AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Road to Salvation a fermé ses portes.


Partagez | .
 

 01. So much for my fucking xmas... #aël&ty

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Profil
DISPONIBILITES : overbooké
CREDITS : cha
NOMBRE DE MESSAGES : 286
ÂGE : 21
LOGEMENT : Trimble
OCCUPATION : cuistot au Leo's Deli
HUMEUR : excellente
ETAT PHYSIQUE : Tatouages - torse (inscription "Life goes on", sous le téton gauche "mom") ; épaule droite (crâne entouré de fleurs)
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: C'n'est pas mon problème.
Autres comptes: Dorian Spelling, Hunter Pendleton, Nathaniel Redd
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: 01. So much for my fucking xmas... #aël&ty Mar 8 Avr - 19:30

So much for my fucking xmas


I don't want a lot for Christmas, there is just one thing I need
I don't care about the presents underneath the Christmas tree
I just want you for my own...
And sex...i really want sex !

C’est l’année des premières fois décidément ! Premier Thanksgiving passé à Grayson (bon, il s’est avéré que la journée a été un véritable désastre mais c’est une autre affaire), première overdose à gérer et première vie sauvée (c’est plutôt badass !), premier anniversaire célébré avec des amis et un genre de copain et à présent : Tyler est en route pour les appartements de son irlandais. Ils ne vont pas réellement fêter Noël, mais quand même ! Il a prévu des petits cadeaux pour son amant et il espère pour son matricule qu’Aël a lui aussi investi pour sa personne.
Parce que cet imbécile ne s'est pas méfié avec son cadeau de la dernière fois, mais à présent la barre haute ! Il va devoir faire mieux que le bracelet en or blanc qu'il porte en permanence. Ou alors pas quelque chose de plus beau ou cher mais quelque chose de plus intimiste… A voir ! Et l'excuse du : c'était à la fois un cadeau d'anniversaire et de Noël ne marchera pas. Argument refusé ! Et le fait qu'il lui ait dit qu'il ne fêtait pas Noël habituellement n'a pas intérêt d'interférer non plus...
Bordel il a déjà hâte !
« Surprends-moi » ricane-t-il à haute voix, réajustant son bonnet sur son crâne, un sourire jusqu’aux oreilles.
Il slalome sur la route déserte avec son skateboard, observant les vitrines décorées des enseignes de la rue.

Noël n’est pas sa fête préférée, mais il aime bien voir Trimble illuminé de la sorte. Ca le fait toujours retomber en enfance et puis ça lui refile la pèche. Pas qu’il en manque vraiment mais… Si. Faut être honnête, cette fin d’année placée sous le signe des premières fois n’a pas été de tout repos et son moral en a prit un coup. Rien de trop douloureux mais il l’a quand même senti passé et a hâte d’arriver à 2014 pour voir ce que ce nouveau cru a en réserve pour lui.
Peut-être un peu plus de stabilité… Peut-être ce voyage dont lui et Bonnie parlent de plus en plus souvent… Mais s’il part en Californie, que va-t-il advenir de sa relation avec Aël ? Et c’est quoi au juste cette relation qu’il entretien avec Aël ?  
Tyler ne peut plus se mentir et s’imaginer qu’il n’est qu’un plan cul comme un autre. Il y a quelque chose entre eux… C’est pas la première fois qu’il tombe amoureux mais c’est la première fois que ça a l’air réciproque. Mais en même temps, il ne veut pas se précipiter et avec l’irlandais, mieux vaut qu’il reste sur ses gardes. Question de survie et de bon sens. Parce que ses réactions sont rarement prévisibles…

Mais ce n’est pas le moment de penser à tout ça. Ils sont en 2013 et ils s’apprêtent à passer un réveillon d’enfer ! Un réveillon placé sous le signe de la baise ! Les grands-parents de son amant ont en effet eu la brillante idée d’aller voir ailleurs s’ils n’y étaient pas, ce qui leur laisse la baraque. La baraque rien que pour leurs deux corps en fusion !
Bon, Aël risque de faire des histoires et de lui signaler que ce n’est pas très hygiénique, que blablabla respect, blablabla Ma deviendrait folle si elle savait que blablabla. Mais il suffira qu’il glisse sa langue dans sa bouche, lui tripote un peu la queue ou lui adresse un petit air déçu, et ça devrait le faire.
C’est un plan génial et machiavélique. Ca promet. Tyler n’ne peut plus de bonheur.

Sa poitrine se gonfle d’un sentiment de bien-être presque douloureux quand il arrive en vue de l’habitation de son ami. Il descend de son skate, le fait sauter dans sa main et puis le cale sous son bras. Il vérifie un peu son allure dans l’une des fenêtres et puis se rapproche de l’aile où vit Aël.
Ty ne prend pas la peine de frapper à la porte, d’une part parce qu’il a ses (mauvaises) habitudes et ensuite parce qu’il sait que l’irlandais est à l’intérieur et l’attend certainement. Nu, avec un peu de chance…
« J’espère que t’es déjà en tenu d’Adam ! » lance-t-il d’ailleurs en pénétrant dans la pièce. « Il fait trop froid dehors, faut qu’tu m’réchauffes ! »

Pas de réponse. Il lui faut quelques secondes pour repérer Aël, installé dans un coin de sa piaule, le regard dans le vague. Tyler prend le temp de refermer la porte derrière lui et puis se retourne, s’attendant à le voir se lever pour venir le saluer dignement.
Mais rien.
Il fronce les sourcils et après quelques instants, écarte les bras en maintenant sa planche dans sa main.
« Allô… Je suis arrivé… Hey oh, weirdo ! Pourquoi tu viens pas mettre ta langue dans ma bouche ? » plaisante-t-il, avant de sentir enfin que quelque chose cloche vraiment.

…Bon… pour son super Noël de baise : il repassera apparemment…  



_________________
this is how to be a heartbreaker.
   
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Profil
Secrets
Contact



MessageSujet: Re: 01. So much for my fucking xmas... #aël&ty Mar 8 Avr - 19:58

Aël est loin. Très loin. Dans un monde qui n'appartient qu'à lui et qui, pour le moment, est totalement coupé de notre réalité. Ce monde est rassurant, réconfortant, logique et bien droit. Il s'y réfugie quand le notre est devenu trop invasif, transgressant toutes les lois qui régissent le calme de l'Irlandais.
Quand notre univers est trop chaotique, anarchiste et échappe à tout contrôle de l'ordre, Aël s'en déconnecte pour se retrancher dans son propre esprit, Créateur de son refuge.
Il en faut pour qu'il en arrive à ce stade, une simple contrariété ne suffit pas à rompre des années de traitement et de travail... Une accumulation non plus. Non, ce qu'il faut, c'est ébranler le calme d'Aël, grignoter sa patience, piquer encore et encore, inlassablement, ces mots qui le rende fou. Ce qu'il faut c'est un être plus tordu que lui, plus cruel. Attendre sa colère, la laisser monter, en contrôler les ravages et finir par transgresser l'ultime tabou.
Le corps du jeune homme n'est alors plus qu'une coquille vide, qui n'a plus aucune conscience de ce qui se passe autour de lui.

Alors oui, Aël est loin. Très loin. Tellement qu'il ne voit, ni n'entend, Tyler franchir le seuil de sa porte. Aucune réaction ne viendra de sa part. Aucune, et pour longtemps si personne ne cherche à l'en tirer. La faim ne l'en sortira pas. La soif, non plus. Ni le sommeil, ni la fatigue, ni même le temps qui n'a plus d'emprise sur lui.

Ma' y arrive. Mais Ma' n'est pas là. Elle sait. Elle sait comment faire. Elle sait pourquoi. D'autant plus quand la raison est sa propre fille. La mère d'Aël. A l'heure actuelle, il n'y a plus qu'elle pour renvoyer l'Irlandais dans la torpeur. Il n'y a qu'elle pour être aussi mesquine, perverse et pleine de haine. Il n'y a qu'elle pour s'amuser à détruire des années de travail. Il n'y a qu'elle pour oser le traiter de fou, de dérangé, d'horreur de la nature ou d'attardé...
Elle est venue, bénissant sa chance de l'absence de ses parents, elle a fouillée pour trouver quelques billets, mais n'a rien trouvé. Elle a sourit, est partie voir son gosse, lui a demandé du fric et a fait son œuvre lorsqu'il a refusé. Elle l'a regardé sombrer, encouragé à se noyer puis à pousser le vice à voler son propre fils avant de se tirer, sans se soucier de l'état dans lequel elle le laissait.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : overbooké
CREDITS : cha
NOMBRE DE MESSAGES : 286
ÂGE : 21
LOGEMENT : Trimble
OCCUPATION : cuistot au Leo's Deli
HUMEUR : excellente
ETAT PHYSIQUE : Tatouages - torse (inscription "Life goes on", sous le téton gauche "mom") ; épaule droite (crâne entouré de fleurs)
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: C'n'est pas mon problème.
Autres comptes: Dorian Spelling, Hunter Pendleton, Nathaniel Redd
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 01. So much for my fucking xmas... #aël&ty Mar 8 Avr - 20:35

So much for my fucking xmas

I don't want a lot for Christmas, there is just one thing I need
I don't care about the presents underneath the Christmas tree
I just want you for my own...
And sex...i really want sex !


Toujours aucune réaction.
Face à n’importe quel autre interlocuteur, Tyler se serait figuré que le type se foutait de sa gueule, mais il s’agit d’Aël. Aël ne simule pas, ne joue pas à des jeux de rôles coquins, pervers ou étranges de ce style et surtout : l’irlandais ne lui ferait pas peur. Il ne se permettrait jamais de lui jouer un sale tour et s’il reste prostré de cette manière de plus en plus inquiétante, c’est qu’il se passe (ou s’est passé) quelque chose.
Parce que c’est bien de la peur que le cuisinier commence lentement mais sûrement à ressentir. C’est comme un serpent qui vient s’entortiller autour de sa colonne vertébrale, lui arrachant un frisson, plantant ses crochets dans sa nuque où ses cheveux bruns se dressent.
« Aël ? »
Le jeune homme se penche lentement pour déposer son skateboard sur le sol, essayant de ne pas faire de bruits ou de mouvement trop brusques. Son cœur bat la chamade dans sa poitrine, mais plus à cause de l’excitation. Une fois sa planche au sol, il fait passer la lanière de son sac par-dessus sa tête et le dépose lui aussi, lentement.

Ty ne sait pas ce qui l’angoisse le plus actuellement. Le fait de voir Aël dans cet état étrange et de ne pas savoir comment gérer la situation ou la pensée qu’à tout moment, il pourrait justement changer d’état.
Il l’a déjà vu en colère. Il sait de quoi il est capable dans ces moments là et qu’il a énormément du mal à revenir à lui et à retrouver son calme. Ce qu’il sait également, c’est qu’Aël aura bien du mal à se pardonner s’il lui fait le moindre mal durant une de ses crises. Et parce qu’il tient à lui, Tyler ne veut pas qu’ils en arrivent là et être la cause d’une nouvelle perte de contrôle.
Il tâche de contrôler le moindre de ses gestes, de se faire le plus discret possible. Et en même temps, il veut intervenir, il veut comprendre ce qui se passe. Pourquoi est-ce que rien n’est jamais fourni avec un mode d’emploi clair et précis dans ce monde de merde ? Pourquoi est-ce que ce genre de plan n’arrive qu’à lui ?

« Aël tu m’entends ? » reprend-t-il en déglutissant, s’approchant doucement, se débarrassant de son bonnet qu’il garde en main, histoire de les occuper et d’évacuer un minimum sa nervosité. « Y a un truc qui va pas ? …Un truc qui te plait pas ? »
Toujours aucune réponse de la part du grand brun qui continue de fixer le néant avec un air absent. C’est putain d’angoissant ce vide dans ses yeux clair, cette absence totale d’expression faciale. Il n’est jamais très expressif en temps normal mais là…
« Tu veux que je reparte ? Parce que…je peux repartir… J’ai pas envie d’le faire hein, mais si jamais tu veux…rester tranquille… »
Rien. Evidemment, rien.
Bordel, c’est QUOI ce plan tordu encore ? Dans quel merdier il est allé se fourrer ? Ca va donc jamais se finir ? C’est quand déjà 2014 ?
« Aël, tu commences à vraiment m’faire flipper là… Si tu pouvais juste…me dire un truc. Je sais pas quoi faire là… Si tu veux que j’parte, je pars mais juste…dis-le-moi, d’accord ? C’est pas grave si tu veux annuler notre petite semaine… Enfin ça m’fait de la peine, j’vais pas te mentir, mais si ça te… Aël, tu peux me regarder s’il te plait ? Aël ? Bordel, Aël, dis-moi un truc ! »
Mais hausser le ton ne lui apporte pas plus de résultat. La prochaine étape consiste à venir le secouer, mais Tyler n’ose pas.
Il a peur. Peur de la manière dont il pourrait réagir. Il aimerait ne pas avoir peur mais c’est le cas, il n’y peut rien. Il se rappelle encore trop crument de la dernière fois. Aël a promis de ne jamais lui faire de mal mais…mais il sait qu’il pourrait rompre cette promesse, sans le vouloir. Il le sait et il ne veut pas que ça arrive. Il ne veut pas lui faire ce coup-là.
Alors le plus jeune se contente de rester à un bon mètre de distance, à triturer son bonnet nerveusement.


_________________
this is how to be a heartbreaker.
   
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Profil
Secrets
Contact



MessageSujet: Re: 01. So much for my fucking xmas... #aël&ty Mar 8 Avr - 21:17

Quand Ma' a officiellement obtenu la garde d'Aël, même si il était déjà chez elle, il passait la majorité de son temps dans cet état. C'était plus naturel pour lui de se perdre à l'intérieur de son esprit si rassurant, plutôt que d'affronter cette autre monde plus vaste et nettement moins ordonné. Et puis, il n'y voyait aucun avantage, tout ce dont il avait besoin, il le trouvait dans sa tête, alors... Pourquoi ? De temps en temps, pour répondre à cette question, pour satisfaire une curiosité qui l'a sans doute sauvé de l'enfermement, il faisait un passage rapide dans la réalité pour mieux repartir....
Mais au fur et à mesure, Ma' trouvait toujours quelque chose d’intéressant, toujours un truc à faire, à dire, un livre à sortir ou un film à regarder... Et à chaque fois, Aël passait de plus en plus de temps avec elle... Jusqu'à inverser la tendance...
Si elle est la seule à pouvoir le sortir de cet état, c'est parce qu'elle est la première personne à avoir réellement attirer l'attention de l'Irlandais. La seule personne à avoir réellement essayé en faîte.

Dans sa création parfaite, Aël sent que quelque chose cloche. Oh rien de bien méchant, mais, c'est comme une petite fissure et perfectionniste comme il est. Il a du mal à l'ignorer. Si il devrait l'identifier, il dirait que c'est un son. Une sorte de voix qui n'a aucune raison d'être, mais qui s'obstine à se faire entendre. Foutaise. Ici, il n'a besoin de rien savoir. Alors pourquoi lui parler ?
Elle s'acharne pourtant, dérangeant le calme parfait qui anime Aël. Si son corps semble souffrir, son esprit, lui, est calme... Et c'est justement pour cette raison qu'il ne veut rejoindre son corps.

Pourtant sa curiosité naturelle revient rapidement le tarauder. De quoi s'agit il ? Qui ? Est ce important ? Est ce urgent ?
Sa raison étouffe ses questions d'un coup bas. Une image brutale de sa mère, belle et bien présente dans la pièce quelques minutes auparavant. Son regard remplie de dégout alors qu'elle le regardait, cette manière qu'elle avait de le prendre pour un dingue, cette.... Peur très mal déguisé. Un éléctrochoc. Non. Quoique ce soit, quelque soit l'origine de ce trouble dans son monde, il ne vaut pas la peine de subir les retombés de la venue de sa mère. Il se protège, il protège les autres de la seule façon qu'il connaisse. Celle de disparaitre. Et puis... De toute façon, le trouble s'efface, bientôt, il n'est plus qu'un murmure, puis une ombre et enfin un oubli. Aël l'évince. L'information n'a plus d'importance, elle est oublié.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : overbooké
CREDITS : cha
NOMBRE DE MESSAGES : 286
ÂGE : 21
LOGEMENT : Trimble
OCCUPATION : cuistot au Leo's Deli
HUMEUR : excellente
ETAT PHYSIQUE : Tatouages - torse (inscription "Life goes on", sous le téton gauche "mom") ; épaule droite (crâne entouré de fleurs)
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: C'n'est pas mon problème.
Autres comptes: Dorian Spelling, Hunter Pendleton, Nathaniel Redd
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 01. So much for my fucking xmas... #aël&ty Mer 9 Avr - 8:07

So much for my fucking xmas

I don't want a lot for Christmas, there is just one thing I need
I don't care about the presents underneath the Christmas tree
I just want you for my own...
And sex...i really want sex !


« T’as pris un truc ? » demande Ty sur un ton un peu accusateur, se dressant toujours au-dessus de la carcasse d’Aël. « Si t’as pris un truc, je vais être vraiment fâché ! …Mais tu peux me l’dire quand même. Tu dois me l’dire ! »
Là encore, l’irlandais ne dit rien, ne se manifeste d’aucune façon. Il reste assis par terre, parfaitement immobile, ses yeux clairs perdus au milieu de nul part, éteints. Il est terrifiant et en même temps, pour le coup, il ressemble vraiment à une statue de musée hyper bandante… Mais le cuisinier a bien conscience que c’est débile de penser à ce genre de trucs maintenant.
En même temps : à quoi est-ce qu’il est censé penser exactement ? C’est une situation totalement inédite et qu’il aurait préféré ne jamais expérimenter. Surtout pas seul… Tout à coup, ça le fait brillamment chier que Ma’ ne soit pas dans le coin, facilement joignable.
QU’est-ce qu’il est censé faire maintenant ? Attendre ? Essayer de faire réagir Aël ? Et de quelle manière ? Et à quel résultat est-ce qu’il est censé s’attendre ? Est-ce qu’il doit appeler une ambulance ou un truc de ce genre ? Est-ce que c’est grave ? Parce que ça a l’AIR grave… Et depuis quand est-ce qu’il est dans cet état ? A quand remonte son dernier repas ? Sa dernière nuit de sommeil ?
Maintenant qu’il y pense, Aël n’a pas répondu à ses trois derniers messages… Comme il a l’habitude d’en envoyer un milliard et sait qu’il est lourd avec ça, Tyler ne s’est pas plus inquiété que ça. Il aurait certainement dû. Il est trop tard pour culpabiliser de toute manière et ça ne l’avancera pas à grand chose. Ca l’incite juste que son ami est possiblement dans cet état depuis hier au soir.

Le jeune homme pousse un soupir et passe une main dans ses cheveux sombres pendant qu’il se mordille la lèvre. Depuis quelques temps, il a l’impression de ne faire que gérer des situation de ce genre et ça l’épuise sincèrement. Gérer Bonnie qui est aussi hyperactive que lui et certainement sous l’emprise de médocs à longueur de journée, gérer l’overdose d’Alexander et ses sautes d’humeur le reste du temps, sa mère surprotectrice, sa clientèle de jour au Leo’s Deli, celle de nuit aussi, gérer ses propres humeurs et emmerdes et son traitement à la con. C’est épuisant putain.
« J’ai besoin de vacances. Des vraies vacances » conclut Tyler à haute voix, avant de pousser un nouveau soupir et de se remettre en branle.

Il vient s’asseoir près d’Aël, le prévenant de ses faits et gestes pour éviter de le surprendre. Il a lu que les autistes avaient du mal à percevoir les intentions derrière les gestes, qu’ils ne parvenaient pas à décrypter les messages non verbaux. Une main approchée de l’épaule est une menace pour eux, même si n’importe qui d’autre verrait là l’esquisse d’un geste s’apprêtant à être tendre… Et les réactions peuvent évidemment être violente s’ils se sentent menacés. Il se méfie donc. Surtout qu’il nage en pleines eaux troubles en ce moment.
« Bon… Je vais attendre un petit peu avec toi, d’accord ? Si tu as envie de me dire un truc ou de faire un truc, surtout hésite pas… Je suis là, OK ? »
C’est comme parler à un mur. Alors Tyler finit par se taire et relever ses jambes devant lui. Il fait reposer ses avants bras dessus et puis rejette sa tête en arrière, son regard tourné en direction du visage impassible de son amant, mort pour le monde. Il soupire encore et l’attente commence.

Il a l’impression que ça dure des heures… Une véritable éternité. Et pour un impatient dans son genre, c’est vraiment difficile.
D’ailleurs, au bout de cinq petites minutes de lutte, il s’agite déjà pour se débarrasser de son manteau, bonnet et écharpe qu’il rejette un peu plus loin. Avec un peu de genre, le voir foutre le bordel chez lui sortira Aël de son état de transe chelou… Mais non, Ty n’a pas cette chance.
Il retourne s’installer et la lutte affreusement silencieuse reprend. Il a envie d’y arriver. Il a envie d’avoir l’air super intéressé, super inquiet, mais ça finit par être juste vraiment chiant… Alors il sort son téléphone portable de sa poche et commence à jouer à quelques jeux qu’il a téléchargé, jetant de temps à autres un coup d’œil en direction d’Aël.

Après une trentaine de minutes, il a battu quelques records, s’est rendu compte que son 3G ne fonctionne pas bien ici et a totalement perdu patience. Il soupire avec agacement cette fois, toute trace d’inquiétude envolée (ce qui le fait un peu culpabiliser, mais pas trop, parce que c’est Tyler), et vient agiter sa main dans le champ de vision de l’irlandais.
« Hey oh ! Il serait temps d’arrêter les conneries maintenant ! Tu vas plomber tout notre weekend ! …Si c’est une ruse pour pas avoir à me larguer : ça marche pas. Utilise tes couilles et dis-moi ça en face ! »
Mais sa provocation ne lui attire pas plus de réaction que ses tentatives précédentes.
Et puis finalement, ses propres mots raisonnent dans son crâne échauffé par la frustration et il a une idée. Une idée à la con. Une idée qui lui a déjà attiré des problèmes mais quelque chose lui dit qu’avec Aël, ce sera différent. En tout cas il l’espère. Alexander n’est pas…disons ouvert à ce genre de pratique, mais Aël l’est lui… Alors ça peut marcher.
En plus, on lui a déjà fait la remarque que ses pipes réveilleraient un mort… C’est le moment où jamais d’essayer !

Alors prudemment, Tyler manipule le corps de son amant de manière à dégager son entrejambe et il s’attaque à ses vêtements. Pas simple. Déjà parce qu’il ne l’aide en aucune façon et pèse son poids (même si c’est un sac d’os), ensuite il stress parce qu’il a peur de recevoir un coup soudainement et puis…il y a un peu d’excitation aussi.
Quand il réussit enfin à sortir la queue de son mec, le doute recommence à se peindre sur le visage basané de Ty. Et si c’était grave ? Et s’il était en train de faire n’importe quoi ? S’il était censé appeler une ambulance ? Et pourquoi est-ce qu’il n’a toujours pas cherché à contacter Ma’ par téléphone pour avoir plus d’infos ?
La vérité, c’est qu’il veut gérer ça tout seul. Il veut être celui qui ramènera Aël. Parce qu’Aël est SON jouet et que c’est à lui de le réparer s’il est cassé…
« Appelle-moi Tyler Bricoleur » laisse-t-il échapper à haute voix, avant d’effleurer les lèvres parfaite de sa poupée mannequin des siennes, puis de venir répéter l’opération sur son sexe.  



_________________
this is how to be a heartbreaker.
   
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Profil
Secrets
Contact



MessageSujet: Re: 01. So much for my fucking xmas... #aël&ty Mer 9 Avr - 18:02

Si il y a qu'une manière de sortir Aël de la torpeur dans laquelle il est, à savoir réussir à créer comme un pont entre le monde de l'Irlandais et notre réalité, il y a mille façons de procéder. Ma' à sa méthode. Elle allume la chaine hifi, monte le volume à fond, prépare quelques plats à l'odeur bien alléchante et reste au côté d'Aël pour le réchauffer de sa présence. Elle stimule tous ses sens pour que l'information reçu par son corps donne à son esprit, la curiosité de revenir. ça peut prendre quelques minutes ou quelques heures, mais ça marche à chaque fois. Elle est bien rodée la grand mère et si Tyler l'avait appelé, elle ne se serait pas laissée gagner par la panique, elle aurait expliquer, avec des mots tout simples que non, ça n'était pas grave si il ne restait pas comme ça pendant plusieurs jours... La seule pensée qui l'aurait fait angoisser, c'est le pourquoi de cette crise et la culpabilité qui découle de la réponse. Savoir que sa fille, est généralement responsable de ça, lui tire des sentiments biens sombres. Même si elle n'y est pour rien, et qu'Aël s'acharne à lui répéter après.
Mais Tyler n'a pas besoin de Ma', sans le savoir, il sollicite déjà l'ouïe d'Aël, et si ce n'est pas une de ses musiques favorites martelé à pleine puissance, c'est une voix incessante qui continue de troubler son petit cerveau. Il parle sans cesse, et si à l'extérieur, cela ne semble avoir aucun impact, dans l'esprit du jeune homme, ça commence doucement mais surement à éveiller quelque chose. C'est comme avoir l'impression d'oublier un truc important, sans réussir à s'en souvenir. C'est obsédant.

Et puis, l'indien poursuit sur sa lancée. La chaleur qu'il dégage, éveille un écho agréable chez l'Irlandais. C'est... Rassurant, bien loin de la sensation que lui a laissé sa mère. Cette colère, cette rage... Cette honte... Il en a oublié la raison. Sa mère n'a pas d'existence dans son monde. Elle n'a pas de raison d'être puisqu'elle n'est rien pour l'autiste. Rien qu'une ombre qui revient de temps en temps hanter sa vie.
C'est de plus en plus agréable, cette douceur contre lui, se calme qui semble émaner d'ailleurs et cette voix qui revient juste avant qu'Aël est le temps de l'oublier...
A petits pas, il se rapproche de la brèche, sans savoir si il va vraiment s'y engouffrer ou non...
Il doute, parce qu'il ne sait pas ce qui l'attend. Il doute parce qu'ici il est bien, qu'ici tout est parfait et que reprendre pied n'a pas de sens, si c'est pour de nouveau se plonger dans un chaos qui le répugne.

Pourtant, plus les secondes passent, plus le doute se dissipe. Les sensations que son corps lui envoi sont de plus en plus agréable, de plus en plus belles. Il a envie de savoir d'où elles viennent, qui les provoque et le risque de retomber dans un rage sombre ne l'effrait plus tant que ça.
Un premier frisson parcourt le corps de l'Irlandais alors que Tyler s'acharne dans sa méthode bien particulière. C'est le premier signe de vie qu'il envoie de notre réalité depuis hier soir. Depuis que sa mère s'est tiré pour le laisser comme ça... Un second ne tarde pas à venir et ses muscles se détendent. Petit à petit, il réintègre notre réalité. C'est comme sortir d'une colère terrible ou se réveiller après des heures et des heures de sommeil. C'est pénible, remplit d'ombre et d'oublie... Mais c'est nécessaire et plus les secondes passent, plus Aël le percute...
Et au moment même où il le comprend réellement, le pont est ouvert. Aël se laisse sombrer dans la brèche pour retrouver des membres endoloris, ankylosés par des heures d'immobilité... Pourtant il n'y a pas que ça. Il y a cette envie, se désir, cette flamme qui lui dévore le bas ventre et putain que c'est bon...

Il lui faut encore quelques instants pour réaliser qu'il est revenu, pour reprendre totalement et surtout.... Pour tilter que Tyler est belle et bien en train de le sucer... Stop... Là, petit bug... Depuis quand... Il est là ? Pourquoi il ne l'a pas entendu arriver ? Est-ce qu'il dormait et que son cadet a trouvé fun de le réveiller ainsi ?
Comme si de rien Aël passe sa main dans ses cheveux en bataille, avant de poser son regard sur le jeune homme... Un léger sourire s'éternise sur ses lèvres alors que du bout des doigts, il enlève Tyler à sa tache pour lui relever doucement le visage.
Non, Aël ne sait pas qu'il est partit. Il ne se souvient même pas de la visite de sa mère... Ou en tout cas pas encore. Mais ça ne tardera pas.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : overbooké
CREDITS : cha
NOMBRE DE MESSAGES : 286
ÂGE : 21
LOGEMENT : Trimble
OCCUPATION : cuistot au Leo's Deli
HUMEUR : excellente
ETAT PHYSIQUE : Tatouages - torse (inscription "Life goes on", sous le téton gauche "mom") ; épaule droite (crâne entouré de fleurs)
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: C'n'est pas mon problème.
Autres comptes: Dorian Spelling, Hunter Pendleton, Nathaniel Redd
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 01. So much for my fucking xmas... #aël&ty Mer 9 Avr - 18:26

So much for my fucking xmas

I don't want a lot for Christmas, there is just one thing I need
I don't care about the presents underneath the Christmas tree
I just want you for my own...
And sex...i really want sex !


Il fait aller et venir sa bouche sur le sexe de son mannequin, accélérant, ralentissant, essayant de créer une réaction chez lui. Bon, il arrive à le faire bander, mais ce n’est pas tellement un exploit. Il a entendu dire que même les morts peuvent avoir des érections (d’ailleurs, il en demandera la confirmation à son médecin légiste de copain quand tout ce bordel sera terminé) alors ça n’a rien de tellement surprenant. Ce qu’il veut, c’est qu’Aël se mette à bouger, à émettre des soupirs lascifs… Qu’il fasse QUELQUE CHOSE quoi !
Il a l’impression que ça ne viendra jamais et pourtant, alors qu’il se demande s’il ne va pas s’arrêter là et laisser tomber, il sent le corps de l’irlandais se tendre. Il intensifie un peu le rythme et ses efforts portent leurs fruits : Aël s’agite un peu.
Peut-être qu’il n’aura pas à appeler une ambulance ou la grand-mère du garçon en fin de compte. Ca l’arrange bien parce qu’il déteste les hôpitaux, en a eu sa dose pour l’année, et parce qu’il a un peu peur de la grand-mère d’Aël… Elle est très gentille, y a pas à dire, mais il est certain qu’elle pourrait se transformer en véritable dragon cracheur de feu si elle le soupçonnait d’avoir fait le moindre mal à son petit fils adoré…

Alors qu’il est en train de penser à la manière dont elle lui arracherait les entrailles avec son dentier, il sent les mains de son irlandais sur lui. Il n’a pas besoin qu’Aël insiste pour se redresser vivement, abasourdi.
Ce con est en train de lui sourire. Comme si de rien était. Comme s’il avait simplement cligné des paupières et ne venait pas de passer la dernière demi-heure prostré comme un connard flippant dans un coin de sa piaule…
« Putain mais… » lâche simplement Tyler, essuyant ses lèvres d’un revers de la main, avant de la laisser retomber sur ses cuisses.
Il est à genoux aux côtés du grand brun, ses fesses reposant sur ses talons, les yeux écarquillés de stupéfaction. Il est partagé entre l’envie de l’embrasser à pleine bouche et celle de lui coller une bonne grosse gifle dans sa face souriante de fils de pute.
« Nom d’une pute ! Tu m’as fait peur sale enfoiré d’merde ! » s’agace finalement Ty, avant de venir attraper le visage d’Aël entre ses mains baguées, le couvrant de baisers rapides qu’il entrecoupe de coup d’œil inquiet.
Il a du mal à croire que tout va bien. Le jeune homme a la foutu impression que son esprit est en train de lui jouer un sale tour et lui fait croire que son irlandais va mieux alors qu’il n’en est rien.
Pourtant si, il va bien. Il va mieux.

« J’allais appeler ta grand-mère ! C’était quoi c’délire ? Refais jamais un truc pareil c’était flippant ! » le réprimande-t-il en lui donnant une tape sur l’épaule, avant de se redresser et de commencer à faire les cents pas, sans oser quitter Aël du regard. « Faut que j’t’ammène aux urgences ou un truc comme ça ? Parce que j’suis venu en skate mais je peux appeler ma mère ou Bonnie si il faut. »
Et là-dessus, il se laisse à nouveau tomber près de l’irlandais et passe ses bras autour de son cou pour le serrer contre lui avec force. Son cœur bat à tout rompre dans sa poitrine.  


_________________
this is how to be a heartbreaker.
   
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Profil
Secrets
Contact



MessageSujet: Re: 01. So much for my fucking xmas... #aël&ty Mer 9 Avr - 19:42

La surprise gagne Aël face à la réaction de son amant... Pourquoi il réagit comme si il ne s'attendait pas à ce qu'il se réveil ? C'est pourtant bien ce qu'il espérait, non ?
L'Irlandais se laisse embrasser, encore sous l'coup de l'étonnement. Voilà maintenant qu'il lui a fait peur, mais... Comment ? Aël n'aime pas ça. Il tique légèrement, cherchant à comprendre, observant Tyler et ses réactions... Il garde le cadet contre lui, embrassant doucement sa chair et ses lèvres.
En même temps, y a plusieurs choses qui semblent pas normales... Pourquoi est ce qu'il est par terre plutôt que sur son lit ? Pourquoi son bureau est légèrement en désordre et pourquoi son portefeuille est par terre plutôt que sur le dit bureau .... Et puis deux connections s'effectuent alors que son cadet en est à se demander si il doit l'emmener à l'hopital... Aël se redresse pratiquement d'un bond, un peu trop rapidement à ses jambes encore engourdies. Il se rattrape au mur par reflexe et c'est là qu'il comprend... La colère le gagne par vague alors qu'il rejoint à grand pas son bureau, ramassant au passage ce qui traine - Putain, la salope...
Y a plus rien... Cette pute lui a fait les poches... Heureusement qu'elle ne sait pas où Aël cache l'argent qu'il garde aussi... Parce que ça aussi, elle l'aurait prit, sans l'ombre d'un remord.

Aël balance ce qui se trouvait sur son bureau avant qu'il ne se rappelle la présence de Tyler lorsque celui ci ouvre la bouche. Aël se retourne vers lui, allumant une clope, tentant de ravaler sa colère... Pour s'occuper l'esprit et éviter de penser à sa mère, il répond aux questions posées qu'il avait ignorer jusqu'alors...
Il sait pertinemment ce qui s'est passé à présent... Et savoir que Tyler l'a vu comme ça.... Il serre le poing, tirant sur sa clope. - Non y a pas besoin d'aller à l'hôpital... Il crispe légèrement la mâchoire passant sa main dans ses cheveux. - .... Quel jour on est ?
Parce que oui, sa mère a aussi prit son téléphone et deux trois trucs de valeur au passage. Aël n'a aucune conscience du temps qui est passé. Il sait qu'il a fait la pire crise qu'il pouvait faire, mais il ne sait pas durant combien de temps.

L'idée que sa mère soit passée et que Tyler l'ait vu dans un état proche de celui d'un légume, exacerbe sa rage qu'il a bien du mal à ravaler. Au final, il n'attend pas la réponse de Tyler pour sortir un peu dans le jardin, shootant au passage dans la porte... - Je suis... Désolé... T'aurai pas du voir ça... Tu...
Sa langue tique et ses poings se serrent d'avantage... ça devait plus arriver... ça arrivait plus et fallait que ça lui tombe dessus quand l'indien venait le voir.
Aël a... Honte. Terriblement honte, et il ne supporte pas ce sentiment qui l'envahit plus que jamais. Parce que c'est Tyler... et surtout parce que les paroles martelées de sa mère lui reviennent constamment en mémoire.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : overbooké
CREDITS : cha
NOMBRE DE MESSAGES : 286
ÂGE : 21
LOGEMENT : Trimble
OCCUPATION : cuistot au Leo's Deli
HUMEUR : excellente
ETAT PHYSIQUE : Tatouages - torse (inscription "Life goes on", sous le téton gauche "mom") ; épaule droite (crâne entouré de fleurs)
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: C'n'est pas mon problème.
Autres comptes: Dorian Spelling, Hunter Pendleton, Nathaniel Redd
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 01. So much for my fucking xmas... #aël&ty Jeu 10 Avr - 6:17

So much for my fucking xmas

I don't want a lot for Christmas, there is just one thing I need
I don't care about the presents underneath the Christmas tree
I just want you for my own...
And sex...i really want sex !


Il n’ose plus intervenir et préfère rester sur la réserve. Proche au cas où Aël perdrait à nouveau l’équilibre et aurait besoin de ses services, mais à distance pour ne pas avoir à éviter un geste maladroit. Aël s’est lancé dans un rangement très personnel de son bureau, insultant il ne sait qui. Mieux vaut qu’il reste à distance, tant que le garçon ne sera pas un peu calmé et tant que lui-même ne comprendra pas mieux la situation.
Histoire de ne pas avoir l’air d’un animal terrifié, pris dans les phares d’un monstre à huit roues, Ty s’approche de ses affaires pour tenter de les rassembler un peu. Parce que si le médecin est pour le moment énervé, dans une poignée de secondes, il va certainement se mettre en tête de tout remettre en ordre et Tyler préfère ne pas le contrarier et le contraindre à ranger ses trucs. Au cas où ça l’énerverait…    

« Non y a pas besoin d'aller à l'hôpital... »
« Cool » répond-t-il simplement, évitant d’avoir le moindre contact visuel avec son interlocuteur.
Il n’a pas envie qu’Aël perçoive son angoisse et que ça le contrarie encore un peu plus. Il sait que ça le rendrait fou de voir qu’il a une fois encore peur de ses réactions, mais en même temps, Tyler ne peut pas s’en empêcher. Ca ne se contrôle pas ce genre de conneries. Il aimerait être simplement soulagé que le garçon aille mieux, d’apprendre que, quoi qu’il ce soit passé, ça en nécessite pas un passage aux urgences de Trimble, mais ça n’est pas le cas.  
Tout ce à quoi il pense c’est : s’il te plait, ne me frappe pas et n’essaye pas de me faire l’amour. J’ai aucune envie qu’on fasse l’amour, Aël.
Une part de lui tente de le raisonner, de lui faire comprendre que c’est stupide et que jamais l’irlandais ne le forcera à faire quoi que ce soit. Parce qu’il est différent dans trop de sens du terme pour que le schéma se reproduise. Parce qu’ils ont une relation spéciale et qu’Aël lui a juré, promis de ne jamais lui faire le moindre mal.
Mais c’est pas le premier à faire cette promesse. C’est pas le dernier non plus. Et les promesses…disons que Tyler en a vu un peu trop se rompre pour ne pas avoir conscience que croire aveuglément à une promesse faite, c’est comme espérer un miracle. Les miracles, ça n’existe pas.  

« Quel jour on est ? » enchaine Aël en tirant furieusement sur sa clope.
« Heu… On est bientôt Noël. On est le 23 » répond-t-il, accroupi devant son sac qu’il vient de déposer sur sa planche, après avoir déposé son manteau, son écharpe et son bonnet dessus. Une belle petite montagne parfaitement rangée.
Ce qui veut dire qu’il va devoir se redresser et affronter le regard pénétrant de son amant dans cinq, qatre, trois…
« Je suis... Désolé... T'aurais pas du voir ça... Tu... »
Il sait qu’il devrait être en train de le regarder et de le rassurer, mais il n’arrive pas à s’y contraindre. Il a peur de réveiller quelque chose chez Aël si leurs regards se croisent. Il a peur que sa colère se transfert et qu’il s’en prenne à lui… Et le jeune homme aimerait pouvoir assurer que c’est la peur d’avoir mal qui le freine, mais ce n’est pas ça. Ce qui lui fait peur avant toute chose, c’est que son irlandais fasse quelque chose qu’il regrettera par la suite et que, trop honteux pour oser le regarder à nouveau en face : il mette fin à leur relation naissante.
Cette idée paraît encore plus douloureuse à Ty que celle de n’importe quel hypothétique coup reçu. Les coups, il sait les encaisser. Les peines de cœur ? …Un peu moins bien…

C’est au tour de Tyler de rester prostré dans sa position, son regard s’embuant de larmes. Putain depuis quand il est si émotif ? Bon, OK, depuis toujours… Il autorise quelques larmes à couler, les force à le faire en fait, serrant étroitement les paupières, et puis les écrase sur sa joue. Il a conscience de la présence d’Aël à quelques pas, dans le jardin, mais quand il se risque un coup d’œil dans cette direction, il remarque qu’il est de dos. Il a été discret mais mieux vaut que le garçon n’ait pas vu ça.
Il renifle discrètement, soupire, puis se redresse lentement. Il essuie une dernière fois ses joues pour être certain qu’il ne reste aucune trace de sa faiblesse, et puis Ty s’approche de la porte. Il reste là un petit moment, observant la silhouette de son ami qui n’a pas l’air de vraiment décolérer…
Tyler sait qu’il ne va pas pouvoir rester passif trop longtemps. La passivité a tendance à agacer encore plus les gens déjà sur les nerfs, il le sait. Il faut qu’il désamorce la situation. Il sait le faire. Il faut qu’il le fasse.

Mais il lui faut encore une bonne trentaine de secondes avant de parvenir à articuler le moindre mot. Quand il le fait cependant, son angoisse transparait à peine dans sa voix.
« Tu viens de bousiller tout mon travail » fait-il remarquer en esquissant un sourire (légèrement crispé).
Aël fronce les sourcils, ne comprenant pas où il veut en venir. Alors Ty lui désigne son entrejambe et sa braguette ouverte.
« Tu crains peut-être pas l’froid mais ta queue aime pas trop ça visiblement… Et j’suis pas certain qu’tes voisins apprécieront la vue s’ils mettent le nez à leur fenêtre » tente-t-il de plaisanter avant de se risquer à approcher de son petit ami. « Laisse-moi m’occuper de ça… »
S’il tient sa queue, il aura l’avantage. L’approche présente un gros risque, mais peut-être que ça vaut le coup. De toute manière, il ne s’imagine pas annoncer son départ alors… Il va ben falloir qu’il se force à un moment ou un autre.
L’irlandais se laisse approcher et Tyler se charge de remettre tout le paquetage en place et de refermer la braguette de son amant. Quand il a terminé, il fait doucement remonter ses doigts contre le tissu qui emprisonne la queue du garçon, et ose enfin croiser son regard glacial.
« J’aimerai qu’on retourne à l’intérieur, s’il te plait… J’aime pas trop le froid moi non plus... »

Il abordera plus tard les sujets qui fâchent, en tout cas, celui qui a fâché l’irlandais. Mais pour le moment, il veut voir s’il a un minimum d’emprise sur lui. Il veut s’assurer que le terrain n’est pas miné.


_________________
this is how to be a heartbreaker.
   
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Profil
Secrets
Contact



MessageSujet: Re: 01. So much for my fucking xmas... #aël&ty Jeu 10 Avr - 11:20

Ael fait les cents pas dans le jardin. Incapable de passer à autre chose, seul. Ca peut durer des heures et des heures. Et en général, tout comme Tyler, Ma' le laisse faire, parce que oui, elle aussi a peur des colères de son petit-fils. Surtout quand la cause en est sa fille. Y a qu'elle pour mettre l'Irlandais dans un tel état. Y a qu'elle pour massacrer toutes les défenses qu'Aël met en place pour se protéger de notre réalité. Il se moque du froid, il se moque du reste. Pourtant, si il est sortit dehors, c'est que dans un coin de son esprit, il sait que son amant est là. Et il ne prend pas le risque de s'enfermer dans son studio avec lui. Semblant de raison qui l'empêche de partir dans une de ses rages noires. Il tire longuement sur sa clope, ne pouvant sortir des idées qui tournent en boucle dans son crâne.

Il en est juste incapable... Sauf que c'était sans compter sur Tyler. Déjà quand il le voit sortir, il est surprit. Ce n'est pas comme d'habitude. Aël pose son regard sur lui et perd pendant quelques secondes le fil dans son esprit. De quoi est il en train de parler ? Il lève un sourcil, d'autant plus lorsque Tyler se rapproche encore et lui parle de sa virilité... Sérieux, l'Irlandais n'en a strictement rien à foutre que sa bite soit à l'air et qu'elle puisse choquer le voisinage... Alors pourquoi son cadet s'en soucis ? De plus en plus étonné, il se laisse faire, frissonnant légèrement sous le contact de ses doigts... Un peu perplèxe, il en oubli pour un temps sa colère et l'image venimeuse de sa mère.
Naturellement, ses bras se referment doucement sur le corps de Tyler, le temps d'un instant. Il prend ensuite sa main pour le ramener à l'intérieur. Au chaud. Hors de question qu'il tombe malade à cause de lui. La boucle infini de ses pensées s'est brisée sous les réactions innatendues de l'Indien. Il aurait du avoir peur, il aurait du partir et le laisser... c'est le schéma qu'Aël connait. Mais visiblement, il n'est pas au goût de son cadet.

Un peu perdu, Aël est prit de cours, il ne sait simplement pas, comment il doit réagir. Il passe sa main dans ses cheveux sombres, refermant la porte derrière eux. Sur son chemin, il ramasse ce qu'il a balancé pour le remettre sur son bureau, il ouvre un tiroir, en sort des cachets et les avales... Putain de placebo censé l'aider à calmer ses nerfs. Il s'appuie ensuite contre le meuble et attire Tyler contre lui, caressant doucement son bras. - Si... Tu veux partir... je t'en voudrais pas.
Comment le pourrait il alors qu'il sait ce qu'il a vu. Il sait aussi qu'il serait peut-être temps de lui expliquer un peu. - Tout à l'heure.... Je ne sais pas combien de temps tu es resté mais... C'est pas inquiétant. Je suis juste ailleurs. Même si mon corps est toujours là... Il soupire légèrement et lui vole un baiser, avant de sourire légèrement. - Tu es le premier à part Ma', à réussir à me ramener.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : overbooké
CREDITS : cha
NOMBRE DE MESSAGES : 286
ÂGE : 21
LOGEMENT : Trimble
OCCUPATION : cuistot au Leo's Deli
HUMEUR : excellente
ETAT PHYSIQUE : Tatouages - torse (inscription "Life goes on", sous le téton gauche "mom") ; épaule droite (crâne entouré de fleurs)
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: C'n'est pas mon problème.
Autres comptes: Dorian Spelling, Hunter Pendleton, Nathaniel Redd
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 01. So much for my fucking xmas... #aël&ty Jeu 10 Avr - 11:38

So much for my fucking xmas

I don't want a lot for Christmas, there is just one thing I need
I don't care about the presents underneath the Christmas tree
I just want you for my own...
And sex...i really want sex !


Il retient son souffle quelques secondes, et expire doucement, soulagé. Aël le reconduis à l’intérieur. C’est exactement pour ça qu’il l’apprécie. Parce que quand il a froid, Aël le réchauffe, quand il s’allume une clope, il pense toujours à ouvrir une fenêtre ou à garder ses distances pour ne pas l’indisposer et parce que, même si lui ne ressent pas la faim, il s’assure toujours que Tyler mange et surveille l’heure pour ses injections. Aël fait attention à lui.
Alors oui, par moment il se met en colère et ça lui fiche la frousse, parce qu’il n’est pas capable de se maitriser, parce qu’il n’est pas en mesure de contrôler sa force, ne ressentant rien. Mais ce n’est pas sa faute. Il ne s’énerve jamais sans raison. C’est que quelqu’un ou quelque chose l’a agressé. Tyler ne sait pas toujours ce qui est à l’origine de son emportement, mais il y a toujours une bonne raison. Ce n’est pas la faute de l’irlandais et il s’en veut toujours beaucoup quand il réalise ce qui s’est passé et se rend compte que Ty a été témoin d’une de ces scènes…

Il se laisse donc conduire à l’intérieur, son cœur cognant toujours avec force dans sa poitrine. Il le regarde remettre un peu d’ordre et s’en réjouit. C’est un signe qui ne trompe pas. C’est le signal que la pression redescend un peu et qu’Aël redevient lui-même.
Ty le voit fouiner dans un tiroir pour en sortir des cachets qu’il avale. Il hésite à lui demander de quoi il s’agit mais décide finalement de garder cette question pour plus tard. Ou pour jamais, tant qu’il y est. Et puis de toute manière, quand le grand brun l’attire contre lui, il oublie tout le reste.
Il reste un peu tendu, prêt à déguerpir si jamais les choses tournaient tout à coup au vinaigre, mais il se laisse faire là encore. Il s’autorise même un sourire pendant qu’Aël lui propose une échappatoire.
« Non… J’ai pas vraiment envie… »

« Tout à l'heure.... Je ne sais pas combien de temps tu es resté mais... C'est pas inquiétant. Je suis juste ailleurs. Même si mon corps est toujours là... » lui explique Aël avant de pousser un soupir et d’embrasser furtivement ses lèvres. « Tu es le premier à part Ma', à réussir à me ramener. »
Ca le fait rougir de plaisir. Il se sent comme un crétin de gosse qui vient de terminer un puzzle normalement trop compliqué à faire pour un gamin de son âge mais qui s’y est brillamment attelé ! Il se sent flatté… C’est débile.
« De mon point de vue, c’était quand même un peu inquiétant » répond-t-il en venant passer ses bras autour des hanches finement ciselées de son partenaire, avant de venir l’embrasser à son tour.

Il garde ses mains sur les hanches du garçon mais recule son buste pour que son regard puisse facilement se plonger dans celui de son interlocuteur. Il se mordille nerveusement la lèvre et puis reprend la parole.
« Comment… Pourquoi ça fait ça ? Enfin si c’est toi qui… C’est toi qui décides de faire ça ? Pourquoi tu ferais ça ? »


_________________
this is how to be a heartbreaker.
   
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Profil
Secrets
Contact



MessageSujet: Re: 01. So much for my fucking xmas... #aël&ty Jeu 10 Avr - 13:06

Aël plonge son regard dans celui de Tyler, l'espace de quelques secondes. Il relève sa main pour venir caresser doucement sa joue, cherchant ses mots. Il ne veut pas compliquer les choses, non pas qu'il trouve Tyler con, mais juste que ce n'est pas évident. Surtout pour lui, qui n'en parle jamais. - Disons que.... Avant c'était toujours comme ça. J'étais mieux là où j'étais qu'avec vous, dans votre monde... Maintenant.. Il prend le temps qu'il lui faut pour bien former ses phrases. - Maintenant c'est différent. Quand... Quelque chose ou quelqu'un me met vraiment en colère. Pas celle que tu as déjà pu voir mais une... Que... enfin quand ça devient trop violent, trop... Incohérent... J'arrête tout. C'est automatique, c'est comme un garde fou.
Il continue de caresser doucement sa joue, descendant ses doigts sur ses lèvres avant de lui voler un baiser. - En théorie... C'est plus censé arriver. Il soupire doucement. - Mais visiblement, en pratique....
Il l'embrasse encore et encore, avec plus de douceur et de tendresse que quelques instants auparavant. - Je suis désolé si je t'ai fais peur...
Il sait bien que Tyler marche sur une pente glissante et qu'il a peur de faire une bourde, ça fait sourire gentiment l'Irlandais d'ailleurs. - Ne crains jamais de me poser une question, Tyler. Même si ça concerne.... ça.

Il se détache de ses bras, non sans voler encore une fois un baiser. Il sait très bien quelle est la suite logique des choses. Tyler va lui demander pourquoi... La raison qui l'a poussé à se retrancher... Il s’assoit sur le bord de son lit et anticipe donc sa question, rien qu'à l'évocation prochaine de sa génitrice ses poings se serrent. Si Tyler lui inspire les meilleurs ressentis qu'il n'a jamais eut, cette femme, elle, engendre les pires. - Ma mère est passée... Hier soir.
C'est la première fois qu'il évoque le sujet avec l'Indien. Jamais il ne lui a parlé de sa famille autrement qu'en parlant de Ma' Et Papy Jo'. Pour lui, il n'y a qu'eux qui compte. ''Maman'' pour l'Irlandais, ne veut rien dire. Ne se rattache à rien et surtout pas à une corde émotionnelle.
Il n'en parle qu'avec Ma', et encore. C'est un sujet tabou et il le sait. De toute façon, ça l'arrange. Si il pouvait juste oublier qu'elle existe...
Aël ne poursuivra pas. Il se laisse tomber dans son lit, estimant que l'explication est clair et précise. Sa mère est passée, il a fait une crise, point à la ligne.
Avant de finir totalement allongé, il attire son cadet contre lui et caresse doucement ses épaules, embrassant sa nuque. - Et toi ? ça va ? Parce que oui, ça l’intéresse réellement. Il ne poserait pas la question sinon et puis ils ont déjà suffisamment parler de lui. - Tu te réchauffes ?
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : overbooké
CREDITS : cha
NOMBRE DE MESSAGES : 286
ÂGE : 21
LOGEMENT : Trimble
OCCUPATION : cuistot au Leo's Deli
HUMEUR : excellente
ETAT PHYSIQUE : Tatouages - torse (inscription "Life goes on", sous le téton gauche "mom") ; épaule droite (crâne entouré de fleurs)
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: C'n'est pas mon problème.
Autres comptes: Dorian Spelling, Hunter Pendleton, Nathaniel Redd
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 01. So much for my fucking xmas... #aël&ty Jeu 10 Avr - 16:22

So much for my fucking xmas

I don't want a lot for Christmas, there is just one thing I need
I don't care about the presents underneath the Christmas tree
I just want you for my own...
And sex...i really want sex !


Il fronce les sourcils. Ca lui paraît être une technique vachement au point en fin de compte... Lui aussi aimerait bien, parfois, être capable de s’enfermer dans sa propre peau pour se couper de toutes ses emmerdes. Sauf qu’il est obligé de vite repousser cette idée. Ca ne fonctionnerait pas avec lui. Il aurait trop peur de se retrouver seul en tête à tête avec lui-même… Parce que s’il a l’air d’être en totale symbiose avec sa petite personne, il n’en a jamais vraiment eu la chanson.
Ca serait terrifiant de se retrouver enfermé dans sa propre tête avec lui-même pour seul compagnie. Le monde est à chier, les gens sont tous cons à un certain niveau, mais ça vaut tout de même mieux. La plupart du temps. Ouais, ça vaut mieux que l’alternative.
Mais Aël ne se perçoit sans doute pas de la même manière.
En tout cas, il pige le principe et tout a beaucoup plus de sens maintenant qu’il a cette information en poche. Enfin non, il lui manque encore l’information principale : la raison de ce repli stratégique dans son monde.

Ceci dit, plus le temps passe, plus les baisers s’enchainent, moins il a envie de savoir. Ils sont bien là, tous les deux, et c’est peut-être pas nécessaire qu’ils évoquent le sujet… Mais Ty sait que ce genre de pensée est égoïste. Aël a peut-être besoin d’en parler, d’évacuer des choses…
Enfin ça paraît étonnant. Si il avait eu envie de faire un truc pareil, au lieu d’avoir l’air d’un…autiste… Il aurait décroché son téléphone et l’aurait contacté pour s’épancher. Il a choisi de ne pas le faire, c’est qu’il ne veut pas en parler. Ca, Tyler peut tout à fait le comprendre, même s’il est d’un naturel curieux.
Lui-même évite en général de parler des sujets qui le contrarient. C’est plus simple de les occulter s’il ne les évoque pas…

« Ma mère est passée... Hier soir » lui lâche Aël en l’abandonnant pour aller s’asseoir au bord de son lit.
« Oh… » réplique simplement Tyler, histoire d’éviter de lâcher une bourde du genre : j’étais certain que ta mère était morte moi !
Il attend une suite mais rien ne vient. L’irlandais se laisse tomber sur son matelas et, à défaut de trouver comment enchainer, le plus jeune finit par le rejoindre, jugeant que c’est ce qu’il convient de faire.
Quand il est triste ou contrarié par quelque chose, il aime bien qu’on vienne le voir, qu’on lui accorde de l’attention, qu’on le cajole. Il n’attend pas forcément des gens qu’ils le questionnent, cherche des solutions à ses soucis avec lui, il veut simplement qu’ils soient là. Au cas où il en aurait besoin.
Alors il se laisse attraper par Aël qui le fait basculer sur son lit et recommence ses caresses et baisers. C’est plaisant et il commence enfin à se détendre.
« - Et toi ? Ca va ? Tu te réchauffes ? »
« Oui et oui » répond-t-il en se laissant faire, sans chercher à se montrer affectueux en retour. Il se fait la chose d’Aël jusqu’à nouvel ordre. « J’ai eu un peu peur mais ça va maintenant que t’as expliqué… » se sent obligé de corriger Ty, estimant que le garçon va certainement espérer un minimum de retour de sa part à ce sujet. Et puis y a tout de même un truc qu’il a envie de lui dire avant qu’ils envisagent de passer à autre chose… « Fais pas ça trop souvent quand même, d’accord ? Enfin j’ai compris que tu le faisais pas forcément exprès mais… »

Il est interrompu par un gargouillement féroce, en provenance de l’estomac de son compagnon. Tyler se redresse alors et saute sur cette occasion en or.
« T’as pas mangé depuis hier soir alors ? Ca c’est grave ! Ma’ serait fuuurieuse ! J’vais te cuisiner un truc ! T’as pas l’choix ! T’as qu’à prendre une douche en attendant. Ca va te détendre. Ca détend toujours une bonne douche ! » lui sourit-il, avant de venir l’embrasser quelque fois puis de se remettre sur ses jambes, attendant l’avis d’Aël sur la question.
Ceci dit, il se fout de son avis au fond. C’est comme ça qu’il veut que ça se passe et son amant le connaît maintenant suffisamment pour savoir qu’il obtient quasiment toujours ce qu’il veut.


_________________
this is how to be a heartbreaker.
   
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Profil
Secrets
Contact



MessageSujet: Re: 01. So much for my fucking xmas... #aël&ty

Revenir en haut Aller en bas
 

01. So much for my fucking xmas... #aël&ty

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Road to Salvation :: VILLES ALENTOURS :: Trimble-