AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Road to Salvation a fermé ses portes.


Partagez | .
 

 00. Do not speak as loud as my heart Ft Dorian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Profil
DISPONIBILITES : overbooké
CREDITS : Pic @Tumblr
NOMBRE DE MESSAGES : 1044
ÂGE : 23
LOGEMENT : East jefferson street (7)
OCCUPATION : Animatrice sur la radio locale
HUMEUR : Triste (a cause d'Alex parce qu'il est méchant)
ETAT PHYSIQUE : Bilan de la confrontation avec Bonnie : Deux côtes fêlées plaies au niveau de la lèvre inférieure et de l'arcade sourcilière, ecchymoses et contusion sur le visage, les mains, les épaules et le ventre.
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: Je ne veux rien savoir.
Autres comptes: Samuel J. Donnelly
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: 00. Do not speak as loud as my heart Ft Dorian Dim 24 Nov - 23:17


Do not speak as loud as my heart


Tell me you love me...Come back and haunt me
Oh when I rush to the start
Running in circles...Chasing our tails
Coming back as we are



La journée avait été dure pour la jeune femme, de ces journées où l’on se dit qu’on n’aurait bien mieux fait de reste coucher mais pour cela encore aurait t-il fallu se coucher. Pour commencer, la nuit passée lui avait laissée un goût amer dans la bouche, elle s’était démenée pour aider ce connard d’Hunter pour au final recevoir une reconnaissance proche de zéro, certes la situation était tout de même un peu moins bloqué et étriqué que ce sur quoi ils étaient resté la semaine passée mais tout de même, elle se demandait si elle devait se contenter du peu et savourer le faite de lui avoir d’une certaine façon clouer le bec, mais quoi qu’on en dise et quoi qu'il en soit elle ne s’en contentait de toute façon que très moyennement.

La situation l’avait ainsi travailler une bonne partie de la nuit, elle était partie de chez lui tellement pleine de colère que dormir aurait tenu d’un vrai miracle, elle avait donc passée un certain temps à ranger la maison et à trainer dans la chambre de Matt, qu’elle n’avait pas encore eu le courage de vider, bien qu’elle aime l’endroit, plus le temps passait, plus cela se transformait en temple morbide à l’effigie de son frère et elle ne supportait plus vraiment de dormir à côté d’une telle pièce et comme ce n’était certainement pas son père qui allait s’en chargé, il fallait qu’elle trouve et le temps et le courage sans compter quelqu’un pour l’aider, pas l’invitation la plus réjouissante de l’année. C’est donc avec tout ça en tête et à peine deux heures de sommeil au compteur qu’elle était partie pour Gower, dire que la journée de boulot qui avait suivie avait été dure était un euphémisme, elle n’était pas forcément très concentrée sur ce qu’elle faisait et même l’ingénieur son avait pris soin de lui faire remarquer, lui qui en tant normal se contentait de faire son boulot sans faire chier le reste du monde était venue la mettre en garde contre son manque d’application. Heureusement café après café, elle avait commencé à se reprendre un peu mais elle n’avait eu que l’instant où elle passerait la porte de chez elle en tête toute la sacrosainte journée, refusant même d’allez boire un verre avec son collègue avant de reprendre la route de Grayson.

En chemin elle s’arrêta à l’épicerie Pryde pour acheter un paquet de cigarette et discuter quelques minutes avec son amie Elizabeth qui lui avait demandé de passer un peu plus tôt dans la journée par sms mais manque de chance où providence pour certain elle la manqua de peu, n’ayant pas vraiment le courage de s’éterniser pour l’attendre, elle chargea son employé d’un message à lui transmettre, lui disant simplement qu’elle "passerait demain", avant de reprendre sa voiture pour faire les quelques mètres qui la séparait de chez elle. Lorsqu’elle fut arrivée devant la maison familiale, elle attrapa son sac et sortie de la voiture, jetant un coup d’œil en direction de la maison d’en face qui semblait vide et éteinte, elle agita sa main devant son visage, hors de question qu’elle se bouge désormais, si il avait un minimum de jugeote il viendrait la voir…un de ces quatre en tout cas. Ce ne fut qu’a ce moment là qu’elle remarqua la Volvo garé dans la rue, pas vraiment le genre de bagnole qu’on voyait dans ce coin de la ville mais elle n’y prêta pas vraiment attention, se disant que sa voisine Elin avait encore du ramener un nouveau mec ou une nouvelle nana d’on ne sait où, elle aimait bien cette fille, elles étaient sorties plusieurs fois ensemble et autant dire qu’elle savait faire la fête, Carter ne comprenait pas pourquoi les préjugés persistaient autant contre sa personne, après tout elle était de Grayson, y avait grandit, la ville ne se faisait t-elle pas pour principe de protéger ses enfants ou on ne sait quelle connerie ?

Ces avec ces questions insignifiantes qu’elle aura bien vite oubliés que la jeune femme rentre donc chez elle, comme à son habitude et après avoir laissé, sac, veste et clés dans l’entrée, elle se dirige vers le salon où son père est en général planté devant la télé mais cette fois le son du poste ne parvint pas jusqu’à elle. « Papa tu… » Elle n’a pas vraiment le temps de finir sa phrase, lorsqu’elle met un pied au salon c’est pour y trouver son père installé en compagnie de Dorian… Complètement sonnée, elle reste là plantée, sans voix. Elle aurait pu imaginer tout et n’importe quoi mais pas cela…ce n'était pas comme si elle ne l’avait pas envisager surtout lorsqu’elle avait appris la mort du shérif Spelling mais si elle s’était à ce moment là préparé à se retrouver face à Dorian lors des funérailles, elle avait bien vite totalement réfuter l’idée de le revoir un jour quand il ne s’y était pas présenté.

Et voilà qu’aujourd’hui il se tenait debout dans son salon face à son père comme si de rien était, elle était tellement absorbée par ses pensées et tellement concentrée sur le faite qu’il fallait qu’elle respire qu’elle n’écouta même pas son père lui dire que Dorian était venu leurs présenter ses condoléances, elle n’avait pas non plus remarqué l’air un peu soulagé que le visage du paternel avait pris en la voyant arriver. Complètement paumé, elle ne pouvait pas détacher son regard de celui qui l’avait abandonné cinq ans plus tôt, de celui qui l’avait laissée dans un étant d’anéantissement qu’elle n’aurait même pas pu imaginer auparavant.

« Non Oh non non non » Elle avait levé les mains comme pour se défendre et avait littéralement tourné les talons pour partir se réfugier dans la cuisine, elle n’était absolument pas prête à se retrouver face à lui, elle appuya ses bras contre l’évier de la cuisine et poussa un soupir continuant de refuser de faire face à cette situation.
FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.

_________________
"I hurt myself today to see if I still feel. I focus on the pain,the only thing that's real. The needle tears a hole, the old familiar sting, try to kill it all away...But I remember everything. What have I become? My sweetest friend. Everyone I know goes away in the end"

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : disponible
CREDITS : shiya
NOMBRE DE MESSAGES : 290

ÂGE : 24
LOGEMENT : Madison Street (11)
OCCUPATION : médecin urgentiste à Trimble
HUMEUR : tendu
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: C'est notre faute...
Autres comptes: Nathaniel Redd, Hunter Pendleton, Tyler Lawson
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 00. Do not speak as loud as my heart Ft Dorian Mar 26 Nov - 12:50

❝ Do not speak as loud as my heart❞
Tell me you love me...Come back and haunt me
Oh when I rush to the start
Running in circles...Chasing our tails
Coming back as we are

Il est repassé par chez lui avant de se rendre chez les Wuornos. Dorian a ressenti le besoin impérieux de trouver une fois encore refuge dans les bras de la seule famille qui lui reste, les bras de la seule femme qui le pardonnera sans conditions pour ses erreurs… Ceci dit, il ne se permettra jamais de reprocher à Hadley de ne pas en faire autant, lui-même ignorant de quelle manière il aurait réagit si la situation avait été inversée. Certainement très mal. Le garçon n’est pas d’un naturel rancunier mais il a une fierté tout de même et cinq ans… c’est très long. Beaucoup trop long.
Il a été soulagé d’apprendre qu’elle n’a pas refait sa vie avec un autre. Une part de lui espérait égoïstement qu’elle lui reste fidèle malgré tout, qu’elle guette son retour comme une brave femme de marin ou de soldat. Evidemment, il imagine qu’elle a eu des aventures… Là encore, une autre part de lui l’espère, car cette donnée équilibrerait les choses et ne le ferait pas passer pour le dernier des salauds. Parce que de son côté, il a connu des femmes. Des tas de femmes en réalité, dont une qui aurait pu prendre de l’importance dans son existence. Mais aucune n’est parvenue à lui faire oublier Hadley.
Est-ce qu’il lui présentera la chose de cette manière ? S’il veut recevoir son poing en plein visage, oui, c’est ce qu’il fera. Peut-être qu’il se doit de lui faire ce cadeau. Il doute que ça la soulage vraiment mais… C’est encore une fois purement égoïste et Dorian y voit une manière de se remettre avec elle sur un pied d’égalité.

La vérité c’est qu’il n’a aucune idée de ce qu’il attend de ses retrouvailles avec elle. Il n’a aucune idée de ce qu’il va pouvoir lui dire et est simplement sûr d’une chose : elle lui a affreusement manqué et il veut l’avoir à nouveau dans sa vie. Autrement que comme un fantôme hantant son cœur et son esprit. Autrement qu’en photo dans son portefeuille. Il ne veut plus la voir uniquement en se concentrant pour chercher à faire réapparaitre ses formes, les traits de son visage ou le son de sa voix quelque part dans sa tête. Il chérit encore leurs souvenirs, mais il en veut de nouveaux à présent.
Reste à savoir si elle est prête pour ça, si c’est aussi ce qu’elle souhaite, ou pas.
Dorian sait qu’il n’obtiendra pas ce genre de choses en un claquement de doigts. Il ne suffira pas qu’il se ramène sur le pas de sa porte pour que tout soit oublié et pardonné. IL va devoir se racheter, lui prouver qu’elle peut lui faire à nouveau confiance et que cette fois, il ne va pas se débiner. Sauf que le médecin n’est même pas certain qu’il en aura la force.

Cette première journée a été éprouvante.  Peut-être pas autant qu’il l’imaginait ceci dit, mais c’est certainement parce qu’il n’a pas encore réalisé la portée de son retour. Il a l’impression d’évoluer en plein brouillard. Tout est flou, lui paraît irréel. Sa rencontre fortuite (enfin pas vraiment) avec Hippolyte lui donne l’impression de n’avoir été qu’un rêve. Pas un très bon, malheureusement.  
Il a encore du mal à vraiment assimiler le fait que Matt soit mort. Du mal à se faire à l’idée totalement absurde qu’il ne le reverra pas et qu’il ne reverra jamais son père non plus. Ils resteront des photos dans son portefeuille, à jamais.

Après une petite sieste improvisée sur le canapé du salon familiale (Dorian ne s’était même pas senti partir), le jeune homme est allé prendre une douche et jouer les mariée en passant des heures devant ses valises à chercher quoi se mettre. Sa mère a finalement eu pitié de lui et l’a guidé dans ses choix avant de le ficher pratiquement dehors. Soit parce qu’elle souhaite qu’il se prenne une claque au plus vite pour rentrer lui appartenir tout entier, soit elle souhaite sincèrement qu’il règle vite ses histoires avec son ex-fiancée et accède enfin à la paix intérieure qu’elle estime malgré tout qu’il mérite…
L’un dans l’autre, Dorian se trouve à présent devant la porte des Wuornos, le cœur battant à tout rompre et la tête désespérément vide. Il se fait l’effet d’être un automate programmé lorsqu’il daigne enfin appuyer sur la sonnette de la porte d’entrée. Il a l’impression qu’il va vomir en entendant des pas derrière la porte. Des pas assez lourds. Soit il s’agit du père de Carter et Matt, soit… Hadley s’est vengé de son départ sur les sucreries. Peu importerait au fond.  
C’est finalement son père qui lui ouvre.

Il a changé. Il a vieillit. Ca a du arriver d’un coup, au moment de la mort de son garçon. Son visage est marqué par la fatigue, mais pas seulement. L’alcool. Il y a eu pas mal de ça aussi apparemment. Et c’est à Hadley qu’il pense. Hadley qui a dû gérer son propre deuil mais également celui de son père. Hadley qui a déjà eu à subir l’abandon de sa mère… Et puis le sien.
« Dorian ? C’est bien toi ? »
« Ouais… »
Il a l’impression qu’il doit s’expliquer, mais les mots butent contre ses dents et repartent en direction de sa gorge trop nouée par l’émotion. Ca lui fait quelque chose de le revoir. Ca lui fait surtout quelque chose de le revoir dans cet état. Il n’est pas prêt. Il n’est absolument pas prêt à revoir Hadley. Et pourtant il n’a pas le choix, il le sait pertinemment.
« Je…Je suis désolé pour… J’ai appris pour Matt et je tenais à vous présenter mes condoléances. A vous et…et à Hadley si… »
« Hadley ? Oh…oui. Hem… Carter est sortie. C’est à dire qu’elle travaille encore à cette heure-là alors… Voilà. Elle n’est pas à la maison. »
Il a l’air ahuri. Logique. Dorian sent que lui aussi a tout un tas de phrases, de questions, sur le bout de la langue, mais que rien ne vient. Tout s’embrouille pour lui comme pour son interlocuteur.
« Et elle…elle reviendra bientôt ? »
« Oui, elle reviendra. »
Est-ce qu’il l’a fait exprès ? Est-ce un lapsus révélateur, une accusation ou…
« Tu…tu es rentré pour l’enterrement de ton père ? »
« Non. Enfin oui, je suis rentré parce que j’ai appris mais j’ai manqué son enterrement. »
« Ah… Oui. Je l’ai manqué aussi je crois… »
« Il vous en aurait pas voulu pour ça. Il détestait ce genre de rassemblements aussi » lui sourit gentiment Dorian, avant de réaliser que c’est peut-être simplement que l’homme n’avait pas envie d’être contraint de faire de nouveau face à la tombe de son fils…
Et Hadley ? A-t-elle assisté à l’enterrement de son père ? A-t-elle espéré le voir y débarquer ?
« Tu…tu veux l’attendre à l’intérieur ? »
« Oh, oui si… Enfin si ça ne vous dérange pas. »
« Non. Attends. »
Et avant que Dorian ait pu répliquer, la porte se referme.

Il reste bête un moment, le nez pratiquement collé au bois, puis il patiente pendant que, vraisemblablement, le père de son ex petite amie, remet de l’ordre dans son intérieur. Dorian pousse un long soupir et essaye de se détendre. Il jette des regards tendus dans son dos, s’attendant à tout moment à voir Hadley débarquer. Mais son père revient lui ouvrir avant ça.
« Vas-y, entre. »
« C’est gentil. »
« Je sais pas trop. Si c’est gentil j’veux dire… Carter risque d’être furieuse de te voir alors… C’est à tes risques et périls mon garç… »
Il se coupe, l’observe de haut en bas, et ne termine pas. John allait l’appeler mon garçon. Comme lorsqu’il était plus jeune. Sauf que son véritable garçon est mort l’an passé et que celui-ci s’est fait la malle pendant cinq ans.
Dorian lui adresse un nouveau sourire et le suit jusqu’au salon où il s’installe. Dorian finit par l’imiter, essayant de faire fi de l’odeur d’alcool, de tabac et de renfermé qui règne.
« C’est un peu le bazar. J’reçois plus tellement de visites. »
« Oh, c’est pas un souci. Vous verriez mon appartement… »
« Tu as un appartement ? »
« J’avais… Je vais retourner m’installer un moment chez ma mère. Peut-être que je me prendrai quelque chose sur Trimble par la suite… Je vais bosser là-bas. A l’hôpital… »
« Ah… C’est bien… T’es devenu docteur alors ? »
« Oui. Je bosse au service des urgences. »
« D’accord. Ton père doit être fier. »
« Oui, enfin… »
Le regard de John se perd un moment dans le vague et le cœur de Dorian se sert un peu. Il a l’air totalement accablé.
« Et alors tu vas revenir un moment ici ? »
« Oui. »
« C’est bien. Ca va faire plaisir à ta pauvre mère… »
« A moi aussi. Ca me fait plaisir de rentrer et de revoir tout le monde. »
« Ma fille va pas te sauter dans les bras. Si c’est ce que t’espère… » le prévient-il, retrouvant un peu de son aplomb d’avant, le regard quelque peu accusateur.
« Je n’espère rien du tout, Monsieur Wuornos. Je vais me contenter de prendre ce qu’on m’donne. Même si c’est une paire de gifles… »
« Bien. »

Là dessus, un silence s’installe encore, que Dorian cherche à rompre en parlant de tout et de rien, de l’activité professionnelle de John, mais ce dernier semble avoir beaucoup de mal à rester concentré. Dorian ne sait pas si c’est simplement parce qu’il est aussi préoccupé que lui par le retour d’Hadley, ou si les raisons sont toutes autres.
Finalement, il propose de leur servir à boire et se sert un scotch. Dorian commence par refuser mais finit par accepter. Il va avoir besoin de toute l’aide nécessaire pour avoir le cran d’affronter son ex. Ceci dit, il n’a pas la descente de John. En fait, quand la porte d’entrée s’ouvre, il n’a pas encore terminé son fond de verre. Il se cramponne d’ailleurs à celui-ci en comprenant tout à coup que el moment qu’il redoute tant est enfin arrivé.
Hadley est rentrée.
Hadley est à porté de voix, à portée de lui. Si proche et si loin.
Et puis il la voit.

Son cœur lui tombe dans l’estomac, il se sent nauséeux puis il a le vertige, il se sent pousser des ailes, il a envie de fuir, il a envie de la toucher, il a envie de poser ses lèvres contre les siennes pour voir si elles goutent toujours aussi bon, il veut respirer son parfum, passer sa main dans ses cheveux. Il la veut tout entière.

John se relève tout à coup, affichant un air coupable. Il l’imite, se redressant nerveusement sur ses jambes un peu faiblardes, son regard accroché dans celui de la brune.  Elle est belle. Elle est superbe. Fatiguée visiblement, plus maigre que dans ses souvenirs, mais elle lui apparaît comme une déesse.
Sa Hadley.
Ses mains, devenues moites, tremblent autour du verre qu’il tient toujours avec force. Sa gorge, douloureuse, ne laisse pas passer l’air qu’il tente de faire entrer dans ses poumons. Il a oublié comment on fait pour respirer. Elle lui coupe le souffle. Elle lui scie les jambes. Elle le tue. Elle est vraiment belle…

Et elle disparaît. Dorian reste un moment immobile, trop subjugué par la scène et la vision de son ex-fiancée pour oser la suivre. Ce n’est que lorsqu’il voit John faire mine de lui emboiter le pas qu’il s’arrache enfin à sa torpeur.
« J’m’en occupe. »
Là-dessus, il dirige ses pas en apparences seulement assurés, vers la cuisine où la jeune femme vient de s’échapper. Elle lui tourne le dos, appuyée à l’évier, en train de marmonner pour elle-même. Rien de bien à son avantage sans doute…
« Hadley… » commence-t-il, levant les mains à son tour, en signe de paix pour sa part.
Comment enchainer ? Quoi lui dire pour qu’elle daigne écouter ? Quoi dire pour qu’elle accepte de l’entendre ? Aucune idée, il va falloir qu’il improvise. Et la tâche lui paraît plus ardue encore que celle d’annoncer un décès à la famille d’un de ses patients. Pour ça au moins, ils ont des cours, des phrases toutes faites… Il n’a aucune aide à l’heure actuelle, n’a pas trouvé le mode d’emploi du parfait salaud en tentative d’amendement. Il travaille sans filet aujourd’hui et la chute promet d’être rude.
Peut-être qu’il ne s’en relèvera pas d’ailleurs. Mais il veut tout de même s’élancer. Parce qu’elle en vaut le coup.
« Je suis probablement la dernière personne que tu ais envie de voir maintenant, mais je préférai faire le déplacement plutôt que de te laisser apprendre mon retour par quelqu’un d’autre… »  
 

_________________

I need to know now, know now
can you love me again ?
know I’ve done wrong, left your heart torn, took you so low where only fools go, it’s unforgivable, I stole and burnt your soul, is that what demons do? They rule the worst of me, destroy everything, they bring down angels like you. Now I’m rising from the ground, rising up to you, filled with all the strength I've found
apache.


Dernière édition par Dorian A. Spelling le Jeu 5 Déc - 21:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : overbooké
CREDITS : Pic @Tumblr
NOMBRE DE MESSAGES : 1044
ÂGE : 23
LOGEMENT : East jefferson street (7)
OCCUPATION : Animatrice sur la radio locale
HUMEUR : Triste (a cause d'Alex parce qu'il est méchant)
ETAT PHYSIQUE : Bilan de la confrontation avec Bonnie : Deux côtes fêlées plaies au niveau de la lèvre inférieure et de l'arcade sourcilière, ecchymoses et contusion sur le visage, les mains, les épaules et le ventre.
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: Je ne veux rien savoir.
Autres comptes: Samuel J. Donnelly
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 00. Do not speak as loud as my heart Ft Dorian Mar 26 Nov - 23:13

Do not speak as loud as my heart

Tell me you love me
Come back and haunt me
Oh when I rush to the start
Running in circles
Chasing our tails
Coming back as we are




Elle relâcha ses muscles qui se révélaient plus que tendues, tout cela lui semblait complètement irréel, complètement impossible, elle n’était pas préparé à le revoir, elle ne savait pas comment réagir, ni si elle était capable de lui faire face, bien qu’elle sache pertinemment qu’elle n’aurait guère le choix, il l’avait mise devant le fait accompli. Toute sa journée se trouva balayée en l’espace d’une seconde, elle posa ses paumes contre son front poussant un long soupir avant de laisser ses mains glisser jusqu’à la base de sa nuque, quelques secondes à peine s’étaient écoulé avant qu’elle n’entende des pas résonné dans son dos, des pas qui n’étaient clairement pas ceux de son père qui avait probablement dû s’éclipser avant que l’orage n’éclate au sein même de sa cuisine. Rien d’étonnant, elle ne comprenait même pas qu’il l’ai laissé entrer dans leurs maison, il avait été le premier à pouvoir assister impuissant au chagrin dans lequel sa fille avait plongée après le départ surprise du fils du shérif, il devait probablement avoir été dans une de ses phases où il ne sait plus vraiment ce qu’il fait, phases qui se faisaient un peu trop régulière ces derniers temps, probablement la perspective de fêter un second anniversaire devant une pierre tombale, Carter avait pourtant essayer de pousser son père à se reprendre, à essayer de retrouver un travail, voir ses amis mais il préférait de loin rester enfermé enfin quand il ne disparaissait pas on ne sait où pendant plusieurs heures. Il avait cependant ses bon jours, lorsque ce là se présentait, elle retrouvait l’homme qu’elle avait toujours connu malheureusement il ne restait jamais bien longtemps.

Son prénom résonna dans la pièce, la faisant sortir de ses pensées, elle avait tellement longtemps souhaité entendre cette voix de nouveau, revoir ce visage et maintenant que le moment qu’elle avait attendu désespérément se présentait, rien d’autre que de la confusion, de la colère et de la peine n’envahissait son esprit, sa gorge se noua, son cœur se mit à battre la chamade et là encore elle dû se faire violence pour respirer, c’était trop, trop soudain, trop inattendu, trop émotionnel… Elle ne se retourna pas, elle ne pouvait pas, elle ne voulait pas, il n’avait aucun droit de se pointer ici cinq ans après comme ça, pensait t-il vraiment qu’elle allait lui sauter dans les bras après la façon dont il l’avait traité ? Pensait t-il qu’elle en avait quelque chose à faire qu’il ai décidé de faire une escapade à Grayson ? Plus elle laissait son esprit partir, plus ses réflexions partaient dans toute les directions, elle ne savait plus rien, tout s'égarait dans tout les sens et ses émotions montaient en puissance, se faisant sentir de plus en plus instables et si il y avait bien une chose qu’elle savait, c’est qu’elle ne verserait pas une seule larme devant lui, quoi qu’il lui en coûte.

« Je suis probablement la dernière personne que tu ai envie de voir maintenant, mais je préférai faire le déplacement plutôt que de te laisser apprendre mon retour par quelqu’un d’autre… »

Elle aurait aimé dire que c’était le moins qu’on puisse dire mais cela aurait été se mentir à elle même, parce qu’aussi perturbée qu’elle était par sa présence, elle éprouvait dans un sens un soulagement certain, elle avait sans doute besoin de le revoir, d’avoir l’explication qu’elle n’avait jamais eu où peut être simplement besoin de l’avoir face à elle pour mettre un terme à ce sentiment d’abandon…La  fin de sa phrase la fit tiquer, elle releva un peu la tête…Son retour ? Mauvais choix de mots où était t-il en train de lui dire qu’il était revenu et pas de passage en ville, c’était en soi deux choses totalement différentes, elle préféra se dire qu’il n‘était venu que pour faire ses adieu à son père et soutenir sa mère, sa mère qui lui avait fait beaucoup de peine la dernière fois qu’elle l’avait vu, c’était lors des funérailles du shérif Spelling et la pauvre femme était rester là assise seule au premier rang de la petite église de Grayson, personne pour lui tenir la main, pour essuyer ses larmes ou lui offrir une épaule réconfortante, alors même si Carter ne s’était jamais vraiment entendu avec elle, elle avait trouvé vraiment déchirante l’image de cette épouse, cette mère laissé à son triste sort. C’est face à cette pénible image qu’elle avait compris que Dorian ne reviendrait jamais, elle ne l’attendait plus depuis longtemps mais si il ne s’était pas déplacé pour ses parents alors rien d’autre ne le ferait quitter la vie qu’il avait construit ailleurs.

La jeune femme finit par se faire violence et fit volte face, elle resta tout d’abord silencieuse, toisant d’un regard loin d’être amicale son ex-fiancé, il avait beaucoup changé en cinq ans, rien d’impressionnant n’importe qui dans le coin le reconnaitrait dans la seconde mais il avait une allure différente, plus adulte, plus mature, ce n’était plus la silhouette qu’elle connaissait dans les moindres détails. Il avait cependant gardé toutes ces petites choses qui avaient fait qu’elle était tombée amoureuse de lui dans le passé. Le voir était bien plus douloureux qu’elle ne l’aurait pensé, des tas de souvenirs resurgissaient, des souvenirs qu’elle pensait avoir oubliés, enfouit quelque part, des images qu’elle s’était interdite pendant très longtemps. Après un instant qui lui sembla duré une éternité elle finit par se forcer tant bien que mal à prendre la parole sans même savoir au préalable ce qui allait sortir de sa bouche.

« Fallait pas te donner cette peine, maintenant je suis au courant, tu peut reprendre ta voiture et ton allure de citadin et repartir à ta nouvelle vie où qu’elle soit… »

Sa voix était tremblante et trahissait sans aucun doute son émotion à contrario de son visage dont les traits étaient figés. Elle avait juste envie qu’il s’en aille, elle n’était pas sûr de vouloir entendre ce qu’il avait à lui dire, elle doutait du fait qu’une explication quelle qu'elle soit ne soit suffisante pour justifier la lâcheté dont il avait fait preuve en disparaissant sans avertissement d’aucune sorte, sans aucune explications, la laissant derrière lui comme si ce qu’ils avaient ne signifiait rien pour lui.

« J’espère qu’elle vaut le coup.»
Cette dernière partie, elle n’avait pas eu l’intention de l’énoncé à voix haute, parce qu’elle ne voulait pas lui laisser voir à quel point il l’avait blessé mais elle n’était pas vraiment en état de se contrôler outre mesure.

Il l’avait ramené cinq ans en arrière. Il l’avait brisé une nouvelle fois.
Elle espérait qu’au moins cela avait value le coup, qu’il avait au moins trouvé ce qu’il était allé chercher, qu’elle n’avait pas du subir tout ça pour rien.

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.

_________________
"I hurt myself today to see if I still feel. I focus on the pain,the only thing that's real. The needle tears a hole, the old familiar sting, try to kill it all away...But I remember everything. What have I become? My sweetest friend. Everyone I know goes away in the end"

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : disponible
CREDITS : shiya
NOMBRE DE MESSAGES : 290

ÂGE : 24
LOGEMENT : Madison Street (11)
OCCUPATION : médecin urgentiste à Trimble
HUMEUR : tendu
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: C'est notre faute...
Autres comptes: Nathaniel Redd, Hunter Pendleton, Tyler Lawson
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 00. Do not speak as loud as my heart Ft Dorian Jeu 28 Nov - 7:59

❝ Do not speak as loud as my heart❞
Tell me you love me...Come back and haunt me
Oh when I rush to the start
Running in circles...Chasing our tails
Coming back as we are

Là encore, une sensation d’irréel le submerge. Ca n’est pas en train d’arrivée. Il n’est pas en train de faire face à Hadley, c’est simplement un autre fantasme. Il a pensé à leurs retrouvailles tous les jours depuis son départ, cru l’apercevoir des dizaines, des centaines, peut-être des milliers de fois. Une teinte de cheveux similaire, un pull qu’elle avait l’habitude de porter, une écharpe semblable à la sienne, un sourire proche de ceux qu’elle pouvait avoir quand elle le taquinait, une fossette placée au même endroit… Dorian a cherché la jeune femme dans toutes les rencontres qu’il a fait, sur tous les lieux qu’il a exploré. Il n’a jamais trouvé personne qui lui arrive à la cheville. Le médecin n’a trouvé que de pâles copies, de grossières imitations auxquelles il a vainement tenté de se raccrocher.
C’était une idée stupide et ce procédé l’a fait souffrir plus qu’il ne l’a jamais soulagé. Et maintenant qu’il est soi-disant pour de bon face à l’amour de sa vie, il s’en rend compte. Même si les choses vont mal entre eux, il garde l’espoir de la reconquérir un jour. Même alors qu’elle le fusille de ses grands yeux chocolat légèrement cernés.
Tout ça lui paraît irréel et en même temps, il a conscience que son calvaire va prendre fin. Et tout ce qu’il a envie de faire pendant qu’ils se font face, alors que la tension est à son comble : c’est sourire. Dorian doit lutter contre lui-même pour ne pas relâcher enfin toute la pression qu’il s’est mise sur les épaule durant cinq ans et se mettre à rire aux larmes comme un dément.

Même alors qu’elle est au comble de l’énervement et qu’il sait que ses prochaines paroles vont peut-être blessantes, affreuses, il a envie de lui confier que tout va s’arranger. Il le sait et ça le rend euphorique. Parce que maintenant qu’ils sont face à face, il sait que tout est possible et qu’il est inconcevable qu’il avance encore une année, un mois, une semaine, sans elle. Parce qu’ils sont Hadley et Dorian et qu’ils ont été génétiquement programmés pour s’aimer et finir leurs existences côte à côte. C’est comme ça que les choses se passeront. Dorian y croit. Il veut y croire.
Il le sait parce qu’il ne renoncera jamais à elle. Plutôt crever. Il n’a pas fait cette erreur une fois, parce qu’il n’a jamais cessé de la chercher. Le médecin l’a abandonnée, certes, mais il n’a jamais renoncé à elle. Et c’est ce qu’il doit lui faire entendre. Cependant, ce n’est peut-être pas ce qu’elle veut entendre, puisque ça sous entend qu’ils ont soufferts chacun de leur côté toutes ces années pour…absolument aucune raison. Aucune raison qu’il ne puisse évoquer avec elle du moins.

Carter lui demande finalement de repartir, mais sa réplique sonne creux. Son ressentiment aussi. Enfin c’n’est pas tout à fait exact, mais Dorian se persuade qu’il est simplement là pour masquer d’autres sentiments. Du soulagement possiblement. Soulagement qu’il soit rentré, qu’il y ait finalement un espoir… Il le découvrira bien assez tôt. Et puis la colère vaut mieux que l’indifférence. C’est à cette pensée qu’il se raccroche pour l’instant et se raccrochera certainement un bout de temps pour éviter de se décourager.
Il la laisse s’exprimer et continue de s’empêcher de sourire comme un imbécile. Ceci dit, il ignore combien de temps il en sera capable exactement.  

« Par moments j’ai cru qu’elle en valait le coup. Par moments j’ai pensé que ça valait mieux… Mais je suis là maintenant et ça veut dire ce que ça veut dire. Je ne vais nul part, Hadley. Il te faudra certainement un peu de temps pour te faire à l’idée et pour y croire, mais c’est la vérité. Je suis là maintenant. J’ai terminé de fuir. »
Il n’aurait peut-être pas dû utiliser ce terme et pressent sa prochaine question, prononcée avec accusation. Fuir quoi au juste ? Il espère que toutes ces années, elle ne s’est pas imaginée qu’elle était la raison de sa fuite. Mais c’est comme espérer que se tirer une balle dans la tête n’aura d’impact sur l’existence de personne. C’est une pensée purement égoïste ou très naïve.


_________________

I need to know now, know now
can you love me again ?
know I’ve done wrong, left your heart torn, took you so low where only fools go, it’s unforgivable, I stole and burnt your soul, is that what demons do? They rule the worst of me, destroy everything, they bring down angels like you. Now I’m rising from the ground, rising up to you, filled with all the strength I've found
apache.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : overbooké
CREDITS : Pic @Tumblr
NOMBRE DE MESSAGES : 1044
ÂGE : 23
LOGEMENT : East jefferson street (7)
OCCUPATION : Animatrice sur la radio locale
HUMEUR : Triste (a cause d'Alex parce qu'il est méchant)
ETAT PHYSIQUE : Bilan de la confrontation avec Bonnie : Deux côtes fêlées plaies au niveau de la lèvre inférieure et de l'arcade sourcilière, ecchymoses et contusion sur le visage, les mains, les épaules et le ventre.
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: Je ne veux rien savoir.
Autres comptes: Samuel J. Donnelly
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 00. Do not speak as loud as my heart Ft Dorian Jeu 28 Nov - 22:46

Do not speak as loud as my heart




« Par moments j’ai cru qu’elle en valait le coup. Par moments j’ai pensé que ça valait mieux… Mais je suis là maintenant et ça veut dire ce que ça veut dire. Je ne vais nul part, Hadley…. »

Ainsi son escapade de cinq ans s’était révélé être un échec, un mélange de colère et de satisfaction s’empara de la jeune femme, elle éprouvait un contentement certain à savoir qu’il avait fait une erreur et qu’il s’en mordait très certainement les doigts aujourd’hui, il avait perdu tout ce qui lui avait un jour appartenu, sa famille…ses amis…elle…et parmi tout cela bien des choses qu’il ne pourrait jamais récupérer mais le sentiment de colère qui lui parcourait l’échine était bien plus dominant, parce que cela voulait dire qu’il l’avait fait souffrir pour rien, elle avait endurer son départ, son absence, perdue toute confiance en elle et attendue pendant des mois pour quoi ? Pour qu’il réalise son caprice d’enfant pourri gâté ? Qu’il reste, qu’il fasse enfin face aux conséquences de son geste, le karma est une chose vicieuse et dans son cas elle espérait que le retour de bâtons serait suffisamment violent. Ce ne serait après tout qu’un juste retour des choses.

« Il te faudra certainement un peu de temps pour te faire à l’idée et pour y croire, mais c’est la vérité. Je suis là maintenant. J’ai terminé de fuir. »

La suite ne fit qu’exaspérer davantage Carter, qu’est ce qui pouvait bien lui faire croire qu’elle en avait quelque chose à faire qu’il reste ou qu’il parte ? Elle en avait finie avec lui il y a bien longtemps maintenant ou tout du moins c’était ce dont elle s’était convaincue il y a maintenant plusieurs années, (chose qui restait désormais à vérifier maintenant qu’il se trouvait face à elle) et pourtant à l’entendre elle eu l’étrange impression durant un instant qu’il ne se contenterait pas de cette visite et qu’il était aussi rentré pour la retrouver mais, elle n’était pas si sûre de ce que son esprit lui laissait percevoir, elle était tellement secouée par cette réapparition soudaine, que ses pensées se mélangeait et s’entrechoquait entre elles. Alors que la situation ne s’y prêtait absolument pas, elle se mit à rire, un rire qui n’avait rien de sincère, un rire qui se rapportait plus à de l’agacement et de l’énervement.

« Vraiment Dorian ? Tu penses que tu peux te pointer chez moi comme ça, cinq ans après avec tes belles paroles ? T’espères quoi au juste hein ? Que je te saute dans les bras en te souhaitant la bienvenue peut être ?»

Elle s’agitait de plus en plus et son ton montait tout aussi progressivement, après le choc et la douleur des souvenirs, elle n’avait plus qu’une seule envie, celle de lui coller son poing dans la figure, de lui faire aussi mal qu’elle le pouvait.

« Je sais même pas qui tu est et si tu veut tout savoir j’ai pas la moindre envie d’essayer de comprendre quoi que ce soit. » Etait–ce vrai ? Même elle n’en était pas sûr mais elle savait qu’elle devait faire tout ce qu’elle pouvait pour se protéger, pour faire ce qu’elle n’avait pas été capable de faire la première fois et tant pis si cela lui paraissait impossible, elle devait au moins essayer, ce qui se révélait plus facile à dire qu’a faire, surtout quand elle plongeait son regard dans le sien, celui la même qu’elle avait cherché à retrouver par tout les moyens mais qui ne n’était rester qu’un souvenir profondément ancré. Il était la raison pour laquelle elle était incapable de s’engager dans quelque relation que ce soit, c’était à cause de lui qu’elle comblait ce putain de vide avec ces types qui étaient tous l’opposé de ce qu’elle avait toujours perçu de lui.

Cette histoire était aberrante de connerie, elle se montait la tête toute seule, elle laissa s’échapper un soupir avant de passer ses mains sur son visage l’air grave. Elle se sentait à la fois blessée, confuse et stupide, stupide de se laisser avoir complétement, de voir tout ce travail sur elle même sombré en quelques secondes, de voir que malgré tout ce qu’elle avait pu penser, elle ne pouvait pas s’empêcher de ressentir le même désir, la même attirance pour lui que celle qu’ils avaient pu partager dans le passée sauf qu’elle ne pouvait pas faire comme si la lâcheté et l’indifférence dont il avait fait preuve ne comptait pas car c’était ici ce qui faisait toute la différence.

Elle avait finit par reprendre sa position initiale, dos à lui, les bras vissés contre l’évier, elle ne se sentait pas capable de continuer à supporter son regard, c’était un peu trop dangereux et pour elle et pour lui, car si Carter avait toujours été imprévisible et pleine de fougue, elle se retrouvait à présent dans l’incapacité de contrôler son impétuosité.

« T’aurai pas du venir…»

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.

_________________
"I hurt myself today to see if I still feel. I focus on the pain,the only thing that's real. The needle tears a hole, the old familiar sting, try to kill it all away...But I remember everything. What have I become? My sweetest friend. Everyone I know goes away in the end"

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : disponible
CREDITS : shiya
NOMBRE DE MESSAGES : 290

ÂGE : 24
LOGEMENT : Madison Street (11)
OCCUPATION : médecin urgentiste à Trimble
HUMEUR : tendu
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: C'est notre faute...
Autres comptes: Nathaniel Redd, Hunter Pendleton, Tyler Lawson
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 00. Do not speak as loud as my heart Ft Dorian Sam 30 Nov - 10:05

❝ Do not speak as loud as my heart❞
Tell me you love me...Come back and haunt me
Oh when I rush to the start
Running in circles...Chasing our tails
Coming back as we are

Il l’écoute, il entend, il comprend. N’empêche que Dorian ne pense pas que venir ait été une erreur. Maintenant qu’il se trouve ici, face à la jeune femme, le médecin sait qu’il se trouve exactement là où il doit être. Tout lui paraît encore un peu étranger, comme tout droit sorti d’un rêve, mais une part de lui sait que tout est en fait en train de rentrer dans l’ordre. Ceci dit, contrairement à quelques heures plus tôt, lorsqu’il faisait  face au shérif, le grand brun n’est pas en train de se dire qu’il n’aurait jamais dû partir, qu’il a mis bien trop longtemps à revenir et qu’il n’obtient que ce qu’il mérite. Un juste retour de manivelle en plein dans les dents.
Mais le shérif a eu raison en lui disant qu’il lui fallait assumer. Il a été un peu abrupte et dans un premier temps, ce ton sermonnant l’a contrarié, abattu, agacé… Mais il a eu raison de le lui dire. S’il ne l’avait pas fait, Dorian serait peut-être encore trop centré sur lui-même pour réellement être attentif au discours d’Hadley et donc incapable de se mettre à sa place. Il n’est pas encore vraiment sur de ce qu’elle attend, parce qu’il ignore exactement par quoi elle est passée ces cinq dernières années, qui elle a rencontré, à quel échelle la perte de Matt l’a traumatisée, à qui elle a accordé sa confiance si elle l’a fait, les conséquences de ses actes… Il lui manque plus d’un chapitre de son histoire et Dorian sait qu’il ne peut pas tenter d’écrire la fin de l’histoire sans en avoir au moins un résumé (et il attend plus que ça encore).
Mais il peut au moins se baser sur le passé. Parce qu’il l’a connue. Parfois mieux qu’elle-même. Et au fond, Carter doit bien savoir qu’elle le connaît aussi, contrairement à ce qu’elle lui assure.

Dorian ne répond rien dans un premier temps. Déjà parce qu’il ne veut pas entrer en conflit direct avec elle en lui assurant qu’elle se trompe, même si c’est son avis, et ensuite parce qu’il imagine qu’elle n’est pas prête à l’écouter de toute manière. Quoi qu’il ait à dire, elle est trop  submergée de sentiments au moins aussi contradictoires que les siens peuvent l’être à l’heure actuelle pour se montrer conciliante et compréhensive. C’n’est certainement pas un reproche qu’il lui fera. Tout ce qu’il va faire, c’est tâché de se faire tout petit en attendant qu’elle ait réalisé son retour. Quand ce sera chose faite, quand elle aura compris qu’il est là pour de bon, il tentera une approche différente.
Il leur faut du temps. Même s’il en a eu plus qu’elle pour se préparer à ces retrouvailles, même si c’est lui qui a précipité leur chute : il éprouve le besoin de prendre un peu de recule. Juste celui qui sera nécessaire pour mieux sauter et la retrouver. Mais si lui en a besoin, elle, en a cent fois plus la nécessité à n’en pas douter…

Pour l’heure, elle lui tourne le dos et, même s’il meurt d’envie de la contraindre à lui faire face, ne serait-ce que pour avoir le loisir d’observer ce visage si familier qui lui a si cruellement manqué, il s’abstient. Il doit assumer. Il doit lui laisser le temps de lécher ses blessures, d’assimiler, se laisser le temps, ne rien précipiter au risque de voir tous ses efforts les mener droit dans le mur. Malgré tout ce temps passé l’un sans l’autre, il sait que c’est de patience qu’il soit faire preuve avant toute autre chose.
« T’aurai pas du venir…»
« Je suis là quand même » répond-t-il en haussant une épaule, restant à sa place et luttant toujours pour ne pas aller apposer ses mains sur ses épaules. « Je vais être là à partir de maintenant. Et pour ce que ça vaut, si je suis désolé à un point que tu ne peux peut-être même pas te figurer de t’avoir laissée derrière moi, je suis aussi sincèrement désolé de m’imposer à nouveau à toi… Ce sont les seules excuses que j’te présenterai pour le moment, Hadley. Je sais que j’en ai des tonnes à fournir, mais je crois pas que tu sois prêtes à les accepter maintenant de toute façon, donc je m’abstiendrai. »
Il marque quelques secondes de pause puis reprend passant ses deux mains sur son visage tiré par la fatigue et la tension. Sa voix, elle, demeure posée, en apparence sereine, un soupçon autoritaire. En fait, on pourrait presque croire être face à feu son shérif de père, toujours maitre de lui-même, peu importe la situation à laquelle il devait faire face.
« Je ne vais pas te harceler, je vais te laisser un peu de temps pour te faire à l’idée que je suis à nouveau là. Mais sache que je reviendrai forcément frapper à ta porte. Forcément. »  

_________________

I need to know now, know now
can you love me again ?
know I’ve done wrong, left your heart torn, took you so low where only fools go, it’s unforgivable, I stole and burnt your soul, is that what demons do? They rule the worst of me, destroy everything, they bring down angels like you. Now I’m rising from the ground, rising up to you, filled with all the strength I've found
apache.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : overbooké
CREDITS : Pic @Tumblr
NOMBRE DE MESSAGES : 1044
ÂGE : 23
LOGEMENT : East jefferson street (7)
OCCUPATION : Animatrice sur la radio locale
HUMEUR : Triste (a cause d'Alex parce qu'il est méchant)
ETAT PHYSIQUE : Bilan de la confrontation avec Bonnie : Deux côtes fêlées plaies au niveau de la lèvre inférieure et de l'arcade sourcilière, ecchymoses et contusion sur le visage, les mains, les épaules et le ventre.
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: Je ne veux rien savoir.
Autres comptes: Samuel J. Donnelly
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 00. Do not speak as loud as my heart Ft Dorian Dim 1 Déc - 18:28

Do not speak as loud as my heart

Tell me you love me
Come back and haunt me
Oh when I rush to the start
Running in circles
Chasing our tails
Coming back as we are




« Je suis là quand même »
Lorsqu’il était parti, elle n’avait pas compris, pas compris pourquoi il n’avait rien dit, pourquoi il avait choisi de tout laisser derrière lui, un geste démesuré que même ses parents n’avaient su lui expliquer, prétextant des histoires de familles, tous étaient resté on ne peut plus flou dans leur discours, laissant la gamine de 18 ans qu’elle était complètement paumé et sans réponse. Pendant des jours, elle avait tenter de le contacter, laissant message sur message, du plus simple au plus véhément jusqu’au jour ou ce numéro ne la laissa que face à une vérité difficile à avaler, il l’avait complètement effacée. Une année difficile à traverser, une période qui a forger le caractère déjà bien trempé de la jeune fille en un mur que peu de gens avaient l’occasion de traverser. Elle avait choisie de ne plus laisser personne entré dans sa vie,  elle ne voulait plus donner de sa personne tout du moins pas de la façon dont elle l’avait fait avec Dorian, plus jamais. Son désir de protection avait pris le pas sur tout le reste et même si nombreux étaient ses proches qui essayaient de la sortir de cette idée stupide, elle n’écoutait plus qu’elle même et si cela ne plaisait pas qu’ils se débrouille tous avec sa mère, avec Dorian…

Carter ne répondit pas, le laissant parler, elle écoutait sans vraiment peser ses propos, parce qu’elle pestait intérieurement contre cette soirée, contre son père, contre elle et surtout contre lui. Elle ne voulait pas qu’il soit là, elle ne voulait pas qu’il reste, plus maintenant…parce qu’elle avait fait trop de chemin, parce qu’elle ne voulait pas mettre en péril tout ce qu’elle avait reconstruit et parce qu’elle savait aussi qu’il était capable de la convaincre de prendre ce risque, de le laisser revenir dans sa vie…et c’était une chose à laquelle elle ne pouvait se résoudre, ni aujourd’hui, ni demain.  Ainsi ses excuses ne sonnèrent que très peu comme elle l’aurait imaginé, ce n’était pas ce qu’elle avait besoin d’entendre, c’était succinct, facile et surtout elles n’avaient aucun sens aujourd’hui. Il avait bien plus de culot que dans son souvenirs, il était donc en train de lui présenter des moitiés d’excuses sous le prétexte qu’elle n’était pas prête à les entendre, qu’est ce qu’il pouvait bien en savoir ? Il n’avait pas la moindre idée de ce qu’il lui fallait et surtout aucun droit de se permettre de penser à sa place.

Prête à recevoir excuses et explications, elle l’avait été mais, le temps avait passée et elle avait avancée alors peut être que lui aurait du se réveiller avant, on ne peut pas revenir en arrière, ils ne pourraient pas et il devait en prendre conscience, il avait choisi de prendre un autre chemin et en aucun cas ils n’étaient censé se rejoindre. Elle attrapa le paquet de blonde de son père qui trainait dans la cuisine et porta une clope à ses lèvres tandis que Dorian l’assurait sur un ton résolu de son intention de persévérer. « Je ne vais pas te harceler, je vais te laisser un peu de temps pour te faire à l’idée que je suis à nouveau là. Mais sache que je reviendrai forcément frapper à ta porte. Forcément. »

Reprenant place face à lui, elle s’adossa contre l’évier. Secouant la tête, l’air consterné, elle croisa les bras contre sa poitrine.

« Oh bien sûr tu sait mieux que moi ce que je suis capable d’encaisser c’est ça ? J’en veut pas de tes putain d’excuses, elles arrivent avec cinq ans de retard. » Pourquoi est ce qu’il faisait ça, elle n’avait pas été suffisante lorsqu’il avait quitté la ville alors pourquoi se donner tant de mal, à essayer d’arranger les choses ? Grayson n’était pas une grande ville et certes ils auraient été amenés à se croiser mais tout le monde ne s’aimait pas ici, alors deux de plus…Alors pourquoi ? Se donner bonne conscience ? Elle tira une bouffée sur sa cigarette et continua dans un nuage de fumée. « T’est pas croyable Dorian, qu’est ce que t’attend de moi au juste hein ? Pourquoi tu te donnerai tant de mal, t’essaye de soulager ta conscience peut être ? » Elle n’arrivait pas vraiment à se résoudre à penser autrement, si d’autres aurait pu penser qu’il était là pour la récupérer, cela ne lui traversa pas vraiment l’esprit, Carter avait passer tant de temps à déprécier l’amour qu’il disait avoir pour elle dans le passée, que cette idée lui était improbable, dans son esprit il ne s’agissait ici que d’essayer de faire plus ou moins amende honorable, soulager sa conscience et s’assurer qu’il n’avait pas fait trop de dégâts et c’était quelque chose qu’elle n’était pas sûr de vouloir lui offrir.


FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.

_________________
"I hurt myself today to see if I still feel. I focus on the pain,the only thing that's real. The needle tears a hole, the old familiar sting, try to kill it all away...But I remember everything. What have I become? My sweetest friend. Everyone I know goes away in the end"

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : disponible
CREDITS : shiya
NOMBRE DE MESSAGES : 290

ÂGE : 24
LOGEMENT : Madison Street (11)
OCCUPATION : médecin urgentiste à Trimble
HUMEUR : tendu
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: C'est notre faute...
Autres comptes: Nathaniel Redd, Hunter Pendleton, Tyler Lawson
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 00. Do not speak as loud as my heart Ft Dorian Lun 2 Déc - 12:34

❝ Do not speak as loud as my heart❞
Tell me you love me...Come back and haunt me
Oh when I rush to the start
Running in circles...Chasing our tails
Coming back as we are

« Oh bien sûr tu sait mieux que moi ce que je suis capable d’encaisser c’est ça ? J’en veut pas de tes putain d’excuses, elles arrivent avec cinq ans de retard. »
« Non, c’est pas c’que j’essaye de dire… » tente-t-il de se défendre pendant qu’elle tire une bouffée sur sa cigarette.
Mais elle ne lui en laisse pas le temps et préfère enchainer.
«  T’es pas croyable Dorian, qu’est ce que t’attends de moi au juste hein ? Pourquoi tu te donnerais tant de mal, t’essayes de soulager ta conscience peut-être ? »
Dorian soupire. Il aurait aimé être capable de s’abstenir, mais il doit se concentrer sur suffisamment de front comme ça. De toute manière, elle est déjà agacée alors qu’il ait l’air contrarié ou pas et le lui fasse sentir ou pas… Le médecin n’est pas certain que ça change grand chose à sa situation ou à l’image qu’elle se fait déjà de lui.
« Je n'suis pas là pour me déculpabiliser. J'crois pas que ce soit envisageable. Et j’attends rien, Hadley. Enfin si, évidemment, dans l’idéal, j’aimerai que les choses s’arrangent entre nous, ce serait idiot de le nier. Mais j’ai pleinement conscience du mal que j’ai fait en partant et je sais bien que ça sera pas aussi simple. »
Il marque quelques secondes de pauses puis reprend, les mains de nouveaux levées dans une gestuelle de défense inconsciente.  
« Je te l’ai dis, je ne suis pas encore là pour me faire pardonner parce que je sais que c’est trop tôt. Ca n’a rien avoir une envie de tout contrôler ou de pas pouvoir encaisser, c’est juste que je ne vois vraiment pas ce que ça changerait que je m’excuse à ce stade, même si, tu peux m’croire, je suis désolé. Désolé d’être parti, désolé pour mon silence, désolé d’avoir cinq ans de retard. »
Désolé d’être passé à côté de la chance de me réconcilier avec mon propre père, qui est aujourd’hui mort et enterré. Mais ça, il ne l’ajoute pas. Parce que s’il n’est pas là pour se donner bonne conscience, il n’est pas là non plus pour se faire plaindre ou lui donner mauvaise conscience à elle. Ce serait mal venu.

En revanche, il se permet ce qui se révèlera certainement une erreur : évoquer la disparition du frère de Carter.
« Et je suis sincèrement désolé de ne pas avoir été là pour te soutenir au moment de la disparition de Matt… »
Le médecin s’est approché pour souffler ces quelques mots d’une voix empreinte d’émotions, son regard planté dans celui de la jeune femme. Il est fils unique et ne peut pas vraiment se mettre à sa place, mais il appréciait assez Matt pour être lui-même affecté par sa disparition soudaine. Sans compter que ce deuil s’ajoute à celui de son père.
Il a envie de la serrer dans ses bras plus que jamais. Dorian a envie de l’apaiser, l’embrasser, de prendre sa douleur pour la faire sienne, mais il ne peut pas le faire. Il a perdu ce privilège de lui venir en aide et de la soutenir en mettant les voiles.

Il manque d’ajouter qu’il serait peut-être rentré s’il avait su mais, d’une part ce n’est certainement pas quelque chose qu’elle a envie d’entendre et en plus, c’est possiblement un mensonge. Parce qu’en réalité, il ne sait pas si il en aurait été capable...  

_________________

I need to know now, know now
can you love me again ?
know I’ve done wrong, left your heart torn, took you so low where only fools go, it’s unforgivable, I stole and burnt your soul, is that what demons do? They rule the worst of me, destroy everything, they bring down angels like you. Now I’m rising from the ground, rising up to you, filled with all the strength I've found
apache.


Dernière édition par Dorian A. Spelling le Mar 3 Déc - 12:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : overbooké
CREDITS : Pic @Tumblr
NOMBRE DE MESSAGES : 1044
ÂGE : 23
LOGEMENT : East jefferson street (7)
OCCUPATION : Animatrice sur la radio locale
HUMEUR : Triste (a cause d'Alex parce qu'il est méchant)
ETAT PHYSIQUE : Bilan de la confrontation avec Bonnie : Deux côtes fêlées plaies au niveau de la lèvre inférieure et de l'arcade sourcilière, ecchymoses et contusion sur le visage, les mains, les épaules et le ventre.
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: Je ne veux rien savoir.
Autres comptes: Samuel J. Donnelly
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 00. Do not speak as loud as my heart Ft Dorian Lun 2 Déc - 21:43

Do not speak as loud as my heart

Tell me you love me
Come back and haunt me
Oh when I rush to the start
Running in circles
Chasing our tails
Coming back as we are




Il a beau nier, elle n’entend peut être que ce qu’elle a envie d’entendre, il n’essaye pas de se déculpabiliser ? Vraiment ? C’est pourtant l’impression qu’il lui renvoie par sa présence ce soir, qu’est ce que ça aurait bien pu changer qu’elle apprenne son retour par quelqu’un d’autre ? Il ne s’était pas vraiment interroger sur ce détail quand il était parti, il ne s’était pas demander combien de temps allait passer avant qu’elle se pose les bonnes questions, avant qu’elle ne comprenne quel mensonge il lui avait fait vivre pendant ces dernières semaines, à moins qu’il ne faille compter en mois ou en années…C’est à ses parents qu’elle avait du demander des comptes, c’est eux qui avait eu la lourde tâche de lui dire que son petit-ami s’était fait la malle et qu’il ne reviendrait pas, c’est encore eux qui avait du convenir d’une explication pour répondre aux questions incessantes de la jeune femme et s’ était tous les autres excepté lui qui avait du la pousser à passer au dessus de tout ça alors oui il était peu être un peu présomptueux de s’imaginer qu’à contrario d’il y a cinq ans, il était plus polie de venir l’informer de son retour au bercail.

« …Et j’attends rien, Hadley. Enfin si, évidemment, dans l’idéal, j’aimerai que les choses s’arrangent entre nous, ce serait idiot de le nier… »
Que les choses s’arrangent, c’était une utopie, il n’y avait plus rien à arranger, elle ne pouvait à ce moment là rien sélectionner qui puisse être sauvé, il n’était plus ni amant, ni ami alors quoi ? Que pouvait il arranger, quand elle ignorait même ce qui avait provoqué leurs séparation. Non ils ne pourraient plus jamais avoir ce qu’ils avaient un jour possédé, ils n’étaient plus les mêmes personnes, elle n’avait plus rien de la Hadley qu’il avait connue…Elle aurait presque pu laisser échapper une exclamation lorsqu’il lui balance qu’il à conscience du mal qu’il a fait en partant parce qu’il n’en avait pas la moindre idée, il ne pouvait même pas imaginer ce qu’elle avait pu ressentir, il savait, il avait toujours su, il avait vu la douleur, les conséquences que l’abandon de sa mère avait eu sur elle et cela à deux reprises et quand bien même il avait choisie de lui faire subir ce triste sort une fois de plus…alors non il n’avait pas la moindre idée de la façon dont il l’avait détruite en partant. Au delà de son absence, c’était une profonde blessure qu’il avait réouverte chez elle. La colère montait encore et encore et si son visage devait se faire plus dur secondes après secondes, il ne s’arrêta pas pour autant, il savait ce qu’il voulait lui dire et il allait le faire, quoi qu’il en coûte, elle le savait, Dorian avait toujours foncé tête baissé sans vraiment s’occuper des conséquences, elle ne le savait que trop bien, aussi elle le laissa dire qu’il était désolé et que ses excuses ne pouvaient prendre leurs vrai signification maintenant, parce qu’il était trop tôt, parce que le choc était trop grand mais malgré tout ce qu’il pouvait penser, malgré le fait qu’il n’avait probablement pas entièrement tort, elle n’était déjà plus en état de réfléchir posément, elle ne voyait rien d’autre que cette douleur vivace qui reprenait sa place, cette place qu’elle avait longtemps occupée et dont elle avait mis tant d’énergie à faire disparaître.

Lorsque que Carter se rendit compte que le silence avait repris son droit, elle décida de l’utiliser à bon escient, pour lui dire ce qu’elle pensait, c’était son tour de lui dire que non ce ne serait pas facile et que non elle n’était pas prête de lui accorder une chance de retrouver une place dans sa vie, la colère parlait peut être pour elle, peut être regrettera t-elle d’avoir agi sous sa domination comme cela lui arrivait bien souvent mais elle ne contrôlait plus grand chose alors autant faire les choses jusqu’au bout, elle écrasa sa cigarette dans le cendrier qui trônait à côté d’elle et s’avança de quelques pas mais contre toute attente c’est la voix de Dorian qui repris possession des lieux, il s’était rapproché d’elle, son ton s’était radoucit, son regard s’était plongé dans le sien et l’émotion pouvait se lire dans tout son être mais il avait choisi le mauvais sujet, pas comme ça et pas maintenant, pas après l’avoir poussé dans ses retranchements. Il ne fallu pas plus d’une seconde pour que ses yeux s’embuent de larmes, que ses poings se referment et qu’elle lâche complètement prise, le gratifiant d’une bonne gifle, qui ne la calma pas pour autant, elle criait à présent, elle s’était écarter pour ne pas céder à l’envie de le frapper encore et encore, laissant échapper toute la rancœur et toute la fureur qu’elle n’avait jamais pu lui exprimer.

« Arranger quoi ? Tu comprend pas qu’il n’y a plus rien à arranger parce qu’il n’y a absolument plus rien entre nous et si vraiment il y a eu quelque chose un jour, tu l’a détruit entièrement…et vient pas me dire que tu sait ce que tu m’a fait, t’a pas la moindre idée de ce par quoi je suis passée pendant que tu refaisait ta petite vie ailleurs sans même penser une seule seconde aux personnes qui restait derrière!  Quand à mon frère t’avise même pas de prononcer son nom, si vraiment t’en avait eu quelque chose à faire de nous, t’aurait été là… »

Les poings et le cœur toujours serré, debout au beau milieu de sa cuisine, elle essaya de se reprendre, se reprendre ou partir, le choix ne tenait qu’à elle.

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.

_________________
"I hurt myself today to see if I still feel. I focus on the pain,the only thing that's real. The needle tears a hole, the old familiar sting, try to kill it all away...But I remember everything. What have I become? My sweetest friend. Everyone I know goes away in the end"

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : disponible
CREDITS : shiya
NOMBRE DE MESSAGES : 290

ÂGE : 24
LOGEMENT : Madison Street (11)
OCCUPATION : médecin urgentiste à Trimble
HUMEUR : tendu
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: C'est notre faute...
Autres comptes: Nathaniel Redd, Hunter Pendleton, Tyler Lawson
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 00. Do not speak as loud as my heart Ft Dorian Mar 3 Déc - 13:04

❝ Do not speak as loud as my heart❞
Tell me you love me...Come back and haunt me
Oh when I rush to the start
Running in circles...Chasing our tails
Coming back as we are

Il encaisse la gifle sans broncher. Elle a claqué avec plus de force sur son cœur que sur sa joue qui va ceci dit rester marquer un petit moment à n’ne pas douter. Ceci dit, pour être tout à fait honnête, le médecin s’attendait à recevoir un coup plus rapidement que ça. En fait, il s’attendait à recevoir le poing de la jeune femme en plein visage, voir à un coup de genou bien placé, histoire qu’il comprenne sa douleur. Il n’en est pas à s’estimer heureux, mais plus tard, ça pourrait venir.
Pour le moment de toute manière, Dorian est trop occupé à penser à sa douleur à elle pour songer à la sienne. La quitter a été un choix pénible, terrifiant, douloureux. Mais c’était son choix et il avait des raisons auxquelles se raccrocher pour tenir le coup et continuer d’avancer coute que coute. Carter n’a pas eu cette chance et il le sait. Et l’idée qu’elle ait pu penser que son départ précipité ait été en partie motivé par sa personne lui est insupportable… En un sens pourtant c’est vrai. C’est pour la préserver qu’il a mis les voiles de cette manière, pour lui éviter d’être confrontée à la même souffrance que lui, pour ne pas avoir à lui mentir ou pire, lui dire toute la vérité.
Mais il ne peut pas le lui expliquer aujourd’hui, tout comme il n’a pas pu le faire il y a cinq ans de cela.

Dorian demeure silencieux une poignée de secondes, la tête basse et rentrée entre ses deux épaules affaissées. Il ne le fait pas pour se prémunir d’un nouveau coup, mais par honte, par abattement. Il n’a aucune idée de la façon dont il va s’y prendre pour essayer de se racheter. Il ne sait même pas si c’est ce qu’il doit faire ou pas. Est-ce qu’il ne vaudrait pas mieux lâcher prise ? Est-ce qu’il ne l’a pas assez fait souffert comme ça ? Est-ce qu’il est prêt à lui imposer ce qui sera sa vie à présent ? Il se croit près à assumer tout cela, mais c’est de la théorie, il ne s’est confronté à rien du tout pour l’instant. IL n’y a aucune garantie qu’il ne craque pas à nouveau sous la pression et le poids de la culpabilité… Peut-être qu’il vaut mieux qu’il garde ses distances. Peut-être qu’effectivement, il n’a rien à faire dans cette maison et face à Hadley.
Pourtant Dorian a envie d’y croire. Il a envie de la rendre heureuse à nouveau. Il sait qu’il en a les moyens. Du moins il les a eus… Le médecin veut aussi sa part de bonheur. Parce que ce n’est pas forcément LUI qui a décidé de se séparer de l’unique amour de sa vie, c’est le destin qui s’en est chargé. C’est Grayson.

« Peut-être que t’as raison et que je sais pas par quoi t’es passée pendant tout ce temps, mais j’peux pas te laisser dire que ça ne m’a pas touché. J’peux pas te laisser croire que ça m’a rien fait de vous laisser derrière moi ou que j’ai pas pensé à vous à chaque seconde de chaque journée » réplique-t-il, incapable de ne pas laisser filtrer un peu de colère et de frustration à son tour. « Tu me connais, Haldey. Tu connais pas tous les détails de mon existence, mais tu sais qui je suis, tu m’as vu grandir, me tromper, réussir, avancer, reculer, évoluer. Tu sais ce que je vaux et tu SAIS que tu m’as affreusement manqué. Tu sais exactement pourquoi je suis là en ce moment et tu sais c’que ça m’fait de te revoir et… Te quitter a été la décision la plus difficile que j’ai eue à prendre, Hadley. Et pourtant, j’suis devenu médecin et j’ai la vie de patients entre mes mains très souvent. Des vies qui dépendent de mes choix. J’ai jamais rien fait de plus dur, Hadley, tu comprends ? Même pas revenir. Je vais en chier, je vais devoir regagner la confiance de  dizaines de personnes dont toi, supporter des tas de rumeurs sur mon compte, vivre avec l’idée que j’suis revenu trop tard pour me réconcilier avec mon père ou pour me racheter auprès de ton frère qui a dû me haïr de te faire souffrir de cette manière. Mais tout ça, ça m’paraît facile à faire à côté de l’effort que ça m’a demandé de t’abandonner ici et de la manière dont j’l’ai fait. »

Il sent ses yeux le picoter désagréablement. Craquer devant Hippolyte, sur la tombe de son père, il pouvait se le permettre. Ce n'est pas le cas maintenant et il va falloir qu'il prenne sur lui. Sa voix a pourtant déjà trahi son émotion. Sa colère, son chagrin, sa culpabilité, ses appréhensions. Elle le connait et elle saura lire en lui, même si les années ont passés, même s'il a gagné quelques rides et a même vu apparaitre un ou deux cheveux blancs dans sa glace. Elle le connait et il la connait.
Elle ne peut pas avoir tant changé et Dorian sait que lui n'a pas tant changé que ça en cinq ans. Il a gagné en maturité, assurément, mais là, devant elle, ils se sent comme un gosse, totalement démuni et dépendant.
Elle doit bien voir à quel point ça lui coute et en même temps, à quel point ça le comble d'être à ses côtés. Ils se sont toujours complétés. Il s'est amputé de la moitié de lui en la laissant dans son rétroviseur et à présent, il est enfin au complet. Elle DOIT le sentir.
Il faut qu'elle éprouve la même chose... Dorian y croit. Le médecin a besoin d'y croire.

_________________

I need to know now, know now
can you love me again ?
know I’ve done wrong, left your heart torn, took you so low where only fools go, it’s unforgivable, I stole and burnt your soul, is that what demons do? They rule the worst of me, destroy everything, they bring down angels like you. Now I’m rising from the ground, rising up to you, filled with all the strength I've found
apache.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : overbooké
CREDITS : Pic @Tumblr
NOMBRE DE MESSAGES : 1044
ÂGE : 23
LOGEMENT : East jefferson street (7)
OCCUPATION : Animatrice sur la radio locale
HUMEUR : Triste (a cause d'Alex parce qu'il est méchant)
ETAT PHYSIQUE : Bilan de la confrontation avec Bonnie : Deux côtes fêlées plaies au niveau de la lèvre inférieure et de l'arcade sourcilière, ecchymoses et contusion sur le visage, les mains, les épaules et le ventre.
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: Je ne veux rien savoir.
Autres comptes: Samuel J. Donnelly
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 00. Do not speak as loud as my heart Ft Dorian Mer 4 Déc - 0:08

Do not speak as loud as my heart

Tell me you love me
Come back and haunt me
Oh when I rush to the start
Running in circles
Chasing our tails
Coming back as we are



Il n’avais pas essayer d’esquiver, n’avait même pas essayer de la retenir, il avait juste encaissé la gifle dont elle venait de l’asséner sans ménagement enfin si, elle s’était contrainte, il avait eu de la chance qu’elle se soit contenter de le gifler, parce que c’est de bien pire dont elle avait eu envie. Elle n’essayait à présent même plus de garder bonne figure, c’était trop tard pour ça, trop tard pour jouer les indifférentes, trop tard pour le mettre dehors, trop tard pour tellement de choses, cinq ans de retenue venait juste de refaire surface et de cette tornade de pensées et de sentiments pouvait la mener dans toutes les directions possibles et imaginable, elle n’avait aucune idée de ce qui allait suivre.

Sa mine dépitée de gamin pris en faute, lui serra le cœur pendant quelques secondes, c’était un air qu’elle l’avait déjà vu porté, jamais sans raison, parfois pour exagérer. Elle le revoit plusieurs années en arrière quasiment au même endroit, s’y prendre exactement de la même façon avec une exagération non dissimulée pour l’attendrir après une dispute pour une chose probablement sans réelle importance dont elle a tout oublié aujourd’hui, il l’a connaissait suffisamment pour savoir comment obtenir ce qu’il voulait d’elle, ne manquait qu’une suggestion, un mot pour briser la glace et elle finissait la plupart du temps par venir enroulé ses bras autour de son cou avant de lui coller un baiser sur les lèvres mais, aujourd’hui, aujourd’hui n’avait plus rien à voir avec les gamins de ce souvenirs un peu vieillit. Lorsqu’il relève la tête et croise son regard il tâche enfin de se faire entendre, pas avec précaution et une certaine hésitation mais, avec plus de veine, plus d’ardeur, c’était peut être juste ce qu’il lui fallait pour qu’elle écoute, pour qu’elle arrête d’analyser et son discours et son comportement, pour qu’elle arrête de tourner en rond sans vraiment prêter attention à ce qu’il essayait de lui dire, serait-ce suffisant cependant ? Rien n’était moins sûr mais, en cet instant précis et curieusement cela eu au moins le mérite de retenir son attention l’espace de quelques minutes. Elle écoute, elle entend ce qu’il veut lui dire, des réponses, des réactions elle en a de nombreuses mais elle reste immobile, les mots restent au fond de sa gorge, si elle a posé des questions, amener Dorian à s’expliquer, elle lui doit au moins de le laisser parler.

Ce qu’il disait avait du sens et elle savait qu’il avait très probablement souffert de la situation aussi mais, la différence aussi infime pouvait t-elle paraître était d’une importance capitale, il avait choisi  ce chemin là, il l’avait fait en pleine connaissance de cause, c’est lui qui s’était infligé cette souffrance là tout seul, sachant cela, avait t-il droit de s’en plaindre, avait t-il droit d’étaler toute la difficulté de sa décision, sa colère, sa frustration il ne la devait à personne d’autre qu’a lui même…

Alors oui elle savait qui il était, elle ne connaissait probablement personne d’autre aussi bien qu’elle le connaissait, pas même son frère avec qui elle possédait une relation extrêmement intime. Elle avait connue Dorian alors qu’il n’était tout comme elle qu’un gosse, elle avait été présente pour tout les étapes qui avait comptés dans sa vie, elle avait été là à chaque conflits avec son père, elle avait été là lorsqu’il avait eu sa première copine, lorsqu’il avait eu son diplôme, lorsqu’il avait pris sa première cuite, elle avait été celle qui l’avait consolé après sa première rupture aussi jeune était t-il, elle avait toujours été un point d’ancrage fixe dans sa vie avant même de devenir plus que ça, avant même de partager son lit et si elle avait partagé toutes ces choses avec lui, il l’avait tout autant fait pour elle mais quand il affirmait qu’elle savait à quel point elle lui avait manqué, elle ne pouvait pas vraiment et même avec toute la volonté du monde acquiescer, parce qu’elle ne le savait pas, parce qu’elle n’arrivait même pas à l’imaginé sinon pourquoi n’était t-il pas revenu ?

Et pourtant elle avait envie de le croire quand il disait que la décision avait été difficile, plus difficile que tout ce qu’il avait eu à faire, parce que cela voulait dire qu’elle avait compté, que l’amour passionné qu’elle lui avait porté n’avait pas été unilatéral, qu’elle ne lui avait pas tout donné pour rien...cela l’a rassurait dans un sens mais lui faisait d’autant plus de mal de l’autre, parce que tout ce qu’il lui disait maintenant ne donnait plus aucun sens à son geste, parce que cela rendait les choses d’autant plus incompréhensible à ses yeux. Au fur et à mesure que les mots faisaient leurs chemin vers elle, elle relâcha en partie la tension qui contractait ses muscles, continuant cependant de serrer les dents pour éviter d’éclater en sanglots incontrôlés, une larme glissa le long de sa joue, larme qu’elle fit disparaître avant même qu’elle ne termine son chemin.

« Alors pourquoi ? Pourquoi t’est parti ? Pourquoi tu m’as laissée comme si j’ comptait pas ? » Elle laissa échapper un soupir éprouvant.
« Pourquoi maintenant ? »

Tout ceci peu importait ce que c’était réellement, ne mènerait à rien sans réponse, comment pouvait t-il espérer qu’elle entende ou qu’elle comprenne si elle n’avait pas toutes les cartes en mains, il allait falloir lui donner un peu plus que des regrets et des remords…les explications viendraient en temps et en heure mais à ce point ci de leurs retrouvailles, il devait lui donner plus que ça.
FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.

_________________
"I hurt myself today to see if I still feel. I focus on the pain,the only thing that's real. The needle tears a hole, the old familiar sting, try to kill it all away...But I remember everything. What have I become? My sweetest friend. Everyone I know goes away in the end"

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : disponible
CREDITS : shiya
NOMBRE DE MESSAGES : 290

ÂGE : 24
LOGEMENT : Madison Street (11)
OCCUPATION : médecin urgentiste à Trimble
HUMEUR : tendu
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: C'est notre faute...
Autres comptes: Nathaniel Redd, Hunter Pendleton, Tyler Lawson
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 00. Do not speak as loud as my heart Ft Dorian Mer 4 Déc - 17:03

❝ Do not speak as loud as my heart❞
Tell me you love me...Come back and haunt me
Oh when I rush to the start
Running in circles...Chasing our tails
Coming back as we are

Ils y arrivent. Dorian ne peut pas se permettre d’être surpris que le sujet soit si rapidement mis sur le tapis, même s’il est évidemment contrarié de ne pas avoir de réponse à fournir. Il a pensé à quelques mensonges bien montés et une part de lui a tenté de le persuader qu’en servir un à Carter serait une bonne chose, pour lui mais également pour elle. Parce que la jeune femme a besoin de réponses à ses certainement innombrables questions pour passer à autre chose et parvenir à commencer un travail de pardon. Sauf qu’il n’a pas envie de lui mentir. Il ne veut pas que leur nouvelle relation, quelque soit ses termes, se base sur une tromperie. Quelque chose lui dit qu’elle ne supporterait pas une nouvelle trahison et c’est ce à quoi il s’expose si il choisi la voie de la facilité et cherche à l’embobiner comme le restant de ses voisins. Du moins ceux qui ne sont pas au courant des réelles motivations à son départ… Mais ceux-ci ne souffleront pas un mot à ce sujet pour leur propre confort, le médecin en est assuré.

Dorian renifle discrètement, ravalant les derniers échos du trouble que son discours, dicté par l’émotion, vient de provoquer. Il pousse un soupir, cherchant le courage nécessaire pour prononcer les prochains mots et oser le faire en regardant son ex-fiancée droit dans les yeux. Sauf qu’il s’en trouve absolument incapable.
Il lui suffit de croiser son regard pour comprendre qu’il n’arrivera pas à se montrer honnête et à lui faire face. Son expression est trop déchirante, trop réelle et intense. Son regard le transperce, lui noue la gorge, lui étreint le cœur et lui retourne l’estomac. Elle n’aurait pas pu mieux faire en le frappant. Son regard, à lui seul, suffit à le mettre à terre. Plus bas que terre en réalité…
Comment a-t-il pu lui faire ça ? Comment a-t-il pu l’abandonner de manière si odieuse ? Comment a-t-il pu vivre sans elle à ses côtés ? Par quel miracle a-t-il tenu cinq années ? Pourquoi est-il revenu ? Qu’attend-t-il exactement d’elle ? A quoi s’attend-t-il d’une manière plus général ? Les données n’ont pas changées, elles sont toujours les mêmes… Elles sont peut-être même pires encore puisque son père n’est plus là pour le guider, pour le soutenir. La tâche qui l’attend lui paraît herculéenne et il n’est pas certain de pouvoir compter sur son alliée de toujours pour l’aider. Non : il ne peut PAS compter sur elle… Parce qu’elle ignore tout de la vérité et qu’il veut que les choses restent comme ça. Sauf que c’est incompatible. C’est impossible.  
Dorian ne peut pas tout avoir et il le réalise seulement maintenant qu’il fait face à Carter… Il n’a pas assez réfléchi à tout ça. Il n’est pas prêt à assumer ses responsabilités. Pas plus près qu’il y a cinq ans.
Il est totalement largué.

« Parce que… » commence-t-il d’une voix cassée, avant de prendre une longue inspiration et de reprendre, le regard fuyant. « Je ne peux pas répondre à tes questions, Hadley. Je pourrai parfaitement t’inventer une excuse crédible qui te satisfera, qui répondra à toutes tes interrogations et te libèrera d’un poids ou je ne sais quoi… Je pourrai le faire mais la dernière chose que j’ai envie de faire, c’est te mentir. Je suis parti, c’est fait, j’avais mes raisons, qu’elles soient bonnes ou pas, et maintenant me revoilà. Je suis revenu pour soutenir ma mère, pour faire mes adieux à mon père et pour te retrouver. Je suis revenu pour essayer d’arranger les choses, c’est sur ça que je vais me concentrer, pas sur les raisons de mon départ. »

Il sait que ça ne va pas lui convenir. Ca ne lui conviendrait pas le moins du monde à lui non plus. Elle va trouver ça lâche, trop facile, peut-être même cruel : mais c’est tout ce qu’il a en stock.

« Je sais que ce n’est pas ce que tu veux entendre. Je suis désolé de ne pas avoir de réponse toute faite qui simplifierait toute l’équation et justifierait tout ce qui s’est passé à te donner. Il n’y a que moi. A prendre ou à laisser… »
Il sait ce qu’elle va répondre. Dorian est cependant au moins obligé de lui laisser ce choix là, à défaut de l’autre, qui a marqué un tournant dans tellement de vies il y a cinq ans.

_________________

I need to know now, know now
can you love me again ?
know I’ve done wrong, left your heart torn, took you so low where only fools go, it’s unforgivable, I stole and burnt your soul, is that what demons do? They rule the worst of me, destroy everything, they bring down angels like you. Now I’m rising from the ground, rising up to you, filled with all the strength I've found
apache.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : overbooké
CREDITS : Pic @Tumblr
NOMBRE DE MESSAGES : 1044
ÂGE : 23
LOGEMENT : East jefferson street (7)
OCCUPATION : Animatrice sur la radio locale
HUMEUR : Triste (a cause d'Alex parce qu'il est méchant)
ETAT PHYSIQUE : Bilan de la confrontation avec Bonnie : Deux côtes fêlées plaies au niveau de la lèvre inférieure et de l'arcade sourcilière, ecchymoses et contusion sur le visage, les mains, les épaules et le ventre.
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: Je ne veux rien savoir.
Autres comptes: Samuel J. Donnelly
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 00. Do not speak as loud as my heart Ft Dorian Mer 4 Déc - 20:51

Do not speak as loud as my heart

Tell me you love me
Come back and haunt me
Oh when I rush to the start
Running in circles
Chasing our tails
Coming back as we are


Sa réponse est très loin de ce à quoi elle s’attendait, pour la simple et bonne raison qu’il ne lui en donne aucune, espérait t-il vraiment qu’elle se contente de vagues excuses marmonner aussi longtemps après, qu’elle se contente de savoir qu’il était en parti revenu pour elle, qu’elle lui avait manqué et qu’il était soit disant bourrée de bonnes intentions ? Si l’espace d’un instant elle avait imaginé pouvoir accepter une explication qui tienne la route, pouvoir éventuellement oublié ce qu’il lui avait fait et se jeter dans ses bras pour laisser leur relation renaître de ses cendres, cela n’avait vraiment duré qu’une seconde parce que de par ses paroles, de part son discours il venait d’anéantir toute espoir d’arranger un jour les choses. Si il ne lui donnait pas les moyens de lui pardonner, elle ne pourrait jamais envisager quoi que ce soit. Ainsi il n’y avait plus rien à faire, sa présence était inutile, cette conversation et cette souffrance ressurgissante étaient elles aussi inutiles.

Toute la force qu’il mettait à cacher les raisons de son départ, la rendait d’autant plus suspicieuse, qu’est ce qui pouvait être si terrible pour qu’il se complique autant la tâche avec elle ? Elle avait beaucoup de mal à imaginer ce qui avait bien pu se passer, cette idée l’inquiétait mais elle refusait de se laisser submerger par des scénarios qui pourraient la rendre encore plus émotionnelle et perdue. Elle le connaissait trop bien, elle ne pouvait pas imaginer qu’un seul de ses actes puissent justifier une pareil fuite, à moins qu’il ne lui ai menti pendant plus longtemps qu’elle ne l’avait penser et cette idée lui était plus que tout autres insupportable. Ainsi il n’avait pas plus à lui dire aujourd’hui qu’il n’avait eu il y a cinq ans, si il n’estimait toujours pas lui devoir ce qui à elle lui semblait  être un minimum alors effectivement il pouvait prendre son ultimatum à la con et la laisser à la vie qu’elle avait construite et dont il ne faisait plus parti. Ce passage éclair d’une émotion à une autre était plus que fatiguant et finissait de briser le peu de stabilité qu’elle se forçait à garder depuis son retour chez elle.

« A prendre ou à laisser ? Je suis donc censé fermer les yeux sur ces cinq dernières années comme ça en un claquement de doigts c’est ça ? T’a vraiment penser que ça pourrait se passer comme ça, tu me connait t'est sûr? Je sais pas, t'a perdu la mémoire ou t’est juste con Dorian? »

Elle passe ses mains sur son visage comme pour se reprendre, se redonner un peu plus de contenance que ce qu’elle a pu montrer jusqu’ici mais il faut croire que ça ne donne pas vraiment l’effet escompté, bien au contraire. Elle continue de naviguer au milieu de tout ces sentiments contradictoires qui lui donne tour à tour envie de le frapper et de l’embrasser. Elle s’avance alors vers lui, un, peut être deux pas suffisent à renforcer leur proximité mais, ce n’est certainement pas de très bonne augure, de ces deux mains elle le repousse en arrière de façon brusque et précipité.

« T’a pas le droit de venir bouleverser ma vie comme ça et de me laisser dans la même merde qu’il y a cinq ans, t’a pas le droit de te pointer et de rien me donner, tu m’entend, JE TE DETESTE DORIAN, JE TE DETESTE ! » Carter avait continué de le bousculer comme pour ponctuer chacune de ses phrases, elle avait perdu tout contrôle d’elle même, les poings contre la poitrine de son ex-fiancé, le regard enflammer elle ne se rendit même pas compte des larmes qui recouvraient ses joues.
FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.

_________________
"I hurt myself today to see if I still feel. I focus on the pain,the only thing that's real. The needle tears a hole, the old familiar sting, try to kill it all away...But I remember everything. What have I become? My sweetest friend. Everyone I know goes away in the end"

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : disponible
CREDITS : shiya
NOMBRE DE MESSAGES : 290

ÂGE : 24
LOGEMENT : Madison Street (11)
OCCUPATION : médecin urgentiste à Trimble
HUMEUR : tendu
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: C'est notre faute...
Autres comptes: Nathaniel Redd, Hunter Pendleton, Tyler Lawson
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 00. Do not speak as loud as my heart Ft Dorian Jeu 5 Déc - 13:03

❝ Do not speak as loud as my heart❞
Tell me you love me...Come back and haunt me
Oh when I rush to the start
Running in circles...Chasing our tails
Coming back as we are

Reformulé comme ça, c’est vrai que ça paraît totalement aberrant et pourtant, c’est ce qui est prévu. C’est le seul plan qu’il ait ne stock. Un plan dont Dorian connaît les failles. Un plan qui n’est d’ailleurs constitué QUE de failles… Mais qu’est-ce qu’il est censé faire ? Il ne peut pas dire la vérité à Hadley. D’abord parce qu’il n’en a pas le droit et ensuite parce que pour l’instant, il n’en est pas capable. Il a encore du mal à tout assimiler ou accepter lui-même alors… Le fait est que le médecin ne peut pas non plus lui mentir. Parce qu’elle le saurait déjà, et parce qu’elle vaut mieux que ça et qu’il doit déjà le faire avec trop de genre.
Sa seule solution, c’est de rester silencieux. Mais cette solution ne lui apportera rien…
Il a l’impression de s’y être terriblement mal pris et en même temps, il ne voit pas quoi faire d’autre. C’est une situation totalement impossible à gérer. Une situation qui rendrait n’importe qui complètement dingue. Une situation qui l’a d’ailleurs déjà conduit à commettre un acte de folie en quittant son foyer et tous ses proches pour fuir pendant cinq interminables années.  

N’ayant rien à répondre, il se contente donc de continuer à fixer le sol quelques secondes, avant de relever ses yeux clairs et perdus dans ceux de son ex-fiancée qui ne décolère pas. Ce contact visuel ne dure pas longtemps ceci dit, puisque la brune finit par s’avancer vers lui pour le repousser sans sommation ou douceur. Dorian encaisse à nouveau.
Elle ponctue son discours de nouveaux assauts et il la laisse évacuer sa colère, n’ayant rien d’autre à lui offrir pour se soulager que son corps. Elle lui fait mal, mais tant pis. Bêtement, il se dit que s’il est marqué, il pourra s’assurer que tout ça s’est réellement passé quand il n’en sera plus certain. Il aura une preuve qu’il est bien revenu à Grayson et qu’il l’a bien revue…
Mais pour le moment, il est simplement ébranlé de la voir dans un état pareil. Elle a l’air à bout. Elle a l’air épuisée, désespérée et la vision de ses larmes sur ses joues blafardes l’achève.

Sans perdre de temps à réfléchir, Dorian se décide enfin à se mettre en mouvement et à répondre à ses coups. Pas en les lui rendant, évidemment. Elle a beau dire qu’elle le déteste, il n’y croit pas une seconde. Du moins, elle ne fait pas que le détester, il en est persuadé, même si c’est certainement ce qu’elle voudrait, ce qui serait plus simple de faire.
Alors le jeune homme passe ses bras dans son dos et avant qu’elle ait pu se défiler, il  l’attire un peu plus contre lui pour l’étreindre avec douceur mais fermeté. Elle cherche à se débattre mais il tient bon, savourant ce contact si longtemps attendu. Il a le temps de prendre une inspiration et de respirer le parfum fleuri de ses cheveux avant qu’elle ne réussisse à lui échapper.
Dorian la laisse filer. Il la laisse lui échapper, persuadé qu’un jour, il pourra l’avoir à nouveau contre lui et pour de bon cette fois. C’est tout lui ça… Jamais désespéré bien longtemps. Toujours certain qu’un avenir meilleur l’attend. Il ne voit pas ça comme de la naïveté, il sait que le chemin sera semé d’embuches et que les cartes entre ses mains ne sont pas bonnes. N’empêche qu’il y croit.
Là où il y a de la vie, il y a de l’espoir après tout, et ils sont tous deux jeunes et en parfaite santé. Grâce à Grayson. Et s’il lui est fidèle, s’il joue le jeu… il aura ce qu’il désir. C’est comme ça que ça fonctionne.


_________________

I need to know now, know now
can you love me again ?
know I’ve done wrong, left your heart torn, took you so low where only fools go, it’s unforgivable, I stole and burnt your soul, is that what demons do? They rule the worst of me, destroy everything, they bring down angels like you. Now I’m rising from the ground, rising up to you, filled with all the strength I've found
apache.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : overbooké
CREDITS : Pic @Tumblr
NOMBRE DE MESSAGES : 1044
ÂGE : 23
LOGEMENT : East jefferson street (7)
OCCUPATION : Animatrice sur la radio locale
HUMEUR : Triste (a cause d'Alex parce qu'il est méchant)
ETAT PHYSIQUE : Bilan de la confrontation avec Bonnie : Deux côtes fêlées plaies au niveau de la lèvre inférieure et de l'arcade sourcilière, ecchymoses et contusion sur le visage, les mains, les épaules et le ventre.
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: Je ne veux rien savoir.
Autres comptes: Samuel J. Donnelly
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 00. Do not speak as loud as my heart Ft Dorian Jeu 5 Déc - 21:45

Do not speak as loud as my heart

Tell me you love me
Come back and haunt me
Oh when I rush to the start
Running in circles
Chasing our tails
Coming back as we are


Il reste là, à la regarder s’enflammer, à la regarder pleurer sans rien dire, sans même se dire à lui même que la vérité peut importe ce qu’elle était serait mieux que le néant qu’il lui proposait en ce moment. Ses larmes et sa colère ne semblent pas quand à eux le pousser à changer sa décision de rester silencieux, il encaisse les coups, les cris sans même essayer d’y échapper comme pour la pousser à extérioriser tous les sentiments qui la rongent.

Ivre de colère, intoxiqué par l’amour qu’elle lui porte encore, elle se perd totalement dans ce contact violent et intense, plus rien autour d’elle n’existe si ce n’est le retour violent de ses poings contre le torse de Dorian. Elle lui avait tout donnée, il lui avait tout pris et alors qu’elle pensait avoir retrouver un équilibre et un minimum de confiance dans les autres, il revenait pour tout anéantir, c’était à croire qu’il cherchait à la briser encore et encore sauf que cette fois elle ne se laisserai pas faire, elle l’attendait au tournant et ce semblant de conversation n’était pas pour changer ce dont elle s’était persuadé pendant toutes ces années.

Mais alors que les coups pleuvent sur lui, elle se retrouve sans même s’en rendre compte, immédiatement emprisonné dans ses bras et malgré tous les efforts qu’elle déploie pour se dégager de son emprise il se fait de plus en plus pressant, l’obligeant à calmer ses ardeurs un minimum, malgré toute la rage qui se diffuse dans ses veines, elle doit bien admettre même si à contre cœur que son étreinte rappelle à elle seule des sensations qu’elle avait oublié, le contact de ses mains, la chaleur de se peau, son souffle au creux de son cou…elle se laisse aller pendant une seconde à fermer les yeux et à imaginer que tout cet enfer n’existe pas, qu’il n’a jamais existé. Ce qu’elle ressent à présent est en tout point différent de la tempête qui battait encore au plus profond d’elle même il y a encore quelques secondes mais malgré toute l’envie et malgré tout le désir qu’elle peut ressentir pour lui elle ne peut pas oublier, elle ne peut pas se voiler la face et encore moins accepter de fermer les yeux juste parce qu’il le lui demande, pas après tout ce qu’elle a traversée, elle refuse de vivre dans un mensonge, pas avec lui. Alors dans un geste plus dense et parce qu’il semble bien vouloir la laisser s’éloigner, elle parvient à se libérer de ses bras, repoussant avec force son ancien fiancé.

« Ne me TOUCHE pas. »

A contre cœur et avec pour seul idée de se protéger elle s’éloigne sans le quitter une seule seconde du regard, elle doit mettre autant de distance que possible entre elle et lui parce qu’elle vient juste de réaliser que contrairement à ce qu’elle pouvait bien penser où tout du moins ce dont elle avait tenter de se persuader, elle n’avait aucune volonté, pas quand il la regardait de cette façon, pas quand il posait ses mains sur elle. Non elle ne retomberait pas dans ses bras, parce qu’elle méritait mieux, parce qu’elle était plus intelligente et plus forte que ça et parce qu’elle n’avait pas besoin de Dorian Spelling pour être heureuse.

« Ne t’avise plus jamais de poser tes mains sur moi Dorian. »

Un bruit la coupa dans son élan, apparemment les cris de la jeune femme n’étaient pas passés inaperçu et son père bien que tout à fait discret et respectueux de la vie privée de ses enfants avait finie par sortir de sa chambre pour venir vérifier par lui même que Dorian était toujours vivant et que sa fille n’était pas en train de l’achever d’une quelconque façon, a moins qu’il n’est eu peur qu’elle ne se retrouve dans un état désastreux encore une fois.

« Tout va bien ici ? »
La question était purement rhétorique il suffisait de voir le visage dévasté de Carter et la mine déconfite et désespéré de Dorian pour comprendre que non rien n’allait et que rien n’irait plus jamais entre eux.

« J’en sais rien, t’en pense quoi Dorian hein ? Tout va bien ? » Son ton était ironique mais laissait transparaitre toute la douleur qui l'habitait en cet instant
FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.

_________________
"I hurt myself today to see if I still feel. I focus on the pain,the only thing that's real. The needle tears a hole, the old familiar sting, try to kill it all away...But I remember everything. What have I become? My sweetest friend. Everyone I know goes away in the end"

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : disponible
CREDITS : shiya
NOMBRE DE MESSAGES : 290

ÂGE : 24
LOGEMENT : Madison Street (11)
OCCUPATION : médecin urgentiste à Trimble
HUMEUR : tendu
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: C'est notre faute...
Autres comptes: Nathaniel Redd, Hunter Pendleton, Tyler Lawson
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 00. Do not speak as loud as my heart Ft Dorian Ven 6 Déc - 10:28

❝ Do not speak as loud as my heart❞
Tell me you love me...Come back and haunt me
Oh when I rush to the start
Running in circles...Chasing our tails
Coming back as we are

Ca lui a fait mal de la sentir lutter pour échapper à son contact, comme ci celui-ci était brûlant. Ceci dit, Dorian ne peut s’empêcher de penser très égoïstement que cette volonté est surtout animée par une peur de retomber trop facilement dans ses bras. IL y a certainement une grande part de haine pure et viscérale, de dégoût peut-être aussi, mais le grand brun préfère ne pas y penser. Il lui faut après tout quelque chose auquel se raccrocher. Le souvenir de son parfum, de sa chaleur, sera absolument parfait. Il saura pourquoi il se bat et ce qu’il cherche à préserver à tout prix.
Il s’y raccrochera aussi quand une bosse commencera à apparaître à l’arrière de son crâne qui vient de rencontrer plutôt durement le chambranle de la porte dans son dos. Il y porte la main et commence à masser la zone douloureuse dans l’espoir d’atténuer un peu le coup, pendant qu’elle lui fait la morale.
Il ne compte pas s’excuser pour ce qu’il vient de faire, parce qu’il a senti que c’était la meilleure chose à faire justement. IL en a eu besoin et il a envie de croire que Carter aussi avait besoin de ça. Mais c’est peut-être une énième preuve de son égocentrisme, tout simplement. Il sait qu’il a toujours eu tendance à être un brin capricieux… Ce sont des choses qui arrivent quand on est enfant unique, plutôt intelligent et avec une bonne bouille, et que votre père est un shérif admiré par toute une population qui vous observe et vous aide à grandir…

« Tout va bien ici ? »
Dorian fait volteface et son regard se plonge dans celui du patriarche Wuornos. Il espérait ne pas le voir arriver et se mêler de leur échange, mais il comprend tout à fait sa présence. John s’en fait pour sa fille, c’est évident. Pourquoi ne le ferait-il pas : elle est sa dernière enfant encore ne vie… La dernière femme à partager sa vie depuis le départ de son épouse.
Finalement, le jeune homme décide de se satisfaire de son arrivée impromptue qui lui prouve qu’Hadley n’est pas seule et le conforte dans l’idée qu’elle a obtenu du soutien face à son départ puis à la mort de Matt. Encore que de ce qu’il en a vu… John n’a pas l’air d’être un appuie très solide.  Mais il a au moins le mérite d’être présent.
« J’en sais rien, t’en pense quoi Dorian hein ? Tout va bien ? »
Il est un peu froissé par son ton mais se souvient rapidement de qui il a été pour elle et de ce qu’il a fait. Il ne peut pas se permettre de laisser son égo s’en mêler.
« Tout ce que je peux dire, c’est que les choses vont s’arranger. Je vais tout faire pour que ce soit comme ça que ça se passe en tout cas » répond-t-il avec une pointe de défi dans le regard et la voix.
Hadley a l’air dépitée par sa réponse et John continue de les observer tour à tour, sans trop savoir où et comment se positionner. Dorian soutient son regard quelques secondes et le voit finalement se durcir un peu.  
« Je pense que tu devrais y aller maintenant, Dorian. »

« C’est ce que je vais faire » acquiesce l’intéressé avant de fourrer la main dans sa poche pour en sortir un morceau de papier sur lequel il a griffonné son numéro de portable.

Il le tend à John qui s’en saisit plutôt qu’à sa fille, même si c’est à elle qu’il s’adresse. « J’ai noté mon numéro de téléphone dessus. Au cas où. J’ai pas envie de te voir le déchirer et me le jeter à la figure alors… »
John le garde en main et le triture nerveusement, jetant un regard prudent et interrogateur sur sa fille.
« J’ai été ravi de vous revoir. Vous m’avez manqué tous les deux. »
Inutile de préciser qu’Hadley lui un peu plus manqué…
Sans attendre de réponse de leur part, préférant éviter d’entendre quelque chose qui le blessera encore un peu plus, Dorian tourne les talons en vitesse pour quitter le domicile des Wuornos. Il attrape sa veste dans le salon au passage et s’éclipse sans demander son reste, comme s’il avait le Diable aux trousses.
Et c’est pratiquement littéralement ce qui se passe… C’est la raison de son départ. Mais comment l’expliquer à Hadley ?  



_________________

I need to know now, know now
can you love me again ?
know I’ve done wrong, left your heart torn, took you so low where only fools go, it’s unforgivable, I stole and burnt your soul, is that what demons do? They rule the worst of me, destroy everything, they bring down angels like you. Now I’m rising from the ground, rising up to you, filled with all the strength I've found
apache.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Profil
DISPONIBILITES : overbooké
CREDITS : Pic @Tumblr
NOMBRE DE MESSAGES : 1044
ÂGE : 23
LOGEMENT : East jefferson street (7)
OCCUPATION : Animatrice sur la radio locale
HUMEUR : Triste (a cause d'Alex parce qu'il est méchant)
ETAT PHYSIQUE : Bilan de la confrontation avec Bonnie : Deux côtes fêlées plaies au niveau de la lèvre inférieure et de l'arcade sourcilière, ecchymoses et contusion sur le visage, les mains, les épaules et le ventre.
Secrets

Feuille de personnage
A propos du secret: Je ne veux rien savoir.
Autres comptes: Samuel J. Donnelly
Contact

Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: 00. Do not speak as loud as my heart Ft Dorian Ven 6 Déc - 12:15

Do not speak as loud as my heart

Tell me you love me
Come back and haunt me
Oh when I rush to the start
Running in circles
Chasing our tails
Coming back as we are



« Tout ce que je peux dire, c’est que les choses vont s’arranger. Je vais tout faire pour que ce soit comme ça que ça se passe en tout cas »

Avait t-il tout naturellement lancé, semblant la défier du regard. L’espoir fait vivre n’est ce pas ce qu’il était coutume de dire ? Elle n’avait pas pris la peine de répondre, elle était rester stoïque avec cet air complètement ravagé qui semblait avoir envahie chaque parcelle de son visage, comment pouvait t-il encore croire que quoi que ce soit puisse s’arranger à ce stade ? La jeune femme ne pouvait pas imaginer ce qui pourrait bien la pousser à renouer avec lui maintenant, pas un seul cas de figure ne se présenta à elle, pas un seul…

« Je pense que tu devrais y aller maintenant, Dorian. »
Son père avait parlé pour elle, le regard qu’il lui avait lancé juste avant de s’exprimer parlait pour lui, elle connaissait bien son père et savait que l’état dans lequel elle devait se trouver ne devait pas être facile à observer pour lui. Dorian n’avait pas cherché à argumenter la demande de John Wuornos à contrario de ce qu’il avait tâché de faire tout au long de leur propre conversation lorsqu'il exprime alors son intention de partir, il provoque un certain soulagement chez Carter, en effet à ce stade, elle voulait juste que toute cette soirée ne devienne qu’un malheureux souvenirs, elle voulait pouvoir se convaincre que tout ça n’avait pas eu lieu, parce que ce soir elle était porté par la colère mais quand sera t-il de demain ? Quand sera t-il quand elle le croisera au détour d’une rue ?

Il avait sortie de sa poche un morceau de papier qu’il glissa dans la main de son père mais c’était vers elle qu’il s’était tourné lorsqu’il prit la parole. Son numéro de téléphone ? Elle n’en voulait pas et effectivement ce fut un choix on ne peut plus judicieux que de le remettre à John plutôt qu’a elle, car oui c’est exactement ce qu’elle aurai fait sans aucun doute possible. Une fois de plus elle ne lui adressa pour réponse qu'un regard noir, passant de Dorian à son père assez rapidement, son père qui lui adressa un regard interrogateur auquel elle ne répond pas vraiment. Incapable de vraiment pouvoir détourner bien longtemps son regard de son ex-fiancé qui s’active et prend la direction du salon pour sans doute récupérer ses affaires et mettre les voiles non sans prendre la peine de remuer le couteau dans la plaie une dernière fois en glissant qu’ils leurs avaient manqué et par ils, elle savait très bien qu’il parlait surtout d’elle. Elle avait envie de crier au mensonge mais plus que tout elle voulait arrêter de se contenir, le voir partir et pouvoir respirer, enfin. Il disparu dans le couloir, sous le regard insistant de Mr Wuornos qui le suivit à raisonnable distance, sûrement pour s’assurer qu’il partait ou peut être pour réaliser son devoir d’hôte, peu importait.

Lorsqu’elle se retrouva enfin seul, Carter relâcha toute la pression qu’elle s’était mise sur les épaules et commença à pleurer en silence, les paumes sur le plan de travail de la cuisine, le dos courbé par le chagrin, elle se surprit à balayer toute ce qui s’y trouvait d’un geste rageur, faisant valser l’intégralité de la vaisselles sur le sol dans un bruit fracassant, peu judicieux certes mais libérateur dans un certain sens. Son père avait déjà refermé la porte et repris le chemin de la cuisine d’un pas assuré lorsqu’il avait entendu le ramdam qui y prenait place.

« CARTER ! »
Elle avait regardé son père mais aucun son n’était sorti de sa bouche, bien au contraire, elle s’était mise à pleurer de plus belle, John Wuornos abattue pas le triste spectacle que lui offrait le seul enfant qui lui restait, s’approcha en silence pour entouré sa fille de ses bras, lui caressant les cheveux comme il avait l’habitude de le faire lorsqu’elle était enfant.
« Ca va allez ma chérie, ça va allez. »
Elle n’en était pas vraiment sûre dans l’immédiat mais elle n’avait pas d’autre choix que de s’en persuader.
FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.

_________________
"I hurt myself today to see if I still feel. I focus on the pain,the only thing that's real. The needle tears a hole, the old familiar sting, try to kill it all away...But I remember everything. What have I become? My sweetest friend. Everyone I know goes away in the end"

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Profil
Secrets
Contact



MessageSujet: Re: 00. Do not speak as loud as my heart Ft Dorian

Revenir en haut Aller en bas
 

00. Do not speak as loud as my heart Ft Dorian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Road to Salvation :: GRAYSON :: East Jefferson Street :: (7) wuornos'-