est pour le bien d’Aidan, de pouvoir lui apporter quelque chose à boire. Et puis si elle pense pouvoir se débarrasser de toi aussi facilement sur ce coup, elle va être surprise.

Encore quelques pas et te voilà parvenue au point de départ du pique-nique, le stand de Clyde. Personne qui attend une boisson, personne pour ralentir la préparation du verre d’eau avec des babillages sans fin. Tu fronces les sourcils, étonnée de ne pas voir le médecin derrière le comptoir. Qu’est-ce qu’il peut bien faire ? Tu décides alors de contourner la table et remarque l’homme à terre, accroupi. Il semble chercher quelque chose dans un gros carton.

« Tout va bien, Monsieur Redd ? Je peux vous aider ? » demandes-tu en t’approchant de lui.

Codage by TAC
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : disponible
CREDITS : chachoune
NOMBRE DE MESSAGES : 176
ÂGE : 18 ans
OCCUPATION : sans emploi
ETAT PHYSIQUE : Cernes prononcées sous les yeux ; son avant bras gauche est plâtré depuis plusieurs semaines (le plâtre est couvert de dessins et autres petites annotations)
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: Je veux tout savoir !
Autres comptes: Dorian A. Spelling, Hunter D. Pendleton, Nathaniel W. Redd & Tyler A. Lawson
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 01. stand boissons chaudes † 03:45 PM [Aidan, Charlie, Clyde & Summer] Dim 11 Mai - 20:38

Christmas

« 25 décembre 2013 »
Aidan n’aime pas trop la tension qu’il a l’impression de ressentir autour de lui. En fait, il n’aime pas trop la manière dont la fille du shérif prend les choses en mains et à l’air de repousser Charlie… Mais il se garde bien de faire le moindre commentaire et, à la place, repose son regard clair, encore légèrement hagard, en direction de Charlie à qui il tente de sourire. Un sourire d’excuse. Pour lui avoir fait peur mais aussi pour ce que son petit étourdissement a comme conséquences sur elle.
Il faudra qu’il se fasse pardonner et il trouvera comment. Mais pour l’heure, il faut déjà qu’il arrive à totalement retrouver ses esprits. La voix de Summer l’aide à rester bel et bien ancré dans la réalité et ce qui l’entour, c’est déjà ça. Le souci, c’est qu’elle ne se contente pas de parler, elle lui pose des questions et attend des réponses. Aidan sait que c’est pour son bien et que prendre la parole va l’aider à refaire surface plus rapidement, mais ça le fatigue aussi.
Heureusement, sa première question concernant son arrivée en ville, il peut tout à fait y répondre par un simplement hochement de tête, ce qu’il fait.
« Tu sais à Grayson on parle beaucoup et on finit tous par être au courant de tout, je veux pas paraitre impolie et indiscrète surtout... »
« T’inquiète, j’comprends… C’est rien » se force-t-il donc à articuler, avant de jeter un regard sur les alentours, par-dessus l’épaule de Summer, toujours installée à ses côtés.
C’est à ce moment seulement qu’il se rend compte qu’un tas de paires d’yeux sont braqués sur lui… Ca le met évidemment affreusement mal à l’aise. Il entend quelqu’un demander aux curieux attroupés autour de lui laisser un peu d’air et de circuler, mais ça n’est pas très efficace. Ce n’est pas la première fois qu’il assiste à ce genre de choses… A Cleveland, ça arrive tout le temps. Un type fait une attaque en pleine rue, un autre se fait tirer dessus ou poignarder, quelqu’un se fait renverser par une voiture et un attroupement se forme jusqu’à ce qu’il n’y ait plus rien à voir. Même l’arrivée des flics ne parvient jamais à faire disparaître la foule…
Aidan sait que s’il veut avoir la paix, il va falloir qu’il perde de son intérêt et que, donc, il se relève et ait réellement l’air d’être hors de danger.

Il interrompt alors Summer qui avait repris la parole et qu’il n’écoutait pas vraiment. Il n’a pas voulu être mal élevé mais toute cette attention le gêne vraiment.
« Tu peux m’aider à me relever, s’te plait ? »
Elle suit son regard, a l’air de comprendre ce qui se passe et elle finit par acquiescer. Il s’aide de la table dans son dos et de la main tendue de la jeune femme pour parvenir à se hisser sur ses jambes encore cotonneuses. Ca le fait suer de devoir s’appuyer sur une fille mais au point où il en est de toute manière.  
Elle doit déjà le prendre pour un gros imbécile faiblard, comme tous ceux qui l’ont vu se vautrer comme une grosse merde. La honte…

Et comme si ça ne suffisait pas, il faut qu’une silhouette familière fende tout à coup la foule de curieux pour apparaître devant lui.
« Aidan ça va ? » s’enquiert Isaac, arrivé devant lui.
Sans prêter la moindre attention à Summer, il attrape son bras et la remplace pour lui servir d’appuie. Joleen est sur ses talons, un gobelet dans chaque main et un pli soucieux barrant son front sous son bonnet.
« Qu’est-ce qui s’est passé ? »
« Rien, rien, ça va. J’me suis senti un peu… »
« Ils ont dit que tu avais eu un malaise. Tu ne devrais peut-être pas te relever aussi rapidement » le coupe son frère en attrapant son menton avec deux doigts pour commencer à examiner ses pupilles.  
« Non, pas vraiment, c’est juste… »
« Vous étiez là mademoiselle ? Vous avez vu ce qu’il s’est passé ? »
« Isaac ! » couine presque Aidan, lui jetant un regard signifiant clairement : merde mec à quoi tu jours, tu m’fous la honte là !
Et pendant que Summer reprend la parole, Aahron débarque à son tour et se poste aux côtés de Joleen.


© Chieuze

_________________
a little boy named train

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : overbooké
CREDITS : signa : me / avatar : draumrkopa
NOMBRE DE MESSAGES : 282

ÂGE : 18
LOGEMENT : Maison du lac
OCCUPATION : Etudiante en médecine
HUMEUR : En colère
ETAT PHYSIQUE : Rien à signaler, je suis en forme.
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: C'est notre faute...
Autres comptes: Eleanor A. McKenzi
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 01. stand boissons chaudes † 03:45 PM [Aidan, Charlie, Clyde & Summer] Mar 13 Mai - 17:09

stand boissons chaudes

« T’inquiète, j’comprends… C’est rien » Me répondis le blondinet. Même s'il n'avait pas l'air d'aller mal, il n'avait pas l'air d'aller bien non plus. Du moins, il paraissait déjà moins fébrile qu'il y a quelques minutes, mais je me disais que je le dérangeais peut-être à lui parler comme ça, et surtout à m'incruster de cette manière entre lui et Charlie, après tout il y a peut-être un truc entre eux. Cependant j'en doutais, sinon tout Grayson serait déjà au courant.

Je me taisais, alors qu'il levait les yeux par dessus mon épaule. J'observais les gens autour de nous, ils semblaient tous se préoccuper d'Aidan et le jeune homme n'avait pas l'air d'être très à l'aise dans cette situation. En même temps je comprenais.. C'est comme tous ces gens qui ne font que parler de l'arrivée des Donnelly et patati et patata. Mais ils n'ont que ça à faire ? Sérieusement, on devrait les laisser respirer. D'ailleurs, qu'est ce que je fais moi à parler avec lui de son arrivée en ville ? C'est vrai, après tout, j'aurais pu trouver autre chose pour engager la discussion.. Mais bon, faut bien que je répare ce que mon père casse.

« Tu veux peut-être que.. »
« Tu peux m’aider à me relever, s’te plait ? » Que je te laisse, ou du moins que je demande à ces gens de circuler ? Allais-je dire alors qu'il venait de me couper. OK. Je crois bien que je le dérange, il va falloir que je me l'a joue plus fine et plus discrète, moins bavarde en tout cas. Je l'aidais donc à se relever comme il me l'avait demandé, mais je fût très vite remplacé par un homme, qui devait être l'un des frères du jeune blond. Déjà parce que c'est pas un visage connu de Grayson et parce qu'il y a un air de famille on dirait bien.

Une jeune femme rejoint le frère d'Aidan, surement la compagne du Donnelly, je ne vois que cela. Elle tient deux gobelets dans ses mains. Je m'approche d'elle, un sourire chaleureux sur les lèvres, je m'approche timidement tout de même pour ne pas paraitre directe. « Bonjour, bienvenue, je peux peut-être vous débarrassez ? » Lui demandais-je poliment. elle voulait peut-être aider son compagnon, qui sait ? Mais elle n'a même pas le temps de me répondre qu'une voix masculine m'interpelle : « Vous étiez là mademoiselle ? Vous avez vu ce qu’il s’est passé ? » Je me retourne alors vers lui, ne me préoccupant pas d'Aidan à ce moment là. « Oui oui, j'étais là.. Il s'est senti mal assez soudainement, mais s'il vous dit qu'il va bien, c'est que ce doit être le cas Monsieur Donnelly..» Affirmais-je, en remarquant un autre homme se poster aux côtés de la jeune femme. Je poursuivais cependant : « Ce genre de petit malaise peut arriver à tous le monde, nous étions en compagnie d'un médecin, Clyde Redd, il y a quelques minutes, et je suis moi même étudiante en première année de médecine, si quelque chose n'allait vraiment pas, nous aurions été présent. Il n'y a pas de quoi s'inquiéter. Sauf si Aidan dit le contraire.. » Conclus-je en souriant, puis en regardant Aidan avant de reporter mon attention vers le petit groupe qui me faisait face.

« Je vais vous laissez, si vous avez besoin de moi, je serai juste derrière, bienvenu à Grayson et passez un joyeux noël..» Leur dis-je en souriant. J'attrapais mon gobelet de chocolat chaud et je m'écartais un peu du groupe, m'approchant du stand. « Clyde, vous pouvez me resservir un chocolat, s'il vous plait ?» Demandais-je, le regard en direction des Donnelly. Je fronçais les sourcils en n'obtenant pas de réponse. « Monsieur Redd.. ? Eh bah qu'est ce que vous faites là derrière tous les deux ?» Demandais-je à la brune et au trentenaire en contournant le stand.


lumos maxima

_________________
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : disponible
CREDITS : Tumblr, Never Utopia & myself
NOMBRE DE MESSAGES : 207
ÂGE : 24 ans
LOGEMENT : East Jefferson street (22)
OCCUPATION : Caissière à l'épicerie Pryde, Grayson
HUMEUR : Bonne
ETAT PHYSIQUE : Rien à signaler, juste un peu chaud en ce moment à cause des verres bus au Susan's Coffee pour le Nouvel An.
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: Je veux tout savoir !
Autres comptes:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 01. stand boissons chaudes † 03:45 PM [Aidan, Charlie, Clyde & Summer] Dim 18 Mai - 18:19



« Pique-nique de Noël »

feat Clyde J. Redd, Aidan S. Donnelly, Summer A. Hickok


C
lyde lève la tête. Il ne prononce pas un mot. Un air surpris presque apeuré tend les traits de son visage. Tu ne sais pas très bien. Pourquoi cet homme te donne-t-il l’impression de ne jamais être tranquille ? Comme si rien n’était facile à vivre…Tu réalises alors qu’une grande quantité de sachets de sucre jonchent le sol et imagines sans peine la scène : Clyde qui prépare le verre d’eau pour Aidan, dans l’empressement, le carton de sucre qui se renverse par terre et en plus, tu arrives pour constater l’histoire. C’est peut-être ta présence qui le gêne alors. Se sentir observé alors qu’on vient de faire une gaffe n’est pas très agréable, c’est sûr. Mais tout de même, la terre ne va pas s’arrêter de tourner.

« Dites donc, avec tout ce sucre, Aidan aura la pêche jusqu’à la fin de la semaine » déclares-tu en riant, devant le ridicule de la situation. Mais alors que d’autres se gêneraient encore plus que le vétérinaire ou jugeraient que la maladresse est un défaut, tu trouves cet aspect chez lui plutôt amusant et…attendrissant. Puis tu réalises qu’à rester debout en te moquant, même gentiment, de Clyde ne va rien arranger. « Je vais vous aider, ça ira plus vite »

Tu t’accroupis à ton tour et commence à ramasser les sachets de sucre pour les jeter dans le carton au sol. Le silence s’installe, durant lequel aucun de vous ne prononce un mot. Soudain, vos mains s’approchent du même sachet et se touchent, avant même de réaliser ce qui allait se produire. Par réflexe, ta main se retire et part ailleurs. Quant à tes joues, elles virent au rose en un quart de seconde. « Oups, désolée » dis-tu à Clyde en le regardant. Les yeux de l’homme en revanche semblent résolus à fixer le sol. La gêne te coupe un instant le souffle, mais tu es contente d’avoir eu un contact avec lui, même aussi léger. Car peu importe le but final, y’a rien de plus amusant que l’action dans une relation avec quelqu’un d’autre !

Tu mets quelques secondes avant de réaliser qu’une voix se fait entendre du côté des clients au stand. C’est Summer qui demande un autre chocolat chaud mais Clyde prend encore le temps de ranger les derniers sachets de sucre avant de se lever. N’a-t-il aussi pas entendu la voix de la jeune fille tout de suite ? Tu te mets debout pour faire face à Summer avant de réaliser qu’Aidan n’est pas là. Tiens, elle n’était pas en train de discuter avec lui ? Tu jettes un œil à l’endroit où il s’était assis dans tes souvenirs et constates que d’autres personnes sont attroupées autour de lui. Tu reconnais ses frères sans pouvoir mettre des noms sur leurs visages, contrairement à Samuel, qui avait accompagné Aidan une ou deux fois à l’épicerie. Mais Samuel n'est pas avec eux, en ce moment. Aidan à présent entre de bonnes mains, Summer était venue vous rejoindre.

« Monsieur Redd a eu un accident de sucre », réponds-tu avec un petit sourire en jetant un regard en direction de l’intéressé. Tu te mets à gratter ton bras, espérant que tes joues avaient repris une couleur normale. « Le carton entier a fini dans l’herbe, je lui ai donné un coup de main pour ramasser ». Summer allait devoir accepter cette explication parce qu’il n’y en avait pas d’autres, simplement.

« Mais je ne suis pas certaine qu’ Aidan ait encore besoin d’eau avec du sucre, maintenant que sa famille est là pour l’aider » dis-tu tout haut plus pour toi-même que pour obtenir une réelle réponse.

Codage by TAC


Dernière édition par Charlie E. Boyle le Sam 31 Mai - 16:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : disponible
CREDITS : chachoune
NOMBRE DE MESSAGES : 176
ÂGE : 18 ans
OCCUPATION : sans emploi
ETAT PHYSIQUE : Cernes prononcées sous les yeux ; son avant bras gauche est plâtré depuis plusieurs semaines (le plâtre est couvert de dessins et autres petites annotations)
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: Je veux tout savoir !
Autres comptes: Dorian A. Spelling, Hunter D. Pendleton, Nathaniel W. Redd & Tyler A. Lawson
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 01. stand boissons chaudes † 03:45 PM [Aidan, Charlie, Clyde & Summer] Lun 19 Mai - 5:43

Christmas

« 25 décembre 2013 »
ce serait vraiment injuste de les accuser, tous autant qu'ils sont de lui foutre la honte, sachant que c'est lui, tout seul comme un grand, qui a fait ce malaise débile. Et tout ça pour quoi ? Parce qu'il a cru être face à un type qui n'était finalement pas celui qu'il pensait. Tout ça pour rien... Débile donc !
La pauvre Summer est maintenant obligée de se dépatouiller face à ses frères qui n'ont pas l'air hyper aimables, comme c'est souvent le cas. Aahron a toujours l'air un peu énervé pour quelque chose, Isaac a constamment l'air de réfléchir à un truc hyper sérieux qui nous dépasse tous et Joleen... Eh bien pour l'instant, Joleen toise la jeune femme avec une certaine méfiance, ce qui ne lui ressemble en revanche pas tellement... Mais Aidan n'a pas trop le temps où l'envie de se pencher sur la question.
Peut-être que c'est juste parce qu'elle n'a pas tellement apprécié que la fille du shérif (dont ils ignorent heureusement l'identité, sinon les choses seraient assurément plus gênantes encore), lui propose de la débarrasser de ses gobelets pour lui venir en aide. Ça partait d'un bon sentiment mais la fiancée de son frère a parut s'hérisser face à cette proposition. Ou peut-être qu'elle n'est, tout comme Isaac pas habituée à recevoir la moindre directive de la bouche d'une si jeune fille alors qu'ils exercent depuis un moment déjà. Peu importe.
En attendant, il se sent bête et Summer tient tête à sa fratrie inquiète.

« ...Sauf si Aidan dit le contraire. »
« Non, Aidan approuve le diagnostic » tente-t-il de les dérider, en vain.
Joleen continue de fixer Summer avec prudence, Aahron s'y met lui aussi, pendant qu'Isaac garde une main ferment refermée sur son bras, comme s'il craignait qu'il s'envole tout à coup. Aidan ne va cependant pas s'en plaindre puisque ses jambes sont encore un peu flageolantes...
En tout cas aucun d'entre eux ne daigne répondre quoi que ce soit, ni à lui, ni à Summer. C'est vraiment gênant putain... La fille du shérif doit comprendre qu'elle ait de trop d'ailleurs parce qu'après quelques secondes d'un pesant silence, elle reprend pour annoncer son départ.
« Je vais vous laisser, si vous avec besoin de moi je suis juste derrière. Bienvenue à Grayson et je passez un joyeux Noël. »
« Oui, hem... Joyeux Noël à vous aussi. Merci » lance Isaac pendant qu'elle s'éloigne déjà.

A présent seul avec ses frangins et Jo, le plus jeune se permet de les dévisager l'un après l'autre d'un air critique.
« Quoi ? »
« Quoi ? Vous avez pas l'impression d'avoir été un peu odieux là ? »
« Pardon ? De quoi tu parles ? » s'offusque immédiatement son frère, ce symbole de vertu !
« Cette fille m'a aidé et vous...vous... Rah laissez tomber » soupir finalement Aidan qui n'a aucune envie de se disputer avec Isaac là tout de suite. Pas la force ! « On peut bouger d'ici ? Tout le monde nous regarde. »
« Tu as raison, On va rentrer. »
« Non ! » s'exclame tout de suite Aidan, regrettant aussitôt de d'être montré si véhément. Il tempère donc la suite, parlant plus bas. « J'ai pas envie de retourner là-bas tout de suite. J'ai besoin de prendre l'air. »
« Tu as besoin de repos, Dan. »
« J'ai encore plus besoin de prendre l'air » tranche le plus jeune avec conviction.
Son frère fini par approuver et après avoir jetés quelques coups d'œil nerveux autour deux, ils s'éloignent du stand sans qu'Aidan ait récupéré sa boisson chaude. Il n'aime pas le café de toute manière...

Il cherche tout de même à attirer l'attention de Charlie qu'il est désolé de laisser en plan et, après un moment, finit par y parvenir. Il lui adresse un petit signe de la main et un doute navré. Elle y répond et puis il se concentre à nouveau sur ses pas qui l'éloignent de être partie-ci du parc.
Et il se remet presque immédiatement à penser à ce qui vient de se passer. Le petit blond se met à penser à Nathaniel Redd qui et certainement là, quelque part... Tout près. Ça lui fait un nœud dans l'estomac et il commence à scruter tous les visages qu'il croise avec appréhension, pendant que ses frères, eux, l'observent à la dérobé pour surveiller son état...


© Chieuze

_________________
a little boy named train

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : overbooké
CREDITS : signa : me / avatar : draumrkopa
NOMBRE DE MESSAGES : 282

ÂGE : 18
LOGEMENT : Maison du lac
OCCUPATION : Etudiante en médecine
HUMEUR : En colère
ETAT PHYSIQUE : Rien à signaler, je suis en forme.
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: C'est notre faute...
Autres comptes: Eleanor A. McKenzi
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 01. stand boissons chaudes † 03:45 PM [Aidan, Charlie, Clyde & Summer] Dim 25 Mai - 17:27

stand boissons chaudes

Charlie s'était redressée pour me faire face, elle m'expliquait que le carton de sucre s'était renversé, j'hochais la tête, les sourcils froncés et le regard braqué sur le vétérinaire qui semblait.. Figé? Oui, c'est bien cela, figé. « Hum. Je vois.» Dis-je à la brunette en repassant de l'autre côté du stand.

J'observais tour à tour, les gens qui s'éparpillaient, ils semblaient se désintéresser de l'état d'Aidan désormais mais pourquoi.. Ah, oui je vois, il était sur le point de partir en compagnie de ses frères et de la jeune femme. Pour une première rencontre, je les avais trouvé un peu froids, distants et surtout très méfiants. Je poussais un soupir, en tenant toujours mon gobelet vide entre mes mains, comme s'il pouvait encore m'apporter de la chaleur. Les habitants de Grayson étaient étrangement aimables avec eux, on est tous très aimables dans notre petite ville mais trop.. c'est louche et c'est surement la raison pour laquelle ils sont si méfiants. A être trop chaleureux on en devient étranges.

Je levais les yeux vers Charlie, qui se tenait toujours à mes côtés. « Alors, ça va à l'épicerie ?» Tentais-je de lancer la discussion.

Charlie était une jeune femme fortement apprécié dans le coin, mais je ne lui avais jamais vraiment adressé la parole, mis à part à l'épicerie de temps à autre. Puis nous n'avions pas tant de différence d'âge et j'aimerais la connaitre un petit peu plus, pour dire de sympathiser. Ces dernières années, déjà après la mort de maman, je me suis construis ma carapace, mais depuis le secret, cette carapace c'est encore renforcée, j'ai coupé les ponts avec pas mal d'amis pas au courant, souhaitant les éloigner le plus de ça, et surtout pour être sûre de ne rien dévoiler.

Au loin, alors que j'attrapais un nouveau gobelet pour me resservir un chocolat chaud, moi même, puisque Clyde Redd ne semblait pas très disposé à le faire, j’apercevais le maire, sa femme et ses enfants, dont Casey. Ma meilleure amie en fait, depuis l'enfance, avec qui j'ai malheureusement coupé les ponts. J'aurais souhaité que cela ne se passe pas, mais ce n'est plus une meilleure amie si on ne lui dévoile pas tous ses secrets et comme il y en a un en particulier que je dois garder pour moi, je préfère ne pas prendre le risque de continuer de lui parler. Cette situation me chagrine, mais je n'ai pas vraiment eu le choix. On ne m'en a pas laisser le choix, en fait.


lumos maxima

_________________
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : disponible
CREDITS : Tumblr, Never Utopia & myself
NOMBRE DE MESSAGES : 207
ÂGE : 24 ans
LOGEMENT : East Jefferson street (22)
OCCUPATION : Caissière à l'épicerie Pryde, Grayson
HUMEUR : Bonne
ETAT PHYSIQUE : Rien à signaler, juste un peu chaud en ce moment à cause des verres bus au Susan's Coffee pour le Nouvel An.
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: Je veux tout savoir !
Autres comptes:
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 01. stand boissons chaudes † 03:45 PM [Aidan, Charlie, Clyde & Summer] Sam 31 Mai - 17:19



« Pique-nique de Noël »

feat Clyde J. Redd, Aidan S. Donnelly, Summer A. Hickok


L
e visage calme de Summer te laisse imaginer que l’explication à propos de Clyde et toi à terre passe comme une lettre à la poste. Il n’y aurait pas eu grand-chose à raconter pour en faire une rumeur croustillante, comme on les aime à Grayson. Et même si prochainement, certains habitants te font une remarque, cela ne t’empêchera pas de vivre selon tes envies. Quelle vie triste les gens doivent mener en suivant la règle du « qu’en dira-t-on ? » ! Ne pas parler à quelqu’un alors qu’on en a envie, ne pas dire qu’on est fâché ou triste parce que ça ne collerait pas à l’image de personne heureuse qu’il faut montrer…Tu balades ton regard sur les petits groupes de personnes, réunies dans le parc. Combien d’entre eux sont-ils réellement heureux ? Impossible à dire, bien sûr. Tu finis par tourner la tête sur la gauche et remarques que Clyde Redd a quitté le stand, sans dire un mot. Une petite moue déçue vient tirer les traits de ton visage. Il s’est esquivé sans aucune réaction après ta petite tentative de rapprochement…Vraiment, quelque chose ne doit pas tourner rond chez cet homme.

« Alors, ça va à l'épicerie ? »

Un regard en direction de Summer. Elle n’a plus cet air supérieur que tu semblais avoir détecté tout à l’heure lors du malaise d’Aidan, celui qui t’avait comprendre qu’en tant qu’étudiante en première année de médecine tous les problèmes de santé lui étaient très faciles à comprendre. La jeune fille est peut-être sincèrement intéressée par ton travail à l’épicerie ou alors elle en a rien à faire et c’est simplement pour être polie…l’un comme l’autre te va, en fait. Pas besoin de chercher plus loin.

« Oui, bien, même si on a eu pas mal de travail ces derniers jours avec Noël. Et toi à la fac ? Tu as eu des examens avant les vacances ou quelque chose comme ça ? »

Tu tends une perche à Summer pour qu’elle retrouve son air un peu prétentieux en te racontant sa vie d’étudiante, tu le sais. Mais en principe, tout le monde apprécie de parler de son travail même quand ça va mal car cela donne une occasion de s’en plaindre. Elle ne va peut-être pas réagir comme ça, cela dit. Il faut dire surtout que tu ne connais pas assez bien la jeune fille pour savoir de quoi parler d’autre avec elle…

Après avoir discuté un peu avec Summer, un couple s’approche du stand. Tu les reconnais tout de suite car c’étaient des amis à tes parents. Peter et Mary Jane Smith étaient venus de nombreuses fois à la maison dans le passé et ont encore gardé contact avec ton père maintenant. En tournant la tête dans leur direction, tu aperçois également Aidan qui te fait un petit signe de la main. Tu lui réponds, esquissant un rapide sourire et notant dans un coin de ta tête de le revoir bientôt. Avant de rejoindre les Smith, tu dis au revoir à Summer qui est toujours au stand. L’œil bleu ailleurs, pas sûr qu’elle t’ait entendue…
Codage by TAC
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Profil
Secrets
Contact



MessageSujet: Re: 01. stand boissons chaudes † 03:45 PM [Aidan, Charlie, Clyde & Summer]

Revenir en haut Aller en bas
 

01. stand boissons chaudes † 03:45 PM [Aidan, Charlie, Clyde & Summer]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Road to Salvation :: GRAYSON :: West Jefferson Street :: PIQUE-NIQUE-