AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Road to Salvation a fermé ses portes.


Partagez | .
 

 00. stand restauration † 11:25 AM [Baby, Hippolyte & Hunter]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Profil
NOMBRE DE MESSAGES : 231
Secrets
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: 00. stand restauration † 11:25 AM [Baby, Hippolyte & Hunter] Dim 8 Déc - 12:00

mini-event : Thanksgiving


casting Baby Stewart - Hippolyte Hickok - Hunter Pendleton - William Armstrong (PNJ)

synopsis
Hunter tombe sur Baby pendant le discours du maire et lui propose de faire la queue avec lui. Hippolyte, conscient du lien qui les unit, les observe de loin avec une certaine appréhension, pendant que William tente désespérément de lui faire la conversation...

pas d'ordre de passage

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Profil
Secrets
Contact



MessageSujet: Re: 00. stand restauration † 11:25 AM [Baby, Hippolyte & Hunter] Sam 14 Déc - 18:51

[HJ : Je dois parler au féminin dans mes posts jusqu’à fin décembre. Pour les réclamations, Elizabeth Pryde !
Si le post ne va pas, vous le dites ! Et comme votre synopsis est plus long, vous pouvez RP plusieurs fois chacun avant d'arriver au stant, si vous voulez !]

Un, plus un, plus un, plus un, plus un ...
J’étais sur pieds depuis très tôt, après avoir passé une nuit au poste car j’étais de garde. Puis, j’avais en parti aidé à la préparation des stands et géré le tout, et surtout les querelles qui avaient tendance à se créer un peu partout dans l’espace réservé, concernant une arrivée de produit ou son stockage. Et enfin, je me tenais derrière le stand de nourriture, pour approximativement trop longtemps.
Les dernières paroles d’Abraham s’étaient envolées depuis quelques minutes, son silence accueillant le vacarme du côté de mon stand (et non de chez Swan). Il fallait composer avec la foule affamée, leurs désirs de nourriture, la nourriture que l’on avait à répartir … Tout ça en gardant en supportant les remarques de William et en gardant un œil sur la foule. Bah oui, on ne se débarrasse pas de ses réflexes de flic juste pour un repas avec la majorité des habitants. Et il y avait suffisamment de monde et d’habitants que j’avais déjà reçu au poste pour ne pas être tout à fait tranquille. Alors que je me perdais dans une histoire de bière et de tarte aux potirons qui couraient et se servaient dans le poste hier soir. Ou quelque chose du même genre.
Enfin, je réussis à servir une ou deux douzaines de personnes pressées, les autres gérants de stand pour la plupart, avant d’apercevoir du coin de l’œil Hunter en charmante compagnie. Je relevais la tête deux repas servis plus tard, et pus apercevoir son visage. Pas exactement le même que celui que j’avais vu sur le vieil ordinateur du poste, mais c’était bien le même visage.
Je tendis une assiette à William, une bouteille d’eau à un client, me rendis compte de mon erreur et croisais les bras de manière à donner aux destinataires ce qu’ils désiraient, et soufflait. Ce travail me rendait complètement dingue. Plus les clients défilaient et plus j’avais des envies de meurtre. Malheureusement, il aurait été très mal vu que je sorte l’arme de mon jean et fasse un carton plein. Ou un bingo. Le 47, le numéro 47 ! Qui a le numéro 47 ? Et piouf, une balle. Tous les cinq ou six repas servis, par exemple. La foule se dissiperait bien plus vite de cette manière. Et puis, je n’étais pas obligé d’avoir tous les numéros … Si au final, je gagne quand même.
Après avoir servi un couple âgé qui prirent tout leur temps (comme d’habitude) et allèrent jusqu’à me demander des nouvelles du couple disparu et de ce que devenait ma fille, Hunter et Baby émergèrent enfin de l’autre côté de la table pleine de victuailles. William ne perdit pas son temps, lâcha vivement un bonjour identique à tous les autres, et s’occupa de la commande de ceux qui patientaient derrière le garagiste, comprenant sûrement avant moi qu’il allait devoir fournir un peu plus de boulot pendant quelques minutes. J’ignorais son petit souffle coupé et son probable mais discret roulement des yeux, tic qu’il adoptait depuis le début du service quand un client lui assénait un « je ne sais pas, vous avez quoi ? » et portais mon attention vers mes nouveaux clients.
- Salut Hunter ! Je serrais sa main, avant de la tendre vers sa … demi-sœur. Baby, je présume ? Enchantée. Alors, je vous sers quoi ? Inutile de vous dire que je sortais l’éternelle question depuis un certain temps, et qu’elle sonnait comme une phrase de GPS. Mais néanmoins, c’était mon boulot, pour aujourd’hui, et je devais de traiter mes « clients » comme tous les autres. Je ne pouvais pas juste dire à toute la file d’attendre un quart d’heure parce que j’ai envie de papoter avec mon (presque) frère. Les estomacs des clients ne comprendraient pas. Et ils avaient malheureusement tous eu la même idée (du moins, pour la plupart des femmes et des enfants) : allez tôt chercher la bouffe, avant qu’il n’y ait trop de monde mais la plupart s’étaient trompés et s’impatientaient, même s’ils prenaient le temps de parler à leurs voisins. L’impatience se lisait quand même sur leurs visages. Et leurs maris se trouvaient bien démunis devant le stand sans alcool.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : overbooké
CREDITS : cherrylips
NOMBRE DE MESSAGES : 684

ÂGE : 29
LOGEMENT : East Jefferson Street (8)
OCCUPATION : pompiste/mécano au Teller & Redd's Garage (Grayson)
HUMEUR : massacrante
ETAT PHYSIQUE : Blessures - Il boite légèrement depuis son altercation avec le père de Baby, survenue peu de temps après que Carter l'ait percuté avec sa voiture.

Tatouages - dos complet (une faucheuse accompagnée des mots "son of anarchy" ) ; avant-bras droit (pierre tombale sans nom, encadrée par un arbre mort, une lune et quelques corbeaux)
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: C'n'est pas mon problème.
Autres comptes: Dorian Spelling, Nathaniel Redd, Tyler Lawson
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 00. stand restauration † 11:25 AM [Baby, Hippolyte & Hunter] Dim 15 Déc - 16:49


Thanksgiving


Il est en veine aujourd’hui. Il a réussi à échapper aux corvées de la journée et, mis à part le froncement de sourcils désapprobateur de  la femme du maire lorsqu’il a apporté ses serviettes en papier au comptoir, personne ne l’a fait chier avec cette histoire de bouffe. Il allait quand même pas cuisiner pour tout le monde. Il savait à peine faire cuire un œuf alors… Puis acheter une bouteille de soda ou de jus ça aurait fait con selon lui, il aurait dû en acheter des tas. Les serviettes, c’est une bonne idée. On a toujours besoin de serviettes.
Mais le fait qu’on ne l’emmerde pas n’est pas la raison de son impression d’être veinard en ce jour d’actions de grâce. Ce qui lui a donné le sourire, c’est qu’il a repéré Baby dans la foule presque dès son arrivée.

Il n’était pas certain qu’elle viendrait, vu qu’ils avaient terminés les réparations sur sa voiture il y a deux jours, contre toute attente. Saint Louis avait eu des problèmes avec ses livraisons mais il s’était assuré qu’ils les livrent à temps pour que la jeune femme puisse repartir vivre sa vie, plutôt que de s’encroûter dans son village. Encore qu’elle ne devait pas être si désespérée que ça puisqu’elle avait refusé tous les rendez-vous que le mécanicien lui avait fixés… En plus, d'après les derniers potins - véhiculés par Nathaniel, ce qui n'était pourtant pas franchement dans ses habitudes - elle s'était dégoté un job à l'épicerie Pryde. Hunter s'était cherché des excuses pour y mettre les pieds, mais il était chaque fois mal tombé et n'avait eu à faire qu'à Charlie ou la gérante en personne, jamais Baby. Il n'avait pas osé demander son emploi du temps, par peur de paraitre un peu bizarre et d'attirer l'attention sur lui ou même sur elle. A croire qu'elle passe son temps à le fuir et que c'est à ça que se résume finalement son planning.

C’est pour cette raison qu’il n’envisageait pas sérieusement qu’elle se pointe après qu’il lui ait parlé de l’évènement organisé sur West Jefferson à l’occasion de Thanksgiving. Et pourtant elle était là. Mignonne, l’air un peu paumée et sur la défensive. Comme lors de leur première rencontre. Stressée aussi, pour une raison qui lui échappe un peu mais qu’il compte bien éclaircir.
Sa tenue lui arrache un sourire amusé. Elle doit se les peler avec son petit short et sa veste en jean. Une parfaite petite texane. Enfin au moins, elle a investi dans un collant et un bonnet qui lui va à ravir.  

Dès qu’il en a l’occasion, une fois le discours du maire terminé, il se jette sur elle. Pas littéralement bien entendu. Ce n’est absolument pas le genre de la maison.
« Hey, t’es restée finalement » sourit-il en se plantant devant Baby pour qu’elle ne puisse pas se débiner cette fois-ci, les mains enfoncées dans les poches de son jean large.  

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.

_________________
I've been a fool and I've been blind
I can never leave the past behind
Revenir en haut Aller en bas

Baby Stewart
Profil
Secrets
Contact



MessageSujet: Re: 00. stand restauration † 11:25 AM [Baby, Hippolyte & Hunter] Dim 15 Déc - 17:19

Pourquoi j'suis venue ? Moi, qui évites quoiqu'il arrive les réunions de mon propre bled paumé pour fuir à tout prit les ragots des mégères qui s'y retrouvent ou l'débordement de sentiment tout aussi faux que les sourires que les gens se collent aux lèvres en rencontrant des voisins qu'ils n'ont pas envie de voir, j'suis volontairement venu aux festivités d'un trou perdu où je n'suis qu'une étrangère... C'est stupide à souhait. J'sais que j'suis pas du coin, et j'suis pas prête de l'oublier au vu des regards, curieux pour les plus sympathiques, qui m'sont décochés alors que j'me mêle à la foule. Bon, c'est vrai que j'commence à connaitre quelques visages, surtout d'puis que j'bosse à l'épicerie, mais clairement, ici, ce n'est pas chez moi, et j'ferai bien de ne pas l'oublier. Définitivement non, ce n'est pas avec l'envie de m'intégrer que j'suis venue ici. Alors pourquoi, merde ? J'dois pas rester. J'peux pas rester. J'suis que de passage ici, peut être même que j'aurai du m'tirer dès que j'ai enfin pu récupérer ma caisse, j'ai plus d'raison d'être là... ça fait une vingtaines de jour que je suis là, et je n'ai pas vu ne serait qu'un indice de la présence d'Helen... C'est pour elle que j'suis là. Pour personne d'autre, pas pour Hunter, dont j'ai repoussé chaque rendez vous parce que je n'ai jamais trouvé l'courage de lui dire qui j'suis vraiment, ni même pour Evan qui m'offre pourtant des moments d'évasions inédits. J'dois pas l'oublier ça. Avant d'projeter des plans sur la comète, faut que j'me rappelle que j'cherche Helen. Rien que ça.

J'ai longuement penser à partir sans rien dire au garagiste. Sans bouleverser sa petite vie en lui annonçant qu'il a une demi sœur et qu'sa mère à refait sa vie... Sans pour autant l'chasser de son esprit. Mais, y a toujours le doute: Et si elle était venu avant moi ? Si elle était passée l'voir, ou qu'il savait où elle était ? J'peux pas retourner chez moi sans elle, sans un p'tit renseignement sur l'endroit où elle se terre. Déjà parce que j'pourrai pas me le pardonner, ensuite parce que y en a un autre qui m'laissera même pas l'temps d'ouvrir la bouche avant d'me cogner dessus...
Putain, j'peux même pas dire que j'assiste à la fête pour me changer les idées, niveau alcool ici c'est.... limité, c'est toujours comme ça dans les trucs du genre. Ca évite la merde à c'qu'il parait... Alors pourquoi, putain ?
J'enfonce les mains dans les poches de mon short, me mêlant à la foule qui se disperse alors que l'discours du type qui doit être le maire se termine. On s'les gèles en plus ici, certes, j'ai eut la bonne idée d'acheter avec mes tunes légalement gagnés deux ou trois trucs pour affronter l'temps, mais j'ai pas encore eut l'occasion d'm'acheter un manteau... Ou plutôt je m'y suis refusé, pour me rappeler  que j'suis que de passage ici.

Perdu dans mes pensées, j'manque de sursauter quand.... Hunter se poste devant moi... Ah bah voilà pourquoi j'suis venu... C'est pour lui. Ou en tout cas dans l'espoir de trouver suffisamment de courage pour lui avouer qui j'suis. Mes yeux se relèvent vers les siens, et j'peux m'empêcher de sourire - Ouais, à c'qu'il parait ça vallait l'détour. Putain, il est beau ce con, même en sachant que c'est l'fils d'Helen, je ne peux m'empêcher de l'trouver beau. Et dès que je m'en rend compte, je culpabilise forcément, c'est pas sain, ça, comme pensée. Mais alors pas sain du tout. L'envie de retourner m'terrer dans la cabane d'Evan, contre lui, à l'abri du reste du monde me prend aux tripes, mais j'me refuse d'y céder. Un peu d'courage, putain.... Mais vu qu'il tarde à venir, et que je ne sais pas trop comment aborder la véritable raison de ma visite, j'meuble. - J'allais prendre un truc à manger... Chaud d'préférence. J'désigne d'un léger signe de tête la queue que forme les affamés près du stand. Ouais, j'devrai pas. J'devrai soit partir très loin, soit tout lui dire maintenant, mais surement pas l'inviter plus ou moins à attendre avec moi. Mais entre ce que j'devrai faire et c'que j'fais, y a toujours un putain de décalage.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : overbooké
CREDITS : cherrylips
NOMBRE DE MESSAGES : 684

ÂGE : 29
LOGEMENT : East Jefferson Street (8)
OCCUPATION : pompiste/mécano au Teller & Redd's Garage (Grayson)
HUMEUR : massacrante
ETAT PHYSIQUE : Blessures - Il boite légèrement depuis son altercation avec le père de Baby, survenue peu de temps après que Carter l'ait percuté avec sa voiture.

Tatouages - dos complet (une faucheuse accompagnée des mots "son of anarchy" ) ; avant-bras droit (pierre tombale sans nom, encadrée par un arbre mort, une lune et quelques corbeaux)
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: C'n'est pas mon problème.
Autres comptes: Dorian Spelling, Nathaniel Redd, Tyler Lawson
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 00. stand restauration † 11:25 AM [Baby, Hippolyte & Hunter] Dim 15 Déc - 18:13


Thanksgiving


Il est satisfait de la voir lui sourire, même si elle n’a pas franchement l’air de se détendre. Ou alors c’est juste qu’elle est gelée la pauvre. Les températures sont clémentes, c’est un fait, mais sans doute au point de se balader en minishort en jean avec des santiags. Certes c’est classe et ça ne le gêne absolument pas de pouvoir se rincer l’œil sur ses gambette ou son postérieur ferme, mais elle ne doit pas être hyper à l’aise comme ça. Et elle va l’être encore moins quand elle aura senti le regard outré et réprobateur de tout le village se poser sur sa silhouette frêle et frigorifiée.
Elle a l’art et la manière de préparer ses valises apparemment… Une déesse de la prévision, un peu comme lui qui ne prête attention à ce genre de détail qu’une fois qu’il est trop tard. Une chance qu’il en sache long sur l’art de la débrouille, grâce à sa génitrice.
« J'allais prendre un truc à manger... Chaud d'préférence. »
« J’étais justement en train de me demander si tous les texans avaient le sang chaud ou si tu étais une exception. Ravi d’constater que t’es aussi sensible au froid que le restant d’entre nous ! »
Il lui adresse un de ces sourires en coin dont il a le secret et qui les font toutes craquer… Le même qu’Helen d’après certains. Un sourire irrésistible qui ouvre toutes les portes mais n’a absolument rien d’angélique…

« Attends. »
Avant qu’ils se mettent en route, il se débarrasse de son veston en cuir qu’il tend à Baby.
« Tiens-moi ça deux minutes. J’suis désolé, ça va pas forcément coller avec ton style, mais j’vais pas pouvoir supporter d’te voir grelotter comme ça » explique Hunter en se séparant de son hoodie, pour se retrouver en teeshirt. Il en porte deux en réalité : un à manches longues surmonté d’un second, bleu foncé, à manches courtes. Ca lui suffira amplement, d’autant qu’il va récupérer son veston dans une seconde. « Tiens. Et essaye même pas d’protester, ça m’vexerait. »
Elle lui rend son cuir et il lui tend son sweatshirt qu’elle enfile.
« Il te va mieux qu'à moi, j'suis jaloux. J'vais devoir te l'laisser » se moque-t-il gentiment, alors que Baby s’observe nager dans son hoodie sombre. « Allez viens, c’est moi qui régale ! »
C'est faux bien entendu, puisque tout est gratuit.
Et là-dessus, alors que la brunette a terminé de faire repasser ses cheveux par-dessus le vêtement et de réajuster son bonnet, il passe son bras autour de ses épaules pour l’entrainer vers la queue. Reste à voir si elle va le laisser faire ou chercher à se soustraire à son contact…

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.

_________________
I've been a fool and I've been blind
I can never leave the past behind
Revenir en haut Aller en bas

Baby Stewart
Profil
Secrets
Contact



MessageSujet: Re: 00. stand restauration † 11:25 AM [Baby, Hippolyte & Hunter] Dim 15 Déc - 19:03

Ma première réaction face à sa remarque sur ma tenue est la plus spontanée et sans nul doute la plus gamine que je puisse avoir: Je lui tire la langue. C'était soit ça, soit l'doigt d'honneur, et visiblement, mon impulsivité à trancher pour moi. P'tit con, va ! J'vais pour lui répondre mais ma remarque est coupé net par son sourire. Putain, ça... Il a pas le droit. Non seulement, mon coeur loupe un battement, mais l'instant d'après mon estomac se noue sous le dégout que je m'inspire. Heureusement que j'ai suffisamment l'habitude de me haïr pour ne rien laisser paraitre. Ce sourire... C'est celui d'Helen. Combien de fois l'a t-elle fait à mon père pour désamorcer un conflit ou obtenir ce qu'elle voulait. A mon père ou à n'importe quel homme d'ailleurs, j'avais jamais compris l'truc jusqu'à maintenant... ça, c'est un coup en traitre, merde... J'sais qu'il ne sait rien, mais ce n'est pas une raison pour user d'un truc pareil ! Merde... Même si il ignore que je suis aussi la fille d'Helen, j'dois avoir quoi, une dizaine d'année de moins que lui ? Un truc dans l'genre ? Alors pourquoi est ce que je suis la seule à devoir être raisonnable ?! J'veux bien faire des efforts moi, mais putain Karma, tu pourrais de temps en temps me filer un p'tit coup de pouce, et arrêter avec les coups bas dans l'genre.
- J'avais pas prévu les soucis d'météo quand j'suis partie. Et puis j'ai déjà les collants et l'bonnet... C'est pas si mal que ça !

J'vais pour rejoindre la file d'attente et enterrer définitivement le sujet mais en plus d'être beau, grand et bien foutu, fallait en plus qu'il soit naturellement... Gentil. Sérieusement, il va vraiment m'filer son sweat ? Je n'ai pas l'temps d'y penser plus qu'il me tend son cuir pour que je lui tienne, le temps qu'il retire son pull. Allons y, fallait que l'homme parfait soit mon frère tiens, histoire de un, que j'me dégoute à mort pour le penser, et qu'ensuite, j'me rend compte du décalage qu'il y a entre lui et moi. Comment on peut avoir la même mère et être aussi différent ? Est ce que c'est Helen qui lui a apprit tout ça avant qu'on le lui vole? Est ce que c'est moi qui lui est définitivement ruinée l'esprit ? J'sais pas. J'en sais rien, moi. Il aurait pu tout aussi bien être élèvé par l'bon Dieu en personne que ça ne changerai rien à la donne. Je n'ai pas à le trouver beau. Je ne dois pas le trouver attirant. Un point c'est tout. Et puis merde, pour qui il me prendra quand j'aurai la force de lui dire la vérité ?
Allez, on ouvre la bouche et on refuse son aide, on se les gèle et c'est tout, ça m'aidera à garder les idées clairs, tiens.  Et bah non... On referme la bouche parce que sinon, il va s'vexer... Bon... Bah soit. Puisque j'ai pas le choix de toute façon. Cuir rendu, j'enfile son sweat, autant dire qu'il est trois fois trop grand pour moi mais au moins, il a le mérite de m'couper du froid. Un léger frisson et j'remets correctement bonnet et cheveux. - C'est ça, fous toi de ma gueule, j'te dirai rien.
J'souris en secouant la tête, levant les yeux au ciel.

On ne pense pas au parfum que dégage le sweat prêté, on s'encre l'image d'Helen dans l'esprit, et on marque au fer rouge dans un coin bien visible, qu'Hunter est mon putain de demi frère.
Bah oui, tiens... Passe ton bras autour de mon épaules... Vas-y, j't'en prie, la situation était déjà pas assez malsaine comme ça. Tu veux pas m'embrasser aussi ? Comme ça, tu n'auras plus qu'à m'cracher dessus quand tu sauras que tu as draguée le second enfant d'Helen... Quoique... ça se fait ça, entre frères et soeurs, non ? Ça peut être innocent comme geste, voir même.... amical. Vas-y, réconfortes-toi, comme tu veux. Je doute que dans son esprit, ce soit aussi chaste.
Ce n'est qu'une fois dans la queue, que j'trouve l'excuse de fouiller dans les poches de mon short pour en tirer mon paquet de cigarettes pour me soustraire à son bras. - T'as ramené quoi pour la fête ? Enfin, j'suppose que ça marche partout pareil, non ? Dans c'genre de réunion, tout l'monde ramène un petit quelque chose.... Je le regarde quelques secondes, lui adressant un sourire amusé. - Remarque, j'te vois mal derrières les fourneaux pour ramener une tarte ou une dinde qui régalera tous tes voisins. Hey, il s'est foutu de ma gueule, ça, au moins, j'peux lui rendre sans culpabilité.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : overbooké
CREDITS : cherrylips
NOMBRE DE MESSAGES : 684

ÂGE : 29
LOGEMENT : East Jefferson Street (8)
OCCUPATION : pompiste/mécano au Teller & Redd's Garage (Grayson)
HUMEUR : massacrante
ETAT PHYSIQUE : Blessures - Il boite légèrement depuis son altercation avec le père de Baby, survenue peu de temps après que Carter l'ait percuté avec sa voiture.

Tatouages - dos complet (une faucheuse accompagnée des mots "son of anarchy" ) ; avant-bras droit (pierre tombale sans nom, encadrée par un arbre mort, une lune et quelques corbeaux)
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: C'n'est pas mon problème.
Autres comptes: Dorian Spelling, Nathaniel Redd, Tyler Lawson
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 00. stand restauration † 11:25 AM [Baby, Hippolyte & Hunter] Dim 15 Déc - 20:23


Thanksgiving


Ils s’approchent de la queue qui a déjà commencé à se former devant les doubles tables pleines de victuailles, apporter par ses charmants voisins. Franchement, un plat de plus ou de moins ne changera pas grand chose. Un plat complètement raté qui plus est, puisque les gens du coin ont tendance à ne pas apprécier qu’on apporte des trucs tout fait et tiennent absolument à ce que tout le monde mette littéralement la main à la patte. Qu’ils aillent se faire voir : des serviettes, c’est parfait. Tout le monde a besoin de serviettes.  Mais inutile de revenir là-dessus.

Hunter se félicite en tout cas une fois encore d’avoir proposé à la brune de passer jeter un œil au parc pour y manger gratis aujourd’hui. Sans ça il aurait été contraint de faire la queue en solo ou bien de chercher une personne avec qui ça ne l’aurait pas dérangé de passer un peu de temps. Sauf qu’ils ne sont pas légion en ce moment.
Entre Anastasia avec qui il est en froid depuis qu’ils se sont mutuellement réchauffés et…et c’est tout en réalité. Il sait que Carter et Hippolyte sont occupés à tenir un stand et ils sont à peu près les seuls voisins qu’il tolère. Il y a bien Charlie avec qui il s’entend plus ou moins mais il ne l’a pas encore repérée parmi la foule et puis il préfère la compagnie rafraichissante de Baby. Charlie, il la connaît par cœur et ce sous tous les angles alors… C’est moins fun, forcément.

Ils sont à peine posés que Baby s’arrache à son étreinte pour s’allumer une cigarette. Il la laisse faire en essayant de ne pas se vexer. C’est un peu dur… Mais faut dire qu’il est très susceptible. Pour ne pas avoir l’aitre trop con, il enfonce donc à nouveau ses mains dans ses poches.    
« C’est pas mon truc, c’est clair. Et j’te renvoie l’compliment, j’ai du mal à t’imaginer en ménagère modèle » réplique Hunter en lui servant un nouveau sourire, avant de désigner ses mains du menton pendant qu’elle s’apprête à allumer son cylindre cancérigène. « Par contre, j’s’rai toi, j’éviterai la clope ici. Y a des enfants, ça va faire chier du monde. Ou bien faut qu’tu t’éloignes un peu… »
Il se souvient qu’il détestait l’odeur des clopes de sa mère quand il était plus jeune et c’est devenu une habitude chez lui de faire attention aux poumons des plus petits. Et puis c’est sans compter sur les remarques des mères sexuellement frustrées qui ne vont pas tarder à pleuvoir sur la gamine si elle s’allume cette clope. Il n’a pas envie que sa journée soit parasitée inutilement.

« Parle-moi un peu d’comment c’est justement là d’où tu viens. Ils ont tous ton drôle d’accent là-bas ? » la taquine Hunter, retrouvant son sourire en coin.
 

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.

_________________
I've been a fool and I've been blind
I can never leave the past behind
Revenir en haut Aller en bas

Baby Stewart
Profil
Secrets
Contact



MessageSujet: Re: 00. stand restauration † 11:25 AM [Baby, Hippolyte & Hunter] Dim 15 Déc - 22:20

- Et bien figures toi que tu t'trompes, j'ai des talents insoupçonnés ! Pas que je sois vexée, mais quand même, j'ai une fierté à défendre. Déjà que j'passe pour la dernière des connes à ne pas prévoir au moins un manteau dans mes bagages, manquerait plus que j'passe pour une incompétente. Enfin, ça m'empêche pas d'sourire, malgré toute l'étrangeté de la situation... Jusqu'à ce que j'tilte mes paroles.... Euh... ça portait pas à confusion, là ? On est d'accord. On parlait bien d'cuisine et d'autres trucs de bonnes femmes, hein ? Le doute me pousse à m'reprendre. Déjà que j'suis quasi sur qu'il m'drague, si en plus j'm'y met, on est pas prêt de s'en sortir. - J'fais les meilleurs pâtes carbonara que tu ai jamais mangé. J'suis sur le point de m'allumer ma clope, quand il m'interromps, j'regarde autour de moi et effectivement, alors même que le briquet est toujours dans ma poche, j'ai déjà l'droit à deux ou trois regards courroucés et messes basses. Génial... Bon bah... J'range ma cigarette dans l'paquet, soupirant dans un léger sourire. - On va éviter l'incident diplomatique alors... J'fumerai plus tard.
Perso, j'en ai rien à foutre des poumons des gosses, personne n'a jamais épargné les miens, ni Helen, ni mon père, alors j'vois pas pourquoi j'm'en soucierai. Ouais, c'est con... J'm'en fou. L'essentiel c'est que j'capitule.

Il me fait rire avec ses conneries. - Quel accent ? C'est toi qui parle bizarrement, pas moi. Toi et tout c'bled. Ce sourire putain... J'sais très bien pourquoi il l'utilise, ce con sait qu'il est beau, et il en joue. T'as pas l'droit Hunter. Sérieux, r'garde moi. Tu peux pas m'faire ça, pas alors que j'me bats contre moi-même pour me rappeler que tu es le fils d'Helen et que MERDE, je n'ai pas l'droit de te trouver attirant alors qu'il arrête de l'être. - Enfin, ça ressemble quand même beaucoup à chez moi ici... En plus froid. Et tu va p'têtre pas l'croire, mais en plus accueillant. On a tendance à r'cevoir la nouveauté et les étrangers avec un fusil à pompe.
Et pas que.... Les gens bizarres aussi. J'ai beau être née dans c'village de merde, y a pas mal de bonnes femmes, du genre de celles qui m'lance toujours des regards sombres alors que ma clope est rangée, qui interdisaient leurs gosses de jouer avec moi ou de s'approcher de notre maison. C'est que dans mon coin on est assez superstitieux, certes ça ne vaut pas la Nouvelle Orléans, mais on a notre lot de légendes ou d'croyances absurdes... Et l'faites que la folie d'Helen était probablement contagieuse était assez rependu. D'autres la voyait plus comme une sorcière, pour les plus censés d'entre eux, elle était juste une femme à éviter, elle, l'alcoolo qui lui servait de mari, et leur fille. Mais évidemment j'tais tout ça, j'lui ai encore rien dit sur la raison d'ma venue ici, ce n'est pas pour lui parler d'mon enfance merdique.

Les mains dans les poches de son sweat, j'me réchauffe doucement mais surement, au même rythme que la file avance en fait. Il est clair que ce n'est pas le moment de lui dire. On est entouré de monde, dans un endroit public... J'sais pas quel moment sera idéal, mais faut pas être un génie pour savoir qu'il n'est pas encore venu. Bientôt peut-être. Ou pas. Peut-être qu'au fond, j'trouverai jamais l'courage de lui dire, et que je partirai sans jamais lui avoir parlé. Sans avoir retrouvé Helen. C'est sans doute le mieux pour lui. Il a l'air... Bien. Alors pourquoi j'irai tout foutre en l'air. J'peux très bien la trouver toute seule. J'peux.... Putain.... Histoire de chasser tout ça d'mon esprit, j'ouvre la bouche, juste pour parler. Comme ça. - Qu'est ce que j'peux dire d'autre sur mon bled... Oh putain, y a un bar où on sert une téquila qu'on s'arrache à des kilomètres à la ronde. Rien que pour ça, BlackWell devrait figurer dans les guides touristiques.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : overbooké
CREDITS : cherrylips
NOMBRE DE MESSAGES : 684

ÂGE : 29
LOGEMENT : East Jefferson Street (8)
OCCUPATION : pompiste/mécano au Teller & Redd's Garage (Grayson)
HUMEUR : massacrante
ETAT PHYSIQUE : Blessures - Il boite légèrement depuis son altercation avec le père de Baby, survenue peu de temps après que Carter l'ait percuté avec sa voiture.

Tatouages - dos complet (une faucheuse accompagnée des mots "son of anarchy" ) ; avant-bras droit (pierre tombale sans nom, encadrée par un arbre mort, une lune et quelques corbeaux)
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: C'n'est pas mon problème.
Autres comptes: Dorian Spelling, Nathaniel Redd, Tyler Lawson
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 00. stand restauration † 11:25 AM [Baby, Hippolyte & Hunter] Lun 16 Déc - 12:31


Thanksgiving



Il laisse échapper une exclamation amusée puis tire ses mains de ses poches le temps de les lever en signe de paix. Ok, la remarque sur l'accent était peut-être de trop. Cependant il savait déjà que ça allait l'irriter un brin au moins. C'est le genre de sujet qui fâche forcément. Aller dire à qui que ce soit qu'il est différent et étrange, et il sortira forcément de ses gonds, même s'il se vante d'être un marginal... Et Baby lui donne bien l'impression d'être plutôt de ce genre là. Après tout, entre hors la loi, on se reconnaît. En tout cas, Hunter n'est pas mécontent de la voir tomber dans le panneau et de réjouit de l'avoir provoquée. C'est de cette manière qu'il s'y est toujours pris pour attirer l'attention des nanas plutôt mignonnes qui croisent sa route.

Bon en l'occurrence, celle-ci est un peu jeune... Il essaye de garder ce détail quelque part dans son esprit, mais l'argument n'a pas beaucoup de poids malgré tout. Déjà parce qu'il ne se sent pas si vieux que ça et en plus parce qu'elle même n'a pas l'air de le considérer comme un croulant pervers. Depuis le temps qu'ils échangent par SMS et avec les sourires qu'ils se sont envoyés en se croisant, elle doit parfaitement avoir saisi son petit manège. Et elle a apparemment décidé de grimper dessus... Pour le moment il tourne un peu en rond et se tourne surtout autour, mais c'est un jeu qui reste innocent. S'il doit se contenter de ça, Hunter le fera. Il n'est pas désespéré au point de la forcer à quoi que ce soit. Elle est jeune mais pas au point de ne pas savoir ce qui se trame.

Lorsque Baby commence à évoquer son chez elle, le grand blond fourre à nouveau ses mains dans les poches de son jean, lui accordant toute son attention. Il en a connu des bleds de ce genre pendant des virées en moto. Des bleds où il renonçait finalement à bouffer parce qu'il avait l'impression désagréable d'avoir une cible dans la nuque...
Il sait que Grayson apparaît de la même manière aux yeux de certains. Ils sont accueillant en apparence, mais tous les étranges avec qui il a eu l'occasion de parler ont eu quelques instants cette impression d'être des putains de canards dans un champ de tir. Ça l'agace un peu en réalité. Lui qui n'a pratiquement que des bons souvenirs attachés à cet endroit...

Il éclate d'un rire franc en la sentant s'emballer lorsqu'elle évoque le bar de son bled.
« Black Well tu dis ? Maintenant ça me fait deux raisons d'aller y faire un tour » lui sourit-il, le regard pétillant de malice.
Il ne précise pas qu'elle est la première raison et la Tequila la seconde. Elle comprendra toute seule si elle a un soupçon de jugeote, et Hunter ne doute en aucun cas qu'elle ait l'esprit vif. Avec une telle répartie, elle ne peut décemment pas en manquer.

« Et du coup... Tu t'trimballes avec ton fusil à pompe dans ton short ? » plaisante encore le grand blond en désignant sa tenue d'un geste du menton.

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.

_________________
I've been a fool and I've been blind
I can never leave the past behind
Revenir en haut Aller en bas

Baby Stewart
Profil
Secrets
Contact



MessageSujet: Re: 00. stand restauration † 11:25 AM [Baby, Hippolyte & Hunter] Lun 16 Déc - 18:52

Sa technique de drague est bien rodée, y a pas à dire. Y a pas mieux pour draguer une femme que de la charrier, c'est le meilleur moyen de la piquer au vif et de vouloir montrer de quoi elle est capable. Sauf que j'peux pas rentrer dans son jeu, j'peux pas lui envoyer les signaux pour lui dire qu'il s'y prend très bien et que c'est une affaire qui roule. Ca s'rait franchement malsain, et après ça, c'est sur, je ne pourrai plus me regarder dans un miroir. Alors j'essaie, de n'pas l'vexer, d'lui parler, sans participer à tout ça. C'est dur putain, j'dois trouver un juste milieu qui va à l'encontre de ce que me souffle ma spontanéité. Autant dire que c'est quasi impossible. J'me déteste à chaque fois que j'vais trop loin, me sermonant sans cesse, avec l'envie de fuir le plus loin possible... Ou dans la p'tite cabane au fond des bois d'Evan.
Mais même ça, j'suis incapable de l'faire, parce que si j'pars maintenant, j'reviendrai plus. J'pourrai pas me laisser l'opportinité de découvrir un frère, j'pourrai pas lui dire pourquoi j'suis là. Peut être qu'il a envie d'savoir après tout. Peut être qu'il a envie d'apprendre ce qu'est devenu Helen, qu'il a une demi-soeur... Après tout, qu'est ce que j'en sais ? Foutrement rien.
J'peux essayer de me mettre à sa place, mais j'suis pas lui, j'sais même pas comment je réagirai si genre de truc m'arrivait, alors tenter deviner sa réaction, c'est juste impossible.

- Penses à mettre l'gilet pare-balle si tu comptes venir dans mon secteur
. J'souris malgré moi, saisissant parfaitement les deux raisons qui pourrait l'conduire chez moi. Evidemment, j'peux pas lui en dire plus. J'peux pas lui dire qu'il s'rait l'bienvenu, même si c'est l'cas, principalement parce qu'il interpreterai ça comme une porte ouverte à plus, ensuite parce que... L'foutre dans l'même endroit que mon père n'est pas l'idée la plus lumineuse du siècle. Il n'a beau l'avoir jamais vu, il le déteste. Il déteste Hunter, parce qu'il a toujours eut une place plus importante dans l'coeur d'Helen que lui. Parce qu'il sait qu'Helen n'a pas la même obsession pour son fils que pour lui. Parce qu'elle le cherche partout, tout l'temps. Si jamais il le voit, non seulement la rencontre risque de virer au carnage, mais en plus, j'suis même pas sur de qui des deux s'en sortira indemne.
Pourtant, ça m'plairait qu'il vienne, pas pour l'draguer ou que ce soit dégueu du genre, mais surtout parce que malgré moi, malgré la raison, malgré mes craintes, malgré l'reste du monde, j'ai envie d'connaitre mon frère, j'ai envie qu'il soit dans ma vie. J'ai... envie d'avoir un semblant d'famille. J'suis tellement conne, tellement faible.
Son rire me rappelle beaucoup celui d'Helen. Y a beaucoup d'chose en lui qui me la rappelle, ce sourire en coin, les manières qu'il adopte parfois, son regard...

- Non l'fusil à pompe, j'l'ai laissé dans ma voiture. J'suis plus crans d'arrêt quand j'me déplace, c'est plus simple à cacher dans un short. J'lui adresse un sourire mi sérieux, mi amusé. Libre à lui d'me croire ou non, après tout, ce n'est pas vraiment une plaisanterie. J'ai réellement ce genre d'arme, certes pas dans mon short, mais dans mon sac, resté dans ma caisse. C'est juste une précaution, on a eut tellement d'merde avec Helen quand on partait en vadrouille, que j'préfère prévenir que guérir, sans doute le seul truc de sencé qu'je fais. - En faite, tu devrai pas être avec ta famille à c'genre de fête, plutôt qu'avec la curiosité du moment ? Ouais, parce que j'passe pas vraiment inaperçu, à mon arrivée, j'suis pas vraiment passée inaperçu, on r'pére de suite les étrangers et j'fais pas vraiment couleur locale. La question parait innocente, mais j'ai b'soin savoir, si lui a des personnes chères sur qui compter. Si il a un père qui est resté pour lui, des oncles, des tantes, des cousins, tout un tas d'truc que j'connais pas et que j'pourrai lui envier.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : overbooké
CREDITS : cherrylips
NOMBRE DE MESSAGES : 684

ÂGE : 29
LOGEMENT : East Jefferson Street (8)
OCCUPATION : pompiste/mécano au Teller & Redd's Garage (Grayson)
HUMEUR : massacrante
ETAT PHYSIQUE : Blessures - Il boite légèrement depuis son altercation avec le père de Baby, survenue peu de temps après que Carter l'ait percuté avec sa voiture.

Tatouages - dos complet (une faucheuse accompagnée des mots "son of anarchy" ) ; avant-bras droit (pierre tombale sans nom, encadrée par un arbre mort, une lune et quelques corbeaux)
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: C'n'est pas mon problème.
Autres comptes: Dorian Spelling, Nathaniel Redd, Tyler Lawson
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 00. stand restauration † 11:25 AM [Baby, Hippolyte & Hunter] Lun 16 Déc - 19:45


Thanksgiving


Il arque un sourcil, à la fois amusé et intrigué par la remarque à propos du canif. Hunter tente de sonder son regard pour voir si elle se fiche de lui ou si elle est sérieuse, et visiblement, c’est exactement ce qu’elle attendait. Elle joue le jeu elle aussi… Bien, bien. Parfait. Le garagiste lui adresse un de ses sourires charmeurs, ne relevant pas. Il préfère se plaire à croire que Baby sait effectivement se défendre et ne sort pas sans défense.  Ca la rend un peu plus piquante encore, plus sauvage et désirable. Le grand blond aime ses femmes comme ça.  
C’est peut-être pour ça qu’il ne peut pas envisager de construire quoi que ce soit avec Anastasia. Elle est trop lisse. Evidemment, elle peut piquer des colères terribles et a son petit caractère, mais elle n’a pas ce petit côté farouche qui l’excite. Mais c’n’est pas le moment de penser à elle.

Sauf que si. Parce que depuis des années, c’est justement avec la tenante de la maison d’hôtes qu’il passe toutes ses fêtes de famille. Elle est la seule qui lui reste. Celle qu’il s’est choisie. Matt a tenté de l’inviter une fois ou deux à passer Noël ou Thanksgiving avec le clan Wuornos (ou du moins ce qu’il en est resté après le départ de la matriarche), mais il a toujours refusé. C’est normalement son moment avec Ana. Un moment privilégier.
Mais pas cette année.
Peut-être plus jamais.
Cette pensée l’attriste et le met en même temps en colère. Parce qu’il n’a pas choisi cette situation et qu’il en veut à sa plus vieille amie pour le sale coup qu’il estime qu’elle lui a fait. Elle devait savoir comment les choses allaient tourner ! Elle devait forcément le savoir et elle l’a utilisé. C’est comme ça qu’il se sent en tout cas.
Evidemment, Ana ne lui a pas mit de couteau sous la gorge et ne l’a pas drogué pour qu’il la prenne dans la chambre de motel, mais ce regard qu’elle a posé sur lui… cette moue suppliante… Hunter a l’impression qu’elle savait exactement ce qu’elle faisait. Depuis le temps qu’ils se connaissent, elle savait forcément quelle corde tirer pour parvenir à ses fins et l’obtenir….

Le mécanicien pousse un soupir et passe une main dans sa nuque.
« Nah, j’ai pour ainsi dire plus d’famille dans l’coin. Ou ailleurs pour c’que ça vaut » explique-t-il en haussant une épaule, histoire de lui signifier que c’n’est pas une affaire des tas et qu’elle n’a pas besoin d’en faire toute une histoire et donc de le plaindre. « T’façon généralement, on fête Thanksgiving tous ensemble. J’veux dire, avec tout le village. Ca a l’air un peu kitch sûrement mais ça nous va. Moi ça m’va en tout cas. Et toi, t’as pas eu envie de filer ? J’veux dire… T’as récupéré ta voiture maintenant alors… Pas qu’ça m’dérange qu’tu sois encore là, au contraire, mais j’me demande juste pourquoi. »  
Si ça c’n’est pas une perche démesurée qu’il lui tend. Hunter espère qu’elle va la saisir et lui avouer que c’est pour lui qu’elle est restée. Cela dit, même si elle n’ose pas le formuler, il se doute que c’est pour cette raison. Pour quoi d’autre sinon ?
…Pour qui d’autre ?
« T’as rencontré quelqu’un ici ? » demande-t-il avant qu’elle ait pu répondre, appréhendant un peu sa réponse, il doit l’avouer. cependant, il donne le change avec un sourire taquin.

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.

_________________
I've been a fool and I've been blind
I can never leave the past behind
Revenir en haut Aller en bas

Baby Stewart
Profil
Secrets
Contact



MessageSujet: Re: 00. stand restauration † 11:25 AM [Baby, Hippolyte & Hunter] Lun 16 Déc - 23:46

Pas d'famille das l'coin ou ailleurs... ça veut bien dire qu'il n'y inclut pas Helen.. A moins qu'il ne la croit morte et si c'est l'cas, il ne l'a pas vu récament. Alors... J'n'ai peut être pas d'raison lui dire qui je suis. Il n'aura pas à vivre avec l'dégout d'avoir dragué sa demi-soeur, sans doute même désiré. J'resterai une fille de passage ave qui il aurait pu passer d'on moment. Peut être qu'ainsi il gardera un meilleur souvenir de moi et que j'pourrai lui tirer quelques sourires. C'est peut être la vision la plus belle qu'il puisse avoir de moi... Ouais, jferai mieux  d'passée la journée avec lui, puis d'partit comme j'suis venue... C'est pratiquement sur, Helen n'est pas venu. Peut être qu'elle a voulu, mais... J'sais pas. Elle s'est arrêté quelque part et vit sa vie. Un nouvel homme, un désir d'un autre enfant pour remplacer le premier qu'on lui a prit.
Et il continue, me perdant un peu au passage. Putain, j'peux pas lui dire, j'dois pas lui dire. Ca serait tellement lâche de lui avouer. Il a pas besoin d'savoir...
Ma conviction s'affirme... Mais s'ébranle lorsqu'il me demande pourquoi j'suis restée. Pourquoi ? J'en sais foutrement rien moi. Pour Evan, pour l'job, pour continuer d'vivre l'illusion que j'pourrai rester... Juste pour avoir ma famille à moi. Même si il ne s'agit que d'un frère. Ca m'ira parfaitement moi. Juste ça. Ma gorge se noue et mon ventre se tord douloureusement. J'peux pas garder ça pour moi. J'veux... J'v'ux continuer à y croire au moins un peu. J'préfère que se soit lui qui m'détruise tout ça. Ça sera plus facile de partir.

J'ai plus vraiment faim, j'pourrai jamais avaler quoique se soit. Les paroles bloquent ma gorge à m'en filer la nausée. - Ecoutes je.... ça tombe bien qu't'en parle parce que... Si je ne lui dit pas maintenant, je ne lui dirait jamais. - Si j'suis resté, c'est parce que... J'voulais dire que.... Bah non, visiblement ce n'était pas l'moment. J'm'arrête net de parler quand l'type du stand salut Hunter. Karma m'a fait fermer ma gueule vitesse grand V. Vlan. Elle m'claque une porte qu'elle vient tout juste de entrouvrir. Juste pour l'plaisir, sans doute.
J'relève mes yeux vers l'homme qui tient le stand... la surprise chassant pour quelques instants tout l'reste. J'rêve ou il connaissait mon prénom ? Il me faut quelques secondes pour tilter que dans c'genre de bled, tout l'monde connait la moindre des rumeurs. La ville est p'tite et tout ces voisins se connaissent. Alors une étrangère, curieuse ne serait ce que de son apparence ou de part son prénom. Baby, ça s'oublit pas. - Vous.... présumez bien. Ravie. J'pense pas vraiment l'être surtout que j'ignore tout d'lui. Mise à part qu'il connait Hunter. C'est qui pour lui ? Un ami, un proche ?

J'ignore totalement sa deuxième question. Parce que y a qu'une chose que j'veux, là, maintenant de suite: Partir. Ou disparaitre. Tout simplement. Pouvoir m'tirer sans que personne ne le remarque et m'enterrer au fond d'un trou, l'temps digérer mes désillusions et ma honte. Quelques années devraient suffire.
Mes mains se tordent dans la poche centrale du Sweat sombre, ma gorge restant nouée sous les paroles que j'n'ai pas pu prononcé. Maintenant, me rete plus qu'à attendre. Attendre que l'moment se présente de m'tirer en douce, remonter dans ma caisse et m'tirer ce plaid. J'dis pas que j'veux partir. J'ai envie d'rester. Pour tous ces rêves. Mais j'peux pas. Jamais j'pourrai abandonner Helen. J'dois la retrouver.
J'suis sur que ça viendra. Suffit juste qu'ils commencent à discuter au moins un peu, j'ai l'habitude de disparaitre.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : overbooké
CREDITS : cherrylips
NOMBRE DE MESSAGES : 684

ÂGE : 29
LOGEMENT : East Jefferson Street (8)
OCCUPATION : pompiste/mécano au Teller & Redd's Garage (Grayson)
HUMEUR : massacrante
ETAT PHYSIQUE : Blessures - Il boite légèrement depuis son altercation avec le père de Baby, survenue peu de temps après que Carter l'ait percuté avec sa voiture.

Tatouages - dos complet (une faucheuse accompagnée des mots "son of anarchy" ) ; avant-bras droit (pierre tombale sans nom, encadrée par un arbre mort, une lune et quelques corbeaux)
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: C'n'est pas mon problème.
Autres comptes: Dorian Spelling, Nathaniel Redd, Tyler Lawson
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 00. stand restauration † 11:25 AM [Baby, Hippolyte & Hunter] Mar 17 Déc - 9:26


Thanksgiving


Dire qu’il est pendu à ses lèvres serait sans doute un poil exagéré. Il l’écoute attentivement, mais Hunter est déjà persuadé de la réponse qu’il va obtenir à ce sujet alors tout ce qui compte, c’est que la situation se débloque et qu’ils puissent enfin passer à l’étape suivante. Il voit bien qu’il lui plait et Baby lui plait indéniablement. Elle a ce truc. Ce truc qu’il recherche chez les gens, cette étincelle, cette envie de se battre, cette sauvagerie dans le regard.
Elle lui rappelle un peu Helen à ce niveau là. C’est moche mais c’est comme ça, qu’on le veuille ou non : les hommes honte tendance à rechercher chez leur compagne ce petit quelque chose de rassurant qui appartenait à leur génitrice et les filles font un transfert par rapport à leur paternel.
Il a toujours aimé et envié cette soif insatiable de liberté chez Helen, même s’il l’a également détesté. Parce qu’elle ne tenait pas en place à cause de ça et que ça a l’a conduite à l’abandonner… Ca et l’interdiction de tout un village de l’approcher encore une fois, bien entendu. N’empêche qu’il se souvient encore avec admiration et plaisir de la manière dont il voyait ses yeux clairs pétiller lorsqu’elle apercevait quelque chose de cool à ses yeux. Il pouvait s’agir d’une voiture, d’une peluche, d’un vêtement, n’importe quoi. Il voyait cette lueur apparaître et tous ses soucis paraissaient s’effacer. Quand elle avait ce regard, Hunter pouvait la suivre n’importe où, dans chacun de ses délires.
Quand elle venait le réveiller au milieu de la nuit pour lui proposer de s’enfuir, il ne disait jamais no à cause de ça. Helen ne le kidnappait jamais : Hunter la suivait avec plaisir.
Il a l’impression que Baby pourrait avoir ce même truc. Sans savoir pourquoi. Peut-être parce que, même si ses iris n’ont pas la même teinte, leurs yeux ont la même expression triste et perdue le reste du temps. Parce que quand il la regarde, il a l’impression qu’elle dénote, qu’elle n’a rien à faire ici et ne sait d’ailleurs pas vraiment ce qu’il y fabrique…
Putain, pourquoi faut-il toujours qu’il pense à Helen ?

« Baby, je présume ? Enchantée. Alors, je vous sers quoi ? »
Il sursaute légèrement, surpris de constater qu’ils ont tant avancé dans la queue pendant leur échange qui ne lui a donné l’impression de ne durer qu’une petite minute à peine.
Hunter croise le regard du shérif, un soupçon de rancœur dans le sien, qu’il fait rapidement disparaître. C’n’est pas franchement la faute du shérif s’il vient d’interrompre leur échange. Il ne pouvait pas deviner qu’Hunter s’apprêtait à passer de l’étape « on se cherche » à l’étape « on s’trouve et je fourre ma langue dans le fond de ta gorge »… Qu’est-ce qu’il y connaît à la drague de toute manière ? A part sa femme, il n’a jamais connu personne. C’pourtant pas faute de lui avoir proposé de sortir…

Il ne se formalise pas une seconde de l’entendre appeler la jeune femme par son prénom. Les rumeurs circulent vite par ici et il est après tout le chien de garde de la communauté, dont Abraham est le berger. Normal qu’il sache exactement qui elle est. Et parce qu’il est qui il est , il fait même comme s’il n’était pas tout à fait certain d’en avoir le cœur net. Histoire de la bercer de l’illusion qu’elle n’est pas fliquée par des dizaines de paire d’yeux depuis son arrivée…
Hunter retrouve rapidement son sourire et se penche au-dessus de la table pour venir serrer la main de son ami.
« Comment vont les affaires, shérif ? » le taquine-t-il gentiment, avant de se tourner vers Baby. « Tu peux effectivement être ravie d’le rencontrer dans ces circonstances. Quand il endosse son costume de justicier, il déconne plus. »
C’est à son tour à elle de se faire taquiner. Il relâche la main d’Hickok après une pression volontairement trop forte (les hommes et leur besoin irrépressible de prouver qu’ils ont la plus grosse) et fourre à nouveau ses mains dans les poches de son jean.
« Commande c'qui t'fait plaisir, j'ai rien préparé donc tout est sûr. Enfin presque... Pietsky a préparé une tourte spéciale cette année encore ? » demande Hunter au shérif, arborant un air exagérément soucieux.  

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.

_________________
I've been a fool and I've been blind
I can never leave the past behind
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Profil
Secrets
Contact



MessageSujet: Re: 00. stand restauration † 11:25 AM [Baby, Hippolyte & Hunter] Mer 18 Déc - 11:10

Nerfs.

Evidemment, comme tous les autres, ils étaient en pleine discussion. Contrairement à la plupart qui étaient heureux d’enfin parvenir au stand, j’avais plus l’impression de les avoir dérangés dans leur conversation. Oui, mais en même temps, je n’allais pas les laisser continuer alors que d’autres attendaient derrière eux. Baby semble surprise que je connaisse son nom et reste stoïque pendant un instant. Et oui, c’est comme ça par ici, tout le monde connait tout le monde. Enfin, pour qui sait écouter. De ce que j’en savais, la gosse avait dix-neuf ans … Encore une qui pourrait être ma fille. Et même si je savais pourquoi elle s’était aventurée jusqu’à Grayson, il ne me semblait pas que le moment soit opportum pour l’évoquer. Surtout qu’Hunter ne m’en avait pas parlé : donc, pour lui, je n’étais pas au courant. Pas de sa part. Et si ça se trouve, lui-même n’était toujours pas au courant. Mais enfin bref. Elle me salua brièvement, et Hunter me démolit chaque os de la main. Oui mon grand, t’es le petit frère et t’es le casse-couille, j’avais pigé, pas besoin de briser mes os alors que je me servais de mes mains pour leur servir à manger. Néanmoins, j’ignorais la douleur. … Essayais.Elles marchent trop bien, on a pas le temps de souffler. Ni de fumer, au passage, ça fait moins classe au-dessus de la bouffe et des plats gentiment préparés par les habitants. Mais Hunter préféra servir de guide touristique à sa demi-sœur … alors ça ne m’aidait pas à savoir ce qu’il voulait manger. La rencontrer dans de telles circonstances ? Ah, ah. Je l’ai rencontrée derrière mon écran, Baby, à la demande de Nathalie ton patron. Et j’ai découvert probablement plus de trucs sur elle que tu n’en a encore découvert. Big Brother is watching you. Heureusement que je n’endosse jamais mon costume, ça ne serait pas drôle sinon. Ouuh le délinquant ! Non, mais mettre l’uniforme, ça vous faisait de un, passer pour un crétin, de deux, ça prévenait automatiquement que j’étais de service. Alors que se balader « incognito » dans les rues, même si les habitants me reconnaissent, je peux au moins surprendre les étrangers. Et quand j’adopte l’attitude d’un autre, je berne mon monde. Et l’uniforme est juste passé de date, sérieusement.

Bon, attirer l’attention, c’est fait. Passons à la commande. Une tourte spéciale de chez Pietsky ? Décidément, Hunter, tu ne joues pas dans la même cour que les autres. Ce serait bien mal la connaître … Il doit nous en rester deux ou trois. J’t’en sers ? Sinon, il nous reste pas mal de choses … Un velouté, de Lucinda, et pas mal de tartes. A force de présenter les mêmes choses, les quantités commençaient à diminuer, et mon estomac à hurler. Le temps qu’Hunter choisisse, ce qui pouvait durer une éternité quand il n’était pas décidé, et je ne déciderais pas à sa place car c’est un grand garçon qui fait ses choix tout seul, je me tournais vers Baby. Quelque chose dans son expression m’avait perturbé. Certes, la curiosité, la fête, son demi-frère à ses côtés et le choix qui s’étalaient devant elle pouvaient constituer toute une gamme de sentiments, mais son esprit semblait complètement ailleurs.
Un client agacé derrière eux, voyant qu’ils n’avaient toujours pas choisi, demanda une part de tarte aux potirons, et je m’empressais de le servir, testant au passage les muscles et les nerfs de ma main. Visiblement, la douleur n’aura été que passagère. Une bonne chose. Mais je voulais surtout surprendre à nouveau l’expression de Baby, et une petite clochette résonna dans ma tête. Evidemment. C’est la fille d’Helen, et Helen avait parfois arboré cette expression en ma présence. Et même si ça datait, je ne l’avais pas oublié. Une expression qui disait : « ne faites pas attention à moi, je ne suis pas là, mais complètement ailleurs ». Mais bon, ça je n’étais pas supposé le savoir. Je plongeais mon regard dans les victuailles sous mon nez, évaluais les restes de nourriture présentés, ignorait William qui réclamait une tarte supplémentaire alors qu’il en avait d’autres derrière lui, en attente, et reposait mon attention sur Hunter, sourcil levé en attente de réponse. Tout cela n’avait duré que quelques instants, et pourtant, ça me choquait toujours autant de voir, de mes yeux voir et pour de vrai, que cette fille était définitivement bien la fille d’Helen, et qu’elle était réelle. Bien plus que derrière un écran et des paroles de Nathalie. Bon. Soit.
Revenir en haut Aller en bas

Baby Stewart
Profil
Secrets
Contact



MessageSujet: Re: 00. stand restauration † 11:25 AM [Baby, Hippolyte & Hunter] Mar 31 Déc - 14:56

J'n'aime pa les flics. Encore moins ceux qui travaillent dans un p'tit bled et surtout lorsqu'ils sont shérif. Y a pas à chercher très loin le pourquoi du comment. J'peux pas blairer celui qui sert à Black Well. J'n'aime pas ses valeurs, les moyens qu'il met en oeuvre pour les servir et surtout se servir. La communauté compte plus que tout à ses yeux, et elle est plus importante que l'individu. Il n'a jamais levé le petit doigt pour ne serait ce que mettre un coup de pression à mon père, histoire qu'il se calme un peu. Non, on s'moque bien de ce qu'il fait chez lui, tant qu'il continue d'aider à la gérance du village. Foutu con, va. Quand à Helen, il n'a pas voulu non plus la chercher. Ce n'est pas une disparition pour lui. C'est un choix délibéré prit avec raison... Mais bien sur, c'est bien connu qu'elle agit toujours avec raison et en connaissance de cause. La vérité c'est qu'ils sont tous bien heureux de la voir partir. C'est mieux pour eux. Et si jamais elle pouvait ne pas revenir, ils ne s'en porteraient pas plus mal...
Du coup j'suis plus vraiment très sur d'être ravie. M'enfin, on va rester polie et courtoise, histoire de pouvoir se tirer en douce sans déclencher de cataclysme. Je les observe tour à tour, les écoutant échanger des banalités tandis que mon ventre se noue d'avantage. J'ai beau regarder les tartes, y en a aucune qui me fait envie, quoi que j'avale, j'finirai par le vomir de toute façon. J'ai l'estomac en vrac, la tête trop pleine et le coeur en lambeau, tout ça à cause d'un truc que je fais pourtant tous les jours d'puis tellement longtemps: partir.

C'est la première fois que j'ai l'impression de... Perdre quelque chose. Quelqu'un. Presque une vie. J'passerai pas dire en revoir à Evan. Il serait bien capable d'arriver à m'faire rester. J'dirai rien non plus à Hunter. Rien sur Helen, sur mes raisons d'être venu ici et surtout sur moi. J'ai plus qu'à rejoindre ma caisse et à disparaitre pour essayer de retrouver Helen. J'sais même pas par où j'vais commencer, mais j'sais c'que j'dois partir pour y arriver. Les gens derrière nous commence à s'impatienter, j'pourrai presque les comprendre si j'en avais pas strictement rien à foutre. - J'vais prendre... une tarte à la pomme. J'prend au piff, dans tous les cas, quoique je prenne, ça finira dans la première poubelle que j'trouve en partant. Peu d'chance que la personne qui l'a préparé se doute du sors qui je réserve à son oeuvre gustative.

J'attends qu'il me serve, observant toujours Hunter qui semble indécis. Une fois fait, j'hésite à m'tirer de suite. Genre trouver la première excuse qui me vienne à l'esprit pour disparaitre... A jamais. N'importe quoi... Une putain d'idée, même con, ça suffira mais.... Mon imagination vient de se faire la malle. J'ai tellement pas envie de m'tirer qu'aucune excuse ne traverse mon cerveau. Rien nada....Ah... Quoique. - J'reviens, j'dois aller pisser. Outre le côté très classe de la chose, ça reste un truc très propable. Bon, la dernière image que gardera d'moi Hunter sera bien la fille qui s'est tirée en allant pisser mais c'est toujours mieux que la fille qui l'a dragué alors qu'elle était sa soeur... J'souris en lui refilant ma part de tarte et accorde un autre au shérif. Il avait presque l'air sympas pour un flic.
Et puis demi-tour marche... Vers... Effectivement le coin pipi. J'vais pas partir la vessie pleine, si c'est pour m'arrêter dans une heure et m'vider près d'un buisson... J'péfère encore perdre encore un peu d'temps ici... Ou plutôt en gagner, parce que définitivement non, je n'ai pas envie de m'tirer.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : overbooké
CREDITS : cherrylips
NOMBRE DE MESSAGES : 684

ÂGE : 29
LOGEMENT : East Jefferson Street (8)
OCCUPATION : pompiste/mécano au Teller & Redd's Garage (Grayson)
HUMEUR : massacrante
ETAT PHYSIQUE : Blessures - Il boite légèrement depuis son altercation avec le père de Baby, survenue peu de temps après que Carter l'ait percuté avec sa voiture.

Tatouages - dos complet (une faucheuse accompagnée des mots "son of anarchy" ) ; avant-bras droit (pierre tombale sans nom, encadrée par un arbre mort, une lune et quelques corbeaux)
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: C'n'est pas mon problème.
Autres comptes: Dorian Spelling, Nathaniel Redd, Tyler Lawson
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 00. stand restauration † 11:25 AM [Baby, Hippolyte & Hunter] Mar 31 Déc - 16:26


Thanksgiving


Il sourit quand Hippolyte se félicite de ne pas porter son uniforme. C’est sans doute un peu bête, mais Hunter aime mieux ça. Il a tendance à toujours chercher un rapport de force avec les autorités et le fait de ne jamais vraiment avoir vu l’actuel shérif dans sa tenue règlementaire a certainement aidé à ce qu’ils parviennent à établir une relation plus ou moins stable et amicale. Plus ou moins parce que le shérif a tout de même certaine fois foutument l’air d’être ce qu’il est, uniforme ou pas…

Ils repassent ensuite à un sujet un peu plus d’actualité, à savoir : le repas de Thanksgiving que Bob va leur servir dans un instant. La plaisanterie douteuse sur les tourtes à la bouffe de chat de Pietsky lancée, le mécanicien se concentre enfin un peu pour trouver ce qu’il va avaler. Il n’a pas encore spécialement faim mais la vue de tous ces bons plats le fait tout de même saliver. Sauf qu’il y a trop de choix, comme d’habitude, et que prendre des décisions n’est pas son fort.
En tout cas, il sait qu’il n’imitera pas Baby et ne se contentera pas d’une simple part de tarte aux pommes… Ok, elle a l’air vraiment bonne, mais quand même ! Ceci dit, il n’y comprend rien à l’alimentation des gonzesses et renonce une fois encore à s’y essayer.
« Sûre ? » demande-t-il tout de même, avant qu’elle n’acquiesce une fois encore, apparemment certaine de son choix. « OK, alors deux parts de tartes, un peu de velouté d’Lucinda et puis de la dinde là. Et de la purée aussi, s’te plait. Celle-là ouais » confirme-t-il à Hippolyte qui les sert pendant que les gens derrière eux s’impatientent.
« Pourquoi ils organisent pas un buffet ? Ce serait plus simple, nan ? Ils ont peur que les premiers sachent pas s’tenir et dévalisent tout ou quoi ? » tique le grand blond en jetant un œil sur les autres serveurs qui s’activent et paraissent débordés.

« J'reviens, j'dois aller pisser. »
…Ok. Il aime les filles natures, mais ça lui parait quand même un peu brutal comme réplique.
« Ca marche » répond-t-il en échangeant un regard avec Hippolyte qui termine de leur préparer leur commande.
Il suit la brunette du regard tandis qu’elle s’éloigne, son minishort sur les jambes et son hoodie sur le dos. Cette image lui redonne le sourire.
« Elle vient du Texas » lance-t-il au shérif, comme si ça expliquait tout, avant d’hausser une épaule et d’enchainer. « Summer va bien ? Elle est dans l’coin ? J’l’ai pas croisée depuis un bail. »  

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.

_________________
I've been a fool and I've been blind
I can never leave the past behind


Dernière édition par Hunter D. Pendleton le Dim 5 Jan - 17:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Profil
Secrets
Contact



MessageSujet: Re: 00. stand restauration † 11:25 AM [Baby, Hippolyte & Hunter] Dim 5 Jan - 14:13

Mange.

Un murmure, un coup de vent. Baby désire une tarte aux pommes, elle désire s'enfuir, à demi-mots. Le temps que je la serve lui permet sans doute de trouver une excuse, un alibi, une pirouette. Ou son envie de se soulager est bien réelle. Quoi qu'il en soit, je ne savais pas pourquoi j'étais sûr qu'elle était sur le point de partir, de s'évanouir. Une gêne dans son visage, dans ses yeux fuyants, ses mains enfoncées dans les poches d'un vêtement que je soupçonnais d'appartenir à Hunter. Une tarte aux pommes ? Même pour une voyageuse, même pour une jeune fille sans doute un peu timide, c'est vraiment déprimant de juste choisir une tarte aux pommes pour Thanksgiving. Mais bon, j'étais là pour servir, pas pour examiner – je tendis sa part de tarte à Baby et elle s'en alla se soulager, s'éclipser sans doute. Très poétique comme excuse.
Mais de quoi je me plains, Hunter a fait son choix entre temps ! Ce mec est un ogre. Alors qu'il faisait son choix, probablement au hasard et dictant simplement les plats qui se trouvaient sous son nez, je remplissais plusieurs assiettes pour la dinde, la purée et les parts de tarte, et un bol pour le velouté. Je me demandais brièvement comment il allait réussir à tout emporter alors qu'il se lançait sur la défense du buffet plutôt que des stands. - Tu n'as qu'à plaider ta cause au Maire ! Mais je pense que cette tradition est pour … promouvoir le temps que l'on peut passer pour ses voisins ou … Je ne sais plus exactement quel était l'argument du Maire ! On devait avoir ce débat à peu près tous les ans aussi, donc c'était devenu un sujet de plaisanterie plus qu'autre chose. Abraham était vraiment attaché au fait que les gens fassent un brin de conversation avec la personne de l'autre côté du stand, quand la moitié ne font que demander, recevoir, partir.
Elle vient du Texas, qu'il dit. Comme si Hunter pensait m'apprendre quelque chose. Je savais qu'elle venait du même ventre que lui, le reste, on s'en fiche. Texas ? Nevada ? Alaska ? Elle vient de Grayson, Missouri, et peu importe son passé, elle sera toujours d'ici. Mais elle ne te l'as pas dit, tout ça, et son jeu dangereux l'amène à nous quitter. Bien sûr. Tout devenait si clair. Si elle était si mal à l'aise, c'est essentiellement parce qu'elle avait caché à son demi-frère qu'ils étaient bien plus liés qu'un pull sur son dos. D'ailleurs, je me demandais bien comment ils en étaient arrivés là, à s'échanger leurs fringues mais pas la vérité à propos de leur ADN commun. C'était pas mes oignons, cette histoire, mais je pressentais que ça n'augurait rien de bon.
- Oui, elle doit sûrement être dans les environs, mais je suis coincé à ce stand donc … hormis te dire que je ne l'ai pas croisé dans cette file, je vais pas t'apprendre grand-chose. Et, Hunter? Je ne savais pas comment ne pas m'occuper des oignons des autres. Enfin, là, c'était Hunter, pas n'importe qui non plus. Et je ne savais pas comment le prévenir à propos du fait que … putain, je détestais quand Nathalie avait raison. Fais attention ! Je lui refourguais un coup d'oeil là où Baby se trouvait quelques instants auparavant, et le dernier de ses plats dans ses mains. Enfin, là où il lui restait de la place. Avant que la personne derrière lui ne me lance sa commande, alors même qu'Hunter n'avait pas encore bougé.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : overbooké
CREDITS : cherrylips
NOMBRE DE MESSAGES : 684

ÂGE : 29
LOGEMENT : East Jefferson Street (8)
OCCUPATION : pompiste/mécano au Teller & Redd's Garage (Grayson)
HUMEUR : massacrante
ETAT PHYSIQUE : Blessures - Il boite légèrement depuis son altercation avec le père de Baby, survenue peu de temps après que Carter l'ait percuté avec sa voiture.

Tatouages - dos complet (une faucheuse accompagnée des mots "son of anarchy" ) ; avant-bras droit (pierre tombale sans nom, encadrée par un arbre mort, une lune et quelques corbeaux)
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: C'n'est pas mon problème.
Autres comptes: Dorian Spelling, Nathaniel Redd, Tyler Lawson
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 00. stand restauration † 11:25 AM [Baby, Hippolyte & Hunter] Dim 5 Jan - 17:28


Thanksgiving


Ouais, le Maire et ses idées brillantes. Il est tellement brillant d’ailleurs comme type, qu’il a pas pensé à fournir des emballages et des sacs plastiques pour que les convives puissent transporter plus qu’une assiette. Il est censé aller chercher les boissons, il va faire comment pour tout porter, hm ? Dire qu’on l’a regardé de travers quand il s’est ramené avec ses packs de serviettes… N’empêche que ce sont les siennes qu’Hippolyte distribue en même temps que les assiettes. Alors c’est qui l’putain d’génie de la journée, hein ?
Il va parler de ça à Baby quand elle le rejoindra. Il va lui exposer toutes ses théories géniales, et peut-être un ou deux argumentaires particulièrement pertinents qu’il aura en réalité pompé à Matt. Matt qui avait un avis sur tout, parfois un peu trop tranché, et qui avait tendance à s’emporter. Il se souvient l’avoir fait sortir deux ou trois fois de ses gonds à cause de sujets de politique… Enfin en réalité, il se contentait de dire qu’il ne se sentait pas concerné, ce qui rendait son ami absolument dingue.
Putain d’merde, c’qu’il peut lui manquer…

Il s’apprête à répondre que s’il croise Summer, il lui dira de venir faire un petit bisou à son papounet, mais sa blague complètement naze lui échappe quand le shérif poursuit sur une note plus… sombre et mystérieuse.
Les sourcils du grand blond se froncent et il tente de sonder le regard d’Hippolyte pour y déceler une explication.  Explication qui ne tarde pas à lui arriver lorsqu’il désigne l’endroit où baby se trouvait juste avant qu’elle ne s’éclipse aux chiottes.
Il ne comprend pas tout à fait où il veut ne venir, mais alors qu’il s’apprête à ouvrir la bouche, on lui passe devant et il est contraint de se reculer pour ne pas laisser échapper ce qu’il vient de se commander. Le temps qu’il fusille le mec du regard, son ami a renfiler son costume de serveur et ne lui accorde plus son attention. Du coup, Hunter finit par s’éloigner, plein de doute.

Qu’est-ce qu’il a voulu dire par là ? Faire attention à quoi ?  Ne pas lui briser le cœur ? Il dit ça parce qu’ils ont une différence d’âge notable ? Depuis quand pense-t-il qu’il se soucie le moins du monde de l’opinion de leurs voisins ? Ils peuvent bien cracher le venin qu’ils voudront, ça ne l’atteindra pas et Bob doit le savoir. Alors peut-être que ce n’est pas à ça qu’il faisait référence ?
…Il a quand même pas tenté de lui rappeler qu’il faut sortir couvert ?  
Hunter jette un regard soupçonneux par-dessus son épaule en direction du stand. Hippolyte est trop accaparé pour le voir et Hunter finit par laisser échapper une exclamation dédaigneuse. C’était sans doute anodin de toute manière. Alors il décide de s’en foutre.

Retrouvant son air tranquille, il va se dégoter deux places assises pour déposer sa bouffe et attendre Baby. Il hésite à aller chercher à boire et finit par renoncer, de peur que Baby ne le retrouve pas en revenant des chiottes. A la place du coup, il prend son mal en patience et joue avec sa nourriture en attendant qu’elle se repointe.
Ce qu’elle tarde à faire. Hunter commence même à s’en inquiéter. Il sort son portable et commence à rédiger un SMS pour lui demander si elle veut qu’il passe leur prendre à boire (plus classe que : t’es tombée dans l’trou ou quoi ?). mais quand il relève les yeux juste avant de l’envoyer, il aperçoit la jeune femme, à quelques mètres de là, en train de l’observer.
Il referme son cellulaire, lui sourit et la laisse venir à lui, la remarque d’Hippolyte déjà oubliée...

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.

_________________
I've been a fool and I've been blind
I can never leave the past behind
Revenir en haut Aller en bas

Baby Stewart
Profil
Secrets
Contact



MessageSujet: Re: 00. stand restauration † 11:25 AM [Baby, Hippolyte & Hunter] Ven 14 Fév - 15:20

C'est comme une alarme stridente qui résonne dans mon crâne. C'est le moment,  c'est maintenant ou jamais, je DOIS partir. Sans plus tarder, sans plus traînasser. L'heure n'est plus à la connerie ou au mensonge. Soit je vais voir Hunter pour tout lui dire, soit je rejoins ma voiture sans plus jamais foutre les pieds dans ce putains de bled. J'ai pas assez de couille pour la première solution,  alors me reste plus qu'à decamper dans ma caisse et rouler jusqu'à... jusqu'à oublier le prénom du premier fils d'Helen.      
Peut être qu'alors, je me sentirai mieux. Peut être qu'alors j'oublierai Evan et un bonheur impossible, le garagiste et mes rêves de famille branlante.

Mon coeur bat au rythme de cette putain d'alarme stridente imaginaire et mes jambes avancent bien vite malgré mon regard vide. Je ne veux voir Personne, je ne veux croiser aucun regard. C'est comme si mon mensonge finissait par se voir sur ma chair,  gravé au fer rouge sur mon front.

Je m'allume une clope en dépassant les toilettes, allant tout droit vers ma voiture. Je tire une longue latte, tentant de trouver dans cette inspiration toxique, un nouveau souffle. Mais rien. Cette cigarette n'a rien de magique, je suis toujours au même endroit, dans la même merde, et si je n'ai pas suffisamment de courage pour aller tout dire à Hunter, je n'ai pas l'air d'avoir non plus la force de partir. Je m'arrête, fixant ma caisse bien visible...
- Putain, fais chier !

J'ignore mon instinct qui me souffle de partir, j'ignore tout ce que me murmure la raison et je rebrousse chemin... avant de changer d'avis et de retourner vers la sortie. Génial... génial. Je suis incapable de prendre une putain de décision, tout me pousse à prendre la poudre d'escampette et à fuir loin de la merde que je risque tôt ou tard de déclencher... Tout, sauf mon petit palpitant qui espère, et se plaît à rêver d'une autre vie, une autre alternative à ce que je connais déjà et à ce que je vais retrouver en rentrant au bercail... Je sais que c'est stupide, illusoire et un ramassis de connerie, pourtant encore une fois je fais demi tour, rejoignant le stand. Et quand j'avise Hunter, en train d'attendre...en train de m'attendre, j'ai plus la force de rien, si ce n'est de le rejoindre. La sirène dans mon crane cesse, elle ne sert plus à rien. Il est déjà trop tard.                

Je viens de sauter dans les emmerdes, à pieds joints.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Profil
Secrets
Contact



MessageSujet: Re: 00. stand restauration † 11:25 AM [Baby, Hippolyte & Hunter]

Revenir en haut Aller en bas
 

00. stand restauration † 11:25 AM [Baby, Hippolyte & Hunter]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Road to Salvation :: GRAYSON :: West Jefferson Street :: PIQUE-NIQUE-