AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Road to Salvation a fermé ses portes.


Partagez | .
 

 00. Only Shit [Hunty]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Baby Stewart
Profil
Secrets
Contact



MessageSujet: 00. Only Shit [Hunty] Mar 25 Fév - 22:53

- Baby... J'suis pas un putain d'médecin. Et ce n'est pas d'un verre dont tu as besoin, mais d'médoc.
- Ta gueule Aaron. Et rempli mon verre.
Le barman, accesoirement patron des lieux s'exécute. Il me lance un regard qui en dit long sur c'qu'il pense de mon traitement maison, mais ne dira rien d'autre. Il me connait assez pour savoir que de toute façon, j'en ai rien à foutre. J'suis pas d'humeur à entendre quoique ce soit, j'arrive tout juste à tenir debout, et retenir mes larmes de rage, j'vais pas en prime me farcir une putain de moral par l'seul type qui daigne m'ouvrir sa porte quand j'me tire de chez moi. J'pourrai pas l'supporter. J'suis déjà à deux doigts de craquer, d'lancer mon verre contre l'mur et d'monter à l'étage pour m'envoyer les réserves d'Aaron tout en oubliant ma douleur dans ses bras. Parce que ouais, dans c'putin d'bled merdique, les mecs potables ça court pas les rues. Les mecs potables qui ne soient pas des cons consinguins sont encore plus rare, et quand on enlève ceux que ma famille n’effraie pas, bah il ne reste que lui.
- Sérieux, Baby...
- Qu'est ce que tu comprends pas dans ta gueule ?! Fous moi la paix merde, va donc t'occuper des péquenots qui n'ont rien d'autre à foutre que de s'bourrer la gueule avant d'rentrer chez eux pour cogner leurs gosses !! Fais pas chier !
Il lève les mains en signe de capitulation, remplie une dernière fois mon verre, avant d'aller voir ailleurs si j'y suis. J'suis pas cool avec lui, j'sais. Il y est foutrement pour rien dans mon état, il m'a ouvert sa porte à 8 heures du matin, sans poser une seule question avant de me faire monter à l'étage pour soigner ce qui pouvait l'être. Et maintenant, il me sert à l’œil... J'me sens d'autant plus minable qu'il ne m'en tiendra même pas rigueur.

Un long soupir franchit mes lèvres alors que je pose ma tête contre le comptoir, refermant quelques secondes les yeux. J'ai mal, putain. Tellement. Quoique je fasse, quoique je bouge, une douleur s'éveille et me brûle le corps. Je déglutie, avant de me redresser pour avaler une gorgée d'alcool, noyant le gout du sang. Il m'a pas loupé ce connard... Et le pire, ce que j'savais ce qui m'attendait rien qu'en entendant son pas lourd dans les escaliers, mais j'ai pas bougé. Non. J'ai juste fermé ma porte, prit mon tél comme une putain de lâche et appelé Hunter... Sérieux, qu'est-ce qui m'a prit ? Qu'est-ce qui m'est passé par la tête ? Pourquoi ? Merde... Pourquoi ? Il vient tout juste de me rappeler, prêt à faire un pas vers moi malgré la gifle que je lui ai mis et mes mensonges, et moi, comme une conne, je l'appelle dans un moment pareil...
Au mieux, il va gentiment rappliquer, regarder la merde qu'est ma vie et repartir aussi rapidement qu'Helen a décampé. Au pire, il ne viendra jamais. Et je l'attendrai comme une conne, jusqu'à ce qu'Aaron ferme son bar, laissant lentement mais surement l'alcool achever le travail que mon père à si généreusement commencé.
Mon regard glisse sur mon plâtre... Il m'avait pété le bras à mon retour... Quand j'ai du lui dire que j'savais pas où était Helen. A présent, j'peux rajouter l'arcade sur la liste. Ça, quelques hématomes bien étalés sur ma chair, et... ma gorge se noue alors que mes doigts se perdent dans mon cou, à l'endroit où ce connard s'est amusé à écraser quatre de ses clopes, juste comme ça... Juste parce qu'il pouvait l'faire et que j'ai préféré resté face contre le parquet après qu'il ait eut finit de se défouler. D'habitude, il se tire après. Là, il s'est assit sur mon lit, à prit mes clopes, et s'en est tranquillement grillé quelques unes, les écrasant toujours sur ma peau au moment où j'partais dans les vappes. Même le répit de l'inconscience il ne me l'a pas laissé... Aprés ça, il a prit sa douche et à rejoint son pieu pour dormir... il m'a fallut une bonne heure pour me relever, ramper comme une merde sur le sol pour me redresser à l'aide du mur et trouver la force de me relever. J'me suis même pas changer, j'suis toujours dans mon pyjama, un t-shirt trop grand pour moi et un shorty. Aaron a eut la présence d'esprit de me filer une de ses vestes, histoire que je ne passe pas trop pour une folle échappée de l'asile le plus proche.

Si il savait comment je m'en contre foutais de ce que les gens du coin pouvaient penser... A l'heure actuelle, la seule chose qui me fait vraiment chié, c'est d'savoir qu'Hunter va me voir comme ça. J'veux pas qu'il m'éjecte de nouveau. J'pourrai pas. Quand il m'a insulté, quand il m'a demandé d'partir, ça m'a fais beaucoup plus mal que tous les coups d'mon père. J'lui en veux pas... comment pouvait-il réagir autrement, une minute il tente sa chance pour embrasser la fille cool qu'il pensait que j'étais et la seconde d'après... J'le giflais avant d'lui dire que j'étais la fille d'Helen...
Ma gorge est tellement nouée que je peine à respirer, à moins que le bleu sur mes côtes n'y soit pour quelque chose... J'sais plus trop à vrai dire. J'sais plus grand chose, si ce n'est que je viens d'toucher l'fond et que j'continue pourtant sombrer...

J'sens le regard d'Aaron revenir souvent sur moi, c'est qu'il s'inquiète ce con. Il n'est pas au courant qu'j'attend quelqu'un... Pour lui, j'vais passer ma journée ici, et peut être ma nuit avec lui et nul doute que quand Hunter va débarquer avec sa gueule d'étranger, il va l'zieuter, peut être même qu'il cherchera à l'foutre dehors si il voit m'parler, parce qu'il pensera qu'il vient m'faire chier...
J'soupire, finissant mon verre, avant d'me pencher par dessus l'bar pour choper une bouteille, n'importe quoi, tant que ça arrache la gueule. Le barman pousse un long soupir dépité, mais préfère essuyer sa vaisselle plutôt que d'me dire quoique ce soit... Les minutes passent et j'enchaine les gorgées, m'préparant déjà à c'qu'Hunter ne vienne pas...

J'pourrai même pas lui en vouloir, il a pas b'soin ça dans sa vie.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : overbooké
CREDITS : cherrylips
NOMBRE DE MESSAGES : 684

ÂGE : 29
LOGEMENT : East Jefferson Street (8)
OCCUPATION : pompiste/mécano au Teller & Redd's Garage (Grayson)
HUMEUR : massacrante
ETAT PHYSIQUE : Blessures - Il boite légèrement depuis son altercation avec le père de Baby, survenue peu de temps après que Carter l'ait percuté avec sa voiture.

Tatouages - dos complet (une faucheuse accompagnée des mots "son of anarchy" ) ; avant-bras droit (pierre tombale sans nom, encadrée par un arbre mort, une lune et quelques corbeaux)
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: C'n'est pas mon problème.
Autres comptes: Dorian Spelling, Nathaniel Redd, Tyler Lawson
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 00. Only Shit [Hunty] Mer 26 Fév - 21:40



Only shit


Il est installé sur sa Harley, fumant sa dernière clope avant de faire ronronner son moteur. Ses yeux le brûlent désagréablement mais il aurait été incapable de rester une minute de plus dans cette foutue chambre d’hôtel. L’endroit n’est pas trop mal en réalité, mais Hunter a eu l’impression de devenir dingue à se tourner et se retourner dans les draps rêches en attendant de pouvoir se remettre en route. Il a l’impression désagréable d’avoir dépenser une poignée de dollars inutilement avec cet arrêt et en partant à une heure pareille, mais tant pis, c’est fait. C’est sa faute aussi, il n’avait qu’à pas dilapider bêtement les pilules que Bonnie lui avait vendues récemment… Il en aurait encore en stock, aurait pu fermer l’œil cette nuit pour être en forme face à sa demi-sœur cadette et aurait évité de faire une énième belle frayeur à Carter l’autre soir. Mais ça aussi c’est fait et il faut qu’il arrête d’y penser.
Le grand blond tire une dernière fois sur sa cigarette puis la jette près de son pied, écrasant son mégot sur le bitume. Pas très écolo mais on ne se refait pas, pas vrai ? Alors qu’il s’apprête à passer son casque sur son crâne blondin et à se mettre enfin en route, son portable sonne dans la poche de son veston de cuir.
« Fais chier » grogne-t-il, franchement agacé.
Ca le fait toujours paniquer cette petite connerie vibrante. Comme chaque fois, il est persuadé qu’il n’arrivera jamais à répondre à temps et sa messagerie a l’air de lui en vouloir et ne fonctionne que rarement correctement… T’façon, toutes ces nouvelles technologie, c’est juste de la merde servant les intérêts de capitalistes.
Finalement, il parvient à tirer l’appareil de sa poche à temps pour ouvrir le clapet et décrocher.
« Allô ? »
« Hunter... C'est moi... Je...je... Tu en es où ? »
Baby.
Son estomac vide se retourne. Il a entendu sa voix sur son message vocal précédent (reçu trois plombes après qu’elle l’ait laissé, bien sûr) mais ensuite, ils ont échangés par textos uniquement et c’est la première fois qu’il lui reparle directement depuis Thanksgiving… Enfin directement…disons plutôt en direct, puisque des centaines de kilomètres les séparent encore.  
« Hey ! J'suis sur la route là, j'devrai pas trop tarder. »
Façon de parler là encore. Il lui reste à peu près quatre bonnes heures de route s’il respecte les limitations de vitesse.
Mais quelque chose lui dit que si Baby appelle si tôt, c’est qu’elle a certainement changé d’avis. Il n’arrive pas à savoir si cette idée le soulage, l’agace ou le déçoit, tout simplement. Un peu des trois sans doute.  
« ...Ca va ?   » trouve-t-il finalement le courage de lui demander.  
« Ca...s'rait bien si tu...enfin, si tu étais là dans pas long... Genre dans vraiment...vraiment pas long... »
Bon, apparemment il s’est planté, pour changer, et en réalité, elle veut non seulement qu’il vienne, mais qu’en prime, il se bouge le cul. Quelque chose lui dit que la gamine n’a pas du dormir beaucoup plus que lui cette nuit. Elle a une voix étrangement fatiguée et elle chuchote. Mais ça ne l’alerte pas plus que ça, il sait qu’elle vit chez son paternel.
« Qu'est-ce qui s'passe ? »
Il entend alors quelque chose à l’autre bout du fil. Des coups répétés à proximité de Baby.  
« ...Y a quelqu'un avec toi ? »
« C'est... compliqué. Hunter... S'te plait, arrive bientôt. »
Il entend à nouveau des coups et une voix s’élever. Malgré lui, l’inquiétude commence à le gagner. Hunter a un mauvais pressentiment. Quelque chose ne tourne pas rond…
« Comment ça s'est compliqué ? C'est quoi c'délire ? T'es où là ? » s’agace le motard en poussant un soupir désabusé.
« Chez moi... Dans ma chambre... »
Elle se fout de sa gueule ou quoi ? C’est quoi ce plan foireux ? On dirait un coup…on dirait un coup d’Helen. Et ça recommence à beugler à l’autre bout de la ligne.
« Putain c'est qui qui gueule comme ça ? »
« Mon...père. »
« Ton... Putain c'est quoi c'plan ? »
« Il est bourré... Il vient de rentrer... Et il est pas content.... c'est un plan merdique... J'sais. »
Hunter fronce les sourcils et s’accorde quelques instants pour réfléchir. La situation lui paraît effectivement merdique. Elle pue en tout cas, il le sent d’ici, à plein nez.
Le garagiste a du mal à se défaire de l’idée qui vient de germer dans son esprit et le gangrène : et si Helen était derrière tout ça ? Et si elle tentait de l’attirer dans ses filets ? Et si Baby voulait simplement se venger de lui à cause de la manière dont il l’avait reçue à Grayson ? Et si en arrivant là-bas, il se retrouvait face à une bande de rednecks aussi tarés que certains de ses voisins, armés de barres de fer et prêt à venger leur amie ? Putain, il ne se remettrait certainement jamais d’un coup pareil…
Mais il prend sur lui parce que, si jamais la jeune femme a réellement des ennuis, il veut assurer. Il le lui doit bien, non ?
« T'as pas une fenêtre dans ta piaule ? Tu peux pas t'casser d'là ? » la questionne le motard qui veut voir de quelle manière elle va répondre, pour essayer de savoir si elle cherche à l’embrouiller ou non. Et puis finalement, il renonce. Rien à foutre qu’elle se fiche de lui, il sait que de toute manière, il ira s’assurer qu’elle va bien. « Bon laisse tomber, j'arrive au plus vite. »
Et là-dessus, sans trop attendre de réponse de la part de Baby, il décolle le cellulaire de son oreille pour le refermer et faire tourner la clé pour lancer l’engin.
Tant pis pour la planète et tant pis pour les limitations de vitesse.  Hunter enfile rapidement son casque et démarre dans un nuage de fumée noirâtre, abandonnant son mégot sur le parking du motel où il n’aurait décidemment jamais dû s’arrêter…

**
Hunter ignore combien de temps il lui faut exactement pour rejoindre leur lieu de rendez-vous. Il a passé tout son trajet à ruminer, à appréhender ses retrouvailles avec Baby qui promettent d’être pour le moins…étranges. Il n’a aucune idée de ce qui se trame, aucune idée de ce à quoi ressemble la vie de sa demi-sœur. Tout ce qu’il sait, c’est que la dernière fois qu’une fille l’a contacté alors que des coups étaient tambourinés sur une porte : il a retrouvée Anastasia le corps couvert de bleus qui lui ont fait voir rouge. La suite et ses conséquences aussi détestables soient-elles, ne lui feront jamais regretter de s’être pointé au motel cette fois-là pour la tirer des griffes du connard qu’elle fréquentait à ce moment.
Est-ce que Baby a ce genre de soucis elle aussi ? Est-ce que c’est pour ça qu’elle a pris contact avec lui en fin de compte ? Non pas pour retrouver la trace d’Helen mais pour se servir de lui et lui faire faire un sale boulot à sa place ?
Et si jamais son mec la cogne, pourquoi est-ce que son père n’est pas intervenu ? Elle est censé vivre chez lui, non ? Quel paternel resterait sans rien faire alors qu’un trou du cul frappe et beugle à la porte de sa gamine ? Le genre qui est en réalité celui qui cogne à la porte, voilà ce qu’il en déduit.

Le motard n’a aucune idée de ce dans quoi il s’embarque et une part de lui espère qu’il va s’attirer des ennuis pour pouvoir se plaindre et choisir la facilité et la voie de la bouteille jusqu’à la fin de ses jours… Mais Hunter tente de la faire taire et de se convaincre que ce n’est pas franchement le moment de penser à sa petite personne. Si Baby a des ennuis, il va falloir qu’il assure. Parce que d’après ce qu’il a compris, personne d’autre ne le fera pour elle. Faut qu’il lui prouve que tous les Pendleton ne sont pas des connards finis sur lesquelles on ne peut jamais compter. Tous ne sont pas comme Helen.

Il parque sa moto près de l’entrée du bar dont ils avaient parlés pendant son séjour à Grayson, quelques heures avant qu’elle ne lui apprenne la véritable raison de sa présence et la nature de leur lien. L’endroit est comme elle le lui avait décrit : paumé, ne payant pas de mine. Et pour le moment, la dernière chose qui l’intéresse, c’est de savoir si leur Tequila sont aussi géniales qu’elle le lui a dit.
Déposant son casque sur son guidon, il s’éloigne de son engin en fourrant ses clés dans la poche de son cuir et passe la porte du bouge. Comme il s’y est attendu, tous els regards se tournent vers lui et il sent immédiatement de la méfiance dans les yeux des quelques poivrots déjà accoudés au comptoir.
Au milieu d’eux, Baby n’est pas difficile à repérer. Et quand il l’aperçoit, le sang du grand blond ne fait qu’un tour.
« Putain » crache-t-il en agitant la tête avec réprobation, avant de sentir ses mâchoires se crisper sous le coup de la colère sourde qui l’envahi.
Il se met ensuite en branle et tente de la rejoindre, mais alors qu’il n’est plus qu’à un mètre de la brune, un type s’interpose, sorti de nul part.
« Où est-ce que tu crois aller comme ça ? »
« C’est lui ? » demande-t-il avec hargne à Baby, désignant le type qui lui fait face, sans préciser sa pensée.
Elle doit savoir que sa gueule est de travers et à quoi il fait référence.


FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.

_________________
I've been a fool and I've been blind
I can never leave the past behind
Revenir en haut Aller en bas

Baby Stewart
Profil
Secrets
Contact



MessageSujet: Re: 00. Only Shit [Hunty] Jeu 27 Fév - 20:51

J'sais exactement le nombre d'heure qu'il faut pour faire Grayson-Blackwell, pour l'avoir fait deux fois. La première, j'pouvais m'empêcher d'avoir le coeur gonflé d'espoir malgré l'faite que ça m'rende stupide. J'pensais que ça pouvait bien s'passer entre Hunter et moi. J'pensais qu'Helen serait là bas et que même si ça n'a jamais été l'cas, qu'elle serait raisonnable, qu'elle rentrerait avec moi. J'pensais que son fils serait... une seconde famille, ce qui est con, parce que j'en ai même pas d'première...
J'ai avalé les kilomètres, sans même y penser, j'roulais, la tête pleine de rêves et de doutes, mais au fond j'étais confiante. J'aurai jamais fais l'trajet sinon...
Pour l'retour, c'était différent. J'avais rencontré la réalité de plein fouet, et ça faisait aussi mal que de s'crasher en caisse... J'ai pas vu l'temps passer, parce que j'voulais pas rentrer. Parce que je savais ce qui m'attendais, parce que j'avais échoué. Y avait pas Helen avec moi. Je repartais pas le coeur léger d'avoir fait une rencontre magique...
En guise de compagnon d'route, j'avais l'amertume, la honte et un dégout profond pour moi même. Et mon père m'a tout renvoyé dans la gueule. J'suis rentré, il était déjà là, une bouteille ouverte sur la table, un verre dans la main. - Où est Helen ? J'ai posé mon sac et haussé les épaules. La seconde d'après, il m'a attrapé par les cheveux et balancé contre le mur pour ensuite me....
Je repose brutalement la bouteille sur le comptoir, coupant court à toutes ces pensées. J'ai déjà la douleur pour me torturer, j'ai pas besoin en prime d'y rajouter des souvenirs brulants...

Pour la énième fois, je regarde la pendule murale, plus d'une heure que je suis assise ici à tenter de noyer la souffrance dans l'alcool, mais rien n'y fait. J'sais plus quoi faire, les larmes me montent aux yeux et ma gorge se noue d'avantage. Mon souffle se fait plus difficile, moins régulier. J'vais étouffer. J'ai envie d'hurler, de crier jusqu'à plus pouvoir respirer avant de m'effondrer et d'crever tranquillement. Mais non, j'me contente de boire encore et encore... Jusqu'à entendre la porte du bar s'ouvrir. Ma tête se tourne et mon coeur s'arrête net. Putain. Il est venu. Hunter est venu. Il a pas fait demi tour après mon coup d'fil, il a pas choisit de retourner à Grayson et d'me laisser... Il a fait ce qu'il a dit. Il est venu.
J'refuse de réfléchir à c'qu'il doit penser en voyant ma gueule, j'sais que je ressemble plus à grand chose, et visiblement, les retrouvailles ne lui plaisent pas des masses... Y a qu'à voir la tête qu'il affiche, j'ai presque l'impression de voir mon père en colère... Non. Helen. Helen dans ses pires humeurs. Un frisson me parcourt alors que ma tête tourne légèrement. J'pose un pied à terre mais me stoppe net dans mon élan quand Aaron s'interpose... J'suis loin d'apprécier les regards qu'ils s'échangent et la tension qui émane de leur face à face. - Non... Non, c'est pas lui. Je soupire, finissant de me redresser.

J'ravale la douleur qui me transperce tout le corps. Allez Baby. Tu as l'habitude. Ce n'est pas la première fois, ni même la dernière. C'est rien. Quelques égratignures... Tout au plus. J'me répète ça en boucle, tentant de me convaincre... Mais rien n'y fait.
- C'est bon ... J't'ai déjà dit qu'j'avais pas b'soin de chien d'garde, Aaron. Je passe devant lui, ignorant son regard qui en dit long. Je relève mes yeux vers Hunter, réalisant de plein fouêt qu'il est là. A BlackWell, devant moi. J'sais pas pourquoi il est venu. Mais putain, j'suis.... Contente. Un léger sourire passe sur mes lèvres avant que je ne le réalise. J'suis vraiment trop conne.
- Aaron, Hunter... Hunter, Aaron.
Le barman ne décrispe pas la machoire et adresse un léger signe de tête. Il n'aime pas les étrangers, à ses yeux, ils foutent toujours la merde. Surtout dans son bar. C'pendant, il daigne regagner son poste, gardant un œil sur la scène.
- Viens, on va s'asseoir. Parce que j'tiendrai pas plus longtemps debout. Ma tête me tourne de plus en plus et j'commence à voir des p'tites étoiles sombres qui n'annonce rien d'bon, j'aurai pas l'air pathétique à m'rétamer la gueule sous les yeux du premier fils d'Helen... Déjà qu'il a pas l'air de très bonne humeur... -T'occupes pas d'lui, il est pas méchant. Mon ainé doit s'rendre compte dans quel merdier il vient de foutre les pieds. Dix heures de route... Pour ça. A sa place, j'me serai déjà tirée.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : overbooké
CREDITS : cherrylips
NOMBRE DE MESSAGES : 684

ÂGE : 29
LOGEMENT : East Jefferson Street (8)
OCCUPATION : pompiste/mécano au Teller & Redd's Garage (Grayson)
HUMEUR : massacrante
ETAT PHYSIQUE : Blessures - Il boite légèrement depuis son altercation avec le père de Baby, survenue peu de temps après que Carter l'ait percuté avec sa voiture.

Tatouages - dos complet (une faucheuse accompagnée des mots "son of anarchy" ) ; avant-bras droit (pierre tombale sans nom, encadrée par un arbre mort, une lune et quelques corbeaux)
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: C'n'est pas mon problème.
Autres comptes: Dorian Spelling, Nathaniel Redd, Tyler Lawson
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 00. Only Shit [Hunty] Ven 28 Fév - 19:30



Only shit


Hunter scrute le visage abimé de Baby, cherchant à savoir si elle est en train de mentir pour couvrir le trou du cul face à lui ou s’il n’est réellement pas coupable. Après quelques secondes, il finit par se laisser convaincre qu’il n’est pas celui qui a porté les coups, mais il est tout de même coupable à son sens. De négligence, pour être encore planté là et pas en train de faire cramer un type pour la venger. Coupable de ne pas avoir su protéger la gamine à qui il a ouvert son bar et qu’il laisse apparemment boire, s’il se fie à la bouteille face à elle. Et à l’œil vitreux de Baby qui n’en est visiblement pas à sa première gorgée.
Du coup, il jette un regard chargé de mépris au dénommé Aaron et décide qu’il ne l’aime pas. En réalité, le barman et ami (d’après ce qu’il a compris) de Baby est en train de prendre pour eux deux, parce qu’Hunter pourrait se faire exactement les mêmes reproches. Il l’a renvoyée ici, chez elle. Il s’est arrêté dans ce fichu motel pour fermer un peu les yeux et s’éviter de finir dans un fossé ou incrusté dans le pare-brise d’un autre véhicule. Hunter aurait dû mettre les gaz et être là dès cette nuit.
Pour le bien que son arrêt lui avait fait en plus, franchement…

Aaron s’éloigne et Baby incite Hunter à la suivre pour s’asseoir un peu plus loin, à l’abri des oreilles indiscrètes. Ceci dit, vu la quiétude de l’endroit, même s’ils chuchotent, y a de fortes chances qu’on les entendent très distinctement. Putain de petits bleds.
« T'occupes pas d'lui, il est pas méchant. »
« J’en ai rien à carrer d’ce mec » réplique-t-il du tac au tac, se sentant incapable d’imiter sa cadette et de s’asseoir.
Il ne tient pas en place. Il a besoin de bouger, de se défouler. Il a besoin d’une bonne baston. Hunter a besoin de se sentir utile, de remettre quelques points sur les i, de mettre son poing dans la gueule du salopard qui a osé porter la main sur la fille d’Helen.
« C’est ton paternel qu’a fait ça alors ? »
Elle ne répond rien. Pas besoin de le faire de toute manière, ils connaissent tous deux parfaitement la réponse à cette question stupide.

Le garagiste tique et esquisse un geste en direction du visage de Baby pour observer les dégâts de plus près. Elle a un mouvement de recule certainement instinctif et il se maudit pour son manque de jugement. Evidemment qu’elle n’a pas envie qu’il la touche. Il maudit une fois encore le fumier de lâche qui a osé faire un truc pareil à la gamine. Faut être totalement cinglé pour faire ça bordel !
OK, Hunter n’est pas tout blanc lui-même et il a déjà porté la main sur une ou deux gonzesses, mais elles l’avaient mérités et lui avaient rendus coup pour coup. Et il n’avait été jamais aussi loin qu’une bonne claque pour leur faire circuler le sang et les faire arrêter de beugler comme des connes…
Et maintenant qu’il se retrouve face à Baby : il regrette amèrement ses gestes.  

Son regard clair se pose sur le plâtre qu’elle arbore. Il le désigne d’un mouvement de la tête et comprend rapidement qu’il est responsable de ça aussi…
Voilà, c’est bon, il a atteint sa limite.  
« C’est un endroit sûr pour toi ici ? » demande-t-il en relevant son pouce vers le dénommé Aaron, l’expression interrogatrice. Elle confirme, intriguée par sa question et Hunter l’éclair rapidement sur ses intentions. « Alors tu vas m’attendre ici et m’filer ton adresse exacte. J’vais aller m’présenter à ton géniteur. J’ai deux trois trucs à lui dire… »

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.

_________________
I've been a fool and I've been blind
I can never leave the past behind
Revenir en haut Aller en bas

Baby Stewart
Profil
Secrets
Contact



MessageSujet: Re: 00. Only Shit [Hunty] Ven 28 Fév - 22:17

Je me doute qu'il n'en a rien à carrer d'Aaron. Il n'est pas venu pour lui, il n'est pas venu pour s'occuper du barman, et surtout pas pour régler mes emmerdes même si c'était lui qui était responsable de mon état. Quoique je dis ça, mais j'ignore foutrement pourquoi il est venu... pas pour la tequila, pas pour voir le paysage,  pas pour moi. Ça, je ne peux même pas l'espérer, vu comment on s'est quittés, je sais exactement ce qu'il pense de moi. Je suis une salope, une salope doublé d'une menteuse... alors quoi ?
J'ai pas eut trop le temps d'y songer, et là,  j'suis clairement plus en état. Mon cerveau a grillé ses dernières neurones lorsque mon père a éclaté ma gueule contre le parquet de ma chambre. Je suis capable de boire,  d'avoir une discussion à peu près cohérente, et de tenir debout. En tout cas pour le moment. Je garantie pas qu'à la fin de la bouteille je sois encore en état de faire quoi que ce soit.  
J'ai envie d'une clope... J'ai envie de m'affaler sur le comptoir et me laisser crever. J'aurai moins mal comme ça. Chaque respiration ramène le goût âcre du sang et lacère mes poumons et le pire c'est qu'j'dois prendre sur moi. J'peux pas encore m'ffondrer sous la douche, melant mes larmes à l'eau chaude, pour que même moi je n'puisse les voir. Il est hors d'question que mon père me tire un sanglot. Même lorsqu'il cogne, j'cri pas, d'autant plus que j'sais que ça l'fais suer. La seule fois, c'est quand il m'a pété le bras... Mais j'l'ai vite ravaler quand j'ai vu l'sourire que ça lui à tirer...

A peine assise, j'me ravale une rinçade d'alcool... Et une autre quand Hunter m'pose La fameuse question... J'répond pas. C'est pas la peine, j'lui ai dit qu'j'étais chez moi quand ça chaffait... ça laisse pas beaucoup d'option quand au responsable du massacre.
J'relève les yeux vers lui pour ouvrir la bouche et changer d'sujet, mais j'la referme aussitôt. Il lève sa main et vu la colère qui brille dans son regard, j'peux m'empêcher d'me reculer. J'pourrai pas l'supporter, j'pourrai pas l'encaisser. J'sais que c'est con, j'sais qu'il me frappera pas sans raison, mais y a des années d'instint là. Préparer son corps pour mieux encaisser l'coup. J'détourne le regard, jouant avec la bouteille... ça m'empêche pas d'voir qu'il fixe mon platre et ça m'empêche pas d'comprendre qu'il sait qu'ça aussi, ce n'est pas d'la maladresse.
Ses derniers mots achèvent d'écraser l'moindre espoir qu'il me restait. Il m'demande si j'suis en sécurité pour pouvoir s'tirer l'âme en paix. Il est venu, il a vu, il est repartit.
Cependant, j'fais bonne figure et affiche un air intrigué, ou du moins, l'air l'plus intrigué que j'puisse faire sans faire mal....

'Tin j'serai pas assise que j'serai pour le coup tombé à la renverse. Il est sérieux, là ? Il veut mon adresse, pour causer à mon père de tout ça ? Enfin causer, vu la rage qui semble l'animer, j'doute qu'il utilise autre chose que ses poings pour s'faire entendre... ... Pourquoi ? J'lui fais pitié à c'point, pour qu'il veuille m'venger ? J'suis aussi pathétique pour qu'il me vienne en aide ? Un autre goût amère envahi ma bouche et l'envie d'tout balancer au sol me prend soudainement... A la place, c'est un rire léger qui m'échappe, tandis que j'secoue la tête... J'le regrette bien vite vu la douleur qui me transperce la poitrine, mais fuck... Fuck à la souffrance, fuck à mon père et surtout fuck à sa putain d'bonne volonté. J'veux pas lui faire pitié c'est clair ? J'veux pas qu'dans sa tête j'sois la pauvre jeune fille élèvée par Helen et son mari violent.
J'vaux mieux qu'ça, ou plutôt, j'ose croire que j'vaux mieux qu'ça. - Rappelles moi quand j't'ai demandé d'faire quoique ce soit ? J'affiche un sourire, presque nerveux, presque amusé. J'serai pas ta putain BA d'la journée. J'me redresse un peu trop rapidement à mon goût, si bien qu'jsuis obligé d'me rattraper au tabouret pour pas tomber. Rien à foutre. Pas plus que du regard des péquenots présent que j'm'attire. - T'es pas venu pour ça, Hunter. C'est ni la première, ni la dernière fois, et dans tous les cas, c'est pas ton problème... J'aurai pas du t'appeler, j'sais. Mais tu m'dois rien, et j'te demande rien.

J'passe ma main dans mes cheveux sombres, secouant la tête. - Putain. C'est suffisant se faire cogner, j'ai pas envie, en prime, que l'premier fils d'Helen me prenne pour une gamine pathétique.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : overbooké
CREDITS : cherrylips
NOMBRE DE MESSAGES : 684

ÂGE : 29
LOGEMENT : East Jefferson Street (8)
OCCUPATION : pompiste/mécano au Teller & Redd's Garage (Grayson)
HUMEUR : massacrante
ETAT PHYSIQUE : Blessures - Il boite légèrement depuis son altercation avec le père de Baby, survenue peu de temps après que Carter l'ait percuté avec sa voiture.

Tatouages - dos complet (une faucheuse accompagnée des mots "son of anarchy" ) ; avant-bras droit (pierre tombale sans nom, encadrée par un arbre mort, une lune et quelques corbeaux)
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: C'n'est pas mon problème.
Autres comptes: Dorian Spelling, Nathaniel Redd, Tyler Lawson
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 00. Only Shit [Hunty] Sam 1 Mar - 12:12



Only shit


Il a l’impression de s’entendre. C’est typiquement le genre de réplique qu’il sortait à Matt, à l’époque où son meilleur ami était encore en vie et qu’il venait à sa rescousse. Il se souvient de face à face, lui avec un œil au beurre noir, son ami fulminant lui demandant encore dans quel pétrin il s’était fourré et proposant implicitement d’aller égaliser le score en sa compagnie. Matt avait pris pas mal de coups pour lui… Et c’était sans compter sur toutes les fois où son meilleur ami lui avait sauvé la mise sans qu’il le sache Evidemment, quand un type à qui il devait du fric arrêtait tout à coup de le harceler, il savait qui remercier. Mais il ne le faisait jamais, pour s’éviter de la gêne. Ce qu’il regrette aujourd’hui, entre un milliard d’autres petites choses.
Du coup, entendre Baby l’envoyer promener ne l’amuse pas du tout. Ce genre de ressemblance ne lui plait pas tellement. Il n’a pas envie de la voir commettre les mêmes bourdes. C’est à ça que ça sert après tout un grand frère, non ? C’est ce que Matt lui disait chaque fois qu’il s’avérait avoir eu tort : au moins, c’est une erreur que j’évite à Hadley de commettre.
Il était son protecteur. Leur protecteur… Et maintenant qu’il n’est plus là, Hunter commet toutes les bourdes possibles et imaginables. Mais celle de laisser tomber Baby, hors de question pour le garagiste de s’y résoudre, que ça plaise à la brunette ou pas.

Le mécano la regarde se prendre la tête entre les mains, l’air à bout. L’air ivre surtout.
« C’est bon, t’as terminé ? » demande-t-il, les mâchoires crispées, le regard sévère.
Il n’est pas en colère contre elle évidemment. Hunter s’en veut mais en veut plus encore au père de Baby pour ce qu’il lui a fait. Non… En réalité, à cette seconde, c’est à Helen qu’il en veut. Pour avoir permis à un type pareil de fréquenter sa propre fille, la chair de sa chair, livrée en pâture à une bête. Si parfois il a regretté de ne pas savoir qui est son père, dans un moment pareil, il se dit qu’Helen a peut-être bien fait de le tenir éloigné. Elle n’a jamais su choisir ses mecs. Tous des ivrognes, des profiteurs, des drogués, des connards finis l’idolâtrant et des lâches se servant d’elle. Il était jeune, mais il se souvenait de quelques figures paternelles que sa mère lui avait proposé pendant ses errances…  
« T’en sais rien pourquoi j’suis là et j’me fous qu’tu m’demandes quoi que ce soit. Puis pt’être que j’le fais autant pour moi qu’pour toi » reprend le grand blond en attrapant la bouteille que la brune s’est commandée pour avaler quelques rasades brûlantes, histoire de calmer ses nerfs. Ou pas…

Et puis de qui elle se fout, très sérieusement ? Qu’est-ce qu’elle croyait en le faisant venir ici ? Qu’il allait faire l’inventaire des dégâts, lui tapoter l’épaule et puis lui poser des questions sur sa life, lui raconter la sienne et la laisser là pour retourner d’où il venait, le cœur plus léger ? C’est débile. Evidemment que c’est son problème. Elle en a fait son problème dès la seconde où elle s’est pointée à Grayson pour le rencontrer.
Enfin pour chercher Helen… Cette salope constamment aux abonnés absents, constamment sur les routes et très peu soucieuse de qui reste derrière à l’attendre.
« Et t’es sans doute pas au courant mais y a très peu d’gens capables d’m’empêcher d’faire un truc qui m’fait envie… En fait, y avait qu’un seul type et il est parti. J’t’en parlerai pt’être un jour. Helen s’est manifestée ? » enchaine Hunter pour noyer le poisson autant que parce que l’information l’intéresse.
Et il se maudit de se sentir nerveux, de guetter avec appréhension la réponse de Baby. Il se déteste pour espérer qu’elle se soit effectivement manifestée…

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.

_________________
I've been a fool and I've been blind
I can never leave the past behind
Revenir en haut Aller en bas

Baby Stewart
Profil
Secrets
Contact



MessageSujet: Re: 00. Only Shit [Hunty] Sam 1 Mar - 17:22

Ouais, ouais, j'ai finis... Mais quelque chose m'dis qu'il en a foutrement rien à faire de c'que j'viens d'lui dire. Merde, mais en quoi ça l'regarde ? Il est pas v'nu pour ça, il savait même pas jusqu'à c'que j'ai la connerie de lui passer c'putain coup d'fils. Alors qu'il m'fasse pas croire qu'il soit dans l'coin pour régler quelques différents avec mon père. Puis il est mignon, j'ferai comment moi, une fois qu'il se sera barrer ? Sur qui il croit qu'mon père va passer ses nerfs ? Moi. J'ai pas toujours été aussi lâche. Fut une époque ou j'tentais d'lui rendre coup pour coup. J'lui ai même laissé une belle cicatrice sur le bras, avec mon canif, mais au final, à chaque fois, c'est moi qui morflait l'plus. Et ça l'amusait c'con. Ça l'éclatait que j'me défende pour qu'il puisse ensuite m'prouver à quel point j'étais faible et pathétique...
J'referme quelques secondes les yeux. Tout mon corps rêve de l'inconscience, mais si j'la cherchais chez moi, ici, j'la repousse. Encore et encore. Luttant contre les jambes cotonneuses et les points noirs qui brouillent ma vue. J'me leurre. J'me dis que ce n'est que le faîte de l'alcool, que l'autre n'y est pour rien. Mais au final, j'sais que c'est la douleur qui m'pousse dans mes retranchements.

Autant pour lui, qu'pour moi... Parce qu'il en aurait quelque chose à foutre ? Y a quelques semaines, il savait même pas que j'existais, et quand il l'a su... J'prefère même plus y penser. Alors qu'il m'gonfle pas avec ça. Ce sont mes histoires, mes problèmes, pas les siens... D'autant plus que j'refuse qu'il se prenne le moindre coup pour moi. Il croit, quoi ? Qu'mon père va gentiment s'laisser faire ? Que c'est un vieux croulant qui pourra pas répliquer ? J'sais très bien d'quoi il est capable, et Hunter s'en sortira pas indemme. J'peux pas. J'veux pas être responsable de ça. - J'sais peut être pas pourquoi t'es venu, mais j'sais qu'c'était pas pour ça. Tu l'savais même pas en prenant la route...

J'ouvre les yeux face à ses dernières paroles, affichant un léger sourire ironique. Tu parles d'un scoop... J'me doute bien qu'il n'est pas du genre à s'gêner d'faire un truc parce que les autres veulent, putain, c'est l'fils d'Helen... - Tu parles d'un scoop... Rien à foutre, moi aussi j'suis sa fille... J'demande à voir tiens, comment il compte l'avoir cette adresse, parce que moi, j'lui donnerai pas. Rien qu'd'imaginer qu'mon père puisse lui en foutre une à lui aussi, rien que d'me dire qu'il fait ça, parce que j'lui fais pitié... Non. Non. C'est mort. Et l'type en question c'était qui ? J'lui pose pas la question, parce qu'il me répondra pas, mais il n'empêche qu'elle me brûle les lèvres. C'est con, mais... J'ai tellement envie de le connaitre, même maintenant, même après tout ça, il m'reste une étincelle d'espoir d'avoir un brin d'famille sur qui compter, avec qui partager...

Tout comme lui, j'prefère changer d'sujet, me rasseyant en haussant les épaules, ignorant la brulure qui se répend alors dans tout mon corps. - Non... Mais ça m'étonne pas. La dernière fois qu'elle s'est tirée comme ça, j'l'ai retrouvée au Mexique. Partit avec ses nouveaux amis, et sans doute quelques amants dans le lot. J'ai du la ramener, j'ai du aller la chercher, sinon, elle serait jamais revenue.
On va pas s'mentir, j'aime Helen autant que j'la déteste, c'est une connasse, une mère atroce et une femme très loin d'être nette. Mais c'est ma mère et... j'sais pas... C'est comme si, toutes ces emmerdes, tout ce merdier qu'elle remue à chaque fois, valait largement les moments unique que j'peux passe avec elle. Quand j'regarde Hunter, j'peux m'empêcher d'me demander si c'est la même chose pour lui.
Et puis merde, on s'en fou.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : overbooké
CREDITS : cherrylips
NOMBRE DE MESSAGES : 684

ÂGE : 29
LOGEMENT : East Jefferson Street (8)
OCCUPATION : pompiste/mécano au Teller & Redd's Garage (Grayson)
HUMEUR : massacrante
ETAT PHYSIQUE : Blessures - Il boite légèrement depuis son altercation avec le père de Baby, survenue peu de temps après que Carter l'ait percuté avec sa voiture.

Tatouages - dos complet (une faucheuse accompagnée des mots "son of anarchy" ) ; avant-bras droit (pierre tombale sans nom, encadrée par un arbre mort, une lune et quelques corbeaux)
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: C'n'est pas mon problème.
Autres comptes: Dorian Spelling, Nathaniel Redd, Tyler Lawson
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 00. Only Shit [Hunty] Lun 3 Mar - 9:35



Only shit


Hunter grimace. Une grimace entre la colère, l’amusement et la résignation. Ca ne l’étonne pas non plus qu’Helen n’ait pas donné signe de vie à sa gamine. Elle a après tout disparu de la sienne de vie pendant plus de vingt ans et avant ça, ils ne se voyaient qu’épisodiquement, les temps où elle acceptait d’être sous traitement et de se tenir tranquille. Mais elle finissait toujours pas arrêter de les prendre, prétextant que les pilules la rendait malade, la changeait en quelqu’un qu’elle n’était pas, en pouvait pas être. Parce que sa vie sous traitement était trop ordinaire pour elle. Parce qu’être une mère pour lui, une fille pour ses grands-parents, ça n’était pas suffisant. Helen aspirait à mieux. Elle avait l’impression de mériter mieux…
Et pendant un très long moment, Hunter s’est senti coupable de ne pas avoir été à la hauteur. Durant longtemps, il s’est blâmé pour ne pas avoir su rendre la vie de sa génitrice assez intéressante pour lui donner envie de rester à ses côtés. Et puis il avait fini par comprendre qu’Helen n’était qu’une sale pute égoïste pouvant se cacher derrière des symptômes pour se faire tout pardonner.
Pourtant cette découverte ne l’a pas vraiment incité à changer de comportement. Parce que c’est bien plus simple d’être un loser, de ne pas chercher à s’élever et de foirer constamment. Ca évite pas mal de pression, pas mal de déceptions et de coups inutiles. Lui aussi s’est caché derrière une excuse pendant d’interminables années.
Mais plus maintenant. Du moins, il va essayer de se tirer de cette spirale infernale vers laquelle Helen l’a poussé et dans laquelle il a plongé par facilité.

« Elle finit toujours par réapparaitre de toute manière. Au moment où on a le moins besoin d’elle… » finit-il par répondre, avant de porter à nouveau la bouteille à ses lèvres, l’air furieux. « Elle se ramène la bouche en cœur, son sac plein de petits gadget volés dans les motel de merde où elle s’est arrêtée, de cartes d’endroits qu’elle a visité et elle te tiens la jambe des plombes pour tout te raconter en t’assurant toutes les cinq minutes que si elle avait pu, elle t’aurait amené… »
Et il y croyait, ce con. Chaque fois il se laissait embobiner.
« Enfin j’suppose que ça vaut toujours mieux que les fois où elle t’emmènes effectivement avec elle… » ajoute le grand blond en avalant une nouvelle gorgée d’alcool pour noyer sa rancœur.
Il ne se souvient pas de tout, évidemment, il était trop jeune. Mais il a quelques flashs tout de même de ses séjours à l’hôpital. Depuis la mort de Matt, il fait de plus en plus souvent de mauvais rêves en rapport avec l’accident de voiture qu’il a eu avec Helen à l’âge de quatre ans, alors qu’elle tentait d’échapper aux autorités…

Le mécano s’arrache à ses pensées. Il est là pour Baby, pas pour remuer sa propre merde. Il l’a suffisamment fait comme ça.
« Bref, elle finira par se repointer pour vider le compte en banque de toutes ses connaissances avant de disparaître à nouveau. En attendant, t’as un autre problème sur les bras… C’est lui qui t’a fait ça aussi ? » demande-t-il en désignant le bras plâtré de sa cadette.

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.

_________________
I've been a fool and I've been blind
I can never leave the past behind
Revenir en haut Aller en bas

Baby Stewart
Profil
Secrets
Contact



MessageSujet: Re: 00. Only Shit [Hunty] Lun 3 Mar - 12:28

Putin... J'ai l'impression de m'entendre parler. A écouter Hunter, j'me sens... Comprise. C'est pas toujours évident de la suivre dans tous ses délires, ce n'est pas non plus évident, d'entendre tous ses amis, nous répétés à quel point, elle est géniale, unique, libre... A quel point on a de la chance, à quel point on nous envie. J'm'en voulais tellement, petite, de ne pas réussir à voir tout le temps cette mère éxtraordinaire qu'on me décrivait. J'me sentais mal, égoïste et ingrate. Parce que, parfois elle me faisait peur, souvent je voulais rentrer... Mais j'pouvais rien dire, j'voulais rien dire. J'voulais réussir à la voir comme les autres la voyaient, alors je faisais tout ce qu'elle me disait, tout ce qu'elle voulait, dans l'espoir de comprendre, dans l'espoir d'échapper à cette peur, parce que putain, j'désirai juste être avec elle.
Mais ça, ça l'empêchait pas d'me laisser, soit à la maison, soit entre les mains d'un de ses amis qui était chargé de me raccompagner. C'était à moi, d'expliquer ensuite à mon père, pourquoi elle n'était pas avec moi, pourquoi elle était encore sur la route, pourquoi j'avais pas réussi à la pousser à rentrer...

Je laisse la bouteille à Hunter, mais me repenche par dessus le bar pour en choper une autre... Aaron se contente de secouer vaguement la tête. L'pauvre, il doit rien comprendre et c'est bien le cadet de mes soucis. Au final, le premier fils d'Helen, est comme moi. Il la haït, autant qu'il l'admire. Il doit avoir une telle rancoeur contre elle... Combien d'temps qu'il ne l'a pas vu ?
J'avais presque l'espoir qu'il est réussit à l'oublier, après tout, quel age il avait quand elle n'a plus donné signe de vie ? Elle me marquera comme ça, moi aussi ? Est ce que dans 20ans, je serai toujours à sa recherche, la retrouvant pour qu'elle puisse mieux se tirer ? Aurai je autant besoin de son amour ou de sa reconnaissance que maintenant ? Putain... J'en ai marre. J'ai pas assez bu encore. J'ai toujours mal, j'me sens toujours comme la dernière des merdes, et en prime, j'pense trop... Y a qu'un remède pour tout ça, et je l'ai entre la main. J'ouvre la bouteille de ma main valide et boit direct une longue gorgée brulante. Faudrait que j'pense à en vider une partit sur les brulures de cigarettes... J'sais même pas si ça peut s'infecter... - Amen. Y a que ça à dire de toute façon... Il sait comment elle est. Il s'en souvient, alors à quoi bon surenchérir, j'suis sur qu'on a des temps de souvenir en commun, alors même qu'on s'était jamais connu avant.

Et c'est repartit pour un tour. J'pourrai lui mentir, je sais faire ça. J'pourrai lui dire que non, j'suis tombée comme une conne dans les escaliers ou un autre mensonge du genre. Mais... Il sait. Et j'ai pas envie de me prendre la tête à être crédible. Ni même de me foutre de sa gueule. Il le sait déjà, alors à quoi bon ? - Ouais... Quand j'suis rentrée de Grayson, sans Helen. J'ai l'impression d'être un pion. Un pion dans un putain d'jeu qui m'échappe entre mon père et elle. J'connais pas les règles du jeu, mais qu'iporte, tout ce qui compte, c'est qu'ils s'amusent, j'reste un dommage collatéral. - J'aurai pas du rentrer tout d'suite de toute façon... J'aurai du... J'sais pas, trouver une autre piste à suivre... C'était vraiment con d'rentrer sans elle... J'le savais en plus. J'ai aucune excuse.
Parce que oui, ça reste de ma faute. Ça a beau faire mal, ça a beau être lui qui ait cogné, j'reste persuadée que souvent c'est ma faute. Aprés tout, quoiqu'il arrive, j'reviens non ? J'savais exactement comment il allait réagir, j'peux pas plaindre après...
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : overbooké
CREDITS : cherrylips
NOMBRE DE MESSAGES : 684

ÂGE : 29
LOGEMENT : East Jefferson Street (8)
OCCUPATION : pompiste/mécano au Teller & Redd's Garage (Grayson)
HUMEUR : massacrante
ETAT PHYSIQUE : Blessures - Il boite légèrement depuis son altercation avec le père de Baby, survenue peu de temps après que Carter l'ait percuté avec sa voiture.

Tatouages - dos complet (une faucheuse accompagnée des mots "son of anarchy" ) ; avant-bras droit (pierre tombale sans nom, encadrée par un arbre mort, une lune et quelques corbeaux)
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: C'n'est pas mon problème.
Autres comptes: Dorian Spelling, Nathaniel Redd, Tyler Lawson
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 00. Only Shit [Hunty] Mer 5 Mar - 18:58



Only shit


Ça l'agace franchement de la voir se pencher pour attraper une seconde bouteille. A quoi elle joue là, putain ? Elle peut pas se priver pendant deux petites minutes ? Elle supporte pas l'idée de partager ? Merde Baby est déjà complètement ivre, non seulement ça se voit à ses yeux, sa manière de bouger et sa façon de parler bien plus sort que nécessaire, mais ça se sent aussi. Sa cadette pue l'alcool à plein nez et ça l'indispose franchement. Il n'est certainement pas venu jusqu'au Texas pour lui tenir les cheveux pour éviter qu'ils trempent dans la cuvette ou dans sa gerbe. C'est stupide comme attitude. C'est puéril.
Et en même temps, il aurait certainement fait pareil à sa place. Sa grande sagesse est d'ailleurs encore toute récente et, si Carter l'entendait penser et pouvait percevoir son agacement, elle s'en amuserait sans doute. Peut-être qu'elle en serait fière, mais elle ne pourrait assurément pas s'empêcher de trouver ça risible...
Et ça l'est en un sens. Hunter lui-même s'en rend bien compte. Parce que si Baby s'est resservie dans le bar, c'est parce qu'il lui a piquée sa bouteille tout à l'heure, sans même y penser ou en avoir conscience. C'est ce qu'il a toujours fait a proximité d'une foutue bouteille : le prendre et y boire.

Du coup, pendant qu'elle lui répond au sujet de son bras cassé puis plâtré récemment, Hunter lutte cotée l'irrésistible envie de s'envoyer une rasade d'alcool. Il doit montrer le bon exemple. Il doit tirer des leçons de ses erreurs pour éviter à Baby de les reproduire... Ça avait l'air beaucoup plus simple quand c'était Matt qui en parlait ceci dit.
Malgré tout, le gras blond parvient à remporter une menue victoire sur lui même et n'est pas peu fier de parvenir à reposer la bouteille sur le comptoir. Il doit tout de même refourrer ses mains en vitesse dans ses poches pour qu'elles cesser de le démanger et qu'il renonce à ses bonnes et nouvelles résolutions.

Tout ça pour s'agacer à nouveau en entendant les derniers mots de son interlocutrice imbibée.
« J'le savais en plus. J'ai aucune excuse. »
Hunter tique et ses yeux clairs roulent dans leurs orbites. C'est fout ce qu'on peut devenir intolérant aux complaintes et à l'apitoiement quand on est soi-même un ancien dégonflé s'étant toujours complu dans son petit malheur...
« Ecoute, je suis pas venu pour écouter ce genre de conneries Baby. Il avait pas à faire ça, Helen ou pas Helen et tu le sais. Compte pas sur moi pour te flageller ou je sais pas trop quoi. Et putain me répète pas que tu m'as rien demandé » la contre-t-il dès qu'il voit sa bouche s'ouvrir, lui clouant net le bec « Je suis là maintenant et je me sens concerné. Apparemment être buté, porté sur la bouteille et un aimant à emmerdes en tout genre c'est de famille alors... Epargne-nous une heure de cris et d'injures et laisse-moi faire ce dont j'ai envie. Tu me dois bien ça, après avoir débarqué comme un boulet de canon dans ma vie en mini short... »
Il n'a aucune idée d'où vient le sourire en coin qui se fraye tout à coup un chemin jusqu'à ses lèvres à l'évocation de ce souvenir. Mais il est là et il est franc. Il espère que Baby ne se laissera pas gagner par son sang chaud texan et comprendra le message sous-jacent.
Hunter est là pour être utile à sa demie sœur. Rien de plus, rien de moins...
« Laisse-moi t'aider. J'en ai besoin... »
Son ton n'est pas suppliant mais le regard qu'il braque sur elle certainement éloquent.
Il ne ment pas. Hunter n'est pas en train de la perdre en pitié non plus. Il est venu jusque là pour évaluer un peu la situation, sans trop savoir ce qui l'attendait, ce que lui attendait, mais maintenant il sait.

Et le motard ne regrette pas une seule seconde son trajet...

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.

_________________
I've been a fool and I've been blind
I can never leave the past behind
Revenir en haut Aller en bas

Baby Stewart
Profil
Secrets
Contact



MessageSujet: Re: 00. Only Shit [Hunty] Mer 5 Mar - 22:42

J'arriverai à rien... Je sens les effets de l'alcool, je sens la chaleur du liquide brûlant me réchauffer les entrailles, les vertiges et l'engourdissement gagné jusqu'à mes entrailles, mais la douleur persiste. Elle ne se noie pas dans l'ivresse, ne disparaît pas dans les méandres de l'oubli et persiste. Lancinante, persistante, à l'heure actuelle, elle me parait éternelle et je sais que je ne pourrai pas le supporter. Constamment, elle me rappelle la violence de la relation avec mon père, mon échec avec Helen... Mon échec tout court. Putain. Merde. Qu'on m'enterre après m'avoir assommée à coup de pelle, j'ai déjà creusé ma propre tombe de toute façon, ne reste plus qu'à m'y pousser. J'oublie presque Hunter, le temps d'un instant... J'oublie que si je me sens aussi mal, c'est parce qu'il est là. Qu'il assiste à ça. Je ne serai plus jamais la fille cool qu'il pensait que j'étais, ni même la connasse qui lui a mentit...maintenant je serai la pauvre gamine frappée par son père et qui préfère boire à outrance plutôt que d'agir.
J'ai honte et aucun alcool n'y changera quoique ce soit. J'ai honte d'être aussi pathétique, j'ai honte d'avoir peur, j'ai honte de lui donner l'impression de n'être qu'une victime de la vie. Putain, pitié... Dites moi que je vaux mieux que ça.

Je repose la bouteille sur la table, mais la garde au creux de ma main, j'sens que j'y retournerai bientôt, sans doute jusqu'à rouler sur le plancher du bar. Ça ne serait pas une première, Aaron me porterai jusqu'en haut et me réveillerai dans un lit comme par magie. Comme si j'm'y étais téléporter.
Mais ça, j'peux pas m'le permettre. Y a Hunter... 'tin, mais qu'est ce qui m'a prit de dire oui. Qu'est ce qui m'a prit de vouloir ainsi lui ouvrir les portes de mon monde merdique ? Comme si je pouvais lui apporter quoique ce soit d'autres que des emmerdes... J'suis une putain d'égoïste, le pire étant que, malgré tout, je contente qu'il soit là... Parce que j'me sens moins... Seule.
Et ce, même si il en rajoute une couche. J'voudrai lui faire fermer sa gueule un peu, mais dès que je fais mine d'ouvrir la bouche, il me la referme aussitôt en continuant dans son petit numéro. J'soutiens son regard malgré tout ce qu'j'peux ressentir et... quand il conclut, comme un écho au sien, un sourire perce légèrement sur mes lèvres. Il est con, mais c'con me touche, parce qu'il se sent concerné. Il n'a pourtant aucune obligation, c'est pas parce que je suis aussi la fille d'Helen qu'il me doit quoique ce soit, mais visiblement, il s'en fout. Il est concerné. Par ma vie, par mon sort... le con.

J'inspire un grand coup, tantôt de rallumer au moins un ou deux neurones pour m'exprimer le plus clairement possible sans monter sur mes grands chevaux... C'est pas évident, mais j'essai. - Ecoute, j'comprends bien, enfin j'crois...j'essai surtout, mais...m'demande pas ça, même si j'te l'dois. M'demandes pas te t'envoyer là bas, en sachant que tu prendras des coups... Parce qu'il va pas apprécier d'te voir, encore moins si tu dois régler quelques comptes avec lui. Il va pas sagement rester impassible, et attendre que l'temps passe. J'passe ma main dans mes cheveux avant de me frotter les yeux, pour tenter d'éclaircir tout ça, et puis un long soupir perce mes lèvres, parce que quoi qu'il arrive, quoi que j'dise, j'sais que ça changera rien, d'autant plus qu'il à l'air d'en avoir... Besoin. J'comprends pas, je saisis pas, j'veux pas... mais... - La maison aux volets rouges, tout au bout d'la rue... C'est là qu'j'habite, et c'est là qu'tu l'trouveras. ...Tu fais chier Hunter.
Et sur ces mots, j'me relève, prenant mon paquet clope. Faut que j'm'aère, faut que je fasse quelque chose, faut que j'bouge, j'en peux plus.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : overbooké
CREDITS : cherrylips
NOMBRE DE MESSAGES : 684

ÂGE : 29
LOGEMENT : East Jefferson Street (8)
OCCUPATION : pompiste/mécano au Teller & Redd's Garage (Grayson)
HUMEUR : massacrante
ETAT PHYSIQUE : Blessures - Il boite légèrement depuis son altercation avec le père de Baby, survenue peu de temps après que Carter l'ait percuté avec sa voiture.

Tatouages - dos complet (une faucheuse accompagnée des mots "son of anarchy" ) ; avant-bras droit (pierre tombale sans nom, encadrée par un arbre mort, une lune et quelques corbeaux)
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: C'n'est pas mon problème.
Autres comptes: Dorian Spelling, Nathaniel Redd, Tyler Lawson
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 00. Only Shit [Hunty] Sam 8 Mar - 11:05



Only shit


Il fronce les sourcils, un peu perplexe. Elle le prend pour qui ? Elle croit qu’il va rester là, sans rien dire, à encaisser les coups d’un connard ? Son père frappe une fille… Pour Hunter, ça en dit long, très long, sur la personnalité de ce mec et sa manière d’affronter une situation. C’est un lâche, un ramassis d’ordures. Le grand blond est peut-être un peu présomptueux, mais au moment où il s’adresse à Baby, il est persuadé qu’il va être celui qui foutra une raclée à l’autre.
« Putain, j’espère bien qu’il va pas rester sans rien faire pendant que j’lui défoncerai sa sale gueule d’enculé. J’aurai l’impression d’cogner sur une nana moi aussi s’il fait ça… J’te jure ça m’foutrait mal à l’aise » tente-t-il de plaisanter, avant de retrouver son sérieux.  
…Et de se sentir tout à coup un peu mal à l’aise.
A la place de Baby, il ignore comment il réagirait si on menaçait de frapper son paternel. Il se souvient en tout cas qu’il détestait (et déteste toujours) entendre d’autre que lui critiquer la manière de se comporter d’Helen. Jusqu’à récemment, il s’estimait être le seul à avoir droit de le faire, puisqu’il était le seul à avoir réellement souffert de son absence. Mais à présent, il y a Baby. Ceci dit, le motard n’est pas tout à fait certain qu’il apprécierait d’entendre sa cadette dénigrer leur génitrice.

Mais alors qu’il s’attend à ce que ses propos provoque chez elle une vive réaction, qu’elle défende son tortionnaire de père, au contraire : Baby daigne enfin lui filer son adresse. Ca le conforte encore dans l’idée qu’il a eu raison de venir. Elle a besoin d’aide et elle le sait. Elle ne savait simplement pas vers qui se tourner pour la demander.
Il hésite à apposer sa main sur son épaule et à la remercier pour son geste ou au moins lui promettre que les choses vont s’arranger, qu’il va tout faire dans ce sens, mais Baby se lève et part en titubant. Du coup, il lui emboite simplement le pas à la place, en silence.
Le gérant du bar (dont il a déjà oublié le prénom) les suit du regard et Hunter lui faire comprendre qu’il gère la situation et qu’il va s’occuper de la brune à présent. Et une seconde après, alors qu’elle manque de se foutre par terre toute seule, il doit déjà la couvrir. En l’occurrence, il la rattrape par le bras.
« Hey doucement » la prévient-il avant de faire passer un bras autour de sa taille fine pour l’aider à se maintenir debout.
Elle n’a pas l’air ravie de son aide mais très franchement : il l’emmerde. Quand on sait pas encaisser l’alcool, on boit pas. Et techniquement, quand on a pas de quoi payer, on en consomme pas non plus… Reste plus qu’à espérer que le gérant du bouge a l’habitude que Baby règle ses notes en différé. Parce que s’il doit payer tout ce qu’elle s’est enfilée en plus de ce qu’il a lui-même ingurgité… Hunter n’est pas dans la merde.  

L’air frai de l’extérieur à l’air de faire du bien à la gamine qui parvient enfin à se défaire de son étreinte pour effectuer quelques pas toute seule. Hunter la laisse faire et la regarde s’allumer une clope en silence, avant de reprendre la parole.
« J’crois qu’tu devrais rester là encore un p’tit moment. Tu peux m’attendre près d’ma bécane s’tu veux… » propose-t-il en désignant l’engin.
Si elle sait ce qu’il compte aller faire, le voir effectivement frapper son paternel pourrait s’avérer… problématique. La dernière chose qu’il a envie de faire, c’est de la voir changer d’avis et l’attaquer en le voyant ficher une branlée à son père.
« Et j’crois aussi qu’tu devrais t’limiter aux clopes maintenant. J’ai pas envie d’te t’nir les ch’veux… »

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.

_________________
I've been a fool and I've been blind
I can never leave the past behind
Revenir en haut Aller en bas

Baby Stewart
Profil
Secrets
Contact



MessageSujet: Re: 00. Only Shit [Hunty] Lun 10 Mar - 13:31

Qu'est-ce que vous voulez que je réponde à ça ? Il est conscient qu'il risque de se prendre des coups et le contraire le dérangerait... Qui c'est à présent qui cherche à se faire flageller maintenant, hein ?  Sérieux, il y gagne quoi ? Il va se faire frapper, frapper mon père, dans le seul but de m'aider ? Il croit quoi ? Que mon père va réaliser à quel point il est con et qu'il va se confondre en excuse la prochaine fois que je rentrerai ?
Ça servira à rien, si ce n'est à l'amuser d'avantage.  Un nouveau défi pour lui, une manière de prouver encore une fois que c'est lui le meilleur, lui le plus fort. Ça justifiera d'autant plus sa violence et ses victoires. J'saisis pas tout pour le coup, mais si Hunter en a besoin, j'ai pas vraiment envie d'ouvrir ma gueule pour lui donner mon point de vue... et puis... j'sais pas. Ça m'plais de me dire que pour une fois, c'est lui qui encaissera les coups. C'est lui qui devra jouer avec la souffrance. Qu'il ait mal, qu'il se plaigne, qu'il se ramène à son travail avec quelques bleus, à défaut de lui éclaircir les idées, j'me sentirai... Mieux. Même si ça ne dure qu'un temps.

J'me lève. Et forcément entre l'alcool et la douleur, mon corps ne demande qu'à s'écrouler sur le sol. Ce qu'il aurait fait si Hunter ne m'aurait pas rattraper. Génial. Parfait. Je serre les dents mais le laisse faire, outre la souffrance qui s'éveille au contact de son bras autour de ma taille, ma fierté en prend un sacré coup. Pourtant je la ferme, il me lâchera pas, j'le sais bien et quoique je dise, il en fera qu'à sa tête. A l'heure actuelle, j'ai pas la force de me lancer dans une confrontation puérile... surtout qu'une fois dehors, je suis en état de marcher correctement toute seule... Ou en tout cas de faire quelques pas sans me casser la gueul J'apprécie l'air frais, le soleil déjà réchauffant et le vent qui m'éclaircit un peu les idées. J'inspire un grand coup, m'adosse au mur et m'allume une clope. L'odeur me tire presque un haut le coeur, je m'attend presque à ressentir la douleur puis le parfum nauséabond de la chair brûlée mais évidemment rien ne vient, si ce n'est le souvenir de ses dernières heures. L'enflure, putains...l'enflure. Quel tatouage pourra bien cacher ses cicatrices ?

- S' tu veux... En même temps, ça vaut mieux que je reste là. Mise à part offrir à mon père la jouissances de me voir mal au point, j'vois pas trop à quoi j'servirai.
Les paroles d'Hunter me tire un léger sourire et je relève mes yeux vers lui. - T'inquiètes, j'connais mes limites... et j'en suis proche. Pas au point de gerber mais quelques verres de plus et Ça sera un passage oblige... je me laisse glisser contre le mur, me rasseyant. Ma main se pose sur mes côtes. Mon souffle est difficile, j'ai l'impression d'avoir effectuer une course haletante alors que je viens juste de sortir d'un putain de bar. Ça fait chier, merde !
Je ravale ma rage et les larmes, préférant pour le coup, tirer sur ma cigarette.
Y a des temps de questions que j'aimerai poser au fils d'Helen. Combien de temps il reste ? Si il compte revenir me voir... des tas de questions cons, des putains de questions auxquelles je souhaite des réponses rassurantes... Bordel,  Baby,  t'es plus une gamine. Redescend sur terre...
Au final j'ouvre quand même la bouche, juste avant qu'il ne parte. - Hunter.... Pètes lui l'bras pour moi.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : overbooké
CREDITS : cherrylips
NOMBRE DE MESSAGES : 684

ÂGE : 29
LOGEMENT : East Jefferson Street (8)
OCCUPATION : pompiste/mécano au Teller & Redd's Garage (Grayson)
HUMEUR : massacrante
ETAT PHYSIQUE : Blessures - Il boite légèrement depuis son altercation avec le père de Baby, survenue peu de temps après que Carter l'ait percuté avec sa voiture.

Tatouages - dos complet (une faucheuse accompagnée des mots "son of anarchy" ) ; avant-bras droit (pierre tombale sans nom, encadrée par un arbre mort, une lune et quelques corbeaux)
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: C'n'est pas mon problème.
Autres comptes: Dorian Spelling, Nathaniel Redd, Tyler Lawson
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 00. Only Shit [Hunty] Mar 11 Mar - 20:29



Only shit


Il sourit.
« J’y compte bien… »
Et là-dessus, il réajuste sa casquette sur son crâne blondin et lui tourne le dos pour de bon, s’éloignant pour remonter la rue qui le mènera au paternel de Baby et sa putain de baraque aux volets rouges. Il ne sait même pas comment s’appelle ce sac à merde. Est-ce que ça a la moindre importance de toute manière ? Non, il se fiche royalement de son blase. C’est un fils de pute, le mec d’une pute et le géniteur d’une fille qui a l’air bien chic et qui mérite certainement pas de s’être faite traiter de cette manière.
Alors qu’il s’avance, les mains enfoncées dans les poches de son veston, le motard se fait la réflexion que ce qu’il s’apprête à faire est totalement stupide. IL va aller casser la gueule d’un type qu’il connaît ni d’Eve ni d’Adam, pour venger une fille qui partage un peu de son ADN mais qu’il ne connaît pas plus que ça. Ca lui paraît toujours un peu noble, mais il sait que ce n’est pas la réaction qu’il devrait avoir. Ce qu’il devrait faire, c’est conduire Baby à l’hosto, lui permettre de soigner ses plaies et son égo dans un coin tranquille… Hunter devrait être en train de causer avec elle, de la rassurer ou il ne sait quelle connerie de ce genre.
Mais c’est pas pour lui la parlotte. Toutes ces conneries c’est pas pour lui. Ce qu’il sait faire, c’est réfléchir avec sa bite et cogner dur. Alors c’est ce qu’il va faire. Un pas après l’autre. Un effort après l’autre. C’est comme ça qu’il doit procéder, aussi insensé que ça puisse paraître d’un point de vue extérieur.  Vaudra certainement mieux pour lui qu’il garde cette partie de l’histoire pour lui si jamais Carter le questionne sur les circonstances de ses retrouvailles avec sa demi-sœur…

Il a envie d’une clope. Il a envie d’un verre. Mais il ne peut pas se permettre de dévier du chemin que le mécanicien s’est mentalement tracé et le mène à la gueule de cet enfoiré de type qu’il va tabasser, pour la bonne cause. Pour Baby. Il fera tout ça après, peut-être même qu’il se servira directement chez ce connard. Il doit avoir de quoi combler toutes ses putains d’envie.
Le temps de se vider la tête et d’essayer de se préparer mentalement à sa rencontre, Hunter réalise que ses pieds l’ont portés jusqu’à l’habitation correspondant à la brève description de la fille d’Helen. Une baraque sans prétentieux avec des volets écarlates.
Hunter se fige. Son cœur manque un battement, son estomac se retourne. Il a la nausée.
Helen vit ici. Helen a vécu ici. Sa mère. Sa putain de mère a vécu ici, élevé un autre gosse que lui dans cette baraque. Est-ce qu’elle a choisi elle-même la couleur des volets ? Quelque chose lui dit que oui. Elle adorait le rouge… Le rouge sang…
Des images lui viennent, désagréables au possible. Hunter tente de les chasser mais comme d’habitude, il a du mal à refouler Helen au fond de son placard mental. Elle est un squelette plutôt bruyant dans son genre…

Les poings crispés, Hunter prend une longue inspiration et, après quelques longues secondes de parfaite immobilité, il se remet en mouvement, se rapprochant de la porte d’entrée. Il ne se peut plus se permettre de se dégonfler. Hunter n’est pas certain que Baby lui en tiendrait rigueur s’il le faisait, Carter le féliciterait peut-être de s’être montré responsable, mais lui-même ne se pardonnerait pas. Et puis il n’a pas mentit : il en a besoin.
Alors le grand blond frappe quelques coups durs sur le chambranle de la porte et prend son mal en patience.

Il faut deux bonnes minutes à ce tas de merde pour trainer sa carcasse jusqu’à la porte. Il entrouvre la porte et Hunter peut contempler son visage. Un brun aux visage angulaire qui arbore une petite moustache et un bouc ridicule. Tout à fait le genre de type ténébreux au regard mystérieux et dangereux qui plait à Helen. Ca lui arrache un sourire cynique.
Le mec fronce les sourcils, affichant une expression interrogatrice et impatiente. Et comme Hunter garde le silence, il finit par prendre la parole d’un ton froid.
« Ouais ? »
« J’ai un message. D'la part d’Helen. »
« Helen ? »
« C’est c’que j’viens d’dire, ouais. »  
Et comme il s’y attendait, le type termine d’ouvrir sa porte et fait un pas vers lui, désireux de savoir ce qu’il a à dire.
« Où est-ce qu’elle est ? »
« Là où elle est toujours… Loin. »
« D’où tu la connais ? » grince le type en le toisant de haut en bas avec un évident mépris. Connard.
« C’pas important. C’qu’est important, c’est c’qu’elle a à dire. »
« Et qu’est-ce qu’elle a à me dire ? »
« Qu’elle t’aimait mieux avec tes dents, mais qu’elle comprend. »
« De quoi t… »

Hunter ne le laisse pas terminer sa phrase. Il balance son poing au milieu du visage du père de Baby qui titube sous l’impact. Le grand blond ne lui laisse pas l’occasion de répliquer et lui rentre dedans, le faisant basculer à l’intérieur de sa propre baraque où va se situer le reste de l’action…


FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.

_________________
I've been a fool and I've been blind
I can never leave the past behind
Revenir en haut Aller en bas

Baby Stewart
Profil
Secrets
Contact



MessageSujet: Re: 00. Only Shit [Hunty] Mar 11 Mar - 22:56

Ça fait combien de temps ? Pour la enième fois je regarde mon téléphone dans l'espoir d'un message ou d'un appel, pour la énième fois je regarde l'heure et peste en rangeant mon portable. J'rélève les yeux pour fixer la moto d'Hunter, m'assurant de la même occasion qu'il n'est pas partie... Pour ne jamais revenir. C'est la seule assurance que j'ai, la seule idée fixe qui m'tient éveillée. J'me raccroche, pour ne pas sombrer alors que ma tête dodeline dangeureusement, que mes paupières me paraissent si lourdes et que ma vue se trouble. Points jaunes, points noires, lumière trouble... Tunnel noir. Tellement calme, tellement silencieux? La douleur s'efface et mon conscient s'apaise... Les gens ont tort de vouloir s'avancer instinctivement vers la lumière, moi, je me complais dans l'obscurité. J'y suis et putain d'dieu j'veux y rester. Mais c'est mon souhait le plus cher.... Sauf que non, une douleur aigu sous forme de brûlure vive me tire soudainement vers un brasier qui m'transperce le regard.

Par la force de l'habitude, j'ravale le cri qui manque d's'échapper de mes lèvres, plusieurs fois je papillonne des yeux, m'habitant à une lumière bien plus vive que je ne le pensais... Quelques secondes et je suis surprise de m'retrouver dehors...Qu'est ce que se passe ? J'suis où ? Pourquoi j'ai si mal ? J'm'appuie sur mon bras valide et me redresse.
- Bah alors Bab', t'es bien matinale pour une cuite....
J'relève le regard et m'retrouve nez à nez avec Tobby, un autre des jeunes du coin qui pousse tant bien qu'mal dans cette ville d'con. Il est laid à souhait, tout aussi abrutis, mais c'est une bonne patte pour ses amis, moins envers les étrangers.
Mais au final, s'qui finit par attirer mon attention, c'est la moto que laquelle il s'appuit. Hunter ! Putain Hunter. Encore sous l'coup, j'm'appuie sur le mur pour n'pas retomber aussitôt sur l'sol. J'suis con, merde... totalement con. J'trouve l'moyen de sombrer alors que l'fils d'Helen est partit chez mon vieux. J'tente de m'éclaircir les idées, faisant quelques pas sous l'regard attentif de Tobby.
- Ouais j'sais, mais c'est une putain d'mauvaise journée...

Il sourit d'ce sourire d'péquenot des environs et s'contente d'hocher la tête avant d'retourner vers la moto d'Hunter. - Touches à ça Tobb' et j'te jure que j't'enfonce ta batte de baseball si profondément dans la gorge qu'tu va chier des copeaux d'bois pendant des semaines. J'souris en posant mes yeux sur lui. - Tu l'connais ? Les nouvelles vont tellement vite ici. -Ouais... Ouais.

J'tourne la tête vers ma maison, l'coeur battant à tout rompre. - Faut qu'j'y aille. Demi tour et j'marche aussi rapidement que mes jambes le permettent, faisant fit de tout l'reste. J'ai envoyé Hunter chez moi. J'l'ai laissé allé chez mon père et.... 'tin mais qu'est ce qui m'a prit ?! J'manque de tomber en me prenant les pieds dans l'trottoir, mais j'me rattrape plutôt bien. J'manque aussi d'gerber mais ça... J'le ravale plutôt bien...
J'm'arrête que d'vant chez moi, des étoiles sombres dançant devant mon regard. J'prend quelques secondes, nécessaire, lorsque j'aperçois la porte grande ouverte...
J'déglutis et réunis tout mon courage pour enfin la franchir. - Hunter ? Ma gorge se noue alors que j'finis par rentrer, posant mes yeux sur le bordel sans nom qui règne dans le salon.... Puis sur un corps étendu au sol... Oh un corps bien vivant mais bien sonné... Un corps que je reconnais direct sans parvenir à  croire. La seconde d'après, c'est l'fils d'Helen, tranquillant installé dans l'canapé, cigarette au coin des lèvres et bouteille de la collection d'wiskhy d'mon père entre les mains. - Putain !! J'attrape l'premier truc qui m'passe sous la main, à savoir un coussin tombé à terre et le balance vers lui du peu de force qui m'reste. - Mais t'es totalement con ! Tu m'laisses sur un putain d'parking comme un putain d'clebard, j'me fais un sang d'encre pour toi et même pas tu m'préviens que tout va bien ?!! J'peste encore quelques secondes, empreintant le vocabulaire l'plus chartier du coin avant d'inspirer un grand coup et d'venir vers lui, observant son visage... -J'vais chercher c'qu'il faut en haut...
Pas un regard pour mon père. Qu'il crève.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : overbooké
CREDITS : cherrylips
NOMBRE DE MESSAGES : 684

ÂGE : 29
LOGEMENT : East Jefferson Street (8)
OCCUPATION : pompiste/mécano au Teller & Redd's Garage (Grayson)
HUMEUR : massacrante
ETAT PHYSIQUE : Blessures - Il boite légèrement depuis son altercation avec le père de Baby, survenue peu de temps après que Carter l'ait percuté avec sa voiture.

Tatouages - dos complet (une faucheuse accompagnée des mots "son of anarchy" ) ; avant-bras droit (pierre tombale sans nom, encadrée par un arbre mort, une lune et quelques corbeaux)
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: C'n'est pas mon problème.
Autres comptes: Dorian Spelling, Nathaniel Redd, Tyler Lawson
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 00. Only Shit [Hunty] Mer 12 Mar - 20:24



Only shit


Il crache un mélange de sang et de salive sur le parquet du salon, avant de pousser un lourd soupir. Il essuie ses lèvres maculées de sang d’un revers de la main et grimace. Il a cogné dur et ses mains lui font un mal de chien…
Son regard se porte vers le corps inanimé du père de Baby, dont il ignore toujours le nom. Hunter n’aurait qu’à étendre un peu le bras pour attraper les quelques enveloppes qui sont entassées sur la petite tablette non loin, mais ce geste lui paraît réclamer trop d’énergie. Il lui en reste ceci dit encore assez pour lever le coude et avaler à intervalles réguliers des gorgées d’alcool. Celui que le mec d’Helen était en train de siroter tranquillement avant qu’il vienne lui démolir la tronche.
Ca n’a pas été aussi simple qu’il l’imaginait… La justice a finalement été de son côté, mais il s’en est fallut de peu pour que les rôles ne soient pas inversés et qu’il ne soit pas celui étendu au sol, inconscient. Ceci dit, quelque chose lui dit que le paternel de Baby ne se serait pas contenté de l’assommer. Et il aurait été dans son bon droit. Qui lui aurait reproché d’avoir pointé sa carabine sur son crâne d’étranger avant de faire feu, alors que le motard venait de pénétrer chez lui pour l’agresser ?

Il réfléchit à tout ça maintenant que l’action est terminée. C’est toujours comme ça avec lui. Le garagiste cogne et réfléchi après, tire son coup et se fait la réflexion après coup qu’il aurait peut-être dû penser à foutre une capote.
Hunter soupir à nouveau et ferme les yeux un instant, faisant craquer les articulations de sa nuque, aussi douloureuse que tout le reste de son corps. En même temps, il ne s’est pas senti aussi bien depuis un long moment. La souffrance a cette capacité déroutante à vous faire réaliser que vous êtes vivants. Hunter n’a plus eu conscience de lui-même de cette manière depuis longtemps, il a l’impression de s’éveiller après un long coma. Mais avec une putain de gueule de bois.  
« Sale connard… » crache-t-il, son regard torve se dirigeant vers le corps toujours immobile du père de Baby.
S’il la cogne aussi fort qu’il l’a cogné lui… Il mériterait une seconde raclée. Ce fils de pute mériterait qu’il lui pète l’autre bras. Hunter a suivit la directive de Baby il y a une dizaine de minutes maintenant. En fait, c’est la douleur qui a finit par avoir raison de la conscience de son adversaire à présent KO.  

Hunter s’allume une cigarette et pousse un nouveau soupir, tranquillement enfoncé dans le sofa. Il observe le décor, imagine Helen en train de faire de même. Et putain, il comprend qu’elle se soit fait la malle…
« Hunter ? »
Merde. Il l’avait presque oublié avec tout ça. Pourtant, elle est la raison de sa venue ici et il pense plus ou moins à elle depuis tout à l’heure… Il la regarde s’avancer sans un mot, ne sachant pas vraiment à quoi va ressembler la suite. Comment va-t-elle réagir ? Savoir ce qu’il était parti faire était une chose, voir le résultat une autre.
Et elle réagit après quelques secondes à peine, lui balançant un coussin qu’il repousse d’un simple geste de la main. Ca aurait pu être pire. Il la laisse s’énerver, jurer, se gardant d’essayer de la couper ou de se laisser aller à sourire, même si l’attitude de la brunette l’amuse un peu.
Mais il déchante très rapidement, lorsqu’il réalise qu’elle a raison et qu’il s’est chié dessus lamentablement. Hunter n’en mène pas large et se contente de se redresser (non sans grimacer de souffrance, il devient trop vieux pour cette merde) pour venir éteindre sa clope dans le cendrier le plus proche. Enfin la moitié qu’il en reste, après que le père de Baby l’ait balancé dans sa direction.

« J'vais chercher c'qu'il faut en haut. »
« Laisse tomber » la hèle le grand blond en venant à sa rencontre, titubant un instant avant de parvenir à retrouver son équilibre. « J’ai déjà beaucoup trop abusé d’l’hospitalité d’ton géniteur. »
Il sourit mais retrouve rapidement son sérieux, réalisant bien vite que faire fonctionner ses lèvres et sa mâchoire est foutument douloureux.
« Rassemble tes affaires. J’t’emmène loin d’ici. »

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.

_________________
I've been a fool and I've been blind
I can never leave the past behind
Revenir en haut Aller en bas

Baby Stewart
Profil
Secrets
Contact



MessageSujet: Re: 00. Only Shit [Hunty] Jeu 13 Mar - 12:04

Mon père est étendu sur le sol... Hunter est debout, et même si il ne s'en tire pas indemne, il a gagné. C'est lui qu'il l'a foutu KO. C'est lui qui se retrouve par terre comme une merde, végétant dans sa  souffrance. J'espère qu'il a mal. J’espère qu'il a vraiment très mal et qu'à son réveil, il se sentira aussi pitoyable que j'l'ai été quand il a écrasé sa dernière clope dans mon cou.
Les gens qui disent que la vengeance n'apporte rien, on tort. Si j'me sens pas au mieux physiquement, voir cet homme que je voyais comme un tyran tout puissant, dans un état si lamentable, me tire une satisfaction qui à au moins le mérite de m'éclaircir un peu les idées. Il n'est immortel, il n'est pas un Dieu dont la cruauté égale sa force. Il n'est qu'un type ordinaire. Un connard qui n'a eut que ce qu'il méritait. Quoique... Non, pas tout de suite.
J'reporte mon regard vers le premier fils d'Helen qui se redrese tant bien que mal. J'sais pas à quoi ça s'est joué, mais... c'est bien lui qui est debout. J'sais pas comment il se sent, mais putain, si j'étais dans l'genre à tomber dans l'mélodramatique, j'lui sauterai dans les bras pour le remercier. Qu'importe ce qui se passera après, mon père devra vivre en sachant que quelqu'un, dans sa propre maison, l'a mit au tapis.

J'secoue la tête quand le grand blond me sort que ce n'est pas la peine. Est ce qu'il a au moins vu sa tête avant de me sortir une connerie pareil ? Si, si... c'est nécessaire, au moins pour y voir un peu plus clair sous le sang qui macule son visage. Et ça, j'sais faire. Soignez les coups, réparer les plaies, panser les blesssures, j'maitrise. Et j'tiens à le faire.
Du coup, je reprend le chemin vers la salle de bain, mais une fois encore, il me stoppe net.... Ra... Rassembler mes affaires... M'emmener loin d'ici ? Il... Il est sérieux, là ? Il compte vraiment  m'faire partir d'ici ? A quoi il joue là ?! C'est pas marrant. C'est pas une blague qui se fait... Sauf qu'à son regard, y a rien d'amusant. Il plaisante pas... Putain, il rigole pas.
Mon coeur loupe plusieurs battements avant de démarrer une course folle. J'prend sur moi, me contente d'hocher la tête et finit d'monter les escaliers. Ce n'est que là, que je m'adosse au mur, souffle irrégulier... J'vais partir... Mon regard parcourt le couloir, les murs, tout c'qui constitue un chez moi qui n'a rien d'attachant... J'vais partir. J'vais partir avec Hunter... - Putain...

J'reprend ma marche et retourne à ma chambre, sans parvenir à vraiment comprendre tout ce que cela implique. J'aurai pu à rentrer. J'aurai pu à m'reveiller en sursaut en l'entendant monter les escaliers... Je... Putain... Ce n'est pas possible. Ça peut pas être possible. Sans trop y penser, j'rassemble quelques trucs, que je met en vrac dans un sac de voyage. Des vêtements, principalement, mon canif fétiche, mes clopes, du feu, pour le reste... y a rien. Y a jamais eut rien. Pas d'jouet, pas d'peluche sentimental, pas de photo. Au moins, ça m'fait voyager léger.
J'fais un détour par la salle de bain avant de rejoindre Hunter, récupérant la trousse de secour de la parfaite petit fille qui s'fait cogner. Puis d'attacher mes cheveux, histoire de faire un peu moins sauvageonne.
J'redescend, pose mon sac, ravale un vertige qui m'secoue l'crâne et m'allume à mon tour une clope. - Assis toi 30secondes, laisses moi au moins m'occuper d'ça. C'est l'truc qui m'semble le plus important à l'heure actuelle. Amortir les dégats qu'il a du s'prendre dans la gueule. Ça m'évite de penser à.... Tout. Tout c'qui vient de s'passer, tout c'qui va arriver. J'me concentre là dessus, pour ne pas à avoir à penser à c'qui s'passera quand mon père se réveillera et que j'serai plus là... Définitivement plus là... - Allez, t'fais pas prier, j'en ai pas pour longtemps, j'sais c'que j'fais.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : overbooké
CREDITS : cherrylips
NOMBRE DE MESSAGES : 684

ÂGE : 29
LOGEMENT : East Jefferson Street (8)
OCCUPATION : pompiste/mécano au Teller & Redd's Garage (Grayson)
HUMEUR : massacrante
ETAT PHYSIQUE : Blessures - Il boite légèrement depuis son altercation avec le père de Baby, survenue peu de temps après que Carter l'ait percuté avec sa voiture.

Tatouages - dos complet (une faucheuse accompagnée des mots "son of anarchy" ) ; avant-bras droit (pierre tombale sans nom, encadrée par un arbre mort, une lune et quelques corbeaux)
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: C'n'est pas mon problème.
Autres comptes: Dorian Spelling, Nathaniel Redd, Tyler Lawson
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 00. Only Shit [Hunty] Ven 14 Mar - 7:26



Only shit


Il n’a aucune foute idée de pourquoi il s’est engagé à l’amener loin de chez elle. Hunter ne sait même pas ce qu’il entend par là en réalité… Est-ce qu’il veut aller la déposer chez un/une ami/e ? Dans un motel quelconque le temps que les choses se tassent d’elles-mêmes ? La conduire dans un refuge pour femme battue ou une connerie du genre, comme celui qui se trouve non loin de Grayson ? Voire la ramener carrément avec lui jusqu’à son propre village ? Et à partir de là, qu’est-ce qu’elle fera ? Elle troquera une vie de merde contre une autre… Personne n’aime les étrangers à Grayson, c’est un fait. Si on se montre amical envers les touristes, dès que les villageois apprennent que la personne s’installe pour de bon, c’est une toute autre histoire. En prime Baby part avec le gros désavantage d’être la fille d’Helen… et d’avoir menti à ce propos à tout le monde… Personne ne lui fera jamais confiance après ça. A Grayson, la première impression vous colle à la peau et défini la manière dont tout le monde va vous traiter.
Le grand blond n’a jamais eu à s’occuper de qui que ce soit d’autre que lui-même de toute sa vie. Enfin si, il y a eu son chien, mais finalement, il l’a mis en pension chez un voisin, se sentant incapable d’en prendre réellement soin. Et Baby n’est évidemment pas un clébard… Pourtant, il vient de proposer de la prendre en charge. Même s’il ne pensait pas vraiment aux conséquences de ses mots : c’est ce qu’il vient de faire.
Et après le désarroi qui apparaît d’abord sur le visage de la jeune femme, il aperçoit avec horreur du soulagement. Parce qu’elle est tellement désespérée qu’elle est prête à suivre un connard dans son genre à lui pour échapper au connard vautré par terre. Baby veut lui faire confiance et le grand blond est loin d’être certain d’être à la hauteur. EN fait, il est même certain de l’inverse.

Mais comment faire marche arrière maintenant ? Il vient de tabasser son père au milieu de son propre salon ! Il n’a jamais mentionné Baby, c’est toujours ça de pris et le type va certainement rester sur cette idée qu’Helen est responsable, mais sur qui cherchera-t-il à se venger ? Une meuf malade à l’autre bout du monde (ou du moins absente) ou bien sa gamine, sur qui il a toujours eu l’habitude de se défouler ? C’est Baby qui va trinquer, à cause de lui… Et cette pensée est intolérable à Hunter. Il ne veut pas être responsable de ça.
Donc il va devoir être responsable de tout le reste. Voilà ce qui arrive quand on agit sans prendre le putain de temps de réfléchir un peu. Voilà ce qui arrive quand on veut suivre ses bas instincts. Pourtant il le sait bordel ! Il SAIT que ça tourne toujours comme ça !

Baby s’est éclipsé, le laissant seul avec son connard de géniteur, toujours face contre terre. Hunter grogne, crache à nouveau sur le sol, et lutte pour en pas aller foutre un nouveau coup de pied dan les côtes de ce fils de pute.
Il a la nausée, l’estomac retourné, le crâne douloureux. Il nage en plein doute et il déteste cette impression d’être au pied du mur qui l’a envahi depuis quelques instants. C’est normalement le moment où il grimpe sur sa bécane pour se tirer quelques jours… Sauf que là, il n’a plus d’échappatoire. Il est coincé ici avec la peur au ventre.
A cause de Baby. Non, à cause d’Helen. A cause de ses propres conneries. A cause d’Hadley…

Hunter soupir et va s’appuyer contre le mur le plus proche, sa jambe gauche, déjà malmenée lorsque son amie l’a renversé il y a quelques temps, menaçant de céder sous son poids.
« Putain j’suis trop vieux pour ces conneries » marmonne-t-il en tirant son portable de sa poche pour tenter d’envoyer un message à Carter.
Il n’a aucune envie de l’appeler et de prendre le risque que Baby (quelque part dans les étages) capte sa conversation. Il déteste envoyer des putains de textos… Ca prend mille ans, ses gros doigts font toujours de la merde et il ne sait pas comment écrire les mots les trois quarts du temps.
Lorsqu’il y parvient enfin, Baby est redescendue avec un sac, ses cheveux hirsutes noués en un chignon imparfait. Ca lui permet de mieux observer l’étendu des dégâts et, l’espace de quelques secondes, les doutes d’Hunter fondent comme neige au soleil. Il faut qu’il la protège, il faut qu’il l’éloigne de cette baraque et du monstre qui y habite.

« Assis toi 30secondes, laisses moi au moins m'occuper d'ça. »
« Putain, tu vas pas r’mettre ça… »
« Allez, t'fais pas prier, j'en ai pas pour longtemps, j'sais c'que j'fais. »
« C’est non » tranche-t-il avant de désigner son paternel. « I’ peut s’réveiller à tout moment. File-moi ton sac. On s’occupera d’ça et du reste quand on s’ra posés dans un hôtel, ok ? »
Elle rechigne encore. Putain, les femmes…
« Baby, j’suis sérieux. On trace. J’ai pas b’soin d’faire gonfler encore mon casier pour agression ou ce genre de conneries. J’ai encore moins b’soin qu’il alerte tout ton putain d’village et qu’ils décident de régler eux-mêmes leur compte avec une carabine. J’sais qu’les texans ont l’sang chaud… » tente de plaisanter un peu Hunter, avant de retrouver son sérieux. « Ton sac. »
Elle finit par le lui filer et il se dirige vers la porte en essayant de ne pas boitiller. Il laisse quelques instants à Baby, histoire qu’elle…fasse ce qu’elle à faire. Il ne sait pas quand elle remettra les pieds ici, et sans doute qu’elle non plus.
Bordel il aurait sans doute dû emporter la bouteille avec lui…

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.

_________________
I've been a fool and I've been blind
I can never leave the past behind
Revenir en haut Aller en bas

Baby Stewart
Profil
Secrets
Contact



MessageSujet: Re: 00. Only Shit [Hunty] Jeu 3 Avr - 12:06

J'me tire. C'est à présent une certitude, un peu comme une évidence. J'me tire, sans savoir où, même si j'me doute qu'au bout du chemin, j'serai toute seule. Hunter ne va pas me tenir la main toute ma putain d'vie et en quelques heures, il m'a bien plus aidé que tous les connards du coin que je connais depuis l'enfance.
J'ai pas envie qu'il se tire, pas envie d'me contenter de devoir l'voir de temps en temps, quand il passera dans l'coin ou quand ça lui prendra. Mais j'ai pas non plus envie de rester. De toute façon, je ne peux plus rester. Le fils d'Helen ne me laisse pas tellement l'choix en même temps. J'suis obligé de le suivre, obligé d'partir, c'est soit ça, soit.... Mon regard s'arrête quelques secondes sur le corps inconscient d'mon père... Soit une vengeance d'autant plus terrible que j'l'aurai vu au tapis. J'sais pas ce qu'il ferait pour ça, mais j'sais que ça serait pire que l'reste. Sa fierté en a prit un sacré coup, et y a rien de mieux pour la redorer que d'frapper sa fille à grands coups d'pompe jusqu'à ce qu'elle crève.
J'ai donc l'choix entre mourir la gueule grande ouverte ou partir sans savoir vraiment où... Le choix est vite fait.
C'est un putain d'adieu que j'dois faire en faîte. Et l'pire, c'est d'savoir que le faîte de jamais revoir mon père, ne me gêne pas. Rien à foutre. J'peux passer ma vie sans lui, le revoir que dans sa putain d'tombe et attendre qu'il soit sous terre pour pisser sur son cercueil.

J'passe mon sac à Hunter, renonçant à l'idée de l'réparer de suite, ça attendra qu'on soit à l'hôtel, et là, il n'aura plus d'excuse. J'lui laisserai plus l'choix de toute façon.
J'le regarde s'éloigner vers la porte d'entré, et prend quelques secondes pour observer une derniére fois la pièce... Il va s'passer quoi, quand mon géniteur se réveillera ? Quand il se rendra compte que sa femme n'est toujours pas revenu, et que sa fille à foutu l'camps ? Qu'il git comme une merde par terre, et qu'il n'a plus rien ? Putain, faites qu'il se décide à s'foutre une putain de balle dans l'crâne...
J'reviendrai plus ici, mais j'serai obligé de repasser dans l'coin... Rien que pour Helen. J'peux vivre sans savoir ce que l'autre connard fait... Mais... A l'idée qu'Helen soit là, et que j'l'ignore.... J'peux pas. J’abandonne pas l'idée de la retrouver et dès que j'me retrouverai seule, j'repartirai à sa recherche.

J'm'adosse quelques secondes au mur, la vision trouble, les jambes tremblantes. - Putain.... Putain... J'sais pas où j'vais, mais en sachant ce que j'laisse, j'ai aucun regret... D'ailleurs.... Mon regard revient sur le corps de l'autre con qui s'agite légèrement dans son inconscience. ça fait mal, hein ? Connard.
J'fais quelques pas, revenant vers lui, m'agenouillant. L'adrénaline me faisant presque oublier la douleur. C'est tellement étrange, bizarre... de le voir là...
C'est bizarre, mais ça m'énerve. C'est qu'un putain d'homme et pendant toutes ces années, je l'ai laissé se prendre pour un Dieu... - Tssss...
J'soupire légèrement avant de sourire, de lui cracher à la gueule et d'me relever. Rien à foutre qu'il ne sache jamais que c'est moi. Rien à foutre qu'il pense que c'est Hunter, tant que moi, j'sais, que j'ai tenu la promesse que j'lui ai faite, ce putain d'jour où il m'a pété le bras.
Sur ce, j'ai plus rien à foutre dans l'coin. J'fais demi tour et regagne la porte d'entrée, sortant pour rejoinde Hunter. J'prend l'temps de m'allumer une clope, niant ma souffrance et le malaise qui m'gagne. Rien à foutre. Rien à foutre. Rien à foutre.
Bientôt j'fermerai les yeux dans un putain d'lit et j'me laisserai aller.
- Tu va pouvoir marcher jusqu'à ta moto, papy ?
J'lève un sourcil, lui adressant un léger sourire amusé. Quoi ? Faut bien détendre un peu l’atmosphère.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : overbooké
CREDITS : cherrylips
NOMBRE DE MESSAGES : 684

ÂGE : 29
LOGEMENT : East Jefferson Street (8)
OCCUPATION : pompiste/mécano au Teller & Redd's Garage (Grayson)
HUMEUR : massacrante
ETAT PHYSIQUE : Blessures - Il boite légèrement depuis son altercation avec le père de Baby, survenue peu de temps après que Carter l'ait percuté avec sa voiture.

Tatouages - dos complet (une faucheuse accompagnée des mots "son of anarchy" ) ; avant-bras droit (pierre tombale sans nom, encadrée par un arbre mort, une lune et quelques corbeaux)
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: C'n'est pas mon problème.
Autres comptes: Dorian Spelling, Nathaniel Redd, Tyler Lawson
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 00. Only Shit [Hunty] Ven 4 Avr - 16:48



Only shit


La patience n’est pas son fort mais, malgré ses craintes d’être surpris sur les lieux du délit, il accorde volontiers un peu de temps à la jeune femme. Il ne sait pas comment il réagirait si quelqu’un venait le tirer de chez lui un beau jour… Certainement qu’il aurait envie de s’attarder un peu sur les lieux, de se remémorer quelques bons et mauvais souvenirs. Peut-être qu’il se dégonflerait, contrairement à la brunette qui finit par ressortir de l’habitation.
Elle paraît un peu pâlotte (malgré les couleurs non naturelles qui barbouillent son visage) et il est prêt à parier que son cœur cogne à tout rompre dans sa poitrine, mais elle le fait. Elle avance. Elle s’éloigne. D’un pas mal assuré, mais ça paraît normal vu son état physique et vu ce que ce départ signifie.
Elle s’allume une clope et Hunter remarque le tremblement de ses mains. Et cette petite conne vient se foutre de sa gueule. Ca le fait sourire. Et ça lui fait mal. Ce fils de pute ne l’a décidemment pas raté.
« Tu va pouvoir marcher jusqu'à ta moto, papy ? »
« Tu vas pouvoir grimper dessus, fillette ? »
Là-dessus, il se met en route, balançant le sac de Baby par-dessus son épaule où il le maintien. Quand il estime qu’elle a assez tiré comme ça sur sa clope, il lui fait signe de la lui filer. Il vient de péter la gueule de son géniteur, elle lui doit bien ça, non ?  En tout cas, elle ne se fait pas prier et il tire quelques lattes avant de la lui rendre.

L’image doit être risible. Deux bras cassés (dont l’une pour qui c’est du sens littéral) qui boitillent, titubent plus qu’ils ne marchent réellement, dans la rue. Deux écorchés vifs, deux rebus de l’humanité, des laissés pour compte. Deux connards d’orphelins…
Hunter observe sa cadette à la dérobée, se demandant ce qui aurait finit par se passer s’il n’était pas venu la chercher. Est-ce qu’elle aurait fini par crever sous les coups de son tortionnaire ? Est-ce qu’elle aurait fini par se retourner contre lui et par le buter, terminant ses jours en prison ?  Est-ce qu’elle aurait tenté à nouveau sa chance à Grayson ? Peu de chance…
Non, franchement, il est content d’avoir suivi son instinct et d’être venu. Il est reconnaissant à Nathaniel et Carter qui sont venus le secouer au bon moment. Ils leur ont probablement sauvé la vie à tous les deux…  

Il voit Baby chanceler dangereusement près de lui et referme très vite sa main sur son bras, l’air inquiet.
« Hey ça va aller gamine ? » la questionne-t-il. Il voit bien que non mais elle lui sert un sourire crispé qui l’agace prodigieusement. Pas vraiment sa faute, c’est juste que ça le rend dingue qu’elle se sente obligée d’encaisser face à lui. Ca le rend dingue de ne pas être arrivé plus tôt.  Ca le rend dingue d’avoir la certitude que c’est loin d’être la première fois qu’elle doit serrer les mâchoires et donner le change…
« Appuie-toi sur moi. J’suis pas aussi vieux qu’j’en ai l’air, j’peux encaisser » lui sourit-il.
Elle se laisse plus ou moins faire et le contact est étrange… Sa proximité le met mal à l’aise, et il finit par cracher le morceau.
« T’aurais pas dû me mentir. Ca aussi j’aurai pu l’encaisser… C’est le mensonge qui…qui m’a fait dire tous ces trucs. »

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.

_________________
I've been a fool and I've been blind
I can never leave the past behind
Revenir en haut Aller en bas

Baby Stewart
Profil
Secrets
Contact



MessageSujet: Re: 00. Only Shit [Hunty] Sam 5 Avr - 14:37

- Y grimper s'rait pas le soucis... J'souris légèrement. - Y rester par contre.... J'devrai pas trop plaisanter sur le sujet, d'autant plus qu'effectivement j'risque bien d'tourner de l'oeil à un moment ou un autre. J'peux l'retarder, j'peux même faire genre que tout va bien, mais j'ai parfaitement conscience que mon corps tiendra plus très longtemps. Entre la douleur, l'alcool et tous ses sentiments explosifs qui martèlent mon crâne,... J'peux pas jouer sur tous les terrains.
J'fume tranquillement ma clope, tirant quelques bonnes lattes dessus, jusqu'à ce qu'il me la demande en faite. J'me fais pas prier pour lui passer... J'en ai encore plein dans mon cas et en prime... C'est pas que j'lui dois, mais il le mérite bien, non ? J'ai bien regardé mon père avant d'me tirer et vu l'angle que faisait son bras, il l'a vraiment fait, il lui a vraiment pêté... Juste parce que je lui ai demandé. J'savais pas qu'il le ferait vraiment, mais putain, j'regrette rien.... ça lui f'ra les pieds un peu.

J'suis pas état d'cogiter, mais j'arrive quand même à percuter que j'reviendrai plus dans l'coin. Ou du moins, j'crois j'y arrive. ça réveille tellement peu d'chose en moi, que ça en devient flippant. J'devrais pas être triste ? j'aurai pas dû avoir le coeur serré quand j'ai refermé la porte derrière moi pour la toute dernière fois de ma vie ? N'importe quoi qui puisse m'indiquer ue j'ai un jour été vraiment heureuse dans cette barraque... Mais non, la seule chose que m'inspire mon départ, c'est d'la joie.
J'recupère ma clope, gardant le silence. Marcher me demande suffisamment d'effort comme ça, de plus en plus, au fur et à mesure qu'on avance...
Des étoiles sombres brouillant ma vue et j'ai beau m'frotter les yeux, rien n'y fait. J'suis Out. Hors jeu. J'veux dormir, j'veux sombrer.

Oh putain... Un peu plus, et ma tête partait dire bonjour au bitume. Par réflèxe, je me raccroche à au bras d'Hunter qui tient le mien. La seconde d'après, une fois mon esprit un peu moins brouillé, j'me reprend et affiche le meilleurs sourire que j'puisse afficher à l'heure actuelle. - Ouais... J'suis... Fatiguée. C'est tout.
Et j'mens pas en disant ça, la souffrance, j'ai l'habitude de la gérer, les bonnes cuites aussi.... Mais cette putain d'fatigue qui m'tombe dessus, c'putain trou noir qui ne fait que m'appeler, c'est au dessus d'mes forces. Tellement, que ouais, j'm'appuie contre lui sans trop rochigner.
Jusqu'à ce qu'il ouvre sa gueule en faîte. Putain sérieux, c'est l'moment là ? J'sais qu'il doit en avoir gros sur l'coeur, mais quand même....
M'enfin, si il l'faut...
- J'voulais pas que ça se passe comme ça... J'voulais v'nir, te trouver, et juste... J'sais pas trop, t'expliquer les choses, savoir si tu avais vu Helen... Savoir si elle était avec toi... J'avais pas prévu qu'ma voiture me lâche... J'avais pas prévu qu'tu sois l'garagiste... Et j'avais pas prévu de te draguer... Quand j'ai su qui t'étais... J'pouvais plus te l'dire, en tout cas pas tout d'suite... Après...Après j'cherchais l'bon moment... mais il est jamais vu... Sans doute parce que y avait pas d'bon moment pour dire ça...
J'm'appuie contre lui plus que je ne voudrai bien...
Allez reprend toi, reprend toi Baby.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : overbooké
CREDITS : cherrylips
NOMBRE DE MESSAGES : 684

ÂGE : 29
LOGEMENT : East Jefferson Street (8)
OCCUPATION : pompiste/mécano au Teller & Redd's Garage (Grayson)
HUMEUR : massacrante
ETAT PHYSIQUE : Blessures - Il boite légèrement depuis son altercation avec le père de Baby, survenue peu de temps après que Carter l'ait percuté avec sa voiture.

Tatouages - dos complet (une faucheuse accompagnée des mots "son of anarchy" ) ; avant-bras droit (pierre tombale sans nom, encadrée par un arbre mort, une lune et quelques corbeaux)
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: C'n'est pas mon problème.
Autres comptes: Dorian Spelling, Nathaniel Redd, Tyler Lawson
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 00. Only Shit [Hunty] Mar 8 Avr - 11:53



Only shit


« Mouais… »
Qu’est-ce qu’il y a à dire de plus, franchement ? Elle n’a pas trouvé le moment et lui est passé pour le dernier des cons à la draguer, fin de l’histoire. Il ne peut pas revenir en arrière et se comporter différemment alors autant avancer. Peut-être qu’avec du temps, Hunter finira par ne plus songer au fait qu’il s’est imaginer baiser sa propre demi-sœur… Y a peu de chance cela dit. C’est le genre de souvenir gênant qui persiste.
Et tout le monde à Grayson l’a vu faire. Tout le monde a vu son petit manège avec elle au moment du pique-nique de Thanksgiving. S’il la ramène avec lui là-bas, le temps que sa situation se débloque un peu et qu’elle trouve un moyen de rebondir : tout le monde va se souvenir de son attitude et les regarder de travers. Il va se sentir sale. Apparaître comme un loser à leurs yeux à tous, il en a l’habitude mais là…là c’est clairement une autre affaire et Hunter n’est pas certain d’avoir les épaules pour ça.
Il peut les entendre d’ici, marmonner sur son passage, venir faire chier baby avec cette histoire, lui adresser des remarques pleines de sous-entendus… Ca le fait chier d’avance.

Et en même temps, il ne peut pas renoncer. Il vient de franchir un cap et surtout, il vient de faire franchir un pas de géant à Baby. Le garagiste vient de la contraindre à renoncer à toute son existence. En tabassant son paternel et en l’incitant à faire son sac pour le suivre, il s’est engagé à assurer ses arrières et il va lui falloir assumer.
C’est peut-être une erreur. La plus grosse qu’il ait jamais commise sans doute… Mais maintenant qu’elle ait faite, il va falloir qu’il essaie de gérer. Non… Pas qu’il essaie. C’est trop insuffisant, il va devoir gérer ça tout court.
Carter risque de déchanter un peu quand il lui racontera cette nouvelle bourde. Elle lui a demandé de se bouger un peu, de commencer à s’assumer, et il foire dès la première semaine. Il n’est pas foutu de s’occuper de lui-même et le voilà qui prend en charge une gamine brisée tant physiquement que psychologiquement (personne ne peut rester indemne dans le sillage d’Helen).
A partir de maintenant, il y a deux options : soit ils parviennent à se reconstruire l’un l’autre, à s’entraider, soit ils se plantent en beauté tous els deux et les choses tournent lamentablement mal. Et Hunter n’a jamais été un gros optimiste alors…

« J’suppose que j’t’ai pas facilité la tâche » finit-il par ajouter, histoire de la déculpabiliser un peu, ou histoire de commencer à assumer les choses, tout simplement.  
Ils restent silencieux jusqu’au parking où il a garé sa bécane quelques siècles plus tôt. Ou du moins c’est l’impression qu’il a. Baby a raison, il vient de prendre une dizaine d’années dans les dents. Et dans le putain de genoux qu’Hadley lui a flingué l’autre fois, en le renversant avec sa caisse.
« Ca va aller ? » demande-t-il une fois encore à Baby qu’il lâche quelques instants pour se préparer à prendre la route en sa compagnie, s’assurant qu’elle s’appuie au mur près d’elle.
Elle tente de le rassurer mais il sait tout de même qu’elle va avoir besoin de calme et de repos. Et d’aspirine. Beaucoup d’aspirine.
Hunter cale les affaires de la fille d’Helen sur son porte bagages, avec les siennes, et puis il enjambe l’engin et tend son casque à la brunette. Elle n’y coupera pas. Il lui sourit en la voyant l’enfiler et puis relève sa béquille et lui fait signe de s’installer.
« Accroche-toi bien » lui précise le motard, juste avant qu’elle ne passe timidement ses bras autour de lui.  « Si ça va pas tu m’préviens et on fera une pause. Mais en attendant, va falloir qu’tu m’guides un peu, j’ocnnais pas la région. Et j’veux pas prendre le premier motel venu. »
Au cas où ton paternel se mettrait en tête de se venger, ajoute mentalement Hunter.

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.

_________________
I've been a fool and I've been blind
I can never leave the past behind
Revenir en haut Aller en bas

Baby Stewart
Profil
Secrets
Contact



MessageSujet: Re: 00. Only Shit [Hunty] Mar 8 Avr - 20:51

T'y es pour rien Hunter... C'est moi qui... J'ai merdé. C'est tout.
Une fois d'plus, une fois encore. Et comme moi, il devra vivre avec le faîte d'avoir dragué un membre de sa famille. Pire, de l'avoir desiré. J'ai été trop con d'y aller comme ça. J'ai été trop con de pas y avoir pensé plus. D'toute façon, c'est toujours comme ça... Enfin, j'crois. J'sais plus. Là maintenant, j'dois continuer d'avancer. J'pense plus qu'à ça pour éviter d'l'oublier aussi.
J'vois pas l'trajet passé, mais chaque pas me rapproche d'avantage de l'inconscience. J'vais sombrer. J'veux sombrer. Et j'tiens juste parce que j'sais que bientôt j'pourrai.
J'm'adosse au mur quand on r'trouve enfin le bar... Je l'ai quittée y a seulement quelques instants, mais j'ai l'impression qu'une vie s'est écoulée entre temps. J'partais en craignant pour Hunter et j'vais pas mentir, pour les retombés sur ma gueule une fois mon père remis... Et j'reviens pour... Tout quitter. J'ai beau essayer... Toujours rien... Rien et surtout pas de larme.
J'm'appuie entièrement contre lui, sans aucun scrupule. Il n'est pas le premier l'fils d'Helen. L'mur ne peut pas me juger, il ne peut pas avoir pitié ou tout autre sentiment du genre qui m'écoeure. L'mur peut pas non plus s'en vouloir ou culpabiliser...
Le motard par contre, à les épaules affaissées sous un poids qu'il ne devrait pas avoir à porter. Moi.

Est ce qu'il regrette déjà sa décision ? Est ce qu'il réalise dans quel merdier il s'est fourré ? J'ravale un sourire amère... Et là, maintenant, j'me jure de m'tirer dès que j'en serai capable. J'serai pas un boulet pour lui. J'reviendrai pas non plus ici... J'ferai comme Helen en faîte... Peut être que j'pourrai être heureuse comme ça.
Dans les brumes de mon esprit, j'me promet d'partir... C'est la meilleur des solutions pour lui. Sans doute pour moi aussi. J'pourrai oublier ma culpabilité, continuer d'mourir à petit feu, et m'foutre en l'air sans remord. Y'aura qu'moi pour assumer mes conneries. Et puis sérieux... J'sais même pas où j'vais. Grayson me semble peu probable, pas après la merde que j'ai du y foutre... Si ils apprennent que j'suis la fille d'Helen.... Et au vu du comportement d'Hunter.... On pourrait bien l'pendre par les couilles, tiens.

Ouh là... j'ouvre rapidement les yeux, un peu plus et j'perdais l'fils. J'retourne à la réalité et prend le casque tendu... Pas la motivation de gueuler.
J'monte sur la moto et même dans mon état, j'suis presque... Gêné de devoir passer mes bras autour de sa taille... Putain c'est pourtant pas ambigüe ça, comme geste....
- Ouais ouais... J'lui dirai. Mais j'tiendrai. J'en doute pas une seconde. - Y a un motel.... A deux heures d'ici... C'est pas l'chemin principale pour partir d'ici... Mais... Mon père y a jamais été et je doute qu il connaisse
Parce que ouais, j'ai bien saisis l'message et même si il ne pense pas à son potentiel retour, moi, j'y songe. Et j'ai vraiment pas envie d'tomber sur lui quand il s'ra en état de se lever. Parce que bras pété ou pas, il s'vengera.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : overbooké
CREDITS : cherrylips
NOMBRE DE MESSAGES : 684

ÂGE : 29
LOGEMENT : East Jefferson Street (8)
OCCUPATION : pompiste/mécano au Teller & Redd's Garage (Grayson)
HUMEUR : massacrante
ETAT PHYSIQUE : Blessures - Il boite légèrement depuis son altercation avec le père de Baby, survenue peu de temps après que Carter l'ait percuté avec sa voiture.

Tatouages - dos complet (une faucheuse accompagnée des mots "son of anarchy" ) ; avant-bras droit (pierre tombale sans nom, encadrée par un arbre mort, une lune et quelques corbeaux)
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: C'n'est pas mon problème.
Autres comptes: Dorian Spelling, Nathaniel Redd, Tyler Lawson
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 00. Only Shit [Hunty] Mer 9 Avr - 11:31



Only shit


Il n’est pas certain qu’elle tienne le coup durant deux heures supplémentaires mais il ne voit pas trop quoi faire d’autre. S’il la conduit aux urgences les plus proches, les chances qu’ils croisent son paternel sont trop élevées. Hors de question de la conduire au service de Trimble qu’il connaît comme sa poche mais se trouve à plus de dix heures de route. Il va falloir qu’elle s’accroche et qu’il en fasse autant.
Hunter fait ronronner son moteur et, une fois assuré que la gamine le tient assez fermement, il s’élance en essayant de ne pas trop réfléchir à ce qui se passe et à ce qui les attend. Et il ne parle pas évidemment du trajet qu’ils ont à faire, même si c’est une source d’inquiétude, il pense évidemment à un futur plus lointain et nébuleux encore…
Mais ils traverseront ce pont quand ils l’atteindront. En attendant, il se prévoit deux trois jours de repos, qui ne seront assurément pas de trop à la brunette dans son dos. Il se demande à quoi elle songe de son côté… Est-ce qu’elle fait actuellement ses adieux à sa ville natale qu’ils quittent à allure réduite pour ne pas attirer davantage l’attention ? Ou bien est-ce qu’elle est trop KO pour en avoir réellement conscience ?

Finalement, ils s’arrêtent après une trentaine de minutes seulement, dans une petite station service en bordure de route. Hunter a besoin d’une pause et il sent que sa passagère pourrait également en bénéficier.
Ils se dirigent vers les toilettes du bouge et, pendant que la gamine vide sa vessie, le grand blond va leur acheter de quoi se réhydrater en bonne et due forme. Il la rejoint avec deux bouteilles d’eau et une barre de céréale pour chacun. Elle n’a pas l’air emballée mais il la prévient qu’il ne redémarrera pas tant qu’elle ne l’aura pas engloutie.
Ils parlent peu. Baby retourne sa menace contre lui de ne pas remonter sur sa bécane si Hunter ne la laisse pas s’occuper de ses blessures de guerre. Il capitule et la laisse faire avant que les rôles ne s’inversent.

« Putain… J’aurai dû l’cogner plus fort » réalise-t-il en examinant plus attentivement les marques de brûlures dans le cou de la fille d’Helen. Ca le rend malade. L’odeur est insupportable, mais il va éviter de le lui signaler et contrôle ses grimaces pour ne pas la vexer. « J’sais pas trop comment t’es supposé traiter ce genre de trucs. J’sais qu’faut passer de l’eau froide et qu’y a des crèmes pour soulager mais… »
Mais ils n’ont pas ça sous la main et l’eau froide ne fera plus rien à ce stade. Elle va garder d’affreuses cicatrices circulaires… Ca le rend furieux.
« On va essayer de trouver une pharmacie » décrète Hunter avant de pousser un soupir et de se reculer, sa tâche accomplie. Il a fait ce qu’il a pu avec ce qu’ils avaient sous la main et que Baby a fait sortir de sa baraque avant qu’ils la quittent comme des voleurs.
Il s’appuie à la porte de la cabine de toilettes dans son dos et croise son propre reflet dans le large miroir un peu crasseux de la pièce. Il sourit.
« Putain quelle matinée… Ca me rappelle mes virées avec Helen... Jamais le temps de s'ennuyer. on allait de surprises en surprises...et pas forcément des bonnes. »

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.

_________________
I've been a fool and I've been blind
I can never leave the past behind
Revenir en haut Aller en bas

Baby Stewart
Profil
Secrets
Contact



MessageSujet: Re: 00. Only Shit [Hunty] Mer 9 Avr - 19:02

- T'aurai cogné plus fort tu l'aurai tué... Pas que ça m'fasse chier, hein, mais ça t'aurais attiré encore plus d'emmerdes... Je le laisse finir avant de détacher mes cheveux et de les laisser cacher les brûlures encore à vifs. - 'vla c'est réglé.
Franchement on va pas tortiller du cul et s'faire chier à s'arrêter toutes les trente secondes pour ça. Ca en vaut pas l'coup et pour les cicatrices... Bah je les cacherai sous un énième tatouage. Fuck.
J'me laisse faire, juste parce qu'il s'est laissé soigner juste avant... Il va avoir de sacrés bleus et de bons élans d'douleur pendant quelques jours, mais j'suis rassurée qu'il n'y ait rien d'autre. Pas de plaies bien ouvertes ou quoique ce soit d'pêté. C'est déjà ça, et j'men contente pour m'consoler. C'est quand même dur de pas culpabiliser.
A l'évocation d'Helen, j'peux pas m'empêcher de légèrement sourire, j'me tourne vers les lavabos pour me rincer l'visage et chasser la fatigue qui gagne de plus en plus de terrain, avant d'hocher la tête et de le regarder à travers le miroir. - Helen est douée pour ça... Tu sais toujours quand tu pars, mais jamais quand tu rentres, ni comment... Et il t'arrives toujours tout un tas d'merde que tu pouvais même pas imaginer...
L'hotel où on va, c'est d'ailleurs un de ceux qu'elle affectionne... Quand j'venais avec elle, on s'y arrêtait souvent en partant, juste pour manger un morceau ou pour dormir quelques heures... On y restait guère plus parce qu'elle avait toujours hâte de partir. Plus loin. Plus longtemps... Au final, j'crois que si j'la retrouve pas, ça s'ra pour toujour maintenant.

C'est en voyant mon propre reflet que j'réalise que j'porte toujours ma connerie de pyjama et que j'me suis pas changé. J'ai une tête qui dissuaderai même le plus téméraire de v'nir me faire chier et j'suis si blanche que j'ai l'impression d'ressembler au cul d'un bébé... le sang et les hématomes en plus.
- Tournes toi trente secondes s'te plait....
Et sans plus attendre, j'retire mon haut pour en piocher un dans mon sac et en enfiler un plus décent, j'serre les dents quand l'tissu passe sur ma peau et effleure mes blessures. Et j'suis bien contente qu'il soit tourné quand j'dois m'rattraper au lavabo et serrer la céramique pour ne pas gémir sous la souffrance quand j'enfile mon jean. Putain, ça fait pas du bien ça... Mais alors pas du tout, m'enfin ça a au moins le mérite de m'réveiller un peu...

- C'est bon...
Finis je par lâcher en reboutonnant mon pantalon... J'ai déjà moins l'air d'une évadé d'un asile... ça aidera un peu plus, si mon père se met en tête de faire une vendetta...
- On y va ? J'tente un sourire avant d'sortir dehors. J'ai hâte de... De quoi ? D'aller dans un motel pour dormir et puis après ?
J'dois pas y penser... J'peux pas y penser maintenant de toute façon. Après on verra. Et si jamais j'dors sans plus m'réveiller...ça serait pas plus mal.
J'retiens un soupir... ça s'rait encore mieux dans une caisse... J'pourrai m'laisser sombrer à l'arrière. - Oh putain !! Ma caisse !! J'peux pas la laisser ici, c'con serait capable de la vendre ou de la démonter ou en faire de la merde !!
Comment j'ai pu oublier ma voiture ?! Merde ! Hors de question qu'elle reste alors que j'pars.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Profil
Secrets
Contact



MessageSujet: Re: 00. Only Shit [Hunty]

Revenir en haut Aller en bas
 

00. Only Shit [Hunty]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Road to Salvation :: VILLES ALENTOURS :: Le reste du monde-